AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime28.11.14 18:10


Anne-Eitel de Bade-Bade

(LARA PULVER)



33 ans ♔ Princesse de Fürstenberg et comtesse von Fürstenberg-Heiligenberg ♔ Allemande (margraviat de Baden-Baden) ♔
Veuve ♔ Catholique intéressée ♔ Hétérosexuelle
♔ Noblesse étrangère ♔


(je suis une femme de guerre,
ou je ne suis pas)


Quelques questions de protocole ...  


♔ VOUS ÊTES PLUTÔT PARIS OU VERSAILLES ?

De nombreuses gravures de Paris circulaient à la cour de mon père, pendant mon enfance. Malgré la beauté médiévale de Notre-Dame et du palais de saint Louis, ces eaux fortes puaient la fange et la misère. Je ne rêvais pas de Paris, ville aux mains des habitants du fief d'Alby où chaque ruelle sombre me paraissait un coupe gorge. Lorsque le roi Louis entreprit de modifier le relais de chasse de son défunt père, nombreux ont douté des merveilles constructibles sur un tel terrain. Cependant, Louis finit par vaincre pour faire sortir de terre le plus splendide des palais d'Europe. Avant mon arrivée à la cour de France, j'avais écouté les ambassadeurs vanter la beauté de cette demeure royale aux mille secrets. Je n'ai pas été déçue à mon arrivée. La magnificence déployée à Versailles m'a coupé le souffle. Cependant, je ne peux nier que la qualité de vie y est lamentable. Les mauvaises odeurs, le manque d'hygiène des courtisans, la pourriture qui émane des corps vêtus des plus beaux taffetas rompt avec l'écrin doré dans lequel ce kaléidoscope de requins évolue.

♔ CROYEZ VOUS AU COMPLOT ?

Mes sentiments à l'encontre du roi de France étant ce qu'ils sont, je veux croire à l'existence d'un complot. Le roi Louis doit payer pour tous les hommes morts à la guerre - un conflit qui aurait certainement pût être évité et ne pas emporter la vie d'Egon. On murmure beaucoup de mensonges à la cour de Versailles ; il est donc difficile de pouvoir extirper la vérité de l'ombre. Je sais cependant que je ne peux être la seule à vouloir la vacance du trône...

♔ VOUS SENTEZ VOUS PLUS COMME UNE DOUCE COLOMBE OU UNE GROSSE VIPÈRE ?

La douce colombe a la candeur d'une oie. Ma personnalité se rapprocherait plus de celle d'une grosse vipère (ma taille de guêpe ne vous remercie pas). Je suis comme bien des femmes derrière leur masque de dévotion et de respect ; j'aime à colporter des rumeurs. Rien n'est plus jouissif que de voir la réputation d'un ennemi se flétrir en un jour. J'ai entendu murmurer qu'une des vieilles comtesses de la cour prenait des bains de sang d'enfant... J'ai moi-même susurré à l'oreille d'un charmant officier que certaines dames de la cour s'adonnaient à des messes noires dans l'espoir d'obtenir une nuit du roi et faire tomber la favorite. Qui sait, peut-être cela sera-t-il un jour réalité ?

♔ QU'AVEZ VOUS A DIRE SUR LA GUERRE ?

La guerre franco-lorraine m'a pris mon époux, Egon. Je sais peu de choses de la guerre, mais je sais la douleur qu'elle procure à ceux à qui elle arrache les êtres aimés. Egon et moi sommes allés à Metz, Toul et Verdun au début de notre union. Nous avions pu admirer la beauté de ces trois évêchés et c'est par respect pour l'architecture et l'histoire de ce territoire (et également par opposition à mon père) qu'Egon a refusé, au début, de prendre part à la guerre. Il a bien fallu qu'il prenne part et ce fut pour la famille de Lorraine. Il est parti à la guerre et je ne l'ai jamais revu. A mes yeux, cette guerre avait tout lieu d'être. Après tout, la Lorraine avait toute légitimité à prétendre récupérer son bien. Mais sans mon mari. Je blâme la famille de Lorraine d'avoir engagé cette guerre qui a pris la vie de mon bien aimé, mais je blâme encore plus le roi de France. Pour quelle raison ? Pour la mort d'Egon, bien entendu et parce que ma loyauté ira toujours à ceux que mon défunt époux supportait. La cause lorraine est juste, j'en suis intrinsèquement persuadée.

♔ QUELS SONT VOS LOISIRS ? AVEZ VOUS UN BUT PRÉCIS ?

- la cavagnole, mon jeu préféré (même si l'Eglise catholique proscrit les jeux de hasard, la Cour semble ne pas appliquer certaines décisions de la papauté)
- la promenade dans les jardins de Versailles (ma fille à mon bras, il n'y a rien de mieux pour lancer une œillade ou éconduire un prétendant ; les bosquets sont également fort commodes pour échafauder mille et un plans de révolution)
- le travail de traduction (passionnée de sciences dures et notamment de géologie, j'entreprends la traduction en français des travaux de Niels Stensen)
- la lecture des ouvrages de science mais également de philosophie, notamment de l'Allemand Leibniz, un jeune mathématicien très en vogue en ce moment
- l'habillement (je suis une femme particulièrement coquette et me pomponner peut prendre beaucoup de temps - trop, selon ma fille)
- mon but est de trouver un époux pour ma fille et moi-même mais, surtout, de venger mon mari à travers des alliances


Derrière le masque ...
♔ BrightMoon ♔ 21 ans ♔ Présence quotidienne
Code du règlement ♔ En cherchant un forum sur l'Ancien Régime ♔ J'ai hâte de pouvoir jouer parmi vous !  cheers




Dernière édition par Anne-Eitel de Bade-Bade le 08.12.14 15:00, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime28.11.14 18:11


Mémoires d'une veuve allemande


Petit arbre généalogique pour comprendre les liens de famille & les origines d'Anne-Eitel:
 

« Maman ? » La petite voix de Léopold tire Eitel de son ouvrage. Elle lève les yeux vers son petit dernier, s'attendrissant de voir le visage de l'enfant barbouillé de gruau. Elle essuie sa bouche et le prend sur ses genoux, l'enjoignant d'un haussement de sourcil à poursuivre. « Pourquoi devez-vous partir, maman ? » demande Léopold, ses yeux emprunts d'une profonde tristesse qui vrille le cœur d'Eitel. « Je le dois, mon tout petit. Vous comprendrez un jour que j'ai agis dans votre intérêt et dans celui de vos frères et sœur » répond-t-elle en posant son regard bleuté sur ses quatre autre enfants, assis à ses côtés dans le grand salon tendu de noir. Le cœur des von Fürstenberg-Heilingenberg saigne encore de la mort de leur seigneur, père et époux. Eitel a beaucoup pleuré mais pour leurs enfants, elle doit être forte. Son mari, Egon von Fürstenberg-Heiligenberg, prince du Saint Empire a trouvé la mort lors de la guerre franco-lorraine pendant laquelle il s'est battu aux côtés du duc Charles contre le roi Louis – un mauvais choix politique qui lui a coûté la vie, laissant derrière lui une veuve de trente-trois ans et cinq enfants.

Eitel vrille son regard acier sur Egon-Maximilien, son aîné. Il n'a pas seize ans, mais le voilà appelé à succéder à son père. Le nouveau prince et comte n'est pas prêt à assumer sa charge, Eitel ne le sait que trop. Son fils est cultivé, adepte de littérature, d'histoire et de géopolitique mais il n'a pas la réflexion et le recul nécessaires pour gouverner une seigneurie. Son tempérament bagarreur risque d'entraîner le comté dans de sérieux ennuis si un adversaire se permet une offense. Il y a une autre solution : le frère aîné d'Eitel, Léopold-Guillaume, a épousé François, la sœur cadette d'Egon, en seconde noce. Son fils a l'avantage certain de descendre par les hommes, mais Eitel n'a aucune confiance en son frère et sait qu'il peut mettre le comté à feu et à sang pour en récupérer la possession. Pour le moment, les terres allemandes sont tranquilles et Léopold-Guillaume pleure son beau-frère comme le reste de la famille – en tout cas, en apparence.

Eitel dépose un baiser sur le front de Léopold et le laisse rejoindre sa sœur Claire, qui lui propose une promenade dans le parc du château familial. La comtesse enjoint ses autres enfants à faire de même et tandis que tous rejoignent les allées ensoleillées, Eitel se retire dans son secrétaire. Elle tire de sa table de travail un petit carnet de cuir relié qu'elle vient tout juste d'acquérir. Elle en feuillette les pages, s'enivrant de cette odeur caractéristique qu'ont les volumes de cuir. Elle prend place dans sa bergère, se saisit d'une plume et en trempe la point dans un encrier avant d'écrire.

* Juillet 1667.

En ce jour, moi Anne-Eitel Catherine Maria de Bade-Bade, comtesse von Fürstenberg-Heiligenberg et princesse de Fürstenberg couche sur le papier ma vie, afin de servir à l'édification de mes enfants s'il plaît à Dieu de me retirer la vie comme il a pris celle de mon défunt époux Herman Egon.

Je suis née le 12 juillet 1634 à Baden-Baden, en terre d'empire. Mon père, le margrave Guillaume Ier de Bade-Bade avait épousé ma mère, la princesse Marie de Hohenzollern-Hechingen le 13 octobre 1624. Par ma mère, je descends des comtes de Hohenzollern, une puissante famille nobiliaire dont l'arbre généalogique nous mène jusqu'au XIVe siècle et dont l'honneur se forgeât dans les exploits guerriers. Par mon père, je suis l'arrière-arrière petite-fille du roi Gustave Vasa de Suède.
Six ans après ma naissance, ma mère nous quittait pour le Paradis. Dévoré par la tristesse, mon père garda la chambre durant de longs mois, inconsolable de la perte de cette épouse tendre et dévouée. Il lui fallut dix ans pour qu'il se décide à en épouser une autre. En 1650, il prit pour seconde femme la comtesse Maria von Öttingen qui lui donna d'autres enfants, élargissant la marmaille vivant au château de Baden-Baden. Imaginez une immense bâtisse aux murs blancs entourée de jardins luxuriants s'élevant au-dessus d'une ville thermale fierté de l'Empire. C'est dans cet éden que j'ai grandi, auprès de mes nombreux frères et sœurs.

Mon père est un homme puissant et dès mon enfance, je me suis habituée à voir défiler en notre demeure maints hommes de pouvoir. Enfant, j'idolâtrais ce seigneur allemand pétri d'idéal médiéval qui me serrait affectueusement contre lui et me faisait sauter sur ses genoux. En grandissant, j'ai découvert les ténèbres qu'il avait étendues sur les terres de Baden-Baden. Sous les frondaisons de la mystérieuse Forêt Noire s'étaient déroulées des arrestations et des exécutions sommaires sous accusation de sorcellerie qui avaient, entre 1626 et 1631, causé la mort de 231 personnes – majoritairement des femmes. Lorsque mes yeux tombèrent sur les chroniques d'avant ma naissance, mon père me dégoûta. Commença alors notre lent éloignement. Que pouvais-je attendre d'un homme qui avait condamné à mort des femmes indépendantes et fortes d'une éducation que je ne recevrais jamais ?

Les jours heureux de mon enfance s'étiolèrent vers le destin d'une fille d'aristocrate allemand – il fallut me marier. Mon père ne mit pas longtemps à me trouver le mari idéal, à savoir le troisième fils d'un seigneur de guerre de la Ligue catholique et prince d'Empire, cousin maternel de surcroît. Cet époux semblait n'avoir aucune tare – accompagné d'une immense fortune. L'année 1649 me vit donc m'unir à Herman Egon de Fürstenberg, fils du prince Egon VIII. La mort dans l'âme, je dû quitter le palais de mon enfance pour la demeure principale de ma belle-famille, le somptueux château de Heiligenberg, sur les hauteurs du lac de Constance. Ma volonté de satisfaire mon époux en lui donnant des enfants fut rapidement supplantée par un désir de contenter mes propres envies qui, au fil des années, se mêlèrent à celles d'Egon. Lorsque nous naquît Egon-Maximilien, une étincelle s'alluma dans les yeux de mon mari. J'y vis enfin de l'amour. J'avais accomplis mon devoir et nous pouvions désormais nous aimer sans craindre l'avenir. Longtemps nous prétendîmes que seule une profonde affection et un immense respect nous unissaient, mais c'était mentir à nos propres âmes.

L'année qui suivit la naissance de notre premier enfant, nous entreprirent un tour d'Europe. Egon n'occupant pas de poste important dans l'Empire – contrairement à son frère aîné Ferdinand, colonel et membre du Conseil Aulique – nous avions une grande liberté de mouvement. Nous prîmes notre envol pour la France, séjournant quelques temps à Nancy puis rejoignirent Paris. Un autre de mes beaux-frères, l'évêque de Strasbourg, nous fit entrer à Versailles. La beauté du palais royal acheva de consolider notre opinion de la France. Nous aimions ce pays tout autant que notre chère Forêt Noire et jurâmes d'y revenir. Les années qui suivirent, quatre héritiers agrandirent la maison de Fürstenberg. Le père d'Egon nous offrit le palais de Donaueshingen peu avant sa mort. Nous nous y installâmes pour le plus grand plaisir des enfants, qui ne supportaient que difficilement la rigidité avec laquelle leur grand-père régentait jusque là nos vies.

Tandis que mon époux vaquait à ses occupations auprès de son frère aîné, le nouveau prince de Fürstenberg, j'entrepris de consolider mon éducation. Me sachant dotée d'une cervelle et d'un minimum de réflexion – ma belle-mère ne me disait pas sotte pour un kreuzer – j'entrepris de meubler mon esprit dans l'ère du temps. Grâce à l'imposante bibliothèque de Donaueschingen, je m'ouvris aux philosophes, aux scientifiques et aux écrivains. Mon attention se porta tout particulièrement sur les scientifiques, me découvrant une passion pour la géologie et l'anatomie. Je tirai une certaine fierté d'être germanique, tout comme ces grands hommes dont les écrits commençaient à faire fureur et à déclencher les passions. Ma réflexion se construisit, mon esprit s'emplit de raisonnements et je pu faire honneur à mon mari en présence d'hommes lettrés.

En 1662 mourût mon beau-frère Ferdinand, détenteur du grade de colonel et du titre de prince de Fürstenberg. L'intégralité des titres et possessions de la famille revinrent à Egon, nous élevant au rang de princes de Fürstenberg. Mon mari dû partir pour la cour impériale afin d'y présenter ses respects à Léopold de Habsbourg. Les deux semblèrent bien s'entendre et Egon revint avec la confirmation de ses prérogatives de colonel et membre du Conseil Aulique. Ce fut alors que mon père, le margrave de Bade-Bade, eut l'idée profondément stupide de mettre un pied sur le trône du Saint-Empire. L'empereur Habsbourg n'étant pas encore marié, mon père proposa l'une de mes demi-sœurs, Marie Anne. L'arrogance qu'eut mon père de croire que le régent de Bade-Bade pouvait imposer une épouse à l'empereur lui coûta cher : Léopold rejeta sans fioritures la main de Marie Anne et humilia mon père. Cependant, cette rixe à première vue banale entre l'empereur et l'un de ses gouverneurs marqua le début de mes malheurs.

Parce que mon époux était un fervent serviteur de l'empereur, mon père commença à regretter de l'avoir choisi pour sa fille et si la maison de Fürstenberg était catholique, elle n'avait cependant pas la dévotion des Bade-Bade – déplaisant à mon père. Le printemps 1667 frappa la fin de ces puériles conflits d'intérêt internes à l'empire pour projeter le spectre de la guerre sur toute l'Europe. Egon rejoignit le camp du duc de Lorraine, obéissant à l'injonction de l'empereur. Mon père, par pure vengeance pour l'affront subit par le rejet de Marie Anne offrit son aide au roi de France. Déchirée entre mon sang Bade-Bade et mon alliance avec les Fürstenberg, je choisis par amour de rejoindre les rangs de l'empereur contre le roi Louis. Pour mon mari, il n'était guère envisageable d'agir différemment que de prouver son allégeance à l'empire : son grand-père, Frédéric IV de Fürstenberg avait été un seigneur de guerre de la Ligue Catholique, lorsque la guerre avait déchiré le continent entre 1618 et 1648. Pendant trente ans, les princes de Fürstenberg avaient prouvé par le sang leur loyauté à la couronne impériale. Par la même, mon cœur et mon âme étaient tout entiers à la maison de mon époux.

Nous ralliâmes tous deux la cour de Lorraine, à Nancy, où Egon offrit ses services au duc Charles. La jeunesse de la duchesse Marie Louise me rappela mon propre âge, lorsqu'Egon et moi nous étions mariés. Si j'avais eu la chance d'épouser un cadet, elle accédait directement au titre de duchesse et je ne pouvais qu'imaginer les difficultés pour une enfant de seize ans à s'imposer à la cour de son époux. Je savais dès notre arrivée à Nancy qu'Egon risquait de partir à la guerre aux côtés du duc. Lorsqu'il m'annonça l'imminence du départ pour le champ de bataille, je le suppliai de rentrer chez nous. Rien n'y fit. Je n'oublierai jamais le mépris à mon encontre qui incendia son regard lorsque je mentionnai la fuite. « Je suis un homme de guerre ou je ne suis pas » furent les derniers mots qu'il prononça avant de disparaître.

Il mourut au combat, comme nombre d'hommes. À mon désespoir, vint s'ajouter l'ire de mon père, allié de la France, qui échafauda mille et un plans pour sauver sa fille du déshonneur d'être la veuve d'un seigneur germanique. Ce fût alors que lui vint une idée de génie : me marier à un Français. Mon titre et les services de mon défunt mari m'assuraient la sympathie de l'empereur – du moins me permettaient de n'en être pas inquiétée – mais mon sang me liait à la patrie de Saint Michel. Pour assurer l'héritage de la maison Fürstenberg à mon fils aîné, je dû ployer et promettre d'épouser un Français – tout comme ma fille Claire. Me voilà désormais prisonnière d'un accord passé avec mon propre père qui ne vit jamais en moi qu'une monnaie d'échange dans le jeu d'échec des puissances d'Europe de l'ouest...  


Eitel pose sa plume et relève la tête. Son regard clair court au-delà de la fenêtre lui faisant face, jusqu'à l'horizon couvert par le parc de Donaueschingen et les hauts arbres de la Forêt Noire. Les paysages de son enfance lui manqueront. Dans chaque pierre du château, dans chaque arbuste du parc et dans chaque rire de ses héritiers respire le souvenir du seigneur des lieux. Un mariage avec un Français trahira la mémoire du prince de Fürstenberg mais Eitel se console en pensant que lui aussi, aurait agi ainsi pour défendre l'héritage de ses enfants et venger la mort sa femme. Eitel se lève et gagne la fenêtre qu'elle ouvre, laissant l'air printanier s'engouffrer dans la pièce. « Je suis une femme de guerre, ou je ne suis pas » murmure-t-elle enfin.

* * *

Eitel arrive à la cour de France au début de l'été 1667, accompagnée de sa fille Claire. La princesse de Fürstenberg y connaît déjà un certain nombre de personnes puisque son mari et elle y sont venus en 1951, alors qu'ils faisaient le tour de l'Europe. Cependant, la situation est différente. Elle est aujourd'hui la veuve d'un opposant et c'est son sang de Bade-Bade qui lui offre le bénéfice du doute. Eitel, si elle est une femme, n'en reste pas moins une veuve animée par la vengeance. Elle a conscience qu'elle ne peut vouloir la mort la mort du roi ou de son entourage sans qu'elle et sa famille n'en payent les conséquences. Elle ne restera cependant pas les bras croisés. Elle a entendu les murmures d'un commerce de poisons et hésite à approfondir la question. De plus, elle cherche à s'intégrer plus avant dans la vie de la cour, notamment en apportant son soutien au ministre Colbert. En agissant de la sorte, Eitel est loin d'être désintéressée. Elle sait que le fils du ministre, Jean-Baptiste Colbert de Signelay n'est pas encore marié et qu'il est à peine plus âgé que Claire de Fürstenberg. Eitel n'est encore que superficiellement liée aux Colbert, mais elle entrevoit certaines possibilités de s'implanter à la cour pour devenir la parfaite aristocrate, celle dont on ne se doutera pas.


Dernière édition par Anne-Eitel de Bade-Bade le 08.12.14 14:47, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amy of Leeds


Amy of Leeds

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Mère enfin apaisée et femme comblée mais pour combien de temps encore ?
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7252
Date d'inscription : 10/09/2006


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime28.11.14 18:24

Bonjour Anne et bienvenue sur Au Temps de Versailles, Smile

Avant que tu n'ailles plus loin dans ta présentation, pourrais tu nous présenter ton personnage inventé, en remplissant un petit questionnaire de rien du tout stp ? ^^ Car en fait, comme nous l'avons mis dans notre règlement, nous préférons que nos chers petits membres prennent en priorité nos prédéfinis même si nous sommes ouverts aux inventés.

Selon tes réponses, ça nous permettra de t'aiguiller au mieux. Clin d'Oeil

Tout se trouve au lien ci dessous :

https://autempsde-versailles.actifforum.com/t3311-recherche-et-creation-de-personnage-invente

Merci à toi, et à très vite. Clin d'Oeil

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime28.11.14 18:31

Je m'y atèle de ce pas Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime08.12.14 15:25

Et voilà, fiche terminée !
Pour ce qui est du code, j'ai beau avoir relu trois fois le règlement, impossible de le trouver...
Revenir en haut Aller en bas
Paris de Longueville


Paris de Longueville

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Une servante de ma connaissance...
Côté Lit: la servante sus-citée l'a déserté, profitez-en!
Discours royal:



ADMIN BIZUT
Phoebus
ৎ Prince des plaisirs

Âge : 20ans
Titre : Prince de Neuchâtel
Missives : 4041
Date d'inscription : 12/01/2010


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 14:04


Tu es validé(e) !

Bienvenue à

Versailles !


C'est moi, l'admin stagiaire qui met du temps à répondre Green Pour me rattraper, j'ai l'immense plaisir de te valider **
J'ai dévoré ta fiche qui est parfaite! On y trouve tout: son histoire, ses attentes, ses apirations ** Anne-Eitel est super intéressante, tu as trouvé un super personnage à la hauteur du forum Very Happy

Je viendrai te voir vite avec ma "petite" Marie-Louise de Chevreuse What a Face

A très vite sur le flood cheers

Une fois la validation passée, il faut recenser ton avatar, puis créer ta fiche de liens et consulter celle des autres, remplir le point info et le consulter pour savoir qui fait quoi.
A partir de 50 messages, vous pourrez demander un logement et à 100 messages un rang personnalisé.
Viens faire un tour sur
le flood et n'oublie pas de mettre tes liens de présentation, fiche de liens et point info dans ton profil Clin d'Oeil




______________________



"Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables,
et tout le plaisir de l'amour est dans le changement."


This, is Paris:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 14:09

Avec une telle bouille, je ne peux que te pardonner, mon biquet Brave Bête Merci du fond du cœur, pour cette avalanche de compliments ! Permanente
Je me hâte de faire tout l'administratif, pour me lancer au plus vite au cœur de l'aventure ev
Revenir en haut Aller en bas
Amy of Leeds


Amy of Leeds

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Mère enfin apaisée et femme comblée mais pour combien de temps encore ?
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7252
Date d'inscription : 10/09/2006


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 14:45

Et bienvenue officiellement sur ATV, Anne !!!!!!!!!!!!!!!! sunny

On regrette vraiment pas de t'avoir dit oui ! ** Ce perso roxe vraiment du poney ! cheers En + Lara Pulver quoi ! **

Amuse toi bien parmi nous et n'hésite pas à venir nous voir sur le flood ! Very Happy

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 14:48

Merci encore Amy Amour Je ne vous ferai pas regretter de me permettre de la jouer ! Quoi que, quand elle aura mis la foire partout, peut-etre que vous regretterez What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Derek de Saxe


Derek de Saxe

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: pas encore de problèmes cardiaques, merci de vous en préoccuper
Côté Lit: Surprise, ça bouge!
Discours royal:



En toute modestie
deutsche Qualität

Âge : 26 ans
Titre : Prince-héritier de Saxe, Duc de Saxe-Weissenfels
Missives : 883
Date d'inscription : 07/02/2012


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 15:33

De la part d'un autre membre de la maison Hohenzollern,branche franconienne cette fois, bienvenue sur ATV!  cheers
Ta fiche est une petite merveille et Anne Eitel semble être un personnage haut en couleurs! **

______________________

Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers

Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) 87199677343

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Philippe d'Orléans


Philippe d'Orléans

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, piétiné et maintenant celui qui était à mes côtés est devenu mon ennemi. Quelle cruelle destinée !
Côté Lit: Le lit de mon palais est si confortable et accueillant !
Discours royal:



ADMIN TRAVESTIE
Monsieur fait très Madame

Âge : 27 ans
Titre : Prince de France, Monsieur le frère du Roi, Duc d'Orléans, de Chartres, d'Anjou, seigneur de Montargis
Missives : 10014
Date d'inscription : 03/01/2007


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 16:02

Très jolie fiche en tout, je suis plus que contente d'avoir accepté ton personnage très intéressant **

J'espère que tu te plairas parmi nous Very Happy

______________________

Joyeux Anniversaire mon Prince <3


OH YEAH:
 


Revenir en haut Aller en bas
Frances Cromwell


Frances Cromwell

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Certes, mon époux y occupe une place, mais le reste est tout entier dévoué à ma vengeance.
Côté Lit: Personne, hormis mon époux, à l'occasion, en Angleterre. Mais comme je suis en France à présent...
Discours royal:



La B e l l e D a m e sans Merci

Âge : 28 ans
Titre : Comtesse de Longford
Missives : 716
Date d'inscription : 06/06/2008


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 16:13

Quel personnage !  **  J'ai beaucoup aimé ta fiche et en plus, j'ai lu qu'Anne-Eitel s'intéressait aux poisons, c'est bien sympathique tout ça What a Face .

Bref, sois la bienvenue sur ATV, et au plaisir de se retrouver chez l'apothicaire ! tongue

______________________

La Belle Dame sans Merci
I met a lady in the meads,/Full beautiful, a fairy's child;/Her hair was long, her foot was light,/And her eyes were wild. ⌘ John Keats

Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime09.12.14 18:55

Wah ** Un personnage inventé, et quel personnage inventé, du Saint-Empire en plus (et le Saint-Empire n'est pas si facile que ça, en plus!) Et puis c'est bien Irene Adler Lara Pulver que je vois là?

En tout cas, bienvenue parmi nous, et très jolie fiche que j'ai eu grand plaisir à lire! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Rose Beauregard


Rose Beauregard

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Pas de coeur, cela ne cause des troubles de l'humeur et c'est trop fragile. Car quand on le brise, ça fait si mal, un coeur.
Côté Lit: Je ne compte plus les hommes, seulement les pièces qu'il laisse une fois qu'ils ont fait leur affaire.
Discours royal:



    Ô la belle ÉPINE
    pleine de rose


Âge : 24 ans
Titre : Prostituée ; Princesse de Schwarzenberg (faux titre)
Missives : 351
Date d'inscription : 04/11/2011


Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime10.12.14 15:22

Bienvenue **
J'adore ton personnage, j'espère qu'on trouvera un lien car Anne rocks Rock on

______________________

Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Tumblr_inline_movvzbTv5b1qz4rgp
Vous les femmes, vous le charme,
vos sourires nous attirent nous désarment.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Empty
MessageSujet: Re: Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)   Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Anne ♔ mémoires d'une mère éplorée (ou pas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Japon, mémoires d'un Empire secret
» (F/Libre) Leigh-Anne Pinnock ? Always be together
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Séduire pour mieux détruire ... :)
» Olivia Kerner (Poufsouffle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENNES FICHES
-
Sauter vers: