AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Phantasmagoria

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 239
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Phantasmagoria   15.12.14 20:02


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Une servante de ma connaissance...
Côté Lit: la servante sus-citée l'a déserté, profitez-en!
Discours royal:



ADMIN BIZUT
Phoebus
ৎ Prince des plaisirs

Âge : 20ans
Titre : Prince de Neuchâtel
Missives : 4009
Date d'inscription : 12/01/2010


MessageSujet: Re: Phantasmagoria   10.01.15 12:10

Jelly Street

Phantasmagoria by night

Qui a plus de toits a plus de neige

Décembre

" Un illustre personnage, le docteur Edgar A. Howcraft, a fait ses premiers pas dans Phantasmagoria. Après une longue recherche dans les rues du village, il a finit par tomber sur un vieil immeuble dans lequel il a décidé de s'installer. Parallèlement, la sombre Konfety, dont les squelettes tambourinent fortement contre la porte de son placard, s'est portée garante pour aller rendre visite à l'agent Sue Maryia, avec qui elle avait de vieux compte à régler. C'est ainsi qu'elle a croisé l'étrange docteur Howcraft. Après quelques rebondissements, nous retrouvons Dr Howcraft longeant la rue de Jelly Street, Konfety sur ses épaules, des monstres à ses trousses. Comment ce scientifique va-t-il s'en sortir ? "


C’est avec un peu de mal qu’il arriva finalement à discerner le chemin du sanatorium sur sa carte qui commençait à prendre un peu l’eau, mais il y parvint tout de même.

Ramassant la machette de la jeune femme et la passant à sa ceinture, il se demanda si le sanatorium disposait de cellules d’isolements et du matériel nécessaire au traitement de ce genre de cas.
La jeune femme n’était pas très lourde et il parvint à la hisser sans trop de difficultés en travers de son épaule.

-En route, ma jolie. Tu seras convenablement soignée dans les règles de l’art, là où je t’emmène…

Sans un regard en arrière vers le cadavre, le docteur commença son excursion. Le but avait changé. Cap sur le sanatorium hospital.


Les cris, se rapprochaient doucement. C’est là qu’il le vit. L’enfant.

Sa peau était violacée, noire par endroit. De grosses cloques purulentes lui couvraient les mains et les bras tandis que la peau de son visage pendait en lambeaux autour de vestiges de nez et d’orbites vides. Quelques cheveux étaient plaqués, filasses, sur un crâne affreusement tourmenté et surmonté de tumeurs hideuses.

-Oh mon Dieu…

Le médecin n’avait jamais été quelqu’un de croyant. Il riait même ouvertement des religions mais à ce moment-là et pour la première fois, cette expression lui échappa. Comment cette créature pouvait-elle tenir debout ? Ses os calcinés auraient dut s’effondrer sous elle à chaque pas. Howcraft se souvint d’une des quelques paroles que lui avait adressé la jeune femme. Parfois, il valait mieux fuir. Effectivement. Ainsi chargé, le docteur ne pourrait combattre convenablement, même armé de la lame de la demoiselle. Et poser cette dernière eut été trop dangereux pour elle.

Les statistiques

Au 06 Janvier 2015 - 12:00

• Messages : 2423
• Nombre de sujets ouvert dans le forum : 570
• Nombre d'utilisateurs : 22
• Nombre de points d'activité : 214

Sue Maryia et Konfety Belyï ont été récompensés pour le mois de Décembre.




Phantasmagoria

La ville fantôme

Il neige en enfer, et la neige est cendre

Janvier

" Dans cette ville, quotidiennement des enfants disparaissent, des gens sont tués. Des monstres parcourent les rues à la recherche d'âmes à punir et de chair pour se nourrir... Pénétrez dans l'horreur du quotidien de chaque habitant, et percez les mystères des crimes pour lesquels on vous condamne, avant que la famille Perfide, à l'origine de tout, ne vous pousse à bout et ne vous fasse perdre... plus que votre raison... "


Du vide dans les rues. Il n'y avait rien effectivement, rien à voir, ni rien à entendre. Il n'y avait que le dos de Nevroze à suivre sagement et un satané vent pour vous ralentir. Marie-Jane ne se doutait pas alors qu'elle était une des rares personnes à pouvoir se tenir là, à profiter de cette vue si particulière du capuchon de sa cousine soulevé au rythme rapide de ses pas pressés. Il lui faudrait bien des années et des expériences pour le comprendre et n'en aimer que plus cette cousine qui forte de la repousser sans cesse la laissait néanmoins profiter de son ombrage et lui faisait assez confiance pour la laisser marcher si près d'elle sans même lui jeter un regard.

Mais de ce rien et de ce vide, Marie-Jane tirait beaucoup de choses. Rien d'autre que les rues, oui, mais les rues qu'elle ne connaissait pas. Ses yeux s'accrochaient à chaque bâtiment, chaque ruelle que l'air faisait chanter et la voilà qui papillonnait à droite à gauche sans même plus se soucier d'où la conduisait Nevroze, parce que tout était sujet à contemplation depuis son arrivée. La jeune fille avait l'impression de s'épanouir à chaque nouvelle découverte, morbide ou non, elle s'en fichait, cela ne comptait pas. Sur le coup, elle trouvait cela étrange mais une fois la surprise passée, il ne restait plus qu'une tâche colorée, une impression sans contour. Chaque goutte de cette encre fabuleuse faisait grossir le bourgeon Perfide. Ses pétales se teintaient du noir de la famille, corrompant avec beaucoup de douceur le blanc de la jolie rose.


Et un long silence bien inhabituel envahit l'hôtel. Si elles avaient remarqué ? Peut-être l'une moins rapidement que l'autre. Mais le cadavre de Luis ne paraissait plus sur le plancher. Les flaques de sang qu'il avait crées avaient été comme nettoyée. Le corps inerte d'Elise s'était évaporé, et enfin, la personne de Chris avait également disparu. Comme volatilisés, il ne restait plus rien de leur passage. En échange de quoi, un mot avait été déposé au milieu d'une des tables, toujours de cette même évidence qui voulait se mettre en avant, sous-entendant qu'il fallait prendre et lire. Un petit papier plié en quatre, et posé en équilibre sur ses faux pieds.

Une bougie au milieu de chaque table éclairait la pièce, et le lustre dégageait une lumière tamisée, de sorte que la pièce avait maintenant un air un peu plus sympathique, presque réconfortant. L'allure d'un salon familiale, comme ces lueurs que l'on voit souvent les moments de Noël par delà les fenêtres, où tout semble briller de simplicité et de joie.

Les statistiques

Au 04 Février 2015 - 10:33

• Messages : 2478
• Nombre de sujets ouvert dans le forum : 581
• Nombre d'utilisateurs : 14
• Nombre de points d'activité : 225

Sue Maryia et Konfety Belyï ont été récompensés pour le mois de Janvier.


______________________



"Les inclinations naissantes, après tout, ont des charmes inexplicables,
et tout le plaisir de l'amour est dans le changement."


This, is Paris:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Phantasmagoria
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Phantasmagoria Z

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Alliances entre royaumes
-
Sauter vers: