AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Empty
MessageSujet: De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse   De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Icon_minitime24.11.12 10:37



La porte des appartements de la vicomtesse de Comborn s’ouvrit dans un souffle violent. Ce n’était pas l’œuvre du vent, fort coriace, en cette période de l’année, mais bel et bien de la maitresse des lieux qui portait sur son visage crispé les traces d’une fureur bien trop longtemps contenue et qui bouillait du moment où elle pourrait enfin lu laisser libre-cours, jaillir, exploser et éclabousser tous ceux qui se trouvaient aux alentours.

Fort heureusement pour la réputation d’Evangéline mais fort hélas pour elle, Eloïse était seule à cet instant-là pour faire face aux humeurs de sa maitresse. Non pas qu’elle n’en avait pas l’habitude mais cela se traduisait souvent par des excès de vengeance sur d’innocents objets qui trouvaient leur mort violente sur le parquet. Déjà, lorsque la porte claqua derrière Evangéline, un charmant petit vase de Chine trembla sur le linteau de la cheminée. Puis il tinta et vibra aussitôt sous le choc du bracelet lancé dans un geste rageur et qui venait de s’écraser contre lui.

Un royaume ! Je suis au bord de la disgrâce, je suis au bord du déshonneur après des années et des années d’acharnement, de travail, de dévouement. Tout ça pour UNE erreur, UNE ! Et lui… Il a un royaume ! UN PUTAIN DE ROYAUME !

L’espionne à l’orgueil à vif, et à la langue décidément bien déliée, leva les bras au ciel dans un geste tout à fait théâtral dont elle seule avait le secret. Lorsqu’elle baissa les yeux, elle croisa ceux d’Eloïse qui ne semblait comprendre et elle cracha, le visage assombri par la colère :

-Du Perche ! Roi !

Un nouvel élan de fureur et c’est son collier qui fusa à travers son minuscule salon et qui vint faire osciller le petit vase sur son socle. Certes, il n'héritait pas d'un Empire mais d'un caillou perdu dans la Méditerranée, mais l’insulte lui était peut-être d’autant plus cuisante que Du Perche était son allié et partenaire de toujours dans leurs activités clandestines. Et que lui aussi avait dû subir les affres de la colère royale avant que de se voir récompensé et élevé à une position souveraine d’une manière aussi soudaine et incompréhensible pour la jeune femme. Pourquoi? Cette question ne cessait de bourdonner à ses oreilles. Un compétition tacite et complice, sujet de plaisanterie entre ces deux amis qui s'étaient connus dans l'enfance, s'était installée depuis toutes ces années de service et plus que jamais l'espionne trouvait à ironiser sur le compte de Du Perche. Evangéline esquissa un sourire narquois et quelque peu satisfait:

-Et marié de surcroit… A Amy of Leeds, soit, cela rend le calvaire plus doux, mais marié quand même ! Il y a donc bien une justice sur Terre… Rien que pour cela j’aurais aimé voir son air…

Là-dessus la vicomtesse partit d’un grand rire franc : les jours à venir allaient voir toutes les jolies demoiselles naïves et peu farouches de Versailles errer l’âme en peine et chercher à se jeter dans les bassins glacés pour échapper à leur peine de voir le galant comte et leurs espoirs de le ferrer pour de bon s’envoler en fumée.
L’hilarité d’Evangéline se tarit bien vite dans sa gorge, sa fureur semblait être retombée aussi vite qu’elle était montée et finalement ses épaules s’affaissèrent :

Oh Eloïse… Amy qui me hait, ou m'aime moins qu'auparavant et me le fait tant comprendre. Pis encore me remplace par cette Schwarzenberg, dinde ou intrigante je ne sais encore guère… Le Roi qui ne me porte en si haute estime que jadis et me soumet à la pire des oisivetés… J’étais la meilleure Eloïse mais… Je… Je crois bien que je suis finie…

Evangéline le cœur lourd, les yeux dans le vague et embués de larmes amères se laissa tomber dans un fauteuil. Peut-être le roi avait-il eu meilleur agent qu’elle, mais de si dévoué, si opiniâtre, jamais. L’honneur qu’elle plaçait à servir le Roi et les intérêts de la France était sa vie depuis plus de cinq ans et voilà que tout lui était enlevé du jour au lendemain. Jamais la si flamboyante Comborn ne s’était ainsi laissée aller au désespoir le plus profond. Dans cet abysse noir où son imprudence l’avait plongée, ce matin là à la Roche-Courbon lorsque la favorite s’était faite enlever, il ne lui restait plus guère d’alliés. Sinon elle, Eloïse…
code by biscotte

Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Empty
MessageSujet: Re: De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse   De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Icon_minitime08.12.12 18:35



De l'orgueil froissé d'une espionne





Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ▬ Les après-dîners de ce début de février devenaient bien frileux au château, château qui se remplissait de courtisans de jours en jours. Le roi n'hésitait pas à se balader dans ses jardins et ses nobles serviteurs le suivaient, bien que réticents. Il semblait à Éloïse que les jours, plus courts qu'en été, étaient emplis d'une certaine candeur après cette nouvelle année. La réception due à cet événement avait duré bien longtemps. Et c'est avec joie que la servante accueillait la normalité d'antan revenue enfin ! Elle n'était guère friande des trop grandes réjouissances et le calme présent lui donnait à croire que sa maîtresse allait cesser de s'agiter pour une broutille sur sa tenue ou sa coiffure. Et que les intrigues concernant le roi n'auraient plus lieu. Mais que neni ! Nous étions à Versailles, corne de bouc ! Les complots et autres péripéties, que nombres d'aristocrates se plaisaient à inventer, ne prendraient jamais fin.

Alors qu'Éloïse passait un coup de propre sur un vase de Chine qu'elle appréciait grandement pour sa finesse, la porte derrière elle claqua. La tempête qui semblait exploser à l'arrière était Evangéline. Elle le devina avant même que sa maîtresse et marraine ouvre la bouche. Prenant soin de ne pas faire de geste brusque concernant le beau vase, elle se retourna quand mademoiselle de Comborn commença à vociférer. Quand ses premiers mots traversèrent ses lèvres avec colère, un bracelet en perle vint s'écraser sur le vase. Il tangua, mais ne tomba pas. Éloïse laissa échapper un petit soupir de soulagement. Au moins, elle n'aurait pas la responsabilité de la mort de ce vase. En ces moments-là, il valait mieux tout que de commettre la moindre petite erreur. Et se rendant un peu tard qu'elle était seule, la camériste écouta patiemment les dires de son amie.

« Un royaume ! Je suis au bord de la disgrâce, je suis au bord du déshonneur après des années et des années d’acharnement, de travail, de dévouement. Tout ça pour UNE erreur, UNE ! Et lui… Il a un royaume ! UN PUTAIN DE ROYAUME !

- Mais qui, il ? »

Éloïse ne comprit pas immédiatement contre qui pestait Evangéline. Oui, sa maîtresse avait préféré batifoler dans le foin au lieu de surveiller Mlle of Leeds. La camériste n'avait pas tout compris à ce problème qui semblait tant abattre Evangéline. Il est d'ailleurs vrai que la maîtresse du souverain montrait bien son mécontentement à cette noble amie qui l'avait déçue. Et sans que la belle brune le sache, la servante était allée voir cette anglaise. Toutes deux partageaient le même « secret ». Alors que la favorite avait une sœur cachée, Éloïse venait d'apprendre qu'une certaine Christine était peut-être sa sœur. Chose totalement fausse, mais le doute s'insinuait de plus en plus chez elle.

« Du Perche ! Roi ! Et marié de surcroît… A Amy of Leeds, soit, cela rend le calvaire plus doux, mais marié quand même ! Il y a donc bien une justice sur Terre… Rien que pour cela j’aurais aimé voir son air… »

Ce nom mit du temps à se remettre dans l'esprit d'Éloïse. Tant de titres et de personnages à retenir pour ne pas froisser la hiérarchie Versaillaise! Et encore, elle put se souvenir de Guillaume de Perche. Il faisait habituellement équipe avec la Vicomtesse et Éloïse l'avait déjà croisé une ou deux fois. Le collier qui venait de tinter contre la porcelaine du vase tomba à terre. La servante sursauta. Les colères de l'espionne effrayaient n'importe qui, mais elle était la première victime de la Comborn étant une de ses plus proches connaissances.

« Oh Eloïse... Amy qui me hait, ou m'aime moins qu'auparavant et me le fait tant comprendre. Pis encore me remplace par cette Schwarzenberg, dinde ou intrigante je ne sais encore guère... Le Roi qui ne me porte en si haute estime que jadis et me soumet à la pire des oisivetés... J'étais la meilleure Eloïse mais... Je... Je crois bien que je suis finie...

- Oh mademoiselle ne dites pas cela ! Madame de Perche ne vous hait pas, il est normal qu'elle vous en veuille, non ? Et puis si cette Schwarzenberg est aussi dinde que vous le pensez, elle ne l'appréciera pas autant que vous. »

La loyale servante aux yeux eau vint poser une main réconfortante sur l'épaule de son amie. Depuis qu'elle est née elle la connaissait. De sept ans son aînée la Vicomtesse était comme une grande soeur pour Éloïse et seul leur différence de situation les empêchait de se comporter comme des amies en public.

« En ce qui concerne sa Majesté, il vous en veut, car sa maîtresse vous en veut. Ne vous en faites pas, tout va finir s'arranger. Vous n'êtes peut-être plus la meilleure pour l'instant, mais si vous faisiez en sorte de vous racheter envers les grands de ce royaume, votre gloire d'antan reviendra. Faites-moi confiance. »

Éloïse alla chercher un mouchoir en soie dans un des tiroirs des commodes qui meublaient la grande chambre. Mademoiselle de Comborn avait toujours de la chance malgré ce qu'elle affirmait. L'appartement dans lequel elle logeait, était plus que correct et on ne le lui avait point enlevé. Il lui restait des alliés et amis. Et plus important encore, Evangéline était une femme de caractère et d'honneur, ce qui était très rare en ces temps. Et c'est pour cela que la demoiselle Vergne l'admirait autant.

Rapportant le mouchoir à sa maîtresse en larme, Éloïse tenta de la raisonner.

« Allez mademoiselle, ne vous laissez pas submerger ainsi par des ... des soucis de bonnes dames. Vous êtes une femme forte et réfléchie, perdre l'appui du Roi, nombreux sont ceux qui ont cet ennui. Mais vous le retrouverez, cet appui, car vous êtes une, que dis-je la meilleure espionne de sa Majesté. Je suis sûre que sans vous, les espions de notre bien aimé Roi ne résoudraient pas tous les complots aussi bien! En ce qui concerne votre amie, le seul moyen que vous ayez de vous faire pardonner est de lui prouver que vous tenez réellement à elle. »





Dernière édition par Éloïse Vergne le 20.01.13 12:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Empty
MessageSujet: Re: De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse   De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Icon_minitime04.01.13 10:39



Douce Eloïse, fidèle Eloïse… De ce monde de vices et d’intrigues, jamais il ne lui avait été donné de rencontrer être plus pur. Autant la Comborn haïssait par-dessus tout la naïveté d’oie que l’on retrouve chez bien des demoiselles, de noblesse ou du peuple, surtout à la Cour, autant l’innocence et l’optimisme indéfectible d’Eloïse l’avait vaincu depuis fort longtemps. La jeune fille portait ancré en elle un bon sens inné comme on peut seul en trouver chez les gens aux valeurs simples mais éternelles et vraies.

Evangéline avait beau être de noblesse et son aînée de bien des années, voilà qu’elle était aujourd’hui celle qui avait besoin de conseils avisés de la bouche de sa pupille. Elle pestait, jurait, mais cela elle ne se l’autorisait que devant Eloïse, et elle-seule. Malgré tout, aucun jugement dans son regard, mais une compassion sincère :

- Oh mademoiselle ne dites pas cela ! Madame de Perche ne vous hait pas, il est normal qu'elle vous en veuille, non ? Et puis si cette Schwarzenberg est aussi dinde que vous le pensez, elle ne l'appréciera pas autant que vous.
En ce qui concerne sa Majesté, il vous en veut, car sa maîtresse vous en veut. Ne vous en faites pas, tout va finir s'arranger. Vous n'êtes peut-être plus la meilleure pour l'instant, mais si vous faisiez en sorte de vous racheter envers les grands de ce royaume, votre gloire d'antan reviendra. Faites-moi confiance. »


Evangéline effaça du plat de sa main une larme qui venait de rouler sur sa joue. Son cœur lui pesait tant que les mots étaient difficiles. Ses nuits se faisaient rares de sommeil et elle perdait le goût de tout. Cela, dans la représentation permanente qu’était sa vie, elle se devait de le cacher dès lors qu’elle franchissait la porte de ses appartements et ce jusqu’à ce qu’elle se referme derrière elle le soir. La vicomtesse avait beau être une femme de caractère, elle n’en demeurait pas moins humaine et cette humanité lui imposait, de temps à autre, de laisser jaillir ses états d’âme, parfois à fleur de peau.

-Bien sûr que je mérite tout le courroux qu’elle me destine. Pas seulement en tant qu’espionne, en tant qu’amie également. J’avais fais le serment de la protéger et en ce moment de nécessité, je n’étais point là pour le faire. Mais tout ce que nous avons partagé, tout ce que nous avons vécu… Je ne puis croire que cela ne compte pour rien lorsqu’elle choisit d’accorder sa faveur à l’Allemande. Crois-tu qu’elle le fasse pour me toucher, pour me punir ?

Elle ne reçut pas de réponse, Eloïse venait de s’éclipser dans la pièce d’à côté. Elle n’en attendait pas vraiment d’ailleurs, persuadée de la réponse.

-Quant au roi… Cette homme n’est pas fait de chair laisse-moi te le dire. Il est fait de granit sur lequel on coiffe une perruque. Il a été forgé dans les forges de Vulcain en personne. Il ne s’autorise aucune faiblesse, comment pourrait-il la tolérer chez les autres ? Voilà qui ne me change guère…

Evangéline se saisit du mouchoir gentiment tendu par sa camériste, il était vrai qu’elle avait souvent une vision fort tranchée des choses et bien peu objective. Le roi ne lui avait-il pas donné une chance de se racheter ? Amy ne venait-elle pas de lui offrir de nouveau sa confiance en lui apprenant l’existence de sa seconde fille et en lui demandant de la retrouver ?

« Allez mademoiselle, ne vous laissez pas submerger ainsi par des ... des soucis de bonnes dames. Vous êtes une femme forte et réfléchie, perdre l'appui du Roi, nombreux sont ceux qui ont cet ennui. Mais vous le retrouverez, cet appui, car vous êtes une, que dis-je la meilleure espionne de sa Majesté. Je suis sûre que sans vous, les espions de notre bien aimé Roi ne résoudraient pas tous les complots aussi bien! En ce qui concerne votre amie, le seul moyen que vous ayez de vous faire pardonner est de lui prouver que vous tenez réellement à elle. »

Jouant avec le mouchoir entre ses doigts, le visage quelque peu rougit, la vicomtesse retrouva la force de sourire face aux efforts que déployait Eloïse pour lui faire reprendre du poil de la bête.

- Ce que je vais te confier là, ma douce, est un secret de la plus haute confidentialité, même le roi ne sait rien, comprends-tu ?

Ce qu’il y avait à comprendre c’était bien sûr que ces mots ne devaient jamais sortir de cet appartement, mais depuis le temps, la précision devait bien être devenue inutile avec Eloïse… Evangéline se rapprocha imperceptiblement de l’oreille d’Eloïse et baissa sa voix par pur réflexe :

- Lorsqu’elle était en captivité, la favorite a donné naissance à deux enfants. La petite Isabelle bien sûr, mais également une seconde fille qui demeure encore à ce jour entre les mains des ravisseurs. Depuis ils font peser sur Amy le plus odieux des chantages, espérant à travers elle et sa fille, toucher au roi. Si tu voyais la détresse qui est la sienne… Il me faut retrouver cette enfant, par tous les moyens. C’est pourquoi je vais m’absenter de la Cour pendant un certain moment. Officiellement, pour remonter la piste du complot. Officieusement…

Evangéline n’en rajouta pas plus et plongea ses lèvres dans une coupe, songeuse.

-Pendant mon absence, j’aimerais que tu demeure ici car j’ai une requête à te confier. Schwarzenberg… Cette femme là décidemment ne m’inspire aucune confiance. Amy a bien trop souffert et je refuse qu’une intrigante se joue d’elle et de sa détresse pour obtenir des faveurs indues. J’aimerais que tu la tiennes à l’œil. Rapproche-toi de ses domestiques, surveille ses fréquentations, ses allers et venues… Cherche tout ce qui pourrait m’aider à la confondre…

La Comborn semblait n’avoir pas mis longtemps à se remettre sur pieds, voilà qu’elle retrouvait déjà ce goût de l’intrigue dont elle se nourrissait depuis tant d’années. Cela ne lui faisait pourtant pas oublier tous les obstacles qui se dressaient encore entre elle et sa renommée passée. De ce retour de flamme, c’était l’Allemande qui en ferait les frais…
code by biscotte

Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Empty
MessageSujet: Re: De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse   De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Icon_minitime20.01.13 13:02



De l'orgueil froissé d'une espionne





Même sans espoir, la lutte est encore un espoir. ▬ Quand on était sincère, comme cette douce et tendre Eloïse, on ne pouvait que ressentir de la peine pour la dame Comborn. Tous la voyait comme une femme orgueilleuse, distante, joyeuse. Mais n'avaient-ils pas tout faux ? Les apparences ne sont que les apparences après tout. Evangéline était donc, d'après Eloïse, une femme sensible, courageuse et en tous points formidable. Il était certain que sa vision était légèrement édulcorée, mais la jeune servante n'en avait rien à faire. Ainsi, elle ne put retenir elle-même une petite larme en voyant sa maîtresse pleurer. Pour ne rien en laisser paraître, elle disparut dans la pièce d'à côté pour aller chercher un beau mouchoir pour Evangéline. Elle en profita pour sécher les siennes entre temps. Elle ignora la question de sa maîtresse, une réponse franche n'aurait fait que la rendre plus triste qu'elle ne l'était.

Une fois revenue dans la pièce principale où étaient disposés quelques meubles très luxueux, Eloïse tendit le plus gentiment du monde le bout de tissus en soie. Oui, Madame du Perche souhaitait faire souffrir la Comborn. D'un certain côté, cela se comprenait. Mais une bonne personne savait pardonnée, n'est-ce pas ? Alors, peut-être que malgré les apparences, la favorite voulait lui prouver qu'elle ne la haïssait pas vraiment.

« -Ce que je vais te confier là, ma douce, est un secret de la plus haute confidentialité, même le roi ne sait rien, comprends-tu ? »

Eloïse se mit à sourire, enfin sa maîtresse avait repris raison et ne se morfondait plus dans la peine que lui avait infligé les grands de ce monde. Elle remercia silencieusement le Seigneur et se félicita d'avoir aussi bien aidée Evangeline. Pour approuver les dires de la dame, Eloïse hocha la tête, faisant rebondir ses boucles blondes qui ne voulaient pas rester tranquillement en place. Elle avait su prouver à mainte reprise sa fidélité et sa discrétion. Et la question d'Evangéline n'était qu'une formalité. Un problème dont on connaissait déjà la solution.

Eloïse se pencha en avant, attendant impatiemment la suite de ce qu'avait à raconter sa maîtresse, mais le redoutant à la fois.

« - Lorsqu'elle était en captivité, la favorite a donné naissance à deux enfants. La petite Isabelle bien sûr, mais également une seconde fille qui demeure encore à ce jour entre les mains des ravisseurs. Depuis ils font peser sur Amy le plus odieux des chantages, espérant à travers elle et sa fille, toucher au roi. Si tu voyais la détresse qui est la sienne... Il me faut retrouver cette enfant, par tous les moyens. C'est pourquoi je vais m'absenter de la Cour pendant un certain moment. Officiellement, pour remonter la piste du complot. Officieusement... Pendant mon absence, j'aimerais que tu demeures ici car, j'ai une requête à te confier. Schwarzenberg... Cette femme là décidemment ne m'inspire aucune confiance. Amy a bien trop souffert et je refuse qu'une intrigante se joue d'elle et de sa détresse pour obtenir des faveurs indues. J'aimerais que tu la tiennes à l'oeil. Rapproche-toi de ses domestiques, surveille ses fréquentations, ses allers et venues... Cherche tout ce qui pourrait m'aider à la confondre... »


Choquée par ses révélations, mais faisant preuve d'une grande maîtrise de soi, Eloïse respira un grand coup, trop bouleversée pour sortir quoi que ce soit de censé pour l'instant. Au fond, elle s'y attendait. Une petite voix l'avait prévenue que le calme ne serait jamais de mise en ce pays-ci. Versailles était l'antre de tous les complots et autres intrigues, juste bonnes à faire souffrir ou à amuser la noblesse. Pathétique. Tout bonnement pathétique. Tapotant sa robe pour se donner une contenance, Eloïse répondit sur un ton tout aussi bas à Evangéline.

« - Cela est affreux ! Comment peut-on faire souffrir une femme si honorable en gardant un de ses enfants ? Des gens comme ça, cela ne devrait même pas exister ! J'espère sincèrement que vous retrouverez cette fillette ! Que dis-je ce nourrisson !»

Emportée par ses propos, la jeune fille porta une main sur sa poitrine. Sûrement pour protéger son coeur de tant d'atrocités. Elle ne pouvait pas croire à tant de cruauté et de méchanceté. Par nature que l'homme soit égoïste passe encore, mais qu'il soit à ce point sadique et ignoble, là non !

« - Oui Mademoiselle ! Comptez sur moi ! Je trouverais ce que cache cette allemande. Il ne serait pas bon qu'elle profite trop de votre amie. »

En effet, Eloïse savait qu'Amy était gentille, peut-être même trop. Schwarzenberg profité à coup sûr de sa gentillesse. Quelle femme détestable ! Et malgré le fait qu'elle détestait espionner les gens pour la Comborn, Vergne ne pouvait pas refuser.

« - Mais s'il vous plaît, quand vous serez loin de Versailles faites attention. Il me semble assez bien connaître votre caractère pour savoir de quoi vous êtes capable. Vous avez beau être courageuse et maligne, il vous suffit agir sur un coup de tête pour tout faire capoter. »

Eloïse aurait dû regretter ces paroles trop directs. On ne parlait pas ainsi à une vicomtesse, aussi proche d'elle que vous soyez. Mais, Vergne ne pouvait lui mentir et perdre une femme si chère à son coeur, lui aurait procuré trop de peine. Ainsi, elle ne baissa pas son regard profond comme l'océan et se contenta de fixer la noble dame.






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Empty
MessageSujet: Re: De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse   De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
De l'orgueil froissé d'une espionne Ҩ Eloïse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Zarra (Drow) - [Espionne & Assassin d'Aetherya]
» Orgueil et préjugés (27/11 - 19h55)
» Orgueil, poison de l'amitié [Guillaume]
» Orgueil: péché mortel à Arda.
» « Le Diable a deux cornes, l’orgueil et le mensonge » [1945]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: