AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Morgan Stuart

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Cela peut vous paraître étrange mais j'en ai un. Il est bien caché, je le réserve à qui m'aimera vraiment. Et pour mes enfants.
Côté Lit: Vous voulez une liste ? Ce sera même un recueil !
Discours royal:



ϟ TURN OUT THE LIGHT ϟ
show me your dark side

Âge : 30 ans
Titre : Duc de Richmond, de Lennox, de Gloucester, Comte de March, cousin de Charles II d'Angleterre
Missives : 720
Date d'inscription : 15/02/2012


[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Empty
MessageSujet: [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie   [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Icon_minitime03.09.12 23:02

[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Tumblr_lzi7wzzUe81qgbd6zo1_500
« La séduction a toujours été une histoire de manipulation. »
Mon cher cousin,

Je tiens à t'annoncer personnellement l'avènement d'un prochain Stuart dans notre famille. Te souviens tu d'Arabella Churchill ? Car ce n'est pas Anne qui est enceinte pour une fois. Je sais ce que tu dois penser, j'entends déjà tes moqueries sur le fait que j'avais promis de ne pas faire comme Charles, ne pas cumuler les maîtresses et les bâtards. Voici la malédiction des Stuarts, de ne jamais pouvoir se ranger, toujours l'envie de peupler le monde de notre sang !

[ … ]

Je m'attarde mais je venais aux nouvelles par rapport à mademoiselle du Luxembourg. Il y a quelques temps, tu me confiais de vouloir l'épouser et plus aucune nouvelle. Qu'en est-il ? Prends garde à toi, tu ne pourras pas impunément trompé une Habsbourg comme on peut faire avec une Bragance.

Il me tarde de te voir lorsque nous saurons en Lorraine. Si la conjoncture est dramatique, le plaisir de retrouver mon cher cousin est une grande joie.

Jacques Stuart, duc d'York


Face à cette lettre, Morgan resta pensif. Tout d'abord heureux d'apprendre que son prolifique cousin allait être père pour la sixième fois à trente-trois ans, dont son premier illégitime. Beau score ! La lettre avait continué sur des nouvelles de l'Angleterre, de la famille royale, de la Cour et toute la vie anglaise, une lettre classique. Seule la fin l'avait véritablement interpellée. Cela faisait bien longtemps que son cousin n'avait manifesté d'intérêt pour cette probable union avec Elsa du Luxembourg que Richmond avait formulé il y a quelques mois. Bien sûr, il fallait avant faire annuler son mariage avec Rebecca mais Morgan avait bien le droit aussi de penser à son futur. Son épouse lui avait échappée, enfin il l'avait laissée partir pour espérer revoir sa fille … ce qui n'était pas encore arrivé. Elle avait intérêt à tenir son engagement avant son départ pour la guerre sinon il remuerait ciel et terre pour la retrouver et il annulerait son mariage par le moyen le plus radical qui soit …

Mais revenons à la demoiselle du Luxembourg. La belle Elsa faisait tourner la tête de l'anglais par sa beauté, sa prestance et surtout son refus obstiné de ne pas lui céder, lui répétant à plusieurs reprises que la porte de sa chambre passait par la chapelle. Plusieurs fois, Morgan s'était dit que cela ne servait à rien de continuer, il n'allait faire que reproduire son erreur avec Rebecca. Mais Elsa avait sa propre fortune et elle était une Habsbourg, donc pas une petite arriviste sortie du ruisseau. Et une union avec une Habsbourg pouvait présenter de grands avantages. Ce qui était amusant dans la lettre de Jacques, c'est qu'elle arrivait le jour où, justement, Richmond avait rendez vous avec la demoiselle. Il était son cavalier pour l'accompagner à la soirée appartement à Versailles et n'avait pas pu refuser, d'ailleurs il n'en avait pas eu la moindre envie.

Après avoir passé la journée avec son fils Andrew et commencé à préparer son départ, Morgan s'était apprêté en une tenue prune, avait pris un petit coffret et s'était engouffré dans son beau carrosse en direction du château de Versailles. De son manoir au château, il n'y avait que quelques petits kilomètres, facilement faisable à pied ou sur roue. Et comme à son habitude, il était ponctuel lorsqu'il se rendit jusqu'à Elsa, toujours aussi élégante, l'air majestueuse. Retirant son chapeau pour la saluer, Richmond lui fit la révérence et prit sa main pour lui faire un baise-main.

« Princesse, vous voici comme toujours éblouissante, le Soleil lui-même doit vous envier ! »

Quand il se retrouvait en présence de la demoiselle, Morgan changeait, devenait un garçon posé et surtout totalement à la merci de sa belle. Elsa le fascinait, il était incapable de donner une explication mais la princesse avait une forte emprise sur lui, pourtant réputé caractériel et indépendant. Et comme il était aussi gentleman (si, si, je vous l'assure), il ne venait jamais les mains vides. Il lui tendit un petit coffret tout en longueur et lui ouvrit pour en montrer son contenu : un bracelet en or, orné de rubis, de saphirs et d'émeraudes, ravissant et délicat.

« Lorsque je l'ai vu, je me suis dit qu'il vous plairait. J'ose espérer ne pas m'être trompé. »

Puis il était temps de faire leur apparition dans les différents salons où il y avait foule. Les soirées appartement étaient une attention du roi Louis XIV de garder sa Cour auprès de lui. Et il avait fait de ses différentes antichambres des pièces bien spécifiques, une pour le buffet, une pour danser, une pour le billard … ainsi de suite. On ne pouvait pas s'ennuyer, encore moins Morgan qui se trouvait en excellente compagnie avec la belle Elsa à ses côtés.

______________________

I've lost a lot a in this game. Another everyday face with no name, I'm not selling misery, so would you stay around with me. I know that you are afraid, the traces of war linger on my face but I'm not selling misery, maybe some day I'll feel home again.


Born to be a Stuart:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


avatar



Invité


[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Empty
MessageSujet: Re: [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie   [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Icon_minitime31.10.12 16:01


Elsa & Morgan
La princesse et son petit duc de compagnie.





    Vous ne devriez pas y aller.

    Nous avons déjà eu cette conversation, Marguerite et je te rappelle que ton avis n’a aucune valeur. Et puis, je ne sais même pas pourquoi je discute de cela avec ma demoiselle de compagnie…

    Elsa avait soupiré d’un air agacé. Marguerite était fort pénible dès lors que le sujet du duc de Richmond revenait. Elle estimait qu’Elsa s’amusait avec lui et n’était pas honnête, ce qui avait le don d’exaspérer la jeune femme.

    Dois-je te rappeler que j’ai été parfaitement claire avec lui ? Que je lui ai bien signifié que pour lui appartenir, il devait devenir mon époux ? A partir de cet instant, selon toi, je n’aurai guère le droit de le fréquenter tant que nous n’avons pas convolé en justes noces ? Tu es ridicule, ma pauvre fille.

    Les rapports entre Elsa et sa demoiselle de compagnie n’étaient pas au beau fixe. Elles étaient beaucoup trop différentes l’une de l’autre. Si Elsa avait pu choisir, jamais Marguerite n’aurait fini à ses côtés. Malheureusement, ses parents avaient confiance en elle et l’avait attaché à ses pas. Elsa était persuadée qu’elle ne s’y ferait jamais. Heureusement, pour l’heure, c’était son frère qui serait son chaperon. Elle était beaucoup plus à l’aise avec lui et il lui permettait beaucoup de libertés. Elle en avait plus qu’assez du regard réprobateur de Marguerite. Si elle était au Luxembourg, la jeune effrontée aurait subi les foudres de sa famille et aurait été renvoyée sur le champ pour tant d’impudence. Mais ici, elle devait faire avec. Elle ne perdait rien pour attendre… Mais l’heure n’était pas aux tristes pensées. Elle se leva, délaissant ses travaux de broderie pour se diriger vers ses dames de chambre qui s’empressèrent de la vêtir d’une magnifique robe bleue. Sa chevelure fut relevée en un chignon lâche dans lequel des petits rubans furent placés. Elle jeta un coup d’œil dans le miroir et fut satisfaite.

    Tenue d'Elsa :
    Spoiler:
     

    Son frère venait tout juste d’arriver et il la salua d’un sourire. Elsa se leva et se saisit de son bras pour se diriger vers le carrosse qui les emmènerait au château de Versailles. Elsa avait en effet rendez-vous avec le duc de Richmond. Son frère leur servirait de chaperon mais Elsa ne se faisait aucune illusion. Ils auraient amplement la possibilité d’être seuls. Son frère était très compréhensif. Ils ne mirent guère de temps à arriver dans la somptueuse demeure du roi. Elsa se tenait bien droite, parmi la foule, tentant de reconnaître les traits fins de Morgan parmi les courtisans qui s’inclinaient devant elle et lui adressaient des louanges. Soudain, elle l’aperçut. Il avait choisi une magnifique tenue prune qui faisait ressortir son regard ténébreux. Il retira son chapeau et la salua d’une belle révérence. Elsa lui adressa un doux sourire. Cela la changeait des manières brusques et goujats de Roberval. Elle avait eu le malheur de le croiser quelques jours plus tôt lors d’une soirée masquée organisée par une amie commun. Et il s’était encore comporté comme un mufle. Le contraste avec le duc de Richmond était énorme.

    « Princesse, vous voici comme toujours éblouissante, le Soleil lui-même doit vous envier ! »

    Elsa rosit légèrement.

    Je vous remercie, monsieur le Duc, vous êtes fort aimable.

    Elsa appréciait beaucoup la compagnie de Morgan qui était fort bel homme. Elle ne lui cédait pas car elle souhaitait réellement passer par l’église. Elle n’avait pas envisagé sérieusement le mariage avec lui au début, ce n’était qu’une façon de le repousser pour qu’il conserve des distances respectables. Mais plus elle y songeait, moins cela lui paraissait une idée folle. Elle repensait à cela quand son regard accrocha un petit coffret que Morgan lui tendait. Intriguée, elle lui lança un regard interrogateur. Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu’il ouvrit le dit coffret. Un bracelet fin et d’une grande beauté se trouvait dedans. Des saphirs, rubis et émeraude étaient élégamment enchâssés dans la structure en or.

    « Lorsque je l'ai vu, je me suis dit qu'il vous plairait. J'ose espérer ne pas m'être trompé. »

    Elle ne savait que dire. Elle se saisit de l’objet, retirant un bracelet qu’elle portait déjà et le mit à son poignet. Il était magnifique.

    Oh, mon cher Duc, vous êtes beaucoup trop généreux avec moi ! Cet objet est sublime. Soyez sûr que je le porterait constamment sur moi en votre souvenir si cher à mon cœur.

    Elle posa sa main sur le bras de Morgan et avança à sa suite dans les différents salons qui constituait le château. Tout avait été fait pour que les convives s’amusent, nourriture à profusion, salle de musique, de billard… Elsa se pencha vers Morgan, désignant une jeune femme de la tête.

    Ne trouvez-vous pas cette jeune beauté ravissante ? Il paraît qu’elle fréquente assidûment le Comte qui lui fait actuellement la conversation.
Revenir en haut Aller en bas


Morgan Stuart

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Cela peut vous paraître étrange mais j'en ai un. Il est bien caché, je le réserve à qui m'aimera vraiment. Et pour mes enfants.
Côté Lit: Vous voulez une liste ? Ce sera même un recueil !
Discours royal:



ϟ TURN OUT THE LIGHT ϟ
show me your dark side

Âge : 30 ans
Titre : Duc de Richmond, de Lennox, de Gloucester, Comte de March, cousin de Charles II d'Angleterre
Missives : 720
Date d'inscription : 15/02/2012


[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Empty
MessageSujet: Re: [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie   [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Icon_minitime08.12.12 17:01

La famille de Morgan avait une dévorante passion pour les femmes, en particulier les hommes de sa génération. Morgan avait eu plusieurs maîtresses et comptait deux enfants illégitimes à son actif, en plus de sa famille conçue durant son mariage ; son cousin Jacques fut un peu coureur durant sa jeunesse mais avait donné cinq enfant à sa femme et avait jeté son dévolu sur une magnifique jeune femme nommée Arabella Churchill qu'il venait de mettre enceinte. Quant à son royal cousin Charles … Avait-on besoin de parler de lui ? Comme dirait les anglais il était un véritable womanizer et sa femme Catherine enchaînait les fausses couches depuis leur mariage (la dernière datait de 1666), il n'empêchait pas à Charles d'avoir un grand nombre de maîtresses et déjà neuf bâtards reconnus, de quatre femmes différentes. Beau score, Morgan avait donc hérité de ce gêne familial à en croire les quelques maîtresses qu'il eut et le fils qu'il eut avec sa maîtresse. Quant au deuxième fils, il n'en avait pas la moindre connaissance, mais un jour peut être apprendrait-il que l'héritier du trône du Danemark était un Stuart et non un Oldenbourg …

Tout ça pour dire que si Morgan avait rendez vous avec la belle Elsa ce soir, c'est qu'il aimait trop les femmes de manière générale pour leur refuser quoi que ce soit, surtout quand elles étaient aussi belles et savaient aussi bien le manipuler. Le duc était un homme intelligent et peut être même bon stratège durant les guerres, mais se retrouvait comme un pantin avec les femmes quand elles avaient cette façon de regarder, le bon geste au bon moment et surtout ces sourires. Morgan y résistait difficilement et cherchait toujours à plaire à ces belles. Quoi de mieux que des bijoux ? Celui offert à la princesse, ce magnifique bracelet valant sans doute une fortune, n'était qu'un préambule, le Stuart pouvait mieux faire mais commençait en douceur. Un joli bracelet, une jolie fille et une bonne soirée, cela était un excellent début ne trouvez vous pas ?

Oh, mon cher Duc, vous êtes beaucoup trop généreux avec moi ! Cet objet est sublime. Soyez sûr que je le porterais constamment sur moi en votre souvenir si cher à mon cœur.
Voilà, madame, une promesse qui me réchauffe mon cœur et mon âme. Ne vous offensez vous donc pas lorsque les jours prochaines, je ne cesserais d'observer vos délicates mains et poignets qui mettent tant en valeur ce bijou.

Certains trouveraient cela pathétique, stupide et trop cliché pour paraître naturel. Mais Morgan savait employé le bon ton et on ne pouvait se tromper à son regard. On pouvait être séducteur et sincère, pas seulement une machine à passer à l'horizontal avec tout ce qui se passait. Le Stuart aimait tout autant séduire que de passer à l'acte. La séduction avait quelque chose qui passait dans notre corps, un peu grisant où l'on ne savait jamais si tout était acquis. Combien de fois avec la princesse, il lui fallut tout recommencer de zéro puisqu'elle ne voulait pas de moment plus intime avec lui pour l'instant. Il aurait pu abandonner, jeter l'éponge et passer à autre chose, à une autre femme mais c'était comme un défi à relever, un challenger à accepter. Puis Elsa avait ce charisme, un je ne sais quoi qui le faisait rester.

Alors qu'elle posait son bras sur le sien, les deux purent faire leur entrée majestueuse selon leur rang et leur nom. Il y avait foule aux appartements ce soir. Tout ce monde ayant mis ses plus beaux habits et bijoux pour tenter de se distinguer des autres. Le roi aussi mettait toujours les petits plats dans les grands avec un bel orchestre, un buffet fameux et on pouvait entendait un peu au loin le bruit du jeu de billard où Morgan se serait bien exercé s'il n'y avait pas eu sa cavalière. Cette dernière semblait d'humeur vipère ce soir.

Ne trouvez-vous pas cette jeune beauté ravissante ? Il paraît qu’elle fréquente assidûment le Comte qui lui fait actuellement la conversation.

Il observa la jeune femme blonde, l'air badine, avec un homme plus âgé qu'elle mais gardant des restes de charme.

En êtes vous sûre, mademoiselle ? Je l'aurais vu avec un homme de son âge, j'avais entendu dire qu'elle fréquentait un espagnol mais … à les voir ainsi, je pense que vous avez tout à fait raison. Que pensez vous, princesse, de ses femmes se laissant tomber dans les bras d'hommes pouvant presque avoir l'âge de leur père ?

Il n'y avait aucun sous-entendu là-dessus puisque les deux étaient dans la même tranche d'âge, mais on pouvait apprendre beaucoup d'une femme par des questions aux apparences tout à fait anodine. Morgan saisit un verre pour le tendre à Elsa avant d'en prendre un et de lever légèrement leurs verres. Une connaissance de la princesse vint les saluer et Morgan, n'écoutant que d'une oreille, regarda aux alentours de la pièce. Autour de lui, il y avait aussi du beau monde, autant de jolies filles. Trois retinrent son attention puisqu'elles se contrastaient par leurs couleurs de cheveux : l'une châtain était la princesse de Parme, la blonde était la cousine de l'empereur et la troisième rousse … Ah, sa chère Éléonore qui l'observait et lui fit un sourire mutin en levant son verre pendant que Morgan en fit de même avant de repartir dans la discussion et puis avancer de quelques pas. Mais dans un coin se trouvait un homme que l'anglais ne pouvait que détester : Arthur de Roberval. Fronçant les sourcils, il ne pouvait que cracher sur cet individu à la princesse :

Voici une personne qui n'a rien à faire dans ce fabuleux château. Je doute que vous connaissiez pareil rustre mais j'ai eu la bassesse de me battre avec cet individu. J'espère que vous n'aurez à lui adresser la parole, il n'apporte rien de bon.

Si Morgan savait …



______________________

I've lost a lot a in this game. Another everyday face with no name, I'm not selling misery, so would you stay around with me. I know that you are afraid, the traces of war linger on my face but I'm not selling misery, maybe some day I'll feel home again.


Born to be a Stuart:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Empty
MessageSujet: Re: [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie   [Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Salon de Vénus] la princesse et son petit duc de compagnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le petit salon
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» un petit bisou a Dreyfus
» Manu un amour de petit York x Cairn, 9 ans CSP adopté
» Premier salon d'innovations pour valoriser les travaux de fin d'études.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: