AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    16.04.15 17:22


Le labyrinthe et la flèche


Mes chers amis,

Je suis ravi que vous participiez à mon petit jeu. Vous verrez, nous allons bien nous amuser, je n'en doute pas ! Et à la fin, vous aurez une jolie surprise, je n'en doute pas. A présent, suivez moi.

Que serait un jardin sans labyrinthe ? Bien sûr, il n'a pas grand chose de compliqué, je n'ai pas voulu cela pour enfermer mes invités, mais pour s'y amuser, à condition tout de même d'avoir un peu le sens de l'orientation ! Monsieur Le Nôtre s'est inspiré de celui de Chenonceau, circulaire, avec une gloriette surélevée où trône une statue de l'Amour, construite d'après un dessin ancien, permet d'avoir une vue d'ensemble et de pouvoir admirer le tracé, car les ifs sont assez hauts pour ne pas voir par-dessus. C'est un bien bel endroit, surtout pour s'aimer d'ailleurs Mais l'Amour n'a plus sa flèche en or ! Symbole du coup de foudre, il serait dommage de priver les bienheureux de trouver la personne qu'ils sont sensés aimés !

Votre but, si vous l'acceptez, sera de mettre la main sur cette flèche ! Elle peut être dans n'importe quel recoin, dans les grands vases posés à plusieurs endroits, ou sur une des statues qui se trouvent dans les cul de sac, voire même encore dans la gloriette. Mais le tout n'est pas de trouver cette flèche, c'est aussi de ne pas perdre votre coéquipier, et ressortir !

Que la meilleure équipe gagne !

Le marquis de Saint-Hérem, grand louvetier du Roi

Les participants :
Olympe des Barres (Thimoléon de Choisy) && Charles d'Artagnan
VS
Aliénor de Wittelsbach && Ferdinand d'Anglerays

Règles :
Le jeu se fera en 3 tours.
A la fin du 2e tour, Bontemps viendra vous donner les dernières instructions.
Les dés sont conseillés de faire un 1 tour sur 2 au minimum, mais vous pouvez l'utiliser à tous les tours  Green
On vous demande un jeu rapide, d'environ 800 mots.
L'ordre importe peu.


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Libre comme les cieux : il brûle comme l'enfer !
Côté Lit: Tous les anges et les démons de cette terre s'y étendent pour mon plus grand plaisir...
Discours royal:



    ANDROGYNE
    l'Allure stupéfiante.


Âge : 23 ans
Titre : Abbé de Saint-Seine - Comtesse des Barres - les yeux et les oreilles de la Cour...
Missives : 382
Date d'inscription : 02/08/2011


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    17.04.15 17:49


    Le coeur de la femme est un labyrinthe de subtilités...

    Le jeu. Ce simple mot faisait frissonner de plaisir Olympe ! Il faut dire qu’entre Thimoléon et sa mère : le jeu était une véritable passion familiale… Mais cette fois, que les banquiers des Choisy se rassurent : nulle fortune n’était en jeu. C’est donc dans un après-midi printanier plein de douceur que la comtesse toute de vert émeraude vêtue et coiffée de boucles brunes cascadant sur ses épaules qu’elle se retrouva au milieu des convives du grand louvetier du Roi, le marquis de Saint-Hérem. Celui-ci avait invité la crème de la crème de Versailles en sa demeure à venir participer à un mystérieux jeu qu’il avait prénommé « Le Jeu de l’Amour » ! Autant dire qu’après plusieurs mois de guerre franco-lorraine d’une tristesse sans nom, tout le monde s’était précipité pour participer. Olympe trépignait depuis le matin et n’avait fait que saouler de paroles son valet Lazare sur ses hypothèses à propos de ce jeu.

    « Je suis sûre qu’il y aura une histoire de pomme d’amour à croquer… J’en suis sûre, mon petit Lazare ! Les références bibliques met toujours tout le monde d’accord dans ce genre de fêtes », dit-elle convaincue en rajustant son corsage pour bien mettre en valeur sa petite gorge blanche décorée de perles.

    Quelle ne fût pas sa surprise lorsqu’elle découvrit que le marquis n’avait pas seulement préparé un jeu mais bien quatre ! Tout semblait pensé dans les moindres détails. Madame la comtesse se retrouvait donc en compagnie de ses amis l’archiduchesse de Wittelsbach, le baron d'Anglerays pour son plus grand plaisir ainsi que le célèbre Charles d’Artagnan. Le grand louvetier les conduisit ensuite à travers son immense parc jusqu’à ce qu’ils atteignent l’entrée d’un labyrinthe.

    « Oooh ! Une aventure mythologique ! s’exclama Olympe, ravie avant de poser sa main sur le bras de son ami Ferdinand. J’en étais sûre, mon ami : ce genre de références fait tout bonnement fureur de nos jours. Aaah ! Que d’excitation ! Vous nous gâtez, monsieur le marquis. »

    Non, la comtesse n’avait jamais peur des paradoxes. Mais garre à vous si vous lui faisiez remarquer !

    Le marquis de Saint-Hérem, qui affichait un sourire aussi mystérieux qu’intriguant, leur expliqua alors les règles. Au sein du grand labyrinthe se trouvait perdue la flèche d’or de Cupidon ! Il fallait donc la retrouver à travers les allées d’ifs sans perdre son partenaire et bien évidemment ressortir… Et pour cela les quatre participants se retrouvaient séparés en deux équipes : Ferdinand avec Aliénor, Charles avec Olympe. La comtesse travestie connaissait fort bien le nom du célèbre mousquetaire mais elle n’avait encore jamais eut l’occasion de le rencontrer. Elle s’approcha donc de lui avec l’enthousiasme habituel qu’elle arborait à chaque nouvelle rencontre :

    « Monsieur d’Artagnan, c’est un grand honneur que de faire équipe avec un stratège tel que vous, dit-elle en lui tendant sa main blanche tout en lui faisant des yeux de biche. Ce bambin joufflu de Cupidon n’a qu’à bien se tenir : vous avez de la sagesse plein la barbe et moi j’ai plus d’un tour dans mon corsage… » ajoute-t-elle en haussant un sourcil, le regard plein de malice.

    Après ce rapide échange, le marquis lança le jeu et voilà les deux équipes qui pénètrent dans le labyrinthe, à l’ombre des grands ifs… Alors que Ferdinand et Aliénor allaient disparaitre à un tournant, Olympe leur lança d’une voix chantante en agitant son éventail :

    « Soyez saaages ! »

    Puis elle reporta son attention sur son coéquipier en passant son bras dans le sien comme si ils se connaissaient depuis des lustres :

    « Dites-moi, Charles : j’imagine que les missions dans les labyrinthes sont monnaie courante dans votre métier, plaisanta la comtesse. Aaah ! Je m’égare : il va nous falloir ouvrir l’œil ! Je connais bien monsieur d’Anglerays et c’est un fin joueur… Il l’est encore plus avec quelques verres de porto dans l’estomac : c’est vous dire le phénomène ! s’exclama Olympe en repensant à un soir d’ébriété en compagnie du fou du Roi.

    La comtesse aperçu un vase antique posé sur un piédestal au détour d’un passage et se précipita pour regarder à l’intérieur. Vide. Elle jeta une petite moue au d’Artagnan :

    « Oui, je sais : c’était trop beau de la trouver tout de suite, mais… Je ne vis que d’espoirs ! » S’esclaffa la brune avant d’entrainer à sa suite le chef mousquetaire.

    Ils marchèrent un long moment sur une grande ligne incurvée avant de prendre un coude les emmenant sur la gauche qui débouchait sur un carrefour proposant trois autres directions. Olympe examina tour à tour les trois passages avant de regarder sous un banc en pierre s’il n’y avait pas la flèche d’or avant de se tourner de nouveau sur son compagnon de jeu :

    « Qu’en pensez-vous, mon ami ? demanda-t-elle en désignant le carrefour du bout de son éventail. Quel passage vous inspire le plus ? Je pense que partir tout droit est trop facile, dit-elle, pensive. Et examiner tour à tour chaque passage risquerait peut-être de nous perdre d’avantage… Vous avez un bon sens de l’orientation ? demanda-t-elle en posant ses yeux clairs sur le vieil homme à la barbe d’argent.



______________________


« J'ai connu une Madame Monsieur jadis ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    17.04.15 17:49

Le membre 'Thimoléon de Choisy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il est libre de battre mais n'a pas trouvé qui serait digne de lui.
Côté Lit: Il n'y a que moi et parfois ma fille. Pas d'homme, pour cause d'absence de coeur qui bat.
Discours royal:



FEMME D'AUJOURD'HUI
elle flotte, elle hésite ...

Âge : 24 ans
Titre : Archiduchesse d'Autriche, duchesse douairière de Saxe-Zeitz et de l'Autriche inférieure
Missives : 645
Date d'inscription : 13/09/2012


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    18.04.15 13:14


« L'homme est à la fois le labyrinthe et le promeneur qui s'y perd. »


Mais que faisait-elle ici ? Aliénor n'était ni une grande joueuse ni une grande connaisseuse de l'amour, autant dire que cela commençait bien mal. Mais lorsque le marquis de Saint-Herem l'avait saluée et lui avait proposé de venir à sa belle soirée où l'on s'amuserait, l'archiduchesse n'avait pu dire non. L'homme était de bonne position, sympathique et son sourire enjoué ne pouvait tolérer un refus. Elle avait reçu l'invitation quelques jours plus tard, et avait levé les yeux sur le sujet : parfois, il fallait savoir dire non. Enfin, elle trouverait bien de quoi s'amuser et de joviales personnes, et sa camériste Julia continuait de la convaincre tout en l'habillant, puis en la coiffant. Finalement, s'amuser ne faisait jamais de mal, peut être l'éducation autrichienne et la solennité de la Maison de la Reine lui faisait oublier qu'elle était encore jeune et dans l'âge de festoyer avec autrui. Requinquée et parée, la jeune femme avait pris son carrosse jusqu'au domaine de monsieur de Saint-Hérem, où il y avait déjà foule ! A croire que l'Amour était un thème bien choisi dans une société où elle n'avait pas vraiment sa place …

Plusieurs jeux furent concocter, et Aliénor participait à l'un d'entre eux, avec comme partenaire Ferdinand d'Anglerays, le Fou du Roi, un homme qui lui ferait passer une bonne soirée, à coup sûr ! Parmi ses adversaires, Aliénor reconnut son cher confesseur en Olympe des Barres et rencontra le célèbre Charles d'Artagnan. Quel duo incongru, où l'autrichienne se retint de rire et se mordit la joue. Et alors qu'ils partirent par une première entrée, le duo fit de même par une autre, où Aliénor ne put contenir plus longtemps son rire.

« Pardonnez monsieur, mon rire, mais ne trouvez vous pas que le marquis a sans doute créer le duo le plus improbable chez nos adversaires ? Elle eut un petit rire cristallin avant de reprendre. Ce n'est pas mon genre de me moquer, mais je sais que je peux le faire avec plaisir avec vous ! »

Les voici à leur tour dans le labyrinthe, il fallait trouver une flèche d'or. Ce n'était pas forcément le plus simple à trouver par ici. Surtout qu'au bout de deux tournants, des idiots barrèrent le passage avec leurs quilles ! Mais qu'est ce qu'il faisaient ici ? C'était complètement stupide. Alors puisque aller à gauche semblait compromis, on passa à droite, sans vraiment savoir où on allait, à dire vrai. Après deux cul de sac successifs, dont un avait une jolie statue d'Apollon en tenue de baptême, et sans flèche, la jeune femme avait déjà envie de se décourager !

« J'espère que vous avez un meilleur sens de l'orientation que moi, sinon nous risquons de nous perdre et qu'on ne nous retrouve pas avant le lendemain matin ! Je pense qu'il faudrait qu'on atteigne le kiosque central, on aurait une meilleure vue … ou me faire la courte échelle. Mais ce serait de la triche, non ? »

Est ce que grimper signifie tricher ? Aliénor laissait la bonne morale à Ferdinand de choisir, ou de poursuivre leur chemin. La flèche n'était sans doute pas loin … du moins l'espérait-elle !

______________________

pion de l'échiquier politique
La femme est un monde mystérieux, incompréhensible. Elle se désintéresse de la logique ordinaire et n'écoute que la voix de son cœur. C'est pourquoi l'homme n'arrivera jamais à sa hauteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    18.04.15 13:14

Le membre 'Aliénor de Wittelsbach' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Comme la pierre.
Côté Lit: Vide.
Discours royal:



Capitaine des Mousquetaires
ɸ Sang de gascon ɸ

Âge : 56 ans
Titre : Ombre du Roi
Missives : 177
Date d'inscription : 03/12/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    20.04.15 21:40

Charles ne savait même pas pourquoi il se trouvait ici... Il avait eu la stupidité d'accepter cette invitation, sans doute pour se distraire un peu. Barnabé, son fidèle serviteur, de son lit où il était en convalescence, l'avait encouragé à se sociabiliser. C'est vrai que plus le temps passait, plus le vieux Mousquetaire devenait sauvage, allant même jusqu'à fuir la compagnie d'autrui. Où étaient donc passés son entrain et sa gaiété d'antan, véritable touche de fraîcheur gasconne qui symbolisait la philosophie des gens du sud ? Enterrés avec sa femme, dont il ne s'était jamais véritablement remis de la perte. La vie se montrait rude avec sa famille, entre son veuvage, les ennuis judiciaires de son aîné Alexandre, les quelques lumières qui commençaient à manquer dans les étages de la tête au cadet, Philippe et cet avorton de Cédric qui prétendait être son fils... non vraiment, se détendre et se mêler un peu à la foule avait de quoi faire du bien, même à un homme dur et froid comme lui. Il s'était donc préparé de beaux atours sans trop en faire non plus, bien que son chapeau vert feuillage avec cette énorme plume sur sa tête ne lui permette guère de passer inaperçu ! Il se retrouvait donc en compétition contre Aliénor de Wittelsbach et Ferdinand d'Anglerays qu'il salua poliment. Le fou du roi était accessoirement son bras droit, mais ça personne ne le savait. D'Artagnan estimait que leur amitié devait rester un secret. Il n'en fit donc guère trop au risque de les démasquer.

S'il était surpris par la façon dont le jeu était mené, il le fut encore plus de voir sa partenaire... Olympe des Barres. A la regarder de plus près, elle avait une carrure un peu imposante, pas désagréable même si elle ne correspondait pas du tout à son type. Dès les premiers mots qu'elle prononça, Charles comprit qu'elle était exubérante... vraiment pas de chance... parce qu'il ne supportait pas les gens comme ça. Il finissait toujours par s'énerver contre eux, c'était une question de minutes. Par politesse cependant, il tâcha d'être aimable, de lui faire un baisemain et de lui répondre par quelques paroles agréables, indiquant qu'il était ravi de son côté de faire ce jeu en sa compagnie. Oui mais voilà... elle passa son bras dans le sien, ce qui l'agaça quelque peu... et elle continua à parler, à parler, à parler... N'avait-elle donc pas soif à papoter de la sorte ? En plus d'être bavarde, elle se permettait une familiarité que le Mousquetaire avait du mal à tolérer. Il bouillait de l'intérieur mais il se promit d'être paisible... surtout ne pas s'énerver... Ils arrivèrent à un carrefour et là... Olympe mit les feux aux poudres. Elle lui demanda s'il avait le sens de l'orientation... Ce fut la goutte de trop, l'eau qui fit déborder le vase. Touché dans sa fierté, le visage du gascon rougit et il se dégagea un peu brutalement de sa partenaire :

- Allons donc ! C'est de l'ironie que je perçois dans votre voix ? Ecoutez-moi bien, Madame la Comtesse des Barres ! Gardez vos moqueries ! Si je le voulais je sortirais de ce foutu labyrinthe  les yeux fermés ! Pensez-vous donc que ma réputation est l'état de fait de niaiseries puériles et de peccadilles de bas étages ? J'ai fait la guerre, moi, Madame ! J'ai transpercé des maroufles qui en voulaient à la vie du Roi ! Je les ai éparpillés dans un cimetière ! Sacrebleu ! Vous douteriez de mon sens de l'orientation ? Il ne m'a jamais trompé, Madame ! Je doute que vous puissiez en dire autant de vos prétendants !

Sa voix avait quelque peu grondé... En plus de ne pas être très sociable, Olympe venait de découvrir que Charles était très susceptible... et pas vraiment des plus galants. Son veuvage l'avait rendu rustre et brutal. Il pointa le doigt en l'air et regarda l'ombre sur le buisson :

- Vu l'angle formé par le soleil et l'éclaircissement, le nord et droit devant nous. Nous devons garder le soleil dans le dos. Tenez, coupez donc une de ces maudites branches pour marquer le fait que nous sommes passés ici ! Ensuite, prenez vos jupons et poursuivons, voulez-vous ? Oh et en silence ! Vous me donnez mal à la tête, par tous les diables !

______________________

+ A la mémoire mon avatar +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    20.04.15 21:40

Le membre 'Charles D'Artagnan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    24.06.15 21:12

Nom d’une pipe en bois. Si on lui avait dit un jour qu’il ferait équipe avec l’archiduchesse d’Autriche en personne lors d’un jeu de chasse au trésor, Ferdinand aurait probablement ri au nez du palabreur – et pourtant, voilà qu’il se tenait à ses côtés, dans les superbes jardins de Chambord, alors qu’en face de lui la comtesse des Barres riait aux éclats et Charles d’Artagnan tirait une tête de dix pieds de long. Décidément, le fou savait qu’il avait eu raison de ne pas râler plus de dix minutes quand son brave Louis lui avait annoncé que la cour irait se détendre à Chambord. On y donnait toujours de ces divertissements amusants ou complètement tordus qui, à défaut de faire briller les participants par leur intelligence, avaient le mérite de faire rire Ferdinand en les tournant en ridicule. Et là, il fallait bien avouer qu’il avait beaucoup, beaucoup de mal à ne pas éclater de rire au nez de son supérieur en voyant sa tête à l’idée de faire équipe avec la comtesse. Mémorable ! Heureusement pour d’Artagnan, le fou avait un minimum de sens de la survie et il s’abstint d’éclater d’un rire tonitruant devant lui, sachant parfaitement qu’il saurait très bien se venger plus tard. Il se contenta donc d’attendre que les deux tourtereaux les moins bien assortis de la planète n’aient disparus de son champ de vision, pour enfin laisser libre cours à son hilarité. Et coup de chance, il n’était pas le seul à trouver la scène particulièrement cocasse.

« Pardonnez monsieur, mon rire, mais ne trouvez vous pas que le marquis a sans doute créer le duo le plus improbable chez nos adversaires ? Ce n'est pas mon genre de me moquer, mais je sais que je peux le faire avec plaisir avec vous ! » dit l’archiduchesse en dissimulant un sourire.
« Madame, s’il y a bien une personne dans ce royaume auprès de qui vous n’avez guère besoin de vous excuser de rire du malheur des autres, c’est bien moi. » répliqua Ferdinand avec une courbette. « Mais ne perdons pas de temps, et trouvons cette flèche, que l’on puisse aussi rire de leur déconfiture ! »

Pourtant, quelques mètres plus loin, ce furent eux qui tombèrent en déconfiture : des joueurs de quilles leur barraient la route, et malgré les menaces de Ferdinand de leur faire avaler leurs maudites quilles, ils refusèrent de s’écarter du chemin. Le fou se résigna à suivre l’archiduchesse, plus sage et diplomate que lui (mais non sans faire tomber des quilles au passage), pour finalement encore tomber sur des culs-de-sac. Diable, c’était à n’y rien comprendre ! Ce labyrinthe était bien plus corsé qu’il ne l’avait imaginé au premier abord…

« J'espère que vous avez un meilleur sens de l'orientation que moi, sinon nous risquons de nous perdre et qu'on ne nous retrouve pas avant le lendemain matin ! Je pense qu'il faudrait qu'on atteigne le kiosque central, on aurait une meilleure vue … ou me faire la courte échelle. Mais ce serait de la triche, non ? »
« Ma foi, le marquis n’a rien dit à propos de grimper, n’est-ce pas ? Comme je le dis toujours, si une règle n’est pas clairement énoncée, c’est qu’elle n’a pas lieu d’être suivie ! » s’exclama joyeusement Ferdinand en sautant en l’air pour tenter de voir par-dessus la haie ; hélas, malgré sa haute taille, c’était encore trop haut pour lui. « Mordious, je crois qu’il va falloir se résoudre à la courte-échelle comme vous le suggériez. C’est qu’il nous aura fait faire du sport, ce sacré marquis ! »

Se débarrassant de son pourpoint pour plus d’aisance, Ferdinand se baissa et croisa les mains pour permettre à la jeune femme de grimper et se dresser au-dessus de la haie. En la soulevant, il grimaça sous l’effort – l’archiduchesse ne pesait certainement pas bien lourd, mais sa robe, c’était autre chose ! Combien pesaient toutes ces étoffes ? Et quel était l’intérêt de s’étouffer là-dedans ? Décidément, la mode était un concept qui lui échapperait toujours. Finalement, quand Aliénor lui en donna le signal, il l’aida à retoucher terre et renfila son pourpoint.

« Alors, vous avez pu voir quelque chose ? D’Artagnan est un sacré gaillard avec un flair du diable, et la comtesse a plus d’un tour dans son sac, mais à nous deux je suis sûr que nous pourrons les battre ! Dites-moi tout, où devons-nous courir ? »
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    24.06.15 21:12

Le membre 'Ferdinand d'Anglerays' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il est libre de battre mais n'a pas trouvé qui serait digne de lui.
Côté Lit: Il n'y a que moi et parfois ma fille. Pas d'homme, pour cause d'absence de coeur qui bat.
Discours royal:



FEMME D'AUJOURD'HUI
elle flotte, elle hésite ...

Âge : 24 ans
Titre : Archiduchesse d'Autriche, duchesse douairière de Saxe-Zeitz et de l'Autriche inférieure
Missives : 645
Date d'inscription : 13/09/2012


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    22.07.15 18:55

« Madame, s’il y a bien une personne dans ce royaume auprès de qui vous n’avez guère besoin de vous excuser de rire du malheur des autres, c’est bien moi. »

Cela mettait dans l'ambiance de la soirée ! Même s'il était improbable qu'une femme aussi droite puisse faire équipe avec le Fou du Roi, Aliénor se remémora l'équipe adverse et se dit qu'il y avait des gens bien plus mal assortis. Ayant appris à perdre face à plus important que soit, par exemple la reine friande de jeux – et où Aliénor essayait d'éviter sa table pour ne pas être trop polie à laisser gagner – l'envie de jouer la prenait au corps, une envie de vaincre et de lever la flèche de la victoire, puisque tel était le lot à gagner ce soir. Après avoir dû changer de route à cause d'idiots barrant la route avec leurs maudites quilles, les deux alliés devaient improviser, sans vraiment savoir où ils se rendaient. Il fallait l'avouer, cela semblait bien plus complexe que prévu, un coup de pouce serait le bienvenu. Et il prenait la figure d'une courte échelle pour observer les environs, à moins que ce ne soit mal ?

« Ma foi, le marquis n’a rien dit à propos de grimper, n’est-ce pas ? Apparemment non et elle hocha dans ce sens . Comme je le dis toujours, si une règle n’est pas clairement énoncée, c’est qu’elle n’a pas lieu d’être suivie ! Et voici Ferdinand sautant pour essayer de voir mais impossible.
Je pense qu'il va falloir travailler en équipe. répondit simplement la jeune femme, amusée de voir cet homme sauter pour aller plus haut que les haies.
Mordious, je crois qu’il va falloir se résoudre à la courte-échelle comme vous le suggériez. C’est qu’il nous aura fait faire du sport, ce sacré marquis !
Cela nous change de Versailles »

En effet, entre les fesses vissés sur une chaise, ou un tabouret, et courir dans un labyrinthe puis faire la courte-échelle, il y avait un fossé ! Bien qu'amusée par tout ceci, Aliénor hésita un instant à monter. Même si le baron n'avait pas la réputation de regarder sous les robes des dames, elle n'avait pas envie de lui offrir de vue. Puis elle se décida, enleva ses chausses pour ne pas égratigner les mains du fou de ses talons et se sentit soulever de terre. Quel effet étrange ! Et quelle vue ! De là s'offrait tout le labyrinthe, sans possibilité de voir la flèche, mais elle nota mentalement le chemin jusqu'à la gloriette centrale, tout en entendant les vociférations de d'Artagnan et se mit à rire, tout en faisant signe à d'Anglerays de redescendre. Elle remit ses talons, le large sourire aux lèvres.

« Alors, vous avez pu voir quelque chose ? D’Artagnan est un sacré gaillard avec un flair du diable, et la comtesse a plus d’un tour dans son sac, mais à nous deux je suis sûr que nous pourrons les battre ! Dites-moi tout, où devons-nous courir ?
N'ayons crainte de ces deux là pour le moment, monsieur d'Artagnan blasphémé et les aigus de la comtesse outrée, je pense qu'ils se disputent, raconta-t'elle, pour une fois qu'elle faisait des commérages, mais l'heure était au jeu, elle se reprit. Je n'ai pas vu de flèche mais je sais le chemin pour la gloriette … suivez moi. »

Avec ce petit geste de la main pour accompagner ses paroles, Aliénor ouvrit la marche pour se rendre jusqu'au point central du labyrinthe. Deux fois à gauche, une fois à droite, encore à gauche, puis à droite, et après une hésitation, les deux arrivèrent finalement au centre, laissant l'archiduchesse éclater sa joie avec un petit saut en l'air accompagné d'un petit cri de joie ! Ils n'avaient pas encore gagné mais atteignait leur premier but !

« Nous avons une avance sur eux ! Maintenant, il faut repérer cette satanée flèche ! »

Il était temps de prouver sa bonne vue …

______________________

pion de l'échiquier politique
La femme est un monde mystérieux, incompréhensible. Elle se désintéresse de la logique ordinaire et n'écoute que la voix de son cœur. C'est pourquoi l'homme n'arrivera jamais à sa hauteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    22.07.15 18:55

Le membre 'Aliénor de Wittelsbach' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Comme la pierre.
Côté Lit: Vide.
Discours royal:



Capitaine des Mousquetaires
ɸ Sang de gascon ɸ

Âge : 56 ans
Titre : Ombre du Roi
Missives : 177
Date d'inscription : 03/12/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    23.07.15 22:35

Charles marchait à travers le labyrinthe, en silence, la démarche très militaire, droit comme un "i" et surtout confiant. En le regardant, point de doute possible, il était bien gascon ! Stratège et intelligent, il se repérait avec aise, continuant à travers ce dédale de verdure, Olympe sur les talons. La jeune femme semblait silencieuse. Soit elle avait été vexée par la remise en place inélégante de d'Artagnan, soit elle n'avait pas encore réalisé à quel point Charles pouvait être un malotru, lorsqu'il s'y mettait. Il jugeait toute conversation inutile. Aller jouer aux faux amoureux dans un jardin... franchement quelle mouche avait piqué ce marquis ? Le Capitaine des Mousquetaires réfléchissait à la façon dont il s'était fourré dans ce bourbier... accompagné de... Il se tourna pour surveiller qu'elle le suive bien et il constate que c'était le cas. Au fond, ça le frustra un peu, il aurait bien aimé la houspiller, juste pour le plaisir. Après tout, ça lui manquait de s'exploser le gosier sur quelqu'un. Il escortait donc cette... femme... excentrique à souhait, totalement exubérante. Avait-elle confondu l'endroit avec un salon de thé ? A en croire son accoutrement... oui, jugea-t-il. Bon an, mal an, il continuait sa marche, forcé quelquefois de faire demi-tour parce qu'il se trouvait dans un cul de sac. Il ne manqua pas de pester à cette occasion, lâchant dans la nature un chapelet de gros mots bien sentis, dans son patois natal. Et tandis qu'il tournait en regardant le soleil, il percuta un homme. En vieux réflexe, il porta sa main à son fourreau absent :

- Arrière gredin ! Ou je t'embro...

Constatant qu'il n'avait pas son arme, il observa cet obstacle humain et constata qu'il n'était pas seul. Accompagné de plusieurs femmes et de quelques hommes, il s'exerçait à une partie de quilles... Incrédule, d'Artagnan regarda le groupe, les quilles et Olympe. Non mais il devait rêver, ce n'était pas possible autrement ! Qu'est-ce qui pouvait bien passer par la tête de ces... gens, pour se livrer à une telle activité ici ? Charles secoua la tête en levant les yeux au ciel et il allait continuer sa route, lorsqu'une femme l'interpela pour lui dire qu'il ne devait pas passer, que leur partie n'était pas terminée. Le Mousquetaire s'énerva et son visage devint rubicond :

- Je suis Capitaine des Mousquetaires du Roi, je vais où bon me semble et je décrète que votre partie de... oh et puis peu importe ! Poussez-vous donc du passage et faites nous place !

Dans l'eau... aucun ne bougea, ils reprirent même la partie, en ignorant Charles. Il ne se doutèrent pas de la suite, du fait que Charles déteste les affronts. Il bomba le torse et vociféra :

- DU BALAI !!!

Sa voix se perdit au lointain et résonna, faisant fuir en masse les oiseaux présents. Le groupe s'offusqua mais Charles prit Olympe fermement par le poignet et lui dit, autoritaire :

- Allez, relevez donc vos jupons et venez, en cadence ! A cette allure-ci nous ne sommes pas prêts de trouver cette satanée flèche !

Il poussa un des hommes qui tentait de s'interposer dans le buisson et ramassa une quille qu'il brandit devant lui.

- Le prochain cloporte qui m'obstrue le chemin, nom de Dieu, je jure qu'il va la goûter cette fichue quille ! Plus vite, nous ne sommes pas prêts de gagner si vous traînez les pieds !

Il se retourna et d'une mauvaise foi absolue, en levant le doigt, il lui dit :

- Et cessez donc de vous plaindre !

______________________

+ A la mémoire mon avatar +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    23.07.15 22:35

Le membre 'Charles D'Artagnan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Libre comme les cieux : il brûle comme l'enfer !
Côté Lit: Tous les anges et les démons de cette terre s'y étendent pour mon plus grand plaisir...
Discours royal:



    ANDROGYNE
    l'Allure stupéfiante.


Âge : 23 ans
Titre : Abbé de Saint-Seine - Comtesse des Barres - les yeux et les oreilles de la Cour...
Missives : 382
Date d'inscription : 02/08/2011


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    11.08.15 22:24

    Alors qu’Olympe interrogeait aimablement son compagnon de jeu sur son sens de l’orientation, le vieux mousquetaire lui jeta un regard de fou furieux. Surprise, elle recula de quelques pas juste à temps alors que Charles d’Artagnan explosait littéralement de rage :

    -Allons donc ! C'est de l'ironie que je perçois dans votre voix ?

    La comtesse ne l’avait pas vu venir… Estomaquée, elle ne trouva que rétorquer mais le militaire hirsute n’en avait apparemment pas fini :

    -Ecoutez-moi bien, Madame la Comtesse des Barres ! dit-il en pointant un doigt menaçant dans sa direction. Gardez vos moqueries ! Si je le voulais je sortirais de ce foutu labyrinthe les yeux fermés !

    -Allons monsieur, je voulais nullement vous…


    Mais peine perdue ! Le vieux bougon était lancé et son visage semblait aussi bouillant qu’une vieille théière sur le feu. Il déblatéra sur son passé glorieux de militaire, de son expérience plus longue que le bras, que tout cela n’était que des enfantillages allant même à évoquer un cimetière (elle ne saisissait pas bien le rapport avec leur situation d’ailleurs). Olympe en aurait bien placée une pour s’expliquer d’un tel malentendu. Jésus Marie Joseph ! Ce mousquetaire était affreusement susceptible ! pensa la jeune femme. Peut-être était-il un peu sénile ? La comtesse lui trouvait une vague ressemblance avec un vieux mendiant qui trainant souvent près de son hôtel particulier et dans les faubourgs… Aaaah la vieillesse ! Mais c’est alors qu’il lui cracha à travers sa barbe du vieux père fouettard :

    -Sacrebleu ! Vous douteriez de mon sens de l'orientation ? Il ne m'a jamais trompé, Madame ! Je doute que vous puissiez en dire autant de vos prétendants !

    Outrée, la comtesse des Barres lui rendit son regard de dément. Les boucles de sa perruque frémissaient de rage ! Furibonde, les poings sur les hanches, elle se rapprocha de ce crouton mal-léché :

    -Pour qui vous vous prenez, grossier personnage ? Je ne vous connais ni d’Ève ni d’Adam ! Et vous voilà à insinuer que je suis une fille de joie de bas étage ?

    Elle dégaina son éventail et frappa vivement sur le bras du mousquetaire.

    -MARAUT ! FAQUIN ! Je vous insulte, moi ? Vous dormez les yeux ouverts, d’Artagnan ! siffla-t-elle sans même prendre la peine de rester polie avant d’avoir un rire sarcastique. Haha ! Vous avez un sens de l’orientation à toutes épreuves ? Mais c’est FOR-MI-DABLE ! A défaut d’être un humain décent, vous servirez à quelque chose dans cette entreprise, n’est-ce pas ?

    Un silence pesant s’installa entre eux tandis qu’ils continuaient de se jauger du regard. Puis le rustre pointa son doigt en l'air lui indiquant l'ombre d’un buisson :

    -Vu l'angle formé par le soleil et l'éclaircissement, le nord est droit devant nous. Nous devons garder le soleil dans le dos. Tenez, coupez donc une de ces maudites branches pour marquer le fait que nous sommes passés ici ! Ensuite, prenez vos jupons et poursuivons, voulez-vous ?

    Avec un sourire forcé dont la jeune femme ne se cachait même pas, elle lui fit une révérence avant de casser sèchement une branche près d’elle :

    -Voilà qui est fait mon seigneur, dit-elle toujours sarcastique avant de l’inviter à avancer. Après vous ! Impressionnez donc la femme imbécile que je suis…

    -Oh et en silence ! Vous me donnez mal à la tête, par tous les diables !


    Quel odieux personnage ! Dans quelle galère s’était-elle embarquée, pensa Olympe. Essayant de retrouver son calme, le/la jeune femme resta plusieurs pas dans le dos du mousquetaire tandis qu’il analysait avec froideur le chemin à suivre. Qu’il use donc de son intelligence sans failles, pensa la comtesse toujours furieuse. Elle voulait simplement passer du bon temps et apprécier le jeu mais il n’était plus question qu’elle lève le petit doigt pour ce vieux butor. Trop de coups reçus après tant de batailles avant sans doute endommagé une grande partie du savoir vivre du légendaire d’Artagnan, pensa avec insolence Olympe. Qu’il se débrouille ! Au diable cette fichue flèche en or !

    Durant de longues minutes ils avancèrent à travers les différents passages choisis par le capitaine des mousquetaires, le tout ponctué d’un éventail chamarré de jurons jaillissant de sa barbe argentée. Après une succession de plusieurs cul de sac, Olympe osa lui lancer avec un sourire mauvais :

    -Votre génie vous aurait-il abandonné, monsieur ?

    Il voulut répondre mais au tournant il percuta violemment un homme qui se trouvait dans le passage. D’Artagnan voulut se saisir d’une épée à sa ceinture pour riposter et… il n’en avait pas.

    -Si vous cherchez à impressionner quelqu’un : c’est triste à voir, fit sèchement la comtesse en arrivant à sa hauteur.

    L’homme qui leur barrait le passage était également accompagné de plusieurs autres individus, en pleine partie de quilles… Une femme leur indiqua d’attendre que la partie se termine avant de pouvoir passer.

    -Depuis quand les labyrinthes sont des endroits appropriés pour jouer aux quilles ? demanda Olympe en jetant un air consterné aux joueurs.

    C’est alors que le mousquetaire à ses côtés explosa de nouveau :

    -Je suis Capitaine des Mousquetaires du Roi, je vais où bon me semble et je décrète que votre partie de... oh et puis peu importe ! Poussez-vous donc du passage et faites nous place !

    L’assistance lui jeta des yeux de merlans fris… avant de reprendre comme si de rien n’était ?!

    -Quelle autorité… railla la comtesse.

    Visiblement toujours plus vexé, le vieil homme bomba le torse avant de charger comme un taureau à travers le petit groupe, sans se préoccuper des exclamations choquées. Hilare, Olympe constata des quilles renversées sur le passage de son partenaire mal assorti puis lança aux joueurs imbéciles :

    -Excusez-le… Il a un petit problème de gestion de la colère mais vos quilles s’en remettront très vite, vous verrez !

    La grosse main du d’Artagnan lui attrapa alors vivement le poignet et l’entraina à sa suite sans se préoccuper d’être plus délicat, sans surprises…

    -Allez, relevez donc vos jupons et venez, en cadence ! lui ordonna le militaire. A cette allure-ci nous ne sommes pas prêts de trouver cette satanée flèche !

    -Flèche ou pas vous n’êtes pas obliger de me trainer comme un vulgaire poney !
    s’exclama-t-elle en tirant son poignet pour essayer de se dégager de sa prise.

    Sans plus faire attention à elle, il renversa un homme sur leur passage en saisissant, menaçant, une quille.

    -Le prochain cloporte qui m'obstrue le chemin, nom de Dieu, je jure qu'il va la goûter cette fichue quille !

    -ET BIEN ALLEZ-Y !
    explosa à son tour la comtesse. Fracassez donc le crâne de quelqu’un, qu’on en finisse ! Que dites-vous du mien ?

    Elle frappa sèchement de son éventail la main du mousquetaire pour se libérer avant de lui lancer, dégoûté(e) :

    -Vous n’êtes qu’un animal…

    -Plus vite, nous ne sommes pas prêts de gagner si vous traînez les pieds !
    continuait le vieux ronchon devant elle en brandissant sa quille.

    -Qu’importe de gagner ou non ! siffla-t-elle. Je n’ai fais que vous poser une malheureuse question badine et voilà que vous vous comportez comme le pire des imbéciles : je n’ai plus envie de jouer, surtout en votre compagnie.

    Il se retourna vers elle et lui dit en pointant un doigt paternaliste :

    -Et cessez donc de vous plaindre !

    Olympe/Thimoléon lui jeta des yeux ronds, scandalisé(e).

    -Oh intéressant… Parce que c’est moi qui insulte quiconque croise ma route sans raison ? demanda-t-elle en brandissant son éventail sous le nez et la barbe de l’homme. C’est moi, qui suis susceptible pour un rien ? C’est moi le vieillard geignard et rustre ?... On peut bien parler et louer les exploits d'un légendaire d’Artagnan mais cette légende est morte bien avant vous, lâcha-t-elle froidement en trainant les pieds, les bras ballants. Assurément monsieur, vous êtes un bien triste personnage.

    Sans plus de cérémonie, la jeune femme/homme souleva ses jupes et distança le vieil homme. Il était très rare de voir la comtesse aussi peu sympathique et courtoise. Olympe/Thimoléon avait été délibérément méchant(e) mais il fallait tout de même souligner que son partenaire forcé lui mettait les nerfs à rudes épreuves !

    La comtesse prit l’embranchement sur la gauche et ils arrivèrent dans un petit espace où trônait une fontaine. Le silence revenu entre les deux coéquipiers, Olympe essaya de retrouver son calme en jetant des coups d’œil un peu partout pour voir où pouvait se trouver cette maudite flèche d'or.

______________________


« J'ai connu une Madame Monsieur jadis ! »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    11.08.15 22:24

Le membre 'Thimoléon de Choisy' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    04.09.15 18:28

Feridnand grimaçait sous le poids de sa charge – qui tenait sûrement plus au poids de la robe qu’à celui de l’archiduchesse elle-même – mais tint bon, son attention accaparée par les vociférations de d’Artagnan qu’il entendait au loin, manquant de le faire éclater de rire, ce qui aurait certainement eu pour effet de les faire tomber tous les deux. Voyons, ce sacré d’Artagnan s’énervait-il contre lui-même ou contre sa charmante co-équipière ? Ou contre eux, peut-être ? En tout cas, il était aussi vocal qu’à son habitude, et cette certitude que tout n’allait pas comme le voulait le mousquetaire motiva doublement le fou à tenir bon jusqu’à ce que l’archiduchesse consente enfin à redescendre de son perchoir.

« N'ayons crainte de ces deux là pour le moment, monsieur d'Artagnan blasphémé et les aigus de la comtesse outrée, je pense qu'ils se disputent ». Déclara l’archiduchesse, visiblement ravie de la tournure que prenait les choses, et Ferdinand se dit qu’il était décidément tombé sur une bonne partenaire de jeu. Alors qu’elle finissait sa phrase, la voix de stentor de Charles retentit à nouveau : « DU BALAI !!! » comme un coup de canon. Ferdinand éclata de rire, hilare.
« Effectivement, ils ont l’air encore moins avancés que nous. Pauvre d’Artagnan, si nous gagnons je vous parie qu’il me mettra aux fers pour l’avoir vexé. Mais sa tête à notre victoire sera une récompense suffisante pour endurer la peine. » reprit-il en imaginant déjà la scène – et la tête de Louis en apprenant que son meilleur lieutenant avait fichu son fou au cachot parce qu’il est trop mauvais joueur. Heureusement, avant que l’imagination de Ferdinand ne s’emballe plus, Aliénor lui rappela que la course n’était pas encore terminée, contrairement à ce qu’il semblait croire.
« Je n'ai pas vu de flèche mais je sais le chemin pour la gloriette … suivez moi. »
« Après vous, madame ! »

Reprenant leur cours de plus belle, Aliénor en tête, Ferdinand la suivant en essayant de voir s’ils ne croisaient pas leurs adversaires au détour d’un tournant, jusqu’à ce qu’ils soient arrivés à leur but. Ferdinand esquissa un sourire alors que l’archiduchesse laissait échapper un cru de joie – il se demanda si elle était aussi démonstrative à son habitude, ou si elle s’était laissée prendre au jeu sans s’en apercevoir – et commença à regarder autour d’eux.

« Nous avons une avance sur eux ! Maintenant, il faut repérer cette satanée flèche ! »
« Séparons-nous, cette gloriette n’est pas bien grande, nous finirons bien par tomber dessus. Hâtons-nous ! »

Partant de l’autre côté, Ferdinand regardait sous un banc, derrière un buisson, derrière une autre statue – il alla même explorer dans une petite allée mais tomba sur… une autre équipe de joueurs de quilles. Cette fois c’en était trop !

« Ah non, pas encore ! C’est une épidémie ma parole ! Allez, du vent ! » s’exclama-t-il en agitant les bras comme pour faire fuir des poules – curieusement cela fonctionna, puisque le groupe s’en alla en bougonnant. Explorant à leur suite, Ferdinand constata qu’il n’y avait aucune flèche et revint en arrière sur la gloriette. Nom d’une pipe en bois, mais où pouvait-elle être cette fichue flèche ? Levant les yeux, poings sur les hanches, son regard tomba sur la statue de l’Amour. Pris d’une inspiration soudaine, il releva ses manches et entreprit de grimper dessus, ne songeant guère au pauvre Le Nôtre qui n’avait certainement pas installé cette statue ici pour servir de mur d’escalade aux imprudents ; mais Ferdinand voulait voir ce qu’on apercevait depuis ce perchoir, et il grimpa du mieux qu’il put, s’agrippant aux hanches, aux bras, puis aux épaules de la malheureuse statue. Il constata que la flèche n’était pas dessus, puis se dévissa le cou pour regarder autour de lui, depuis son perchoir. Il grimaça en constatant que leurs deux adversaires n’étaient pas très loin, et lança à sa partenaire :

« D’Artagnan et la comtesse se rapprochent. Si la flèche est là, il faut la trouver maintenant ! » Puis, scrutant un buisson des yeux, il le pointa du doigt à l’archiduchesse : « J’ai l’impression de voir quelque chose là-dedans. Nous n’avons pas encore fouillé là… »

Avec un peu de chance, il s’agirait de cette maudite flèche, et ils pourraient repartir pour la sortie, triomphants… Mais avec l’Amour, il ne fallait jamais s’attendre à trop de facilité, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    04.09.15 18:28

Le membre 'Ferdinand d'Anglerays' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    05.10.15 19:56


Le labyrinthe et la flèche


Bravo d'être arrivés jusque là ! Mais point de flèche à l'horizon ! Où se trouve t'elle donc ? C'est ce que nous allons découvrir lors du prochain tour, avec un changement rapide de règle :

Dans votre prochain rp, il faudra introduire une action, c'est-à-dire d'essayer de vraiment trouver la flèche. Que ce soit tourner en un endroit improbable, aller derrière une statue ou penser que la flèche se trouve dans les rosiers, la flèche peut être n'importe où.
Cette action doit se trouver en fin de rp et vous allez lancer le dé encore une fois : il vous indiquera si vous avez gagné ou perdu.
Dans le cas où les quatre participants ont perdu, Bontemps tirera au sort un gagnant.

Bonne chance !




______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Comme la pierre.
Côté Lit: Vide.
Discours royal:



Capitaine des Mousquetaires
ɸ Sang de gascon ɸ

Âge : 56 ans
Titre : Ombre du Roi
Missives : 177
Date d'inscription : 03/12/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    11.10.15 1:21

A vrai dire, Charles n'avait que faire de la légende qui circulait à son sujet. Il faisait même tout pour la détruire lui-même. Car dans son esprit, peu importait que ses contemporains le portent en gloire et l'acclament ! Ce qu'il fallait surtout, c'était qu'ils le considèrent comme vieux et fatigué. Parce qu'à l'imaginer faible, ils oubliaient qu'il constituait une menace bien réelle. Le Capitaine avait prit la tête du réseau d'espion et ça n'était guère un hasard. Il voulait que tout le monde pense qu'il se trouvait sur le déclin, dans un état physique et psychologique un peu farfelu. Cela fonctionnant à merveille sur cette Olympe, qui visiblement était vexée. C'est vrai qu'elle n'avait pas eu de chance, elle tombait sur l'homme le moins drôle qui puisse exister, le plus cynique ! Il la laissa passer devant lui, au moins comme ça, il pouvait garder un oeil sur elle et s'assurer qu'elle était toujours là. Surtout ne pas se séparer dans ce labyrinthe, ce serait perdre la partie. Il n'entendait plus Ferdinand au loin, ce qui avait le don de l'irriter. Il ne manquerait plus que le Fou gagne ! Ca, ce serait le pompon sur la Garonne ! Le silence n'était perturbé que par l'eau d'une fontaine. Et tandis qu'Olympa cherchait la flèche d'or des yeux, Charles passa une main sur sa barbe grise et se mit à réfléchir intensément, à voix haute :

- Voyons... ce serait beaucoup trop simple si la flèche était visible et exposée. Avec le reflet du soleil, elle attirerait l'oeil... J'en déduis donc qu'elle n'a pas été placée à vue. La chercher des yeux sera donc inutile.

Il tapota la quille contre sa main, perdu dans ses réflexions et ses analyses. On pouvait reprocher ce que l'on voulait à d'Artagnan, son sale caractère, son orgueil, sa virulence, mais il était capable de réfléchir intensément et de trouver en peu de temps des conclusions logiques. Cette fois, bien trop absorbé par ses hypothèses, il ne fit aucune remarque désagréable à Olympe. Un bourdon passa non loin d'eux, cassant un peu le son appaisant de l'eau qui coule. Il se tourna alors vers Olympe et lui dit :

- A propos, pour votre gouverne, le vieillard vous aura évité de vous perdre et de tourner en rond. Triste, geignard et rustre, le fait est que nous n'avons pas d'autre choix que de rester ensemble jusqu'à la fin de la partie. Ne croyez pas que cela m'enchante ou m'amuse de vous imposer ma compagnie. Le fait est que plus vite nous aurons cette satanée flèche, plus vite vous serez libre de repartir à votre vie et moi à la mienne. Bien ! Vous êtes une femme, n'est-ce pas ?

Il ne savait pas qu'en réalité, Olympe était un homme travesti en femme. Il poursuivit :

- Que fait une femme lorsqu'elle approche d'une fontaine ? Elle jette un regard dedans pour apercevoir son reflet. Oui, ne faites pas comme si cela vous surprenait ! La grande majorité des femmes le font ! On peut donc en déduire que la tâche étant trop facile, la flèche n'est pas non plus dans l'eau de cette fontaine.

Il regarda à l'intérieur et hocha la tête, pour confirmer qu'il avait raison.

- Bon... poursuivons... si mon ouïe est toujours aussi bonne, nous sommes derrière les autres.

Il reprit la marche, en restant devant cette fois. Il y eut un silence pesant, que Charles parut très bien supporter. Ah le calme de la nature ! Il aurait pu rester ici des heures. Finalement, qu'Olympe se soit vexée lui convenait très bien ! Au moins elle se taisait ! Ils entendirent bientôt Ferdinand, un peu plus loin, pester. Pas de flèche d'or là où il le pensait. Charles se tourna vers Olympe, un grand sourire ravi sur le visage et lui dit :

- Ah ah !!! Entendez-moi donc ce vieux rat filou de Fou ! Il peste ! Ils ne trouvent guère ! Cela veut donc dire que la flèche est bien cachée ! Je doute que ce soit dans les buissons... mais où diable ce furoncle de Marquis a-t-il bien pu cacher son jouet ?

Il agita alors la quille sous le nez d'Olympe et se rendit alors compte qu'elle faisait un bruit étrange. Il la regarda alors, en fronçant ses sourcils épais. Et puis d'un coup, il s'exclama :

- Sapristi ! Nom de Dieu !

Il se mit alors à toucher le haut de la quille... jusqu'à en dévisser l'extrémité. Elle était creuse et il semblait y avoir quelque chose à l'intérieur !!! D'Artagnan l'ouvrit et en regarda le contenu...

______________________

+ A la mémoire mon avatar +


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    11.10.15 1:21

Le membre 'Charles D'Artagnan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    16.11.15 15:29

Nom d’une pipe en bois, c’est qu’il avait rudement bien prévu son coup, ce fichu marquis. Se pouvait-il même qu’il ait eu une vie irrépressible de jouer un mauvais tour à ses convives et se soit abstenu de cacher la flèche ? Cherchaient-ils en vain depuis le début ? Les soupçons de Ferdinand se faisaient de plus en plus insistants dans son esprit, et le bouffon cherchait à se convaincre qu’il ne s’agissait là que de ses délires à lui – puisque ce serait bien le genre de blague qu’il aurait faite lui-même, mais le marquis n’était probablement pas ni aussi fourbe ni aussi puéril que lui. Constatant qu’il n’y avait décidément rien sur sa statue, l’acrobate dont le souplesse n’était guère le fort tenta tant bien que mal de redescendre de son perchoir – une entreprise fort périlleuse qui se solda sur un échec, puisqu’il se coinça le pied et glissa malencontreusement pour s’écraser par terre avec une élégance douteuse. Le fou laissa échapper un juron de surprise et de douleur, avant de se redresser sur ses coudes en recrachant un brin d’herbe, visiblement vexé.

« Nom de Dieu... » commença-t-il, avant de s’apercevoir que l’archiduchesse était juste à côté de lui et l’avait certainement entendu. Ce n’était point un langage à tenir devant une dame, aussi s’empressa-t-il aussi de rectifier le tir : « Oh pardonnez-moi, je voulais dire nom d'une pipe. Je sais bien que c'est pas beaucoup plus pieux, mais au moins on est à genoux. »

Et sur ces mots emplis de sagesse, il se releva d’un bond, comme s’il était monté sur ressort, et repartit aussitôt à la chasse. C’était maintenant une affaire d’honneur, d’autant qu’il entendait d’Artagnan s’agiter un peu plus loin, et qu’avec son flair de chien de chasse, ce sacré mousquetaire était bien fichu de mettre la main dessus avant lui. Mettant le cap sur le buisson qu’il avait aperçu un peu plus tôt, Ferdinand écarta les branchages de ses mains, s’octroyant au passage quelques éraflures qu’il choisit d’ignorer, avant de pester à nouveau. Toujours pas de trace de la flèche !

« Par la barbe de d’Artagnan, elle ne peut pas être si loin, cette fichue flèche ! » s’exclama-t-il en levant les bras en signe d’impuissance et d’exaspération. Observant autour de lui à la recherche d’un indice tombé du ciel, il s’apprêtait à renoncer et laisser vent à sa frustration quand une autre statue, de l’autre côté de la petite place, attira son attention – une statue de Dionysos tenant dans sa main levée une amphore. Une étincelle d’espoir naquit dans le cœur du fou. Ce sacré marquis n’aurait quand même pas osé ?

« Sus au Dionysos, madame ! » s’exclama-t-il en s’élançant à grandes enjambées, entraînant Aliénor derrière lui. Arrivant au pied de la statue, Ferdinand – qui avait juré de ne plus jamais grimper sur la moindre statue, mais les promesses des fous ne tenaient jamais bien longtemps – s’accrocha à la jambe du dieu grec et d’une poussée se hissa sur la sculpture. S’enroulant du mieux qu’il pouvait autour du malheureux humanoïde de marbre, il se hissa en espérant ne pas réitérer sa chute d’avant, et jeta un œil à l’intérieur sombre de l’amphore…
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    16.11.15 15:29

Le membre 'Ferdinand d'Anglerays' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il est libre de battre mais n'a pas trouvé qui serait digne de lui.
Côté Lit: Il n'y a que moi et parfois ma fille. Pas d'homme, pour cause d'absence de coeur qui bat.
Discours royal:



FEMME D'AUJOURD'HUI
elle flotte, elle hésite ...

Âge : 24 ans
Titre : Archiduchesse d'Autriche, duchesse douairière de Saxe-Zeitz et de l'Autriche inférieure
Missives : 645
Date d'inscription : 13/09/2012


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    18.11.15 21:39

Aliénor se prenait au jeu de la recherche de la flèche, et il fallait avouer qu'avoir le fou du roi en guise de partenaire ne rendait pas la chose triste ! Ce dernier sautait partout, grimpait et semblait être né sur ressorts. Avec sa robe et ses petites jambes, l'archiduchesse avait bien du mal à le suivre parfois ! Elle ne pensait qu'elle se serait autant amusée à partir à la recherche d'une flèche dont il n'ont même pas vu un bout depuis le début. Où qu'elle soit, le marquis avait du anticiper toutes les cachettes potentielles.

« Par la barbe de d’Artagnan, elle ne peut pas être si loin, cette fichue flèche !
Une chose est sûre, nos adversaires n'ont pas encore poussé de cri de joie, cela nous laisse encore une chance !

Oui, la jeune femme gardait espoir, après tout, le labyrinthe avait une centaine de cachettes potentielles et ils n'en avaient pas exploré la moitié. Il y avait des bassins, des statues, des massifs de fleurs … Le baron d'Anglerays avait décidé de s'attaquer à la statue de Dionysos qui triomphait dans un angle, fier avec son amphore.

« Sus au Dionysos, madame ! »

Et il était déjà arrivé que la jeune femme, tout en soulevant ses jupes, peinait à faire la moitié du parcours, elle était archiduchesse, pas marathonienne ! En tout cas, le Fou avait une idée derrière la tête, et pour faire rire un roi, il faut quand même beaucoup d'instinct, elle lui fit donc confiance, serrant ses mains comme une prière, a espérer trouver la flèche dans l'amphore,

Mais encore une fois, la déception. Les deux partenaires du soir se regardèrent, dépités. Encore un échec. Puis Ferdinand descendit de sa statue et tous les deux se regardèrent, à savoir quoi faire. Il fallait la jouer finement.

« Nous avons du rater quelque chose. Nous recherchons une flèche, instrument de Cupidon. Nous devons trouver une flèche d'amour donc, non ? Elle regarda d'Anglerays qui acquiesçait. Le marquis l'a peut être caché dans un coin signifiant à son tour l'amour, ce serait logique … Peut être … Elle regardait autour d'elle, avec différentes possibilités de chemin sans trop savoir où aller, ni quoi regarder, avant que son regard azur ne se pose quelque part. Des fleurs ! »

A quelques mètres d'eux, un massif de lilas se trouvait là, splendide, coloré et avec une odeur saisissante. Aliénor, presque sûre de son coup, s'expliqua.

« Les lilas sont un symbole d'amour dans le langage des fleurs … Sait on jamais, si vous en avez besoin. Il n'y a plus qu'à espérer que la flèche est bien là … »

Et la voici à écarter doucement les fleurs, à la recherche de l'objet tant convoité …


______________________

pion de l'échiquier politique
La femme est un monde mystérieux, incompréhensible. Elle se désintéresse de la logique ordinaire et n'écoute que la voix de son cœur. C'est pourquoi l'homme n'arrivera jamais à sa hauteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    18.11.15 21:39

Le membre 'Aliénor de Wittelsbach' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Le Labyrinthe' :

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    28.04.16 22:06


Le labyrinthe et la flèche



Depuis le temps, il est temps de savoir qui est le vainqueur de ce jeu de l'amour. Qui a trouvé la fameuse flèche dans ce labyrinthe ? La réponse maintenant.


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le labyrinthe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le jeu de l'Amour ♥ ♥ Le pigeonnier
» Jaddi ♥♥
» Nuage de Fleurs ♥♥
» L'araignée qui monte, qui monte... (py Kami ♥♥♥)
» Perle D'Amour ♥

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
AU-DELÀ DES GRILLES DORÉES DE VERSAILLES
 :: Campagne environnante
-
Sauter vers: