AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mini intrigue ♕ La cour des singes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Mini intrigue ♕ La cour des singes   20.11.14 15:46


La cour des singes



On le sait, tout le monde le sait d'ailleurs, l'orangerie du roi fait sa fierté et sa gloire ! On ne compte plus les pélicans, et les dromadaires ici. S'y trouve même un éléphant d'ailleurs qui fait l'émerveillement des courtisans. Mais ce n'est pas ces animaux là que Christian de Sudermanie a décidé d'étudier de plus près. Ce sont les macaques crabier. Il s'agit de ces petits singes qui ont été offerts voici quelques mois par le roi de Siam à Louis XIV. Cependant, l'endroit étant bien trop fréquenté en journée, le prince a attendu le début de soirée pour s'y rendre.

Thomas of Norfolk de son côté a fait un pacte secret avec Jean Baptiste de la Quintinie. Contre une bonne rétribution financière, ce dernier sert le duc en plantes toutes droit issues du potager royal. Ces plantes sont nécessaires au malheureux qui cherche à rester éveillé à tout prix, pour ne plus sombrer dans ses cauchemars. Mais aujourd'hui, son fournisseur très occupé par ses fonctions n'a rien pu lui donner. Alors il lui a conseillé de se rendre à l'orangerie, où il est censé trouver une plante exotique aux semblables bienfaits, près des grenadiers. Le duc a aussi attendu le début de soirée pour ne pas être surpris ... à voler.

Contraintes : Christian de Sudermanie devra intégrer dans sa réponse,  l'une de ces trois options.
Option 1 : Il glisse tout à coup sur une peau de banane et tombe.
Option 2 : Il monte à un arbre, pour observer ce visiteur tardif.
Option 3 : Il envoie un fruit (orange, grenade sont les principaux fruits qui poussent à l'orangerie) à la tête du voleur.


Rappel : N'oubliez pas que ce seront des topics courts, maximum 800 mots (environ 1 page Word) pour permettre de répondre rapidement et de rendre le topic dynamique. Bontemps reviendra vers vous après ce premier tour. What a Face


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   22.11.14 16:16

    Il y a selon les croyances populaires diverses sortes de sommeil. On parle du sommeil des justes, ou du sommeil de la prime jeunesse pour parler du repos réparateur, où l’on ne se soucie de rien, comme rien n’est à reprocher à notre actif. Et de là vient le vieux dicton affirmant que les méchants ne dorment jamais en paix. Pourtant, Thomas Howard, duc de Norfolk, ne se rappelait pas d’avoir commis quelque méfait qui lui eut valu d’être un malfrat. Pour sûr, il savait bien qu’il n’était pas un saint. Mais le visage pâle de Victoire, seule tache blanche dans un bain de sang lui revenait constamment. Elle l’obsédait, le terrifiait, au point que Thomas, qui avait pourtant déjà soutenu un ami au seuil du suicide, voulait fuir le monde des rêves et du sommeil.

    Il avait su au fil de ses lectures, en chercheur amateur mais passionné qu’il était, qu’il existait certaines poudres, plantes ou d’autres substances dans ce genre qui permettaient à un homme ou une femme de rester éveillé sans en subir trop de conséquences. Thomas avait commencé par se renseigner à droite et à gauche, quoique très discrètement, pour ne recevoir au début que quelques adresses d’empoisonneuses à Paris, où Catherine Voisin figurait dans le nombre. Mais il craignait, en revanche, que ces vieilles harpies n’en profitent pour mélanger dans les herbes demandées d’autres substances aux effets indésirables. Il avait donc abandonné l’idée, pour prendre un moyen plus drastique : en s’adressant à Jean-Baptiste de La Quintinie, lui-même. Il avait commencé par se renseigner mine de rien sur les diverses plantes et légumes du potager royal, avant de réussir d’obtenir de La Quintinie les herbes tant recherchées en les achetant, avec son silence absolu, en moyennant une assez grosse somme. Rendu à cette extrémité, Thomas préférait encore se ruiner et utiliser des moyens plus ou moins honnêtes que d’avoir à faire face encore une fois à ses cauchemars, comme lui seul, et personne d’autre, ne pouvait le suivre dans l’horreur qu’était devenue son imagination au repos. L’effet était d’ailleurs efficace : en dépit de cernes noires qui devenaient de plus en plus creuses et qui inquiétaient ses proches, Thomas n’en ressentait pour ainsi dire aucune séquelle.

    Mais ce jour-là, La Quintinie avait été tant débordé qu’il n’avait pas pu lui donner la plante demandée. Thomas avait insisté, presque supplié, tant et si bien, que le chargé du potager royal avait fini par hausser les épaules et lui avait parlé d’une certaine plante exotique possédant les mêmes effets, mais qui poussaient près des grenadiers dans l’Orangerie.

    Ce serait là une affaire beaucoup plus délicate, toutes les plantes et fruits appartenant au Roi, et au Roi seul. Y toucher sans permission, c’était se rendre coupable de vol. Et de voir Thomas Howard, comte d’Arundel et duc de Norfolk voler quelques feuilles dans l’Orangerie royale, alors ça, ce serait du joli, et ce serait dire bonjour à l’escorte incessante composée de Morgan Stuart ou de Brandon Grey! Mais, tout bien pesé, et le démon des cauchemars se faisant encore plus cruel qu’à l’habitude, Thomas s’y était soumis. Quitte à y aller le soir, alors qu’il n’y avait plus personne dans l’Orangerie…

    Il y faisait encore chaud vers cette heure, la chaleur étant d’ailleurs augmentée par l’Orangerie pour le plus grand plaisir des orangers et des grenadiers. Thomas, tout à son auto-apprentissage de voleur en herbe (sic), avait pris soin de paraître le plus ordinaire des promeneurs, emmenant même avec lui un livre assez superfétatoire qu’il faisait mine de lire attentivement mais dont il n’avait pas tourné une seule page depuis bientôt quinze minutes. Du coin de l’œil, il observait sa progression vers les grenadiers, pour enfin s’arrêter près d’eux et trouver la plante décrite par La Quintinie. Lançant son livre dans un coin dans sa hâte, Thomas s’abaissa prestement, rampant presque vers les plantes, mort de peur qu’on ne voie sa tête dépasser des buissons derrière lesquels il s’était caché et qu’on ne le reconnaisse. Puis, furtivement, ses oreilles s’échauffant à l’idée que lui, si si, lui volait, il envoya promener avec mépris sa conscience, du moins pour les prochaines minutes.

    Ne restait plus qu’à espérer que La Quintinie ne lui fasse plus un coup pareil!


Note à Kit:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   15.12.14 21:02

L’orangerie royale. Un sourire aux lèvres, Christian de Sudermanie se retenait de se frotter les mains, conscient que ce n’était pas là un geste très élégant à faire en public, puisqu’il se trouvait encore à la réception donnée par il ne savait plus quel colonel de guerre, bien que son esprit se trouva bien ailleurs. Voilà des jours et des jours qu’il attendait impatiemment cette opportunité d’aller visiter l’orangerie et ses dernières merveilles arrivées de Siam, mais que son emploi du temps surchargé l’empêchait d’avoir une minute à lui pour aller satisfaire sa curiosité. Réception par-ci, démonstration par-là, répondre au courrier du pays, donner des directives pour gérer son domaine, s’occuper de l’éducation de son fils Hannes, répondre aux inquiétudes des autres membres de Sophia qui lui écrivaient en message codé, ses recherches qu’il ne fallait pas mettre en retard… c’était à peine si le duc avait le temps de fermer l’œil la nuit qu’il lui fallait déjà passer à autre chose. Mais aujourd’hui, c’était le grand jour. Aujourd’hui, il allait discrètement faire le malpoli, quitter cette soirée ennuyeuse à mourir en avance, et aller voir ces fameux macaques crabiers dont il avait tant entendu parler sans encore pouvoir les observer. Estimant qu’après une heure passée dans ces appartements, il était grand temps de tirer sa révérence, Christian alla trouver l’hôte de maison, inventa une excuse à peu près crédible pour partir, et s’enfuit sans vraiment laisser à l’autre le temps de répondre. Au diable les mondanités, il avait des singes qui l’attendaient à l’orangerie !

Lorsqu’il descendit de son fiacre environ une heure plus tard, Christian laissa échapper un soupir de satisfaction. C’était pas trop tôt. Congédient son cocher, il attendit d’entendre le bruit des sabots s’éloigner, embrassant l’orangerie du regard, avant de s’y avancer. Franchissant les portes de l’endroit, il fut tout de suite happé par la chaleur ambiante du lieu, sans laquelle aucune de ces plantes ni aucun de ces animaux exotiques ne pourraient survivre. Un sourire se dessinant sur ses lèvres, le duc sortit de son manteau un carnet à croquis et une mine de charbon, et se lança à la recherche des précieux macaques. Il ne ressortirait pas d’ici avant de les avoir capturés sur le papier, foi de suédois !

Silencieusement, sur la pointe des pieds, Christian s’avança vers les plans d’orangers et de grenadiers, où il savait qu’il aurait une chance de trouver ces gourmandes petites créatures. Persuadé d’être seul, puisqu’à cette heure-ci tout le monde était à un bal ou une réception ou un dîner quelconque, il prenait son temps et tentait au mieux de se faire tout petit pour ne pas effrayer les animaux. Et au bout d’une demi-heure, ses efforts finirent par payer. Accroupi dans les fourrés sous les arbres, pratiquement immobile, sa mine de charbon sur le papier prête à dessiner, Christian guettait lorsqu’un mouvement au-dessus de sa tête attira son attention. Aussitôt son visage s’illumina. En voilà un ! Le drôle d’animal, avec sa fourrure brune et grise, s’était perché au-dessus de sa tête et l’observait de son œil ambré, l’air curieux. Christian se contenta de lui sourire, sans faire de geste brusque, sa mine seule griffonnant sur le papier sans qu’il n’ait besoin de regarder. Un deuxième singe, puis un troisième rejoignirent leur compère pour regarder ce drôle de machin blond au pied de l’arbre. Finalement, après dix minutes d’échange de regard, le premier singe descendit de son perchoir pour prudemment s’approcher du duc, qui n’en espérait pas tant. C’est-à-dire, jusqu’à ce qu’un craquement à quelques mètres de là ne le fasse sursauter et ne fasse fuir les deux singes restés en haut, pendant que le premier dressa les oreilles, les pattes tendues, prêt à s’enfuir à son tour. Alarmé, Christian releva légèrement la tête… et aperçu un homme qui farfouillait dans les fourrés au bord de l’allée. Il retint un juron. Cet imbécile allait tout gâcher ! Bien déterminé à le faire partir de là pour mener jusqu’au bout ses observation, Christian regarda autour de lui, à la recherche d’une idée… et trouva à ses pieds une grenade, probablement tombée d’un arbre. Un sourire presque machiavélique se dessina sur ses lèvres. Il s’empara du fruit, leva lentement le bras, visa… et le projectile fila à travers les airs, allant s’écraser contre sa cible. Aussitôt, Christian se baissa, retenant un fou rire. Haha, bien fait ! Il ne savait pas qui il avait touché ni même si le singe était encore là, mais au moins il était satisfait ! Rampant à terre pour partir sans se faire repérer, Christian ne remarqua que trop tard, plusieurs mètres plus loin, qu’il avait oublié son carnet à l’endroit d’où il avait jeté le fruit sur l’intrus … il tourna la tête, inquiet. Que faire ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   04.01.15 0:09


La cour des singes

(Chapitre 2)



SPASH ! La grenade lancée tel un projectile par un duc de Sudermanie agacé, s'écrasa sur la poitrine de sa noble victime. Vacillant puis tombant à la renverse comme on pouvait s'y attendre, tant par la surprise que par la force du fruit s'abattant sur lui, Thomas of Norfolk fut quelques secondes sonné.

Non loin, les singes décidément très humains, se mirent à ricaner à leur façon avec Christian. Est-ce cette agitation animale inhabituelle, qui amena l'un des gardiens de la Ménagerie à se rendre sur les lieux ? Peut-être ... toujours est-il que cet homme zélé, s'engouffra bel et bien dans la même allée que le britannique, afin de calmer les macaques.

Tout à coup butant contre le pied de l'anglais encore à terre, et levant sa lampe à huile, il ne put retenir un cri strident. La grenade avait bien entendu tâché d'une tâche rouge sang, la chemise du duc. Et peu à peu, le malheureux devint littéralement hystérique !

- AU MEURTRE ! A L'ASSASSIN !

Bientôt, malgré la musique de Lully qui résonnait au loin, on viendrait, c'est sûr, surtout les gardes ... Ce que ne voulait sans aucun doute, aucun des deux intrus !

Qu'allaient-ils faire ?

Déroulement de ce tour : Les choses se corsent un peu alors place à l'improvisation ! Smile Thomas of Norfolk devra répondre en premier et tentera de faire taire cet homme trop bruyant, par les moyens qu'il voudra ...  Green Christian de Sudermanie devra par conséquent, réagir dans sa réponse en fonction des agissements de Thomas. Du coup, il ne faudra vraiment pas vous concerter, s'il vous plait. Attention, vous êtes libre de tout autant l'un que l'autre, mais il faudra tout de même ne pas vous enfuir, tuer le malheureux pnj ou encore vous entretuer vous, mais ça vous l'aurez deviné.  Green

Rappel : N'oubliez pas que ce seront des topics courts, maximum 800 mots (environ 1 page Word) pour permettre de répondre rapidement et de rendre le topic dynamique. Bontemps reviendra vers vous après ce second chapitre. En attendant, surprenez le !  What a Face


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   15.04.15 13:04

    Il s’était enfin redressé. Il était comte d’Arundel, duc de Norfolk, et descendant de la noble famille Howard, parbleu, et c’en était fini de ramper sur le sol comme un lézard! Il n’avait, d’ailleurs, plus aucune chance d’être attrapé. L’Orangerie était bel et bien vide, et Thomas pouvait très bien à présent de redresser sans crainte et être ainsi plus à l’aise pour chercher cette fameuse drogue et s’en aller le plus furtivement possible, quitte à en prendre une bonne poignée pour ne pas être à nouveau ainsi mal pris. Droit, il respirait déjà plus librement, quand… quelque chose l’atteignit en pleine poitrine. Pendant un instant, la respiration de Thomas fut coupée, et il tomba à la renverse. Il crut même, pendant un instant, qu’on lui avait tiré dessus.

    - God damn it! avait-il lâché, sans se soucier de la censure, d’autant plus qu’habituellement, il ne jurait pas.

    Il était resté un bon moment sur le sol, tentant de reprendre sa respiration et de constater les dégâts. Il eut un moment de grande panique en réalisant que sa poitrine était trempée, mais, sentant des petits grains plutôt mous, il remarqua bien vide qu’on lui avait lancé une grenade… En tout cas, si cet imbécile n’était pas…

    Il n’eut pas le temps d’achever sa pensée. Quelqu’un avait trébuché sur sa jambe, mais s’était rapidement redressé pour faire volte-face et l’apercevoir et, sans doute, confondant le jus de grenade avec du sang, s’était mis à crier à l’assassin.

    À l’évidence, Thomas n’était pas blessé. Ce qui était en soi un bien ne devenait pas du tout un avantage dans ce cas-ci : qu’expliquerait-il à la petite troupe qui se rassemblerait dans l’Orangerie, répondant à l’appel au secours de l’homme? Bien sûr, il n’y avait pas trente-six solutions : il fallait le faire taire. Mais comment? Thomas, bien sûr, éloignait de lui l’idée d’un meurtre. Tout de même, il n’allait pas se rendre jusque-là! Eh bien, tant pis! Sa dignité pour ce soir avait été bien évidemment mise de côté, et il ne pouvait probablement pas faire mieux. Saisissant donc une grenadine tout près de lui, il se redressa pendant que l’homme était encore dos à lui, et visa si bien et si fort qu’il l’atteignit à la tête, l’assommant.

    Il n’avait pas de temps à perdre, comme le secours que l’homme avait appelé du côté de l’Orangerie pourrait très bien arriver à tout moment. Il allait partir sans bruit… mais il aperçut, non loin, une silhouette qui se traçait un chemin tant bien que mal vers un point donné. Ah ça, non, il n’avait pas besoin d’un autre témoin, qui sans doute partait alerter les gens et se croyant bien malin comme il pensait ne pas être vu! Sans davantage se poser de questions, Thomas, connu pour toujours penser avant d’agir, la fatigue et le manque de son stimulant ne l’aidait certainement, s’était précipité sur l’intrus, faisant passablement beaucoup de vacarme ce faisant et ayant même l’occasion de se demander comment pouvait-on être si distrait. D’un bond, il avait sauté sur lui, le plaquant au sol, lâchant même un cri de douleur tant l’attaque avait été violente. Il contempla pendant un instant son travail, satisfait, avant de faire face à un moment d’hébétude.

    Que faire, à présent? Venait-il de se mettre dans des draps encore plus beaux?


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   08.07.15 17:02

Le carnet. Il fallait qu’il remette la main sur le carnet. Non pas qu’il contienne d’informations particulièrement compromettantes, mais c’est qu’il tenait à ses croquis, le duc de Sudermanie, et surtout il savait fort bien que se promener dans l’Orangerie à cette heure était interdit et il ne tenait pas particulièrement à se faire réprimander par Colbert. Un duc suédois, se faire gronder comme un enfant de cinq ans, on aurait tout vu. Connaissant le personnage, Christian en grimaçait d’ennui d’avance. Conclusion, il fallait retrouver le calepin avant qu’un garde ne tombe dessus et qu’on ne remonte jusqu’à lui. Il ne pourrait rien lui arriver de bien grave, mais ce serait quand même fort contrariant.

C’est donc avec un soupir que le duc rampant fit demi-tour, à la recherche de son précieux carnet. Avançant dans les herbes hautes et entre les buissons, il entendait les singes cabrioler autour de lui, observant sans doute avec amusement ce drôle de quadrupède qui quelques minutes auparavant s’amusait avec eux et jetait une grenade sur un parfait inconnu. Qu’était-il arrivé à ce brave homme d’ailleurs ? Christian avait bien entendu une exclamation étouffée – signe qu’il avait probablement fait mouche et savait toujours aussi bien viser – mais n’avait pu identifier si l’homme avait juré en anglais ou dans une autre langue. Il avait décidé que ça n’avait pas d’importance, et que si l’intrus avait assez de force pour dire des gros mots, c’est qu’il n’avait pas été gravement blessé et que Christian pouvait donc effacer définitivement tout sentiment de culpabilité qui avait pu poindre dans son cœur déjà occupé ailleurs. Au moins, le brave monsieur sentirait bon. Christian avançait encore à tâtons, et un singe venait de sauter sur son dos lorsqu’il entendit une nouvelle voix :

« A l’aide ! A l’assassin ! »

Ebahi, le duc releva la tête, essayant d’apercevoir une silhouette. Diable, c’est qu’on était nombreux ce soir à l’Orangerie malgré l’interdiction et le couvre-feu ! Il songea de faire remarquer à Colbert que ses gardes n’étaient décidément pas très efficace, mais ses réflexions furent interrompues par un bruit de chute sourd. Le garde et l’homme qui jurait en anglais se battaient donc ? L’opportunité pour filer était trop belle ! Coup de chance, Christian trouva son carnet, le remit dans sa poche avec un sourire, et profita de ce que les deux autres étaient trop occupés pour se redresser et tenter de s’éclipser en courant.

La chance n’était pas avec lui. A peine avait-il fait quelques mètres qu’il entendit le froissement bruyant des feuilles derrière lui, et avant qu’il n’ait pu se retrouver pour identifier le danger, une force incontrôlable s’accrocha à lui et le plaqua au sol – les deux hommes laissèrent échapper une exclamation de douleur en même temps, et dans la voix de Christian la surprise était tout aussi présente. Se débattant pour se débarrasser de son assaillant, alors qu’il était ventre à terre et que sa marge de manœuvre était limitée, Christian tâtonna dans l’herbe à la recherche d’une arme quelconque pour se défendre. Son assaillant, soudain, sembla arrêter de s’agiter, au moment même où la main du suédois tombait sur un fruit probablement plus très frais. Sans réfléchir, le duc donna un mouvement de bassin et d’épaule, profitant de l’étonnement de l’inconnu pour se retourner, et lui écrasa le fruit sur la figure. Hilare, Christian scruta l’obscurité pour identifier l’homme (qui sentait maintenant bon l’orange)… et son expression passa rapidement de la jubilation à la stupéfaction la plus complète.

« Lord Thomas ? » s’exclama-t-il, au comble de l’étonnement. Il n’avait jamais eu l’occasion de parler réellement au duc de Norfolk, mais sa réputation n’était plus à faire et il l’avait souvent croisé dans les salons sans pour autant échanger plus de trois mots de politesse avec lui. « Ca alors, quelle coïncidence ! Vous aussi vous êtes venu voir les singes ? Admirables animaux n’est-ce pas, quoiqu’un peu facétieux… » poursuivit-il sans se départir de son sourire, avant de remarquer que le duc, lui, ne souriait pas vraiment. Christian désigna son visage et lui fit judicieusement remarquer : « Ahem… vraiment navré pour ceci. Ceci dit, j’ai ouï dire que la pulpe de fruit était particulièrement bonne pour donner des couleurs aux peaux pâles. »

Mais Christian ne put poursuivre ses conseils beauté ; les singes autour d’eux commençaient à s’agiter. Toujours étale par terre, le duc de Norfolk au-dessus de lui, Christian essaya de se tordre le cou pour apercevoir… quelque chose.

« Allons bon, qu’est-ce que ça va être encore ? » marmonna-t-il, autant pour lui-même que pour Thomas.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



TROLL de Versailles

Âge : 41 ans
Titre : Intendant (Troll) de Versailles
Missives : 241
Date d'inscription : 31/08/2014


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   05.10.15 22:31


La cour des singes

(Dernier chapitre)



Si Molière avait été à la ménagerie ce soir là, il aurait trouvé le spectacle très amusant ! En effet, des grenades volant de toute part, ce fut au tour du gardien de tomber sous le coup de celle lancée par Thomas of Norfolk.

Ce dernier aurait pu en rester là mais non, bondissant sur l'autre visiteur nocturne jusque là inconnu, il le plaqua au sol !

Les deux hommes à terre se font désormais face et Christian de Sudermanie plaisante même de toute cette situation ! Une aubaine sans doute pour le duc de ne pas être tomber sur un courtisan teigneux et rancunier ! Mais voilà que les singes s'agitent ... et ce pour une bonne raison !

Non ce ne sont pas les gardes tant redoutés mais tout autre chose ! Tout à coup le rugissement d'une bête sauvage retentit. Un lion, un tigre ? L'animal s'est-il échappé de son enclos ?

Les deux hommes ne comptent pas rester et répondre à cette question ...

Les voilà sur pieds et voulant prendre leurs jambes à leur cou, mais avec le gardien sur les épaules à traîner, difficile n'est ce pas ?


Déroulement de ce tour : Ceci est le dernier tour de l'intrigue. Vous pouvez répondre plusieurs fois pour terminer ce topic et ainsi décider de quelle façon vous arriverez à sortir de la ménagerie et si vous vous expliquerez par la suite.

Contraintes :  Christian se retrouvera avec un terrible torticolis ne lui permettant pas de voir où se trouve exactement la bête .
Thomas perdra dans la précipitation la plante qu'il était venu chercher.

Rappel : N'oubliez pas que ce seront des topics courts, maximum 800 mots (environ 1 page Word). Bontemps espère que vous avez apprécié ce moment, n'hésitez pas à le solliciter à nouveau quand vous le voudrez !  Green


______________________



« Versailles, haut lieu du pouvoir royal, était réputé comme lieu de réflexion. Notamment grâce à la galerie des glaces. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   16.11.15 16:28

L’oreille aux aguets, Christian guettait les cris des singes, comprenant bien que leurs cris aigus et leur agitation n’avaient rien de naturel. Une remarque dans son esprit, qui fut aussitôt suivie par une autre voix qui lui répliquait que vivre à Versailles n’avait de toute façon rien de naturel pour des singes, et que donc leur comportement pouvait aisément sortir de l’ordinaire, mais le duc chassa rapidement cette agaçante voix – qui prenait celle de son défunt roi de frère, curieusement – pour essayer de comprendre ce qui pouvait causer une telle panique chez ces pauvres bêtes. D’autres gardes qui pointaient le bout de leur nez ? Qui cherchaient leur collègue peut-être ? Profitant de la distraction de Norfolk pour échapper à son emprise et se redresser sur son séant, le suédois scruta la serre de ses yeux bleus, à la recherche du moindre mouvement suspect.

« Ce ne sont peut-être que des mousquetaires qui auront entendu de l’agitation. On va être bons pour une petite remontrance, vous et moi. » remarqua-t-il à l’attention de Thomas, qui sentait toujours aussi bon l’orange. Tout à coup, les singes qui s’étaient rassemblés autour d’eux bondirent d’un même ensemble dans les arbres alentours, avec autant de vivacité que si le sol leur avait brûlé la plante des pieds. Curieux, très curieux. Christian sentait bien que quelque chose ne tournait pas rond. Tendant l’oreille autant qu’il le pouvait, le duc perçut à leur gauche un bruissement de l’herbe – tentant de tourner la tête pour voir d’où venait le bruit, il grimaça de douleur : dans sa chute, il avait dû se tordre un muscle, et souffrait maintenant d’un torticolis qui l’empêchait de faire pivoter son cou. Il fit signe à Thomas en silence, lui intimant de garder le silence et s’apprêtant à lui désigner l’endroit où il avait entendu le bruit, quand un autre son, bien plus puissant, retentit dans toute la ménagerie.

Un rugissement.

« … ça, je doute que ce soit un mousquetaire. » souffla Christian après une seconde de stupeur. « Je me demande si c’est un lion ou un tigre. Ou peut-être un puma ? » ajouta-t-il, un sourire éclairant déjà son visage, mais un nouveau rugissement, plus proche, le convainquit qu’il valait mieux ne pas s’éterniser. « Bon d’accord, nous éclaircirons ce mystère plus tard. Filons avant de finir en dîner pour gros félin ! »

Se redressant du mieux qu’il pouvait malgré la douleur qui irradiait dans son cou, le duc suivit Thomas jusqu’au gardien évanoui et le chargea sur son épaule, pendant que Thomas le prenait aussi sur la sienne. Laisser ce pauvre homme en appât pour fuir la bestiole était tentante, mais assez peu éthique.

« Mon cher, je vais avoir besoin de votre aide, je ne peux plus tourner la tête depuis votre remarquable plaquage au sol. Indiquez-moi le chemin, et faites attention à la bête ! » lui souffla-t-il, et les deux hommes commencèrent à courir en direction de la sortie, leur fardeau sur les épaules ralentissant considérablement leur course. Mais ils parvenaient à avancer, sous les cris des singes qui s’agitaient dans leurs arbres – derrière eux, Christian entendit ce qui ressemblait à des griffes sur du bois, le tigre essayait-il d’attraper les singes en grimpant au tronc des arbres ? Si tel était le cas, alors ils gagnaient un peu de temps, et Christian donna l’impulsion pour accélérer un peu. La sortie ne pouvait pas être si loin, n’est-ce pas ? Et avec un peu de chance, les tigres ou les lions n’aimaient pas l’odeur trop forte d’orange que dégageait Thomas depuis qu’il lui en avait écrasé une dans la figure par inadvertance.

Mais le destin n’était ni avec les oranges, ni avec eux cette nuit-là : avant que les deux comparses et leur colis n’aient atteint la sortie, le félin les rattrapa en quelques bonds rapides et s’interposa entre eux et leur salvation. S’immobilisant aussitôt, le lion – ils pouvaient voir que c’était un lion maintenant – en face d’eux leur barrant le passage, les deux hommes n’en menaient pas large. Christian réfléchissait à toute allure, tentant de passer outre son torticolis.

« Milord, vous ne voyez rien autour de nous qui pourrait nous aider – par exemple en nous sauvant la vie ? » demanda-t-il à voix basse. Puis il laissa échapper un soupir : « Avec un peu de chance, il a déjà mangé et n’a plus faim… »

Et effectivement, à leur grande surprise, le lion s'étendit par terre, la tête encore levée, mais les yeux visiblement papillonnants. Il n'allait quand même pas faire la sieste juste ici ? Entre eux et la porte ?

« Elle est bien bonne celle-là. » marmonna Christian, incrédule.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Mini intrigue ♕ La cour des singes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mini intrigue ♕ La cour des singes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mini intrigue ♕ La cour des singes
» Mini intrigue ♕ Le Colin Maillard
» ? MINI-INTRIGUE N°1 - des vivres pour la survie (inscriptions closes)
» Mini Intrigue :: Lie To Me
» Mini Intrigue :: The Calling Dead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: