AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le deal à ne pas rater :
Tome 34 édition collector de My Hero Academia : où le précommander ...
17.25 €
Voir le deal

Partagez
 

 Françoise d'Aubigné (en cours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Françoise d'Aubigné (en cours) Empty
MessageSujet: Françoise d'Aubigné (en cours)   Françoise d'Aubigné (en cours) Icon_minitime03.09.11 18:57

Françoise d'Aubigné
_______ ft. (Jennifer Love Hewitt)
Françoise d'Aubigné (en cours) Prsentationi


    ► 30 ans
    ► Dame d'Aubigné
    ► Française
    ► Fiancée


    « Il était une fois ... »

    Les fées m’avaient tourné le dos …

    Françoise est née le 27 novembre 1635 à la prison de Niort, dans la geôle de son père Constant d'Aubigné, incarcérés pour dettes et haute trahison envers la France. Sa mère, Jeanne de Cardilhac, très faible psychologiquement et fatiguée par sa vie de misère, ne se préoccupe guère de sa fille. Ainsi, Françoise passe les premiers mois de sa petite enfance chez sa tante, Madame de Villette, au château de Mursay tout près de Niort.Âgée de tout juste un an, elle quitte le continent européen pour rejoindre la Martinique, puis la petite île de Marie-Galante. Constant d’Aubigné est nommé gouverneur de la petite île, couverte aux neuf dixièmes de forêts, où Indiens et boucaniers font la loi. La famille de Françoise survit dans la pauvreté dans un monde encore " sauvage " loin des conventions de la Cour. Malgré cela, Françoise a tout de même une enfance heureuse. Elle n’est certes pas très érudite mais aime beaucoup la nature et se passionne pour la flore, et plus généralement pour la botanique.Ce séjour de six ans aux Antilles s'achève en 1647 à l'époque où la culture de la canne à sucre est en pleine expansion. Quelques mois à peine après leur retour des îles, Constant d’Aubigné succombe des suites d’une maladie pulmonaire. Jeanne, la mère de Françoise, le suivra peu de temps après. Françoise à treize ans.

    Entre l’ombre d’un couvent et la vie parisienne…

    Suite à la mort de ses parents, la jeune Françoise est à nouveau prise en charge par sa marraine de Niort, Mme de Villette, fervente protestante. Mais Mme de Neuillant, cousine éloignée de Jeanne de Cardilhac obtient de la reine-mère Anne d'Autriche une lettre de cachet pour récupérer Françoise et la prendre sous son aile. Elle la place contre sa volonté au couvent des Ursulines de Niort, puis chez les Ursulines de la rue Saint-Jacques à Paris dans le but de convertir Françoise au catholicisme. C'est là que grâce à la douceur et l'affection d'une religieuse, Sœur Céleste, la jeune fille découvre la foi et se fait baptiser, condition indispensable pour pouvoir accompagner Madame de Neuillant dans les salons parisiens.Dans les salons de Madame de Neuillant, Françoise rencontre beaucoup de gens et se fait des relations. Elle qui était très timide devient plus sociable et s’ouvre d’avantage aux autres. C’est à l’occasion d’un salon, qu’elle rencontre le poète humoristique, Paul Scarron. En avril 1652, à l'âge de seize ans, Françoise d'Aubigné, sans le sou mais jolie et sage, épouse cet homme de vingt-cinq ans son aîné et gravement handicapé. Fêtard et cultivé, ami de nombreux artistes, son salon est fréquenté par les plus prestigieux noms de la capitale. Ce mariage est en réalité un accord passé entre Mme de Neuillant et le poète pour que Françoise ne reste pas sans alliance ; sans ce mariage elle serait retournée au couvent pour y finir bonne sœur.

    Personne n’a d’avance un avenir tracé …

    Françoise, qu’on appelle maintenant Madame Scarron, devient l’animatrice du salon ouvert par son mari, très fréquenté par les écrivains de l'époque. Dès lors, elle se tisse un solide réseau de relations avec les beaux esprits de Paris parmi lesquels se trouvent Athénaïs de Montespan, Madame de La Fayette, Madame de Sévigné, Ninon de Lenclos, et bien d'autres. Elle fit également la rencontre du dramaturge Jean Racine qui va devenir un ami très fidèle. Malheureusement, à tout juste vingt cinq ans, Françoise se retrouve veuve. Si elle a gardé une petite rente grâce à la Reine mère et maintenant grâce à Marie Thérèse d'Espagne, elle n’en reste pas moins pauvre et sans but dans la vie. Mais contre toute attente un jeune homme proche du Roi, vient tout juste de la demander en mariage. Comment pouvait-elle refuser ? Bien-sur Françoise à dit oui à cet homme qu’elle ne connaît point mais qui peut tellement lui apporter. Françoise s’apprête donc à épouser Ferdinand d'Anglerays.



    « Que diable, vous êtes à Versailles ! »

    Un paradis ou un enfer versaillais ?
    Versailles … Tout le monde parle de ce palais comme étant le plus beau du monde. Un véritable chef-d’œuvre construit pour les beaux yeux du Roi Soleil. Mais Versailles n’est pas seulement un château, c’est aussi le lieu ou vit la cour du Roi, la ou toutes les intrigues et les rumeurs prennent vie.Françoise n’a jamais mit les pieds à la cour mais elle en a beaucoup entendu parler. Certains la décrivent comme le paradis des nobles, un endroit ou paraître et plaire sont les principales activités des courtisans, ou tout n’est que fêtes et plaisir. D’autres en parlent comme un véritable enfer, un lieu ou tromperie, trahison, complots et faux-semblants sont rois. Françoise ne sait comment appréhender son arrivée à Versailles ; elle qui est naïve et réservée arrivera t-elle à s’intégrer dans cet endroit ou la personnalité est la chose la plus importante ?

    Vérité ou fantasme du complot ?
    Le pouvoir des uns à toujours provoqué la jalousie des autres. Françoise à eu vent d’une rumeur sur un complot contre le Roi. Peut-elle y croire, elle n’en sait rien. Comment être certain de cette rumeur qui court ? Son futur époux est certes espions de Louis XIV mais il n’en a point touché mot. De même que son amie Marie Fouquet, fille de l’ancien ministre des finances, qui agit dans l’ombre pour faire libérer son père et se venger de l’humiliation subit quelques années auparavant. Françoise ne peu s’empêcher de penser au bon roi Henri qui fut assassiner par un de ses sujets. Peu arriver la même chose au Roi Soleil ? Rien est impossible….

    Plutôt colombe ou vipère ?
    Françoise n’est pas une colporteuse de rumeur mais elle en connaît un rayon sur le sujet qu’en même. Lors de ses salons, elle à souvent entendu parler des rumeurs de la cour : les amours, les tromperies, les trahison, etc. Son amie Marie d'Assérac qui vit à la cour, lui rapporte toutes ses rumeurs et les deux femmes s’amusent à en parler, comme deux courtisanes, dignes de ce nom.

    « Plus bas la révérence, plus bas. »

    ► Prénom/pseudo : Pauline
    ► Âge : 18 ans
    ► Présence sur le forum : 5 jours/7
    ► Code du règlement :Longue vie au Roi
    ► Comment avez vous connu le forum ? Via un autre forum rpg !
    ► Suggestion : Aucune, le forum est super bien fait, le design est sympa, l’intrigue est intéressante, les membres ont l’air gentil^^… Rien à redire.
Revenir en haut Aller en bas
 
Françoise d'Aubigné (en cours)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENNES FICHES
-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser