AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime20.09.12 11:54

Voilà plusieurs jours que la nouvelle année avait été célébrée, que l'hiver avait pleinement prit ses aises en recouvrant Versailles d'un glacial manteau blanc qui ne semblait pourtant pas refroidir les ardeurs de la Cour. La guerre se préparait activement, les rumeurs allaient toujours bon train si ce n'est plus et les complots filaient en douce dans les recoins sombres du château.

Voilà plusieurs semaines que le dîner chez ces banquiers italiens de malheur avait eu lieu et pourtant... et pourtant rien n'effaçait l'acide amertume que ressentait le compositeur depuis ce soir-là. Seulement, il savait dans un coin de sa conscience que ce jour devait arriver mais apprendre par pur et simple hasard que Colonna avait trouvé femme à accrocher à son bras même s'il l'avait présenté comme sa fiancée, c'était absolument à l'opposé de ce qu'il s'était imaginé. Qu'importe, les faits était les même: il lui avait omis ce "petit" détail.

Aujourd'hui, le florentin avait été invité par l'une des dames de la Cour pour l'après-midi mais s'était rapidement lassé des joutes verbales et jeux de cartes qui ponctuaient ces évènements hivernaux. L'italien avait pris congé, récupéré son lourd manteau et s'était enfui vers les jardins totalement déserts. Vu la température, personne ne songerait à le suivre, le laissant ainsi rêver, dans l'orangerie, à mille et une tortures qu'il pourrait faire subir à Alaina sans pour autant se mouiller. Mais c'était sans compter la détermination d'une jeune tête brûlée bien décidée à ne pas le laisser tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Luigi Colonna


Luigi Colonna

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Tant qu'il bat encore, il battra fort pour son italien, le seul.
Côté Lit: Un certain florentin le partage la plupart du temps. D'autres aussi, moins souvent ...
Discours royal:



    CASSE-COU
    1000 vies,
    un corps


Âge : 27 ans
Titre : Prince di Paliano (de la Palissade), membre de la famille Colonna
Missives : 602
Date d'inscription : 18/09/2011


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime23.09.12 18:37

Cela fait des semaines que je n'ai pas de nouvelles et cela me tue. J'en ai assez des mensonges qui s'accumulent, voilà maintenant que ma vie privée en pâtit. Mais comment ne pas dévoiler ma couverture ce soir-là sans froisser ni ma collègue ni mon amant ? Dire qu'Aline était ma fiancée était une erreur, mais avais-je d'autres choix ? Non. Maintenant, il faut payer le prix …

En ce jour de janvier, Luigi avait une nouvelle fois fait le déplacement jusqu'au manoir de son amant qui faisait le mort depuis ce fameux dîner. Maudit dîner car non seulement elle fut nulle au niveau des informations mais en plus, cela avait entaché son couple. On ne pouvait pas faire plus mauvaise soirée. Et depuis, Lully refusait de lui parler, de le voir et même de répondre à ses mots. Le romain n'en pouvait plus et tenta une fois de plus de passer la porte du manoir où on lui interdisait maintenant l'accès.

« Ce n'est pas contre vous monsieur le prince, mais le maestro est clair … »
« J'ai compris, ne vous en faites pas. Mais est-il là ? »
« Non, il est … à Versailles. »


Luigi leva les yeux au ciel. Évidemment que le compositeur s'y rendait le jour où le romain ne se présentait pas aux yeux de la Cour ! A croire que c'était vraiment fait exprès. Par ce froid, Luigi avait daigné sortir de ses appartements et faire plusieurs kilomètres pour se rendre ici, une nouvelle fois pour rien. Il savait le valet fiable et qu'il ne mentait pas pour se dire qu'il fallait faire demi-tour pour tenter d'avoir une conversation avec Jean-Baptiste, au moins s'échanger quelques mots, le romain en avait assez de courir après le musicien pour rien. En tout cas, ce n'était pas au manoir qu'il se passerait quelque chose alors autant s'en retourner à Versailles. Alors qu'il faisait demi-tour, le domestique l'interpella.

« Un paquet a été déposé pour vous. Je l'ai caché aux yeux du maestro car je pense que c'est important. »

En effet, il s'agissait de ses remèdes que l'herboriste Helle de Barnekow lui faisait apporter pour se soigner. Et cela n'était pas du luxe en cette période de l'année, l'hiver n'était jamais bon pour les personnes à santé fragile comme lui. Après l'avoir remercié, le romain s'en retourna à Versailles avec un objectif : retrouver le compositeur pour avoir une vraie conversation. Mais impossible de mettre la main dessus. Certains l'avaient vu, il avait accepté l'invitation d'une noble et Luigi s'y était rendu, l'air de rien. Mais personne, enfin pas de Lully en tout cas. Après une recherche infructueuse pendant plus d'une heure, Colonna abandonna et retourna en ses appartements pour s'occuper de quelques paperasseries, cela lui ferait faire autre chose. Mais c'est souvent quand on abandonne que les informations tombent du ciel. Leone, son valet, rentra à son tour des appartements et s'en alla dire à son maître qu'il avait croisé le compositeur italien.

« Où ça ? Leone, dites moi où vous l'avez vu et où il allait ! »
« Je l'ai vu sortir du château à l'instant, pour aller vers les jardins. »


Courant à la fenêtre, Luigi vit en effet une unique silhouette qui se dirigeait vers l'Orangerie. Il n'en fallait pas plus au prince pour s'habiller à nouveau et sortir en trombe de ses appartements et se rendre à son tour dans les jardins.

Quel vent dans ces maudits escaliers ! Cela s'infiltrait dans le manteau du romain qui en frissonna. Pourtant avec un tel habit doublé en fourrure, il n'y avait pas de raison d'avoir froid. Mais ce n'était pas pour autant qu'il ferait machine arrière, il était déjà à la moitié des marches et apercevait très nettement le compositeur entrain de marcher, l'air dans ses pensées. Sûrement à imaginer comment étrangler son amant, pensa Luigi, toujours avec son humour un peu noir. Ce n'était pas si drôle finalement quand il arriva dans l'Orangerie, marchant doucement, hésitant à finalement faire demi-tour. Le romain avait déjà vu son amant en colère, mais principalement contre lui-même, sa partition ou quelques musiciens, Luigi avait souvent des remarques par rapport à sa santé mais jamais plus. Lorsqu'il s'avança un peu plus, le compositeur avait du sentir une présence derrière lui car il se retourna, et put voir Luigi emmitouflé dans son manteau et l'air gauche. A dire vrai, le prince se sentait stupide d'être là, n'avait même pas pensé à préparer un petit discours ou quoi que ce soit. Il ouvrit la bouche une première fois mais la referma aussitôt. Puis finalement, il prit la parole, peu rassuré avec une moue désolée.

« Je dois vous paraître désobligeant à vous harceler de la sorte. Mais si ni mes visites au manoir ni mes messages ne vous font réagir et que je dois être obligé de vous chercher partout dans le château ou dans les jardins, je suis donc forcé de me montrer désobligeant. »

Luigi n'avait jamais été un froussard, c'était même carrément une tête-brûlée, prêt à tout, bien qu'il ne fut jamais vraiment préparé à vivre une dispute de couple ni à être la cible du courroux de son amant. Certes, c'était mérité : Lully le pensait fiancé à cette demi-irlandaise et ne lui en avait jamais parlé. C'est vrai que de ce point de vue là, il avait tort. Il suffisait de lui expliquer qu'il n'était pas fiancé. Mais cela amènerait à expliquer le pourquoi du mensonge … Que c'était compliqué ! La discussion n'allait pas être simple, c'était certain.

« Vous m'évitez depuis quelques temps … depuis ce dîner. Peut on en parler … comme des adultes que nous sommes ? »

Colonna qui proposait une discussion d'adultes, lui qui était encore un grand enfant dans sa tête, c'était assez étonnant !

______________________






« Vivre, c'est survivre. »

Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 5espio11 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 20rpfl10 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 23rpec10

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime23.09.12 22:26

Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 6-3Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 0000g5w2
"Tu le suis, il te fuit. Ça te rend fou.
Ces regards, ces rendez-vous, tous ces pièges qui se déjouent, à quoi bon?
Qu'est-ce que t'attends, à quoi tu joues ?"

Malgré le froid environnant qui aurait pu lui assurer une tranquillité certaine, Lully avait la désagréable impression d'être suivi. Essayant d'en faire abstraction, il continua quelques minutes à marcher tranquillement mais finit par se retourner sur un Colonna empêtré dans un lourd manteau et bravant la température glaciale de l'Orangerie. Comme un poisson hors de l'eau, le jeune prince prit une première inspirée avant d'hésiter et de se jeter à l'eau, agaçant légèrement le florentin.

« Je dois vous paraître désobligeant à vous harceler de la sorte. Mais si ni mes visites au manoir ni mes messages ne vous font réagir et que je dois être obligé de vous chercher partout dans le château ou dans les jardins, je suis donc forcé de me montrer désobligeant. »

Si Luigi s'attendait à une réponse, il se récolta un simple haussement de sourcil et un pincement de lèvres, signe évident de mécontentement chez le compositeur. Qu'il aille au diable avec son air penaud et ses yeux implorant un peu d'attention pour se justifier! Voyant qu'il n'obtiendrait aucune réponse à son petit monologue, le jeune homme sembla prendre sur lui pour prendre le risque d'attiser un peu plus la fureur de son ancien amant.

« - Vous m'évitez depuis quelques temps … depuis ce dîner. Peut on en parler … comme des adultes que nous sommes ?
- En adultes?, demanda Lully en partant dans un grand éclat de rire avant de reprendre sans prêter la moindre attention à l'expression de Luigi, dites-moi qui de nous deux est adulte? Vous, qui me cachez une fiancée après m'avoir demandé de mettre en sûreté une cassette dans mon manoir ou moi qui ai fermé les yeux? Si nous étions adultes, il y a bien longtemps que vous m'auriez expliqué tous ces coups et blessures que j'ai soignés.», asséna le surintendant d'un ton plus polaire que le vent qui soufflait autour d'eux tout en resserrant les pans de son manteau de fourrure autour de lui.

« Mais soit, allez-y, servez-moi donc un de vos innombrables contes au sujet de cette demoiselle en proie aux bouffées de chaleur typiques des jeunes filles de son âge. »
Ce repas avait été un cauchemar ancré dans la réalité. Il revoyait encore Alaina se présenter comme la fiancée, ou femme, de Luigi. Le prince avait été l'un des rares à pouvoir suffisamment amadouer le vieil ours qu'était le florentin dont la réputation d'ignoble personnage n'était plus à faire.
Et cette façon qu'elle avait eu de minauder en plus de glousser comme une pintade... si seulement il avait pu en faire son dîner, il y a belle lurette qu'il l'aurait fumé!
Fulminant intérieurement, Jean-Baptiste défia Di Paliano du regard de lui mentir à nouveau. Il s'agissait d'un pur et simple avertissement: soit il lui disait la vérité, soit il optait pour son habitude et perdait le musicien à jamais. Cruel dilemme mais les sacrifices ne sont pas si rares que ça à Versailles.


Dernière édition par Jean Baptiste Lully le 03.10.12 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Luigi Colonna


Luigi Colonna

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Tant qu'il bat encore, il battra fort pour son italien, le seul.
Côté Lit: Un certain florentin le partage la plupart du temps. D'autres aussi, moins souvent ...
Discours royal:



    CASSE-COU
    1000 vies,
    un corps


Âge : 27 ans
Titre : Prince di Paliano (de la Palissade), membre de la famille Colonna
Missives : 602
Date d'inscription : 18/09/2011


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime03.10.12 17:52

Hum … Ça ne serait pas si simple. Luigi s'attendait à ce que son amant ne soit pas coopératif, ni même bien bavard mais le silence était intolérable. Venant de la part d'un garçon qui ne disait pas tout sur sa vie, cela pouvait paraître risible, voire même ridicule mais aux yeux du romain, il y avait une sacrée différence entre passer des choses sous silence pour protéger une personne à qui on tient, et faire sa tête de mule ! Luigi était conscient de ses propres erreurs, il les faisait délibérément car ses secrets d'espion n'appartenait qu'à lui, qui sait ce qui pouvait se passer si la vérité éclatait ? Non, Luigi n'était pas prêt à tout raconter, comme ça au grand air, dans ce froid face à son amant qui ne semblait pas très réceptif.

Il faut dire que ce dîner n'avait pas été un grand succès, et Aline qui jouait sa fiancée en avait rajouté des couches, jusqu'à un point de presque non-retour, voire de total non-retour vu comment se comportait le compositeur italien.

« En adultes? » lança Lully en riant.
« Je ne vois pas ce qu'il y a de drôle. » rétorqua le romain en arquant un sourcil. Mais bien vite la discussion fut plus froide.
« Dites-moi qui de nous deux est adulte? Vous, qui me cachez une fiancée après m'avoir demandé de mettre en sûreté une cassette dans mon manoir ou moi qui ai fermé les yeux? Si nous étions adultes, il y a bien longtemps que vous m'auriez expliqué tout ces coups et blessures que j'ai soigné. »

Touché. Luigi baissa son regard clair sur le sol. Son amant avait raison, il était plus que tolérant à tous les secrets et les demi-mensonges que le romain lui servait. Jamais il n'avait posé la moindre question ou alors n'insistait pas quand l'autre ne lui répondait que par un silence. C'était courant entre eux, cela se passait bien et Colonna avait le tort de penser que cela durerait ainsi éternellement … Mais comment expliquer tout cela sans rendre la situation encore plus compliquée ? Et si Luigi expliquait son passé et sa fidélité actuelle au roi de France, comment le prendrait le compositeur ? Et si quelqu'un de mal intentionné venait à découvrir leur relation après toutes ces révélations ? Non, Lully ne devait pas être un dommage collatéral à ses ennuis, il s'en voudrait trop s'il lui arrivait quelque chose.

« Je … » tenta t'il de dire mais il fut coupé.
« Mais soit, allez-y, servez-moi donc un de vos innombrables contes au sujet de cette demoiselle en proie aux bouffées de chaleur typiques des jeunes filles de son âge. »

Cela eut l'effet d'un douche froide. Un de ses contes ? Certes, le romain lui mentait mais n'était pas non plus un fabulateur ! Quant à la façon dont Lully parlait d'Aline, on ressentait clairement de l'amertume et surtout de la jalousie. Dans un autre contexte, cela aurait fait sourire Luigi, amusé que son amant joue les jaloux de la sorte. Mais le ton était si méchant, si dur, sans oublier ce regard froid, ce bleu glacial que le romain put voir alors qu'il relevait les yeux vers lui. Que dire, que faire ? Dire toute la vérité, non, il avait promis. Mais mentir n'était pas non plus une bonne stratégie en cet instant. Enfin il pouvait bien jouer sur les deux tableaux, c'était risqué mais rien d'autre n'était envisageable.

« Je … je ne suis pas vraiment fiancé. Pour l'instant il disait la vérité. Ma mère m'a annoncée qu'il était temps de me marier, je vous ai assez parlé d'elle pour que vous compreniez que je n'avais pas mon mot à dire dans cette histoire. Je peux vous le prouver, j'ai encore notre correspondance ! J'ai joué la comédie … »

Il poussa un très long soupir. L'histoire était vraie, mais la fausse fiancée n'était pas du tout Alaina, pas du tout même. Luigi avait engagé la Belle Iole, comédienne chez Racine que Ferdinand lui avait présenté. Il fallait arranger l'histoire du mieux qu'il le pouvait, jongler sur les deux tableaux, en rajouter une couche, tenter de moduler un peu tout ça. Contrairement à ce que lui avait dit Aline, il était possible de moduler les histoires, juste il fallait se montrer suffisamment convaincant.

« Je connaissais mademoiselle d'Argouges au travers de quelques amis et je savais qu'elle avait un certain … penchant pour moi. Si Aline entendrait cela, elle lui aurait fracassée son ombrelle sur la tête. Je suis odieux d'avoir monté tout ce plan et je ne vous en ai point parlé parce que je suis un idiot et je penserais que tout cela serait réglé très vite. Je ne pensais pas tomber sur vous ce soir là … »

Il avait encore menti, toujours le mensonge. Il ne pouvait pas griller sa couverture sans griller celle de sa collègue, c'était trop dangereux. A cet instant, Luigi se tordait les mains gantées, avec un air désolé sur le visage. Il ressemblait à un enfant qui venait de faire une grosse bêtise et ses yeux gris-bleus semblaient dire désolé. Mais il n'était pas sûr que cela fonctionnerait !


______________________






« Vivre, c'est survivre. »

Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 5espio11 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 20rpfl10 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 23rpec10

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime03.10.12 22:43

Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 6-3Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 0000g5w2
"Tu le suis, il te fuit. Ça te rend fou.
Ces regards, ces rendez-vous, tous ces pièges qui se déjouent, à quoi bon?
Qu'est-ce que t'attends, à quoi tu joues ?"

Tout en croisant les bras sur son torse, en tenant fermement les pans de son manteau autour de lui, pour essayer de garder une température corporelle convenable avec ce froid, Lully darda son regard perçant dans celui de Luigi, essayant d’anticiper ce que le romain allait faire ou dire, voire même de déceler une once de mensonge dans ses yeux. Intérieurement, le florentin priait pour que le prince soit réellement sincère et lui fasse ses aveux. Il ne voulait pas le perdre à cause d’affabulations et des pirouettes verbales que le jeune homme lui murmurait comme des mots doux. Mais comment se douter que Colonna ne cherchait qu’à le protéger quand il lui revenait avec coupures, bleus, éraflures ou pire et que Jean-Baptiste s’imaginait toute une horde d’ennuis que Paliano fuyait tant bien que mal?

« -Je … je ne suis pas vraiment fiancé. Ma mère m'a annoncé qu'il était temps de me marier, je vous ai assez parlé d'elle pour que vous compreniez que je n'avais pas mon mot à dire dans cette histoire. Je peux vous le prouver, j'ai encore notre correspondance ! J'ai joué la comédie …
- Mais encore …? Ne me dites pas que vous avez choisi une irlandaise pour que votre mama fasse une syncope. Vous êtes un prince italien, vous vous devez d’épouser une italienne.»
relança Lully, ne croyant qu’à moitié ce que lui disait Luigi. Certes, il savait que sa mère mettait une pression monstrueuse sur les épaules de son fils pour qu’il se marie. Il savait aussi que le romain se rebellait contre cette idée mais qu’il avait fini par céder. Mais de là à prendre une fille du Nord…

« Je connaissais mademoiselle d'Argouges au travers de quelques amis et je savais qu'elle avait un certain … penchant pour moi. Je suis odieux d'avoir monté tout ce plan et je ne vous en ai point parlé parce que je suis un idiot et je pensais que tout cela serait réglé très vite. Je ne pensais pas tomber sur vous ce soir-là … »
Le compositeur garda le silence quelques instants, s’accordant quelques secondes de réflexion.
Histoire de bien enfoncer le clou, et de se divertir un peu aux dépends du jeune prince, Jean-Baptiste finit par prendre la parole pour creuser le récit de son interlocuteur.

« - Mademoiselle d’Argouges… on raconte de vilaines choses à son sujet, comme une histoire d'exil à cause d'un meurtre. Vous me connaissez, je n’accorde aucune valeur aux bruits de couloir, mais avouez que tout ceci ne joue pas en sa faveur à mes yeux. N’attendez pas ma bénédiction. Et puis… Oh, au diable toute cette histoire, mon avis ne pèsera pas bien lourd dans la balance d’après ce que j’ai pu comprendre ! », s’emporta Lully.
Blessé et se sentant de plus en plus trahi malgré l’attitude désolée et attristée de Luigi, le compositeur sentait son cœur battre contre ses tempes au fur et à mesure que la colère s’emparait de lui. Comment Luigi avait pu lui faire ça ? Lui préférer une irlandaise, sérieusement ? Il n’était que fils de meuniers mais il avait travaillé dur pour en arriver à sa position sociale actuelle et se faire naturalisé français, même si sa loyauté était pour son pays natal.

« - De toutes façons, ce soir-là vous étiez censé être un marchand d'art, vous pouviez vous abaisser à prendre une irlandaise comme épouse.»
Revenir en haut Aller en bas
Luigi Colonna


Luigi Colonna

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Tant qu'il bat encore, il battra fort pour son italien, le seul.
Côté Lit: Un certain florentin le partage la plupart du temps. D'autres aussi, moins souvent ...
Discours royal:



    CASSE-COU
    1000 vies,
    un corps


Âge : 27 ans
Titre : Prince di Paliano (de la Palissade), membre de la famille Colonna
Missives : 602
Date d'inscription : 18/09/2011


Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime22.10.12 17:17

« Mais encore …? Ne me dites pas que vous avez choisi une irlandaise pour que votre mamma fasse une syncope. Vous êtes un prince italien, vous vous devez d’épouser une italienne.
J'ai l'impression d'entendre ma mère, n'en rajoutez pas. »
soupira Luigi.

Ce n'était clairement pas possible de tout expliquer alors autant mélanger les deux histoires pour n'en faire qu'une seule. Oui, sa mère cherchait à le marier et oui, Luigi avait trouvé une fausse fiancée, mais ce n'était pas Aline, mais une comédienne de Racine qu'il avait engagé. Qu'importe, Lully ne saurait pas que l'histoire est en fait, deux en une. Colonna jonglait sur les mensonges, cela l'épuisait mais la vérité faisait bien trop peur et pourrait se révéler tellement dangereuse. Comment expliquer qu'un romain est au service du roi de France ? Et aussi que le Vatican le sollicitait à certains instants. Non, clairement, ce n'était pas possible … Alors tenter une histoire qui tenait la route, prétextant qu'Aline avait le béguin pour lui. Si elle apprenait que le romain avait dit cela, pas sûr qu'elle le prenne bien. Mais c'était de sa faute, si elle ne s'était pas comportée comme une amoureuse transi, une espèce d'hystérique au repas, jamais Luigi n'aurait pensé à prononcer de telles choses ! Le mensonge lui paraissait si énorme au fil des mots qu'il lançait, le jeune homme était persuadé que jamais le compositeur ne pourrait le croire ! Enfin, vous savez ce qu'on dit, les mensonges les plus énormes sont ceux qu'on avale le plus facilement … Mais le silence de Lully le mettait mal à l'aise. En plus il avait froid, Luigi n'avait non plus envie de tomber malade. Puis enfin son amant prononça quelques paroles, tenta de dénigrer Aline avec quelques histoire que Luigi ne savait pas où il avait été les chercher mais qu'importe, il dut se retenir de lever les yeux au ciel pour ne pas paraître plus insolent et plus coupable qu'il ne l'était déjà.

« … Oh, au diable toute cette histoire, mon avis ne pèsera pas bien lourd dans la balance d’après ce que j’ai pu comprendre !
Je vous signale que mon avis ne vaut pas plus que le votre. »
répondit Luigi, un peu amer.

Il détestait tous ces mensonges, voudrait tout raser et recommencer mais là ce n'était pas possible, autant garder cette histoire de fiançailles sous le coude, cela était un bon paravent à toutes les autres choses qu'il ne pouvait pas dire. Mais avec une telle histoire, Colonna allait prendre cher. Non seulement cette conversation lui faisait mal, mais elle lui faisait perdre des forces. Il avait mal au cœur, celui-ci se serrait un peu trop et même prendre une inspiration lui causait une douleur. Il ne montrait rien malgré son visage pâle. L'avantage de l'hiver était que son teint blafard passait pour naturel et rien ne trahissait ce qu'il ressentait en cet instant, mis à part quelques tremblements. Mais là, c'était le froid qui en était la cause, Colonna n'arrivait pas à se faire à tout ce froid.

« De toutes façons, ce soir-là vous étiez censé être un marchand d'art, vous pouviez vous abaisser à prendre une irlandaise comme épouse.»

Cela faisait mal, cela blessait. Et si Luigi mettait de côté Aline, il repensait au moment où il avait eu l'idée d'engager une fille pour jouer la fiancée imparfaite avant que sa mère, Gieoni Colonna, ne vienne à Versailles. Certes, tout fut fait en cachette, mais l'histoire ne devait pas durer, il fallait seulement faire peur à la mère, qu'elle refuse ce mariage et tout se serait terminé car Luigi lui aurait posé un ultimatum : cette fiancée ou rien d'autre. Mais comme dans beaucoup de plans, rien ne se passait comme prévu … Et de voir des efforts se faire rabaisser, Luigi ne pouvait pas. Ses traits se durcirent et sa voix se fit plus sérieuse alors qu'après quelques petites secondes de silence, il répondit enfin.

« Vous ne comprenez donc pas que tout ce que je fais, c'est pour ne PAS me marier ! Toute cette histoire de fiancée n'est qu'une mascarade aux yeux de ma mère ! Que tout ce que je fais, c'est justement pour ne pas prendre une épouse et être avec vous ! » s'exclama le jeune romain, dont la voix avait porté un peu plus qu'il ne l'avait cru.

Il s'avança de quelques pas pour continuer son discours. S'il était en partie coupable de cette histoire, il n'aimait pas être accablé de la sorte par son amant qui ne l'aidait pas avec une telle attitude.

« Que préférez vous ? Que ma mère me choisisse une épouse, une italienne qu'elle apprécierait et me voir quitter Versailles pour rentrer à Rome ? Ou que je contrecarre son plan avec une fiancée qu'elle détestera pour qu'elle me laisse tranquille ? Grands dieux, réfléchissez au lieu de m'enfoncer dans mes problèmes, essayez de comprendre ! »

Il détestait les disputes, les fuyait en général et voilà que Luigi élevait la voix, c'était un peu lui qui provoquait celle-ci, par ses paroles, sa voix levée et ses mensonges …


______________________






« Vivre, c'est survivre. »

Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 5espio11 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 20rpfl10 Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| 23rpec10

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Empty
MessageSujet: Re: Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|   Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully| Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Thunder only happens when it's raining. |Luigi/Lully|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche Technique de Danaël Ashlott [Ange ou démon ? Pourquoi pas les deux]
» Thunder Wolf [Achevée]
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Tutoriel: caméra libre
» Minuit, l'heure du crime || Luigi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: