AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 INTRIGUE : Nouvel An 1667

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
Louis XIV


Louis XIV

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


INTRIGUE : Nouvel An 1667 - Page 8 Empty
MessageSujet: Re: INTRIGUE : Nouvel An 1667   INTRIGUE : Nouvel An 1667 - Page 8 Icon_minitime24.07.13 17:55

Et pendant ce temps-là, dans la Galerie des Glaces, la fête battait son plein et les courtisans privilégiés avaient le droit à des cadeaux de la part du couple royal, puis du roi seul, Marie-Thérèse s'étant retirée, son état de grossesse avancée (ce n'était pas peu dire, elle accoucherait le lendemain !) lui avait permis de quitter la soirée. Parmi les privilégiés, il y avait celui qui avait monté l'animation de la soirée, Monsieur Séraphin, le maître des ombres chinoises qui avait eu du succès, vu les curieux qui s'étaient attroupés devant son spectacle à plusieurs reprises. Il n'y avait qu'une toute petite ombre au tableau, c'était que monsieur de Bouillon n'arrivait pas à retrouver le jeune duc de Longueville, Charles-Paris. Louis se demanda l'espace d'un instant si son cousin n'avait pas fait l'insolence d'être parmi les abonnés absents. D'ailleurs revoici le grand Chambellan, toujours bredouille.

Alors ?
Alors Votre Majesté, il n'est pas là, je …
Vous devriez vous doter d'une paire de lunettes, Bouillon ! Regardez derrière vous.

Voici Paris de Longueville, arrivé de nulle part, comme s'il avait traversé la Galerie des Glaces en glissant, tout comme son oncle gracieux sur des patins, impeccable et attendant qu'on l'appelle. Le roi lui fit un signe pour s'approcher et le prince du sang salua son roi.

Vous avez donnez du fil à retordre à monsieur de Bouillon qui n'a pas réussi à vous trouver. A croire que vous vous étiez éclipsé à cause d'une indigestion de melon !

Cela laissait sous-entendre qu'on le pensait absent, mais les formes en plus. Paris tenta de s'excuser mais le roi l'arrêta :

Ne vous excusez pas, ce sont les pauvres qui s'excusent. Quand on est riche, on est désagréable !

Puis après quelques politesses et formules d'usage, Paris put repartir d'une magnifique boîte en bois d'ébène, mais où trônait Louis XIV sur couvercle dans un magnifique portrait. Il voulait profiter de ce moment pour informer le jeune homme à propos de la guerre mais il devait attendre le prince de Condé, il se portait garant de son neveu, mais l'entrevue serait sous peu.

La soirée aurait pu se passer sans grand incident, à part l'absence remarquée de la favorite, ce nouvel an devait marquer officiellement le retour d'Amy dans le grand monde. Un cadeau de sa part n'était pas suffisant, sa présence aurait valu bien plus. Mais il y avait pire, à en croire Bouillon en discussion avec un laquais, qui pâlit à l'écoute d'une drôle d'histoire, avant d'hésiter à la raconter au souverain. Louis lui donna l'ordre de parler.

Quelques personnalités ont fait du ... du patin sur le Canal, Votre Majesté, bredouilla Bouillon, l'air coupable comme s'il en avait fait partie. Ils sont tombés à l'eau, mais nous ne déplorons aucun blessé.
De qui s'agissait-il ? Demanda le souverain, perplexe.
Hé bien ... monsieur le duc de Richmond, monsieur de Vivonne, …  il fut interrompu.
Et monsieur de Froulay, je présume?

A ce moment là, il vit Froulay dans la foule qui lui fit signe de la tête qu'il n'y était pour rien. Cela changeait, quand deux d'entre eux étaient quelque part, le troisième n'était jamais loin. Au moins un qui sauvait l'honneur.

Qui d'autre, je vous prie.
Des dames, votre majesté. La marquise de Montespan et de Listenois.

La soeur précieuse de Vivonne et son espionne ? Quelle drôle d'idée ! Que faisait une femme si éduquée que la Mortemart à faire du patin, suivait-elle la non-crédibilité de son aîné ? Et son espionne Christine ... Oh, mais fallait-il chercher une raison valable ? Il y avait le cousin du roi d'Angleterre et son ami Vivonne dans l'histoire, cela suffisait à faire tenir toutes les histoires les plus abracadabrantes. Le roi fit un signe à Bouillon de se taire, lui qui s'apprêtait à expliquer toute la mésaventure, et le chambellan s'éclipsa en s'inclinant. Finalement, peut être que cette fête n'était pas si limpide qu'il le croyait. Louis n'avait pas vu de ses yeux les complots, la tentative d'empoisonnement, n'avait pas entendu parler de bataille de boules de neige, ni de chantage ... L'affaire du patin était suffisante pour taire toutes les autres. Cela annonçait une année riche en évènements.

Bonne année 1667, Versailles.


FIN DE L'INTRIGUE
DU NOUVEL AN 1667

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
 
INTRIGUE : Nouvel An 1667
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
 Sujets similaires
-
» Intrigue 3 - Carnaval de Broadway [terminée]
» INTRIGUE : Un anniversaire à rebondissement
» [Intrigue #1] Organisation
» -> Intrigue 7 : soirée de commémoration
» Jude Celestin would not make it through to a presidential run-off!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
ADMIREZ ! QUE DE SPLENDEUR DANS CE CHÂTEAU !
 :: Salons et Galeries :: Galerie des Glaces
-
Sauter vers: