AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les mémoires d'Ophelia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité





Invité


MessageSujet: Les mémoires d'Ophelia   23.05.07 1:19

:: Les Mémoires D'Ophelia ::


***
C'est la toute première fois que je pose ma plume sur cette feuille pour rédiger mes mémoires. J'aurai du le faire depuis bien longtemps. Ce n'ai pas que je n'épprouvais pas le besoin de me confier sur papier mais le temps m'a tellement manquer ces derniers mois. En arrivant à Versailles, j'avais si peur du changement! Moi qui ai été chouchouter toute mon enfance, j'ai du travailler au Château comme je ne l'avait jamais fait. Parfois, je me levai plus tôt qu'a l'époque où j'aidais mon oncle et mes cousins à faire les foins en campagne. Malgrés tout, je me suis adapter à la vie de servante. Il faut dire qu'Alice et que cousine Annie on été d'un grand soutien pour moi. C'est deux femmes avaient le don de me redonner le sourire quand il s'éffaçait après une dure journée de labeur.

Cette période de ma vie, qui vient à peine de se terminer, me semble déjà si loin! Je garde tout de même de bons souvenirs de ce temps, car sans avoir été de corvé, je n'aurai sans doute jamais croiser le chemin Paul Raux, le jardinier de mon coeur, de ma vie... J'aime beaucoup me remémorer cet après midi ensoillé ou je suis carrément tomber dans es plates bandes. Je me souviens parfaitement de l'air ébété qu'il avait pris en voyant une jeune femme tribucher devant ses yeux et de l'embarras et de la gêne que j'épprouvit à cet instant ... Pauvre petite servante que j'était! J'étais si insécure et désolé à l'idée d'avoir fait cette gaffe devant un autre domestiques de Versailles. Je cru mourir de honte quand il me releva avec générosité! Mon coeur s'était emballé quand mes yeux on croiser son regard profond et froid. Il avait l'air si mystérieux et ses yeux ambrés m'avait profondément intrigué en bonne curieuse que je suis.

Ah, Paul! Comme je peu aimer cet homme... Je n'aurai jamais imaginer aimer avec autant d'ardeur cet adorable jardinier. Quand il n'est pas près de moi, j'ai le mal de son absence mais quand je suis dans ses bras, mon coeur bat fort a en mourir! Est-ce un crime, Seigneur, d'aimer un homme de cet façon? Ne devrions-nous pas simplement ce contenter de s'apprécier et de fondé une famille? J'ai l'impression que l'Amour m'est tomber dessu trop tôt... Étais-je seuleument prète à vivre cela? je n,en sais rien ... Seigneur, si vous rêviez mes rêves parfois, que de pêcher vous y trouveriez! Je me réveille, honteuse, les nuits où je rêve de cet homme tout près de moi. Mais est-ce seuleument un péché de désirer l'homme que l'on aime? Parfois, j'ai l'impression de m'égaré ... J'ai si peur de l'inconnu et je ne sais pas comment en parler ni à qui.

Et je n'arrive toujours pas à me défaire de l'image de cet ivrogne qui à tenter de me voler ma virginité. Même l'unique odeur de l'alcool me ramène avec effroit les souvenirs de cet désagréable soirée. Son souffle chauds dans ma poitrine, laissant échapper son halène puérile et cet fa^con don il avait de me regarder avidement, de me désirer ... je me suis senti si sale à cet instant! Je ne sais pas si je pourrai me contenir si un jour je le recroise dans la rue. J'aurais envie de lui faire payer, pas uniquement pour moi, mais bien pour toutes les jeunes filles qui n'on surement pas eu la chance que j'ai pu avoir...

Et ce marriage, qui, j'en ai bien peur, ne viendras jamais! Que dire de cet histoire ... Elle me fait terriblement mal à chaque fois que j'y pense où que je l'évoque. J'ai beau me dire que tout iras pour le mieux, je ne peu m,empêcher d'éprouver de la douleur en imaginant Paul marrier à une autre que moi. Il m'a jurer son Amour mais qu,en sera t'il s'il épouse Aurélie? Changera t,il d,avis losrcequ'elle lui fera un enfant? Aimera t'il l'amante ou la femme qui lui assure une déscendence? Je sais que je ne devrais pas penser de t'elle chose mais cet situation me tue. Jamais je ne pourrais aimer un autre homme que Paul et j,en suis convaincue! Il a voler mon coeur et mon âme! J'essaie, j'essaie de ne pas haïr mademoiselle Loire, puisqu'elle n,en ai pour rien dans cet histoire. Mais j'ai tant de peine à maitriser mes sautes d'humeurs..

Aujourd'hui, Emily m'a convoquer pour une rencontre qui aura lieu demain au petit matin... Elle n'a pas préciser le motif de cette rencontre et je me langui de savoir ce qu'elle migeotte, cette belle Anglaise! Mais que pourrais-je faire sans elle?

Ce n'est qu'une question de temps avant que ma Maitresse ne quitte la France pour son pays natale. Je ne crois pas qu'elle imagine à qu'elle point elle vas me manquer. J'ai tant appris de cet femme! J,ai trouver en elle une amie, une confidente et la plus fidèle des complices! Vivement le jour où elle remettera les pieds sur le territoire Français...

Il se fait tard et ma bougie ne tardera pas à s'éteindre ... Je vais donc quitter mon écriture pour retrouver le pays des songes ...

***

Le rêve

Un étrange rêve que j'ai fait la nuit où j'ai dormit chez Paul m'est revenu en tête rescemment et je n'arrive toujours pas a en trouver le sens ... Il y avait un jardin de rose. Je peu encore en sentir l'odeur sucrée. J'étais étendu dans l'herbe et Paul était à mes cotés, me tenant doucement la main. Le temps avait sembler s'arrêter et je cru entendre le violon de mon Père jouer une mélodie du temps de mon enfance. C'était, je crois bien, un moment que je qulifierai de parfait mais bientôt, je ne snetit plus la main de Paul dans la mienne. Quand je me suis tourner pour le scruter des yeux, il avait disparut et le violon s'était interromopu violament dans une notre saccadée. Une forte pluie froide commença à se verser sur moi et je sentit mes cheveux me coller à la peau. Une angoisse indescriptible de rongeait les os et je sentit le froid m'envahir. C'est alors qu'une énorme douleur me frappa au ventre et en portant mes mains à cet endroit, je sentit mon sang chaud tacher la chemise blanche immaculée que je portait. Une seconde vague de douleur me frappa et je me réveilla en sursaut. Que pouvait bien signifier ce rêve? Étrangement, j,ai l'impression qu'il y avait un lien avec l'angoisse que je peu éprouver à l'idée d'être enfanter... J'ai beau vouloir me le cacher, je suis terrifier à l'idée de porter un enfant! Je me rappelle encore de cette nuit où j,ai assister à un accouchement. Bien sur, la sage-femme était ma tante mais rien n'avait pu me rassurer par après. L'image de cette femme suppliante et son visage crisper par la douleur à totalement traumatiser la petite fille que j'était alors... Mais sa meurt qui eu lieu, quelques heures après l,accouchement, m'a tout simplement glacée le sang... Je n'avais pas imaginer que donner la vie pouvait causer la mort ... J'espère un jour pouvoir suremonter cet peur attroce. Je ne sais pas si ce rêve était relier à tout cela mais son étrangeté vaut la peine que je m'en souvienne...

***

Je ne veux plus te regarder
Car j'ai peur de me noyer dans tes yeux
Je ne veux plus te parler
Car j'ai peur de désiré embrasser tes lèvres
Je ne veux plus que tu me touche
Car j'ai peur d'en mourir
Je ne veux plus t'écouter
Car j'ai peur de devenir sourde
Je ne veux plus te sentir près de moi
Parce que j'ai peur que cette fois
J'oublie de respiré

Ophelia

***

J'ai retrouver ce vieux poème et j'ai envie de le retranscrire dans mes mémoires. Pourquoi ne l'ai-je jamais donner à son destinataire? je n'en sais rien. J'étais sans doute apeuré à l'idée qu'il trouve ce poème ridicule...

De la Rose à son Jardinier

Seule
Je songe à toi
Nos colères et nos ententes me manque
La rose à besoin d'eau et de soleil
Ses pétales sont sur le point de fâner
sans l'Amour de son Jardinier
Seule
Je songe à nous
Tu me manques


***

***

Je me sens mal, si mal ... Mon corp et mon esprit sont engourdit d'une douleur qui ne veux pas s'en aller. Néenmoins, se matin, j'ai trouver le courage de mettre sur papier ce que je ressent. Je sens un vide, un énorme vide en moi depuis déjà trop longtemps et, surout, je n'arrive pas a enlever Paul Raux de mon esprit. Il est présent, le jour comme la nuit. Parfois, losrcque je suis seule, j'entend sa voix m'appeler, me murmurer à l'oreille et je me retourne, terriblement deçut, en me rendant compte que s'était mon imagination. Les mots son si faibles pour décrire à qu'elle point il me manque. J'ai l'impression que mon âme le réclame à chaques secondes. Mais je suis consciete de cet terrible situation : je l'ai quitté, je ne serait plus jamais à ses cotés et c'est cette réalité cru qui me tue petit par petit. Comment pourrais-je seuleument vivre sans lui? Je suis perdue ...

***

Demain, je ne serais plus là...

***

J'ai écarté l'idée de me donner la mort... Alors reste en paix, petite feuille de papier! Tien ... je suis assé en forme pour faire de l'humour se matin ...

***

Mon plan est parfait, tout simplement parfait. J'espère seuleument ne pas avoir blaisse Paul par cette froide lettre ... mais il le fallait, sinon, j,en suis sur, il ne serait pas venu ... Je sens mes forces me revenir et j'ai l'impression de revivre!

***


Dernière édition par Ophelia Delorme le 09.12.08 2:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Les mémoires d'Ophelia   08.12.08 23:33

Premières neiges sur mes pensées...

Quelques mois déjà se sont écoulé depuis cette nuit dans les jardins ... Que Dieu me pardonne pour avoir si sauvagement pêcher et pourtant, n'avoir aucun remord! Qu'on me condane... si aimer avec tant d'ardeur un homme est un péché, si s'élever si haut et atteindre les cieux est criminel, alors je suis la pire des damnées. Je ne crois pas qu'un amour si fort puisse me conduire aux enfers, mais si je me trompe, tant pis... je n'aurais aucuns remords. Aucuns.

Il y a déjà du givre à ma fenêtre. Le temps passe, même quand cele parait totalement impossible. Je me suis faites à l'idée que Paul ne m'appartient pas ... Publiquement, du moins. Les convenances, le paraitre ne vaut rien pour moi. Je sais qu'il m'est acquis pour l'éternité et que jamais aucune femme saura percer son coeur comme je l'ai fait. Je suis a lui corps et âme comme lui m,appartient ... Mais je sais aussi que la vie nous force à des choses bien cruelle. Même si je sais pertinament que nous sommes destinés, la seule pensée qu'il soit promis à Mademoiselle Loire m'écorche la raison... Mais je m'y fait. Je doit m'y faire ... Il doit y avoir une autre solution ...

Milena me manque tellement ... Ses caprices et même ses reproches! Je me sens bien seule à Trianon. Seule et antipathique avec les autres. Il me semble que je ne connais plus personne, que je ne partage plus mes idées, mes rêves. À quand remonte ma dernière conversation agréable avec un bon ami ou tout simplement une connaissance? je dirais des semaines et ce devait être avec Anne... Ma famille me manque. Emily me manque. Paul ... Paul me manque. Nous ne parlons jamais pour le plaisir, jamais. J'ai besoin de mon amant, mais aussi de l,ami qu'il est pour moi, de mon confident.

J'ai besoin d'air, de changement...
Revenir en haut Aller en bas
 
Les mémoires d'Ophelia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mémoires d'un tyran
» Ophelia Ivanova, Répartition. SD
» Le Japon, mémoires d'un Empire secret
» Mémoires de Victoire de Noailles-Norfolk
» Gade ki bèl mèvèy doktè Famè ( Paul Farmer) fè an Ayiti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives ::  HRP
-
Sauter vers: