AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   15.11.15 20:57


Ce soir au menu...



On ne peut prévoir les tempêtes et lorsque le vent souffle au point de faire s'envoler toute sorte d'objets lourds sur vous, vous n'avez plus qu'une idée en tête : Trouver un refuge.

Or, le patron de la Couronne de Blé l'a bien compris, le meilleur refuge c'est chez lui ! Quitte à attraper une pneumonie, le voilà sur le perron à attirer les clients promettant feu de cheminée, soupe au lard, vin chaud et autres agréments. C'est ainsi qu'il a fait rentrer le loup dans la bergerie. Une bande de brigands s'est en effet faufilée, jouant à merveille le rôle des joyeux lurons, pour lui voler son argent un peu plus tard dans la soirée.

Attirés eux aussi par les appels de l'aubergiste, Matthias de Calenberg qui a été presque assommé par un pot de fleurs et François de Froulay, qui est venu à sa rescousse pénètrent à leur tour dans la Couronne de Blé. Au milieu des braillements des clients qui commencent par ailleurs à être bien éméchés, ils ne sont clairement pas dans leur élément mais ils le savent, ils ne pourront pas remettre le pied dehors avant quelques heures au moins. Alors autant ne pas chercher de problèmes, surtout que les problèmes sont déjà là sans qu'ils le sachent encore ...

Contraintes :
François devra chanter un air paillard de peur de se faire cogner.
Matthias devra avoir l'un de ses tics qui se répétera au moins trois fois dans ce tour.

A savoir/ A se rappeler : N'oubliez pas que ce seront des topics courts, maximum 800 mots (environ 1 page Word) pour permettre de répondre rapidement et de rendre le topic dynamique. Bontemps reviendra vers vous après ce premier tour. What a Face


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, il va falloir le recoller
Côté Lit: vide, au désespoir des mignons de Monsieur
Discours royal:



Fuis les honneurs et l'honneur te suivra
Convoite la mort et la vie te sera donnée


Âge : 25 ans
Titre : Maréchal des Logis des Mousquetaires, Capitaine de la garde de Monsieur, Marquis de Lavardin
Missives : 521
Date d'inscription : 29/08/2011


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   20.11.15 20:19

Dire qu’il faisait un temps de chien aurait été un bel euphémisme. L’hiver arrivait à grand pas, et depuis que la cour était rentrée de Chambord, on pouvait bien le sentir. François, qui revenait d’avoir rendu visite à Charles d’Artagnan pour lui faire un point sur la réussite du service de sécurité lors du trajet jusqu’à Chambord, s’était fait prendre par le mauvais temps sur le chemin du retour. Il n’avait qu’une envie, pousser son cheval au maximum pour rentrer au plus vite à Saint-Cloud, mais Soraya, sa jument baie, ne pouvait pas non plus lutter contre les éléments déchaînés. Le vent soufflait si fort que certaines choses – des papiers, des ordures,… - volaient en tout sens. Heureusement, enveloppé dans sa lourde cape, son chapeau solidement ancré sur sa tête, François était pour le moment autant abrité qu’on pouvait l’être quand on était à cheval dans une situation pareille. Mais le vent se faisait plus fort, aussi le jeune homme se résolu-t-il à mettre pied à terre et à guider sa jument par la bride, avant de la faire se mettre à l’abri du vent, abri tout relatif, entre deux petites bâtisses. Il flatta l’encolure de la jument qui semblait épuisée, mais pas effrayée. Elle en avait vu d’autres.

François se remettait lui aussi, et il était en train de se dire qu’il allait profiter de la prochaine accalmie qui se profilerait pour tenter de continuer d’avancer, quand il aperçut une silhouette se faufilant entre les maisons, et tentant elle aussi d’avancer. Il n’y aurait pas prêté attention plus que cela si la tempête n’avait pas été aussi importante. L’homme – vu sa stature, il ne pouvait pas s’agir d’une femme – était fou. Il allait finir par avoir un accident. François aurait bien crié mais la force du vent aurait certainement empêché l’inconnu de l’entendre. Il attendit donc, le suivant des yeux, songeant qu’il allait sans doute entrer dans une habitation proche. Mais au contraire, il n’en fut rien. L’homme continuait d’avancer, tant bien que mal, quand un objet – François fut incapable de voir quoi – vint à sa rencontre et le heurta en pleine tête. L’homme s’écroula. François décida qu’il ne pouvait pas rester là immobile. Le vent sembla se calmer légèrement, aussi le jeune homme se précipita vers la forme étalée à terre, sa jument le suivant comme un petit chien. François saisit l’homme par l’épaule et tenta de l’aider à se redresser, tant bien que mal.

-Monsieur ! Monsieur, vous allez bien ? Vous m’entendez ?

-Soupe chaude ! Abri ! Ecurie à disposition et lits propres ! Qui veut un abri ?

François releva la tête pour apercevoir une enseigne d’auberge, et son tenancier, à la porte de celle-ci en train d’appâter le client. Cela avait l’air de fonctionner, car un groupe de joyeux lurons à l’air pas très catholique entra. François soupira, et jeta un coup d’œil à sa monture. Inutile d’aller plus loin que ça. Soraya était épuisée, et il n’aurait pas dit non à une soupe bien chaude.

-Venez !

Passant un bras de l’inconnu sonné autour de son cou, il le redressa et l’entraina à sa suite vers l’auberge, la jument qui les suivait toujours. Le tenancier de l’auberge, ravi de l’opportunité que lui apportait la tempête, envoya un de ses garçons de salle s’occuper du cheval de François, et fit entrer les deux hommes. Très vite, une fille de salle leur apporta de la soupe au lard et du vin chaud. François but une gorgée de vin avant de se présenter, tendant la main à l’inconnu :

-François de Froulay.

Inutile de mettre en avant ses titres et charges. Le jeune homme restait qui il était au fond, un homme simple. Derrière eux, le groupe de joyeux lurons – qui, à tout bien considéré, n’inspirait pas trop confiance à François – ripaillait avec le vin chaud, en chantant une chanson grivoise, Madeleine, très faussement. Le jeune homme leva les yeux au ciel. Pour s’installer un peu mieux, il recula la chaise sur laquelle il était installé, mais cela fit trébucher l’un des hommes, passablement éméché. Il s’étala de tout son long avant que quiconque ait eut le temps de le retenir, causant un froid dans les rangs du groupe. L’un d’eux, un grand échalas, s’approcha de François, la mine peu engageante.

-Alors, mon gars, on aime gâcher la fête ?

François avisa le groupe derrière lui. En temps normal, il n’aurait sans doute pas baissé le nez, mais il était seul, face à un groupe entier, et sans possibilité de sortir de l’endroit rapidement. Ca n’aurait pas été une bagarre de taverne, mais une exécution.

-Pas du tout. Je m’excuse d’ailleurs auprès de votre ami.

-Ah mais c’est que t’es un p’tit gars de la haute ! Eh bah si t’es pas aussi coincé que t’en a l’air, que dirais-tu de chanter avec nous ?

L’invitation ressemblait plutôt à une menace. Etre militaire, voulait aussi dire connaître ce genre de chanson, bien que François n’en soit pas très féru. Il soupira…

-Sur un malentendu ça peut marcher…marmonna-t-il, songeant qu’heureusement, il n’y avait personne qu’il connaissait dans la salle. Reprenant la chanson que le groupe entonnait quelques instants plus tard, il reprit : « Madeleine, à bon droit, passa
Pour une fille débordée,
En luxure elle dépassa
Toutes les Thaïs de Judée
De sa beauté, Jésus touché, Jésus touché
Vous la tira, vous la tira,
Vous la tira de son péché… »


Et l’assemblée de reprendre le couplet suivant. Ce qu’il ne fallait pas faire…


je vous hais:
 

______________________

ANYTHING COULD HAPPEN  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il bat bien, merci.
Côté Lit: Mon épouse, pour y faire mon devoir.
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 30
Titre : Prince de Calenberg, duc de Hanovre
Missives : 96
Date d'inscription : 24/12/2012


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   23.04.16 19:01

Quelle tempête ! A croire que Dieu en voulait à la ville de Versailles ! Difficile de faire trois pas sans lutter ardemment pour avancer du mieux qu'on pouvait ! D'ailleurs, il n'y avait plus âme qui vive dans la ville, à part un bourgeois tellement gros que le vent ne lui faisait pas peur, et cette silhouette au loin, dans ses habits sobres, à s'obstiner à marcher avec ces bourrasques incessantes. Matthias de Calenberg avait décidé de rentrer chez lui, difficile de le retenir. Au chaud dans un salon versaillais où il avait brillamment exposé sa vision d'un roman germanique qu'il présentait traduit à l'assemblée, en précisant qu'il avait passé des heures à le traduire lui-même, le prince avait décidé de rentrer, pour pas que son épouse s'inquiète de son absence. Peu importe les recommandations, les ordres de rester, Matthias avait souhaité la bonne soirée et était sorti. Difficile de le convaincre quand il avait une idée en tête ! Et puis comme il l'avait dit, il n'y avait même pas un kilomètre avant d'arriver à son hôtel particulier, cela se ferait sans encombre. Bon là, il avait un peu sous-estimé la force du vent et sa propre force, il n'avait pas fait 200 mètres depuis quelques minutes !

Soudain, un pot de fleurs arriva sur sa tête et s'y écrasa, faisant tomber Matthias à la renverse, dans les vapes durant quelques instants. Puis se rasseyant tout à masser sa tempe, Matthias cherchait une solution, marcher dehors était trop dangereux, et vit tout d'un coup une personne à ses côtés.

Venez !

Le prince n'avait pas l'habitude de suivre des inconnus mais c'était la seule solution qui s'offrait à lui, alors tant pis ! Les deux hommes s'engouffrèrent dans un établissement où Matthias n'avait jamais mis les pieds : la Couronne de Blé. Il y avait foule, tout le monde cherchait un abri en attendant une accalmie. Avec son sauveur, ils s'installèrent à une table où on leur servit une soupe au lard, un plat pas du tout raffiné mais qui avait attiré l'attention du germanique, rappelant des souvenirs à Hanovre, où la nourriture devait coller au corps. Il ne releva les yeux que pour fixer la main tendue puis le jeune homme qui se présentait :

François de Froulay.
Je ne serre jamais les mains, mauvaise interaction sociale. Matthias de Calenberg, prince de …


Mais alors que François reculait sa chaise, il fit trébucher un homme, ce qui coupa la parole à Matthias, et c'était quelque chose qu'il détestait. Pour se calmer, il épousseta machinalement sa veste, et observa la scène tout en trempant sa cuillère dans la soupe. Le groupe de fêtards alcooliques chantaient une chanson paillarde et ordonnèrent à Froulay d'en faire pareil. Drôles de mœurs dans cette auberge, mais cela ne le perturba pas plus que cela, puisqu'il mangea un peu de soupe. Puis inspectant encore son vêtement sur fond de la chanson Madeleine, il épousseta encore sa veste, salie par le vent puis maintenant par la poussière des lieux.

Et alors que François eut fini de chanter, Matthias le fixait, impassible face à cet événement, typiquement le genre de choses qu'il imaginait dans ce genre d'endroit.

Des amis à vous ? Demanda t'il tout naturellement.
Oh mais c'est qu'il a un ami avec lui ! Et toi tu chantes ? Demanda un des types bourrés à Matthias en posant un instant sa main sur lui.
Non, je ne fais que parler, ça me suffit.

Matthias épousseta encore une fois son habit, là où la personne avait mis sa main à l'instant.

Dis de suite que je suis sale.
Un petit peu mais chacun son hygiène. Qu'en pensez vous, monsieur ?
Et évidemment, il interrogea François qui avait eu assez d'ennuis avec des individus.

______________________


Et c'est curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   10.09.16 23:15


Ce soir au menu...

(Chapitre 2)



C'était une curieuse réunion de deux caractères opposés. Si François de Froulay jouait contraint et forcé le jeu, en revanche l'attitude de son compagnon - pourtant très naturelle dès qu'on le connaissait - n'était pas des plus diplomates pour faire reculer les ivrognes de l'auberge.

Aussi ne reculèrent-ils pas d'ailleurs, bien au contraire... Un qui chiquait du tabac acheté sur un port de la seine se mit délibérément aux côtés de François pour lui faire sentir son haleine.

- Oui c'est vrai ça fiston, qu'en dis tu ?
- Désolé, renchérit son compère à proximité de Mathias en jouant avec un de ses couteaux, mais même si c'est gratuit, on aime pas trop les nouveautés du comité de l'hygiène. T'en fais pas parti d'ailleurs ? Non, parce que si c'est le cas, ça va être dommage pour toi ...

Et puis sans attendre, les brigands leur plongea à tous les deux le visage dans la soupe, ce qui causa l'hilarité grasse et générale des badauds. François et Matthias quant à eux, ne riaient pas du tout ...

- Voilà, maintenant on est égaux !
- Une partie de cartes ? Un petit piquet ?

Et ils s'assirent sur le banc poussant les assiettes pour faire de la place.  

- Celui qui perd me servira de cible. Mon poignard me démange, j'ai besoin de m'exercer, mais rassurez-vous, très peu de risques.
- Et à celui qui gagne, on repaie une soupe.  

Quelques rires plus tard, les cartes étaient distribuées au mousquetaire et au germanique.

Contraintes :
François tentera de se sortir de la situation en faisant un tour de magie quelconque avec les cartes.
Matthias devra faire les poches du bandit pour tenter de récupérer le poignard.

A savoir/ A se rappeler : N'oubliez pas que ce seront des topics courts, maximum 800 mots (environ 1 page Word) pour permettre de répondre rapidement et de rendre le topic dynamique. Bontemps reviendra vers vous après ce second tour. What a Face


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, il va falloir le recoller
Côté Lit: vide, au désespoir des mignons de Monsieur
Discours royal:



Fuis les honneurs et l'honneur te suivra
Convoite la mort et la vie te sera donnée


Âge : 25 ans
Titre : Maréchal des Logis des Mousquetaires, Capitaine de la garde de Monsieur, Marquis de Lavardin
Missives : 521
Date d'inscription : 29/08/2011


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   18.10.16 11:06

Les deux hommes étaient coincés. Et dire qu'ils avaient seulement voulu s'abriter du temps chaotique à l'extérieur, ils étaient servis. François s'en voulait presque d'avoir cédé à sa nature de bon samaritain. Et il fallait que les ivrognes du coin aient décidé de venir les importunés... Parfait... Malgré son sens de l'honneur, François n'était pas non plus stupide. Il savait bien qu'à deux contre leur bande, ils ne feraient pas long feu, aussi se prêta-t-il au jeu bien qu'il n'en ait pas la moindre envie. Cela les fit rire et il cru le problème réglé quand Calenberg décida qu'il était temps qu'il se manifeste. Tout aurait pu aller si bien... Le brigand - il n'y avait guère d'autre mot pour le décrire - ne sembla pas goûter les airs empruntés de Matthias et tous deux finirent la tête dans la soupe. François toussa, couvert de légumes bouillis, un rien dégoûté, et il lui fallut une énorme dose de calme pour ne pas tout simplement envoyer son point dans la figure de l'homme qui lui faisait face.

Alors que François s'essuyait tant bien que mal avec un bout de sa cape déjà peu reluisante avec les intempéries, les deux huluberlus s'assirent en face d'eux, sortant un jeu de carte. François jeta un regard à son compagnon d'infortune. A l'extérieur, les éléments étaient toujours déchaînés, ils n'avaient pas trop le choix... Calenberg avait l'air absolument horrifié et dégoûté. Le capitaine des gardes de Monsieur haussa un sourcil un peu surprit. Certes, que l'homme ne semble pas apprécier l'hygiène de leurs tortionnaires du soir, cela ne le surprenait pas, lui non plus, mais il y avait quelque chose d'étrange dans son comportement... Enfin ce n'était pas vraiment l'instant d'y penser. Gagner du temps pour éviter de se faire trancher la gorge - et envoyer un détachement de mousquetaires ou Chevau-Légers venir nettoyer l'endroit de fond en comble quand ils auraient réussis à se sortir de là.

- Celui qui perd me servira de cible. Mon poignard me démange, j'ai besoin de m'exercer, mais rassurez-vous, très peu de risques.

- Et à celui qui gagne, on repaie une soupe.  


Ils n'avaient pas vraiment le choix... François prit les cartes qui venaient d'être distribuée. Sans surprise, elles étaient très mauvaises. Et sans surprise, François et Matthias se firent plumer au premier tour. Mais François, aussi patient qu'il était, n'aimait pas perdre.

-Eh l'ami, puisque de toute façon, les astres ont l'air d'être contre nous ce soir, me laisserais-tu battre les cartes pour ce second tour?


C'était jouer un va-tout mais ils n'avaient pas grand chose à perdre - si ce n'était la vie, bien sûr. L'ancien mousquetaire avait une idée derrière la tête. Les brigands se regardèrent, suspicieux. Et puis celui qui semblait être le chef, qui avait menacé de son coûteau, fini par hocher la tête. L'autre tendit les cartes à François. Le jeune homme les récupéra et commença à les battre.

-Vous sentez-vous en veine? Oui? alors, choisissez en une et rappelez vous en bien.


Oui, le marquis avait une idée derrière la tête. Avec un petit tour de passe-passe... Les brigands obsèrvèrent la carte pendant que François sortait les 2 as rouges. La carte fut remise dans le jeu et le battit à nouveau avant de l'encadrer des 2 as. D'un leste mouvement du poignet, il ne restait plus dans sa main que les 2 as encadrant une carte. La carte que les bandits avaient choisis.

-Mais comment qu't'as fait mon gars?

-C'est de la magie...

-C'tait un coup de chance! Refais-moi ça, j'y crois pas!


Petit tour de passe-passe appris pendant les campagnes pour passer le temps. François s'exécuta, tout en observant Matthias du coin de l'oeil. Il semblait lui aussi avoir une idée, François espérait juste qu'elle n'agraverait pas la situation.

______________________

ANYTHING COULD HAPPEN  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il bat bien, merci.
Côté Lit: Mon épouse, pour y faire mon devoir.
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 30
Titre : Prince de Calenberg, duc de Hanovre
Missives : 96
Date d'inscription : 24/12/2012


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   21.01.17 18:33

La tête dans la soupe, quelle horreur … Matthias avait toujours respecté des principes d'hygiène, faisait attention à ne pas tâcher ses vêtements, et voici maintenant que des tâches de soupes traînaient sur ses habits dont il prenait soin ! Heureusement qu'il était le dernier à vouloir se battre, jamais il n'avait été un homme de violence, bien plus de réflexion et de logique. Il trouvait d'ailleurs le comité d'hygiène très instructif, sans doute parce qu'il écrivait plusieurs traités à ce sujet en s'inspirant de certaines villes d'Empire et du nord de l'Europe. Si ça ne plaisait pas à certains gueux, cela soulignait leur manque d'incompétence à discerner ce qui était bon pour eux. Mais Matthias, pourtant sans filtre concernant ses paroles, se retint. Qui sait ce qu'on lui ferait après cette soupe. Pendant qu'il s'essuyait le visage, certains de la bande de brigands s'assirent à leur table pour leur proposer une partie de cartes. Enfin, plutôt pour les obliger à y jouer. Matthias n'aimait pas trop les jeux d'argent, mais disons que là, il ferait exception. Déjà, on n'y jouait pas d'écu mais une soupe ou un lancer de poignard.

Bien sûr, ni lui ni François n'avaient de bonnes cartes. Si Matthias avait pu regarder la partie avant, il aurait largement gagné. Aujourd'hui, on appelle ça compter les cartes, mais avec des brigands tricheurs et la menace d'un poignard, on ne pense pas forcément à savoir ce qu'il se passe dans le paquet. Mais pourtant, il avait retenu pour le second tour. Mais son ami de fortune Froulay décida de faire son intéressant avec des tours de magie. Là encore, l'esprit logique de Matthias comprit en quelques secondes ce que le mousquetaire avait fait, et ça n'avait rien de magique. Mais pour une fois encore, se taire s'avérait plus intelligent que sortir sa science. Surtout qu'un bruit de cliquetis l'interpella : à quelques centimètres de lui, le poignard tant redoutait sortait d'un fourreau trop grand, mis là un peu n'importe comment. Décidément, ces brigands n'avaient aucune logique de rangement, en plus d'un manque d'hygiène flagrant.

Lui dérober serait un vol, illégal et peu moral. Mais se voir cible d'un malfrat n'avait rien de si réjouissant. Matthias, si rigide, se dit que son épouse Maryse lui aurait dit qu'il faut faire de mauvaises choses parfois, pour le bien commun. Malgré sa jeunesse et son étourderie, son épouse avait parfois de bons conseils, il devait maintenant s'appliquer à jouer les voleurs. Encore une fois, tout est question de logique : la place du poignard, son poids, sa proximité avec le corps du brigand. Et alors que François recommençait pour la troisième fois son tour, le prince germanique sortit doucement le poignard et le remplaça par une cuillère, continuant ainsi le cliquetis incessant sans que personne ne se rende compte. Bon timing, l'un des hommes puants voulut reprendre la partie. Cette fois-ci, Matthias parvint à gagner la partie, beaucoup par chance, il devait l'avouer. Et encore celle d'après, là parce qu'il avait compté.

« Je pense que vous devez me payer une soupe, comme promis.
Tu as triché, le précieux !
Non, je ne triche jamais, je trouve cela malhonnête et peu chrétien, n'apportant aucune satisfaction. »

Le brigand, rouge de colère, sortit son poignard de son fourreau … enfin, il pointa Matthias avec une cuillère, provoquant l'hilarité générale autour de lui. Calenberg tourna la tête vers François et haussa les épaules. Le poignard, quant à lui, se tenait dans la poche de son manteau.

______________________


Et c'est curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mini intrigue ♕ Ce soir au menu ....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mini intrigue ♕ Le Colin Maillard
» Mini intrigue ♕ La cour des singes
» ? MINI-INTRIGUE N°1 - des vivres pour la survie (inscriptions closes)
» Mini Intrigue :: Lie To Me
» Mini Intrigue :: The Calling Dead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
AU-DELÀ DES GRILLES DORÉES DE VERSAILLES
 :: Ville de Versailles :: Couronne de blé
-
Sauter vers: