AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   18.04.12 22:08





Alvise


Di Venezia




(Nicholas Hoult)






« C'est dans la différence que se cultive l'intelligence »

    ► Âge: 20 ans
    ► Titre (ou profession): "Prince de Venise". Capitaine dans la garde suisse pontificale et présentamment garde du corps de l'ambassadeur romain Michele Barberini (le diable en personne)
    ► Origines: République de Venise
    ► Situation maritale: coeur à prendre
    ► Religion: Catholique comme tout Italien qui se respecte
    ► Orientation sexuelle: Hétérosexuel



♕ PROTOCOLE ♕
VERSAILLES : PARADIS OU ENFER ?

Comment comparer la douceur de la lagune et la magie de la lune se reflétant dans les eaux marécageuses de Venise à ce palais, magnifique, mais sans âme?! Ni les marbres précieux, ni le faste de cette cour ne parviennent à combler l'enfant de la Sérénissime qu'est Alvise. L'accent chantant des rues populaires de la cité des Doges est ici remplacé par ce Français qu'il parle parfaitement mais qui manque cruellement de musique, et le jeune Contarini se languit de l'animation populaire de Venise. Versailles, contrairement au palais des Doges et aux logements qu'a connu Alvise n'est qu'un enclos doré, où les gens vivent loin du commun des mortels, et au final, si ce n'est son admiration pour l'architecture de ce Le Vaux, remarquable, il ne s'y plait guère. Mais sa charge implique qu'il suive Barberini aux vents mauvais, dans le moindre de ses déplacements et il n'a pas là son mot à dire, il restera donc ici le temps qu'il faudra.
Versailles a cependant pour Alvise cette vertu sans pareil qui est la présence en son sein de Francesco Contarini, son aîné qu'il adule depuis son plus jeune âge, aveugle qu'il est face aux méfaits commis par son débauché de frère.La famille étant sacré pour lui, il apprécie de pouvoir se trouver enfin réuni avec lui et sa soeur Raphaëlla, que ce soit ici ou ailleurs.Alors Versailles, enfer ou paradis en fin de compte? Ni l'un ni l'autre!
Pour Alvise c'est une simple destination imposée par le destin, un lieu de passage parmi tant d'autres dans ce chemin tortueux qu'est la vie, une étape dont il faudra prendre le meilleur et oublier le pire.



COMPLOT : VÉRITÉ OU FANTASME PUR ?

Vérité sûrement! D'ailleurs ça ne l'étonnerait pas que Barberini trempe dans ces histoires louches. A Venise on y va pas de main morte, on envoie des spassadins liquider les gens devenus trop gênants et puis quand on veut laisser le moins de trace possible, on glisse quelque gouttes d'un poison incolore et inodore qui produit ses effets en moins de temps qu'il n'en faut pour crier à l'aide. En France c'est certainement pareil. Après tout quand il y a un autre prétendant au trône , il est considéré comme un rival, et un rival c'est toujours gênant. Les gens gênants il faut les faire disparaitre. C'est logique comme deux et deux font quatre.Une ritournelle vieille comme l'humanité!
D'ailleurs les couloirs de Versailles bruissent de toute part et Alvise trouve certains regroupements nocturnes dans les couloirs suspects, ces gens là dissimulés par l'obscurité doivent cacher quelques noirs secrets, sûrement des comploteurs.
Du haut de son jeune âge, Alvise les trouve bien sots de prendre ainsi parti pour l'un ou l'autre.. après tout ils ne sont que des pions sur l'échiquier, ils risquent leur peau pour une personne qui leur fait sans doute des promesses bancales et ils feraient bien mieux de rester tranquilles et de se contenter de ce qu'ils ont. Ils ne font que se rajouter des tracas, à leur place, lui resterait neutre, mais bien sûr la cour de Versailles est aussi friande d'intrigues que celle de Venise.

COLOMBE OU VIPÈRE ?

On ne peut pas se dire colombe quand on fait des armes son métier. Le jeune homme est tout à fait prêt à transpercer le ventre de toute personne ayant l'étiquette d'ennemi ou de danger potentiel pour l'ambassadeur. Il n'est cependant pas pour autant un être assoiffé de sang ou ayant des penchants pour la brutalité sous quelque forme que ce soit. Il apprécie de temps à autre une bonne rixe mais est rarement à l'origine de bagarre. Sans qu'on puisse le qualifier de vipère, il n'est de toute façon pas aussi innocent qu'il le parait. Quant on nait chez les Contarini il est quasi impossible d'être une colombe, ce serait quasiment un comble!
Alvise n'a pas la sournoiserie dans le sang, ni même la vengeance, c'est un jeune homme (plus ou moins) équilibré qui préfère faire de l'esprit et faire sourire les hommes et les femmes par quelques boutades plutôt que de cracher du venin sur tous. Il aime les discussions intellectuelles, parler de choses qui ennuient profondément la plupart des gens de la cour, mais ne rechigne pas pour autant à lancer quelques ragots bien choisis quand il se sent d'humeur à plaisanter. Il aime aussi les véhiculer d'un bout à l'autre du palais, car après tout, il est humain de vouloir pouvoir rire de la déconfiture des gens lorsqu'ils se retrouvent privés de leur masque d'amabilité et de dignité pour se voir revêtus des vêtements de la honte.
Récemment il est d'ailleurs parvenu à ses oreilles que le pauvre François de Froulay serait en passe de se laisser convertir par Monsieur.On l'aurait aperçu par une fenêtre habillé de façon ... assez peu masculine. Imaginez le déplaisir des femmes de la cour quand elles ont appris que ce beau minois n'était peut être plus à leur portée, leur tête défaite était un véritable spectacle! On se serait cru au théâtre, une véritable tragi comédie qu'Alvise a bien apprécié. Il s'est empressé d'essayer de les consoler avec de gentils mots et son sourire de chérubin.

On lui a aussi dit qu'il ferait bien de ne pas trop s'approcher de Rebecca of Richmond, pas plus que d'Isabelle de Saint Amand car si attirantes soient elles, leur charme serait vénéneux. Alvise partant du principe qu'aucune rumeur ne part de rien a écouté le conseil et dès qu'il croise ces deux femmes, il se contente de les regarder de loin. Après tout mieux vaut prendre ses précautions. L'anglaise a l'air frigide et la française folle à lier.

Il a aussi entendu plétore de rumeurs sur son frère, pas vraiment flatteuse, parfois même dégradante, mais il est persuadé qu'elles sont le fruit de la jalousie des gens. Tout le monde ne peut pas être doté du charme naturel de Francesco et déjà à Venise il faisait des envieux.
Bien sûr que non son frère n'est pas un sac à morpions, bien sûr que non son frère n'est pas un molesteur. Où donc les gens vont chercher ça?!

Les dernières absurdités qu'il a entendu dépassent également l'entendement: la blonde et pure Eléonore Sobieska serait une barbe bleue au féminin et Racine un dépravé total... ce Monsieur ne peut assurément pas être un débauché..... ses textes sont si beaux!Ou bien peut être est ce vrai et peut être devrait il descendre de son nuage....?

DES LOISIRS, DES ENVIES A CONFIER ?

- Doté d'une fibre artistique certaine qu'il dévoile peu au reste du monde, car un soldat s'adonnant au dessin n'est pas très bien vu, il rêve d'égaler les grands Maitres des temps modernes, Da Vinci, Michel Angelo et Raphaël.

- Il fait parti des fines lames de Venise et s'entraine quotidiennement et sans relâche au noble art de l'escrime. Une pratique qui lui permet de développer son agilité, sa rapidité et sa précision, choses essentielles quand on est censé assurer la protection des Grands de ce monde.

- Il aime jouer aux échecs quand un bon partenaire se présente, aimant par dessus tout les jeux où la réflexion et la stratégie sont de mise.

- On pourrait le croire uniquement homme d'action, mais le jeune Alvise aime passer du temps en tête à tête avec un bon ouvrage l'invitant de préférence à la réflexion, bien qu'il ne dédaigne nullement de consulter à loisir quelques ouvrages un peu plus licencieux What a Face .

- Tout feu tout flamme, il aime les jeux de hasard et d'argent qui forment les passe temps favoris des "militaires", et n'est pas toujours raisonnable dans ses mises., jeunesse oblige

-Il a parfois bien envie de tuer celui qu'il se doit de protéger tant le personnage est exécrable, mais professionnel avant tout, et surtout peu désireux de mettre sa peau en jeu, il fait tout ce qu'il peut pour éloigner les personnes désireuses d'assassiner l'obscur Barberini

-Autre envie: être son frère. Quand on est petit dernier et qu'on voit son aîné adulé par les femmes, et les hommes, on est admiratif.. et on rêve d'être à la place du grand frère. Alvise n'a pas encore compris qu'il a lui même un bon potentiel et qu'aux yeux de son père, il vaut déjà bien mieux que Francesco.


♕ HOP, RÉVÉRENCE ! ♕
► Prénom/pseudo:Juliette
► Âge: on ne demande pas son âge à un dame d'un âge aussi vénérable que le mien PELLE . Les usages se perdent ma parole!Je suis outrée!
► Présence sur le forum: quasi quotidienne Razz
► Code du règlement: Code bon (by Steph)
► Comment avez vous connu le forum ?J'ai écouté le doux murmure de la pluie tombant sur la Venise de l'Ouest, et paf je me suis retrouvée ici. Un peu décousu?Légèrement dingue? Oui je sais What a Face
► Suggestions ? Aucune, ATV est déjà parfait!J'aimerais parler Italien What a Face What a Face






BIOGRAPHIE

VERSAILLAISE

_________________________________________________



* L'adultère c'est commun, un Contarini ça l'est moins!:

La chaleur était ce jour là insupportable et les odeurs qui flottaient dans l’atmosphère étaient pestilentielles. En quelques jours Venise était devenue une véritable étuve. Tout ce que la ville comptait de nobles et de riches s’était donc déjà retiré dans les quartiers d’été, hors de la ville lagunaire car tous étaient soucieux d’échapper à l’enfer estival vénitien. C’est ce jour là que le dernier né du Doge se décida à pousser son premier cri.


« Pousse Catarina, pousse, je commence à voir la tête de ton petiot »

Lança la commère venue faire son œuvre, légèrement inquiète au vu du sang déjà perdu par sa « patiente ». A demie assise sur un petit lit pliant, les deux genoux écartés, celle-ci s’exécuta en poussant des cris déchirants. Au bout de longues minutes d’efforts, le petit était dans les bras de la vieille femme.

« C’est un garçon, et Dieu qu’il braille ! On en fera un petit guerrier, pour sûr, de ton marmot Catarina »

La commère sent bien que la mère ne fera pas long feu. Elle se vide déjà de toute couleur. Pourtant dans un dernier sursis de vitalité, elle demande à voir l’enfant avec un sourire dont seules les nouvelles mères ont le secret. L’accoucheuse le lui tend, prenant soin de le faire délicatement afin de ne pas fatiguer la jeune femme.

« Comment que tu vas l’appeler le gamin ? Guccio, comme ton père ? »


Avec un léger dodelinement de la tête, suffisant à faire comprendre que ce ne sera pas le cas, l’accouchée ouvrit la bouche pour lui répondre, mais aucun son ne franchit ses lèvres. Ses yeux s’immobilisent soudain. Sans larme, la vieille femme lui ferme les yeux. Elle a l’habitude de ce genre de chose, c’est monnaie courante. Sauf qu’ici pas l’ombre d’un père ou d’un parent pour prendre soin de l’enfant. Du moins c’est ce qu’elle croit car soudain un homme qu’elle ne peut que reconnaitre s’introduit dans la pièce. Le doge est là, il a été averti par un de ses vieux et fidèles serviteurs qui a couru le prévenir de l’évènement sitôt qu’il en a eu vent. D’un regard silencieux, il demande à la vieille ce qu’il en est de la mère de l’enfant. Elle secoue la tête et se contente de lui montrer l’enfant. Le doge ne montre pas signe de la moindre émotion concernant la mort de celle qu’il a pourtant engrossé. Ce n’était qu’une fille de cuisine, jolie mais sans cervelle, apte à le divertir de sa femme devenue austère et pieuse à l’excès. Il avait bien remarqué qu’elle n’était plus aussi fine qu’autrefois,cette gamine, elle peinait à cacher sa grossesse. On ne lui connaissait pas d’amant ni de mari, et le long regard apeuré qu’elle lui avait lancé la dernière fois qu’il l’avait vu lui avait révélé tout ce qu’il y avait à savoir concernant l’homme à l’origine de son état honteux

« A-t-il un prénom ? »
« La pauvrette n’a pas eu le temps de s’acquitter de cette tâche »

« Parfait. »

Ce mot dit. Il fait savoir à la vieille qu’il entend qu’elle garde le secret et lui demande de confier le petit à une nourrice de ses connaissances, qu’elle soit fiable, et discrète de préférence. Elle aurait à venir résider au palais dès le lendemain pour prendre soin du petit non loin de son œil. Le petit n’ayant plus d’autres famille que lui, le doge vient en fait, sur un coup de tête, de décider d’élever son bâtard adultérin comme un enfant légitime. Est-ce parce qu’il ne supporte pas l’idée qu’un enfant de son propre sang soit envoyé à la rue pour la simple raison qu’il est orphelin de mère contrairement à ses autres bâtards disséminés dans la nature ou bien est ce parce que sa femme n’est plus capable de lui fournir un autre enfant et qu’il juge bon d’avoir un autre héritier mâle sous la main pour porter son nom en cas de décès de Francesco, son aîné qui se faisait plus d’ennemis que d’amis ? La question reste aujourd’hui ouverte !
La seule petite anicroche : le fait que sa propre femme n’ait pas été enceinte au même moment. Cette anicroche n’existait pas en l’occurrence. Il avait en effet éloigné sa femme de Venise depuis près d’un an et l’avait envoyé vivre en recluse, dans l’idée de pouvoir respirer librement quelques temps sans avoir à supporter sa jalousie incessante . Cela tombait à point nommé.


« Nous sommes d’accord. Pas un mot surtout, aux yeux de tous l’enfant sera celui de ma femme. Si jamais tu viens à trahir ta parole… »

Ses yeux bleus glacés, les mêmes que ceux du nourrisson, suffisent à convaincre la vieille femme de tenir sa langue. Cette dernière se doute que l’histoire tiendra debout comme l’a prévu le doge si elle tient sa promesse. Après tout on ne voit guère Paolina Contarini à Venise ces derniers temps. Il est de notoriété qu’elle s’est retirée dans une des villas de campagne des Contarini, et ce depuis près d’1 an. Personne ne sait pourquoi et on dit qu’elle n’y voit pas grand monde, sinon son entourage le plus fidèle.
La grossesse de Paolina sera avalée sans difficultés par les courtisans et autres intriguants, le doge en ferait son affaire,quant au peuple de Venise, il se contenterait comme toujours de gober ce qu’on voudra bien lui dire.


Une famille sur qui compter?!



Le petit garçon a été nommé Alvise, Alvise comme un de ses ancêtres paternels, patriarche de Venise en des temps plus anciens. Il ressemble comme deux gouttes d'eau à son grand frère, à ceci près qu'on ne voit nulle lueur malsaine dans ses yeux à lui. Personne ne s'est encore jamais douté du secret entourant sa naissance, et lui même n'en sait rien. Il est encore tout petit et à 6 ans court autant qu'il peut sur ses petites jambes pour tenter de rattraper Francesco et Raphaëlla.

- 'Cesco attends moi, per favore!

Mais sa voix se perd .L'animation est à son comble, et les rues de Venise sombrent dans la folie du carnaval. Alvise a peur, il voit des gens masqués s'approcher de lui et il a beau comprendre qu'au carnaval c'est la tradition, il trouve tout de même inquiétant de ne pas voir les vrais visages des gens qui l'entourent. Il cherche du regard ses aînés. Mais il ne voit personne, il est emporté par le flot de la foule. Pourtant il ne pleure pas, sûrement, Cesco le retrouvera. Il ne se doute pas qu'à quelques mètres de là celui ci s'amuse gaiement avec d'autres garçons à lancer des cailloux sur la tête de passants et à s'enfuir pour ne pas se faire attraper en riant comme un voyou, bien oublieux de l'existence de son insignifiant petit frère. C'est Raphaëlla, qui, inquiète s'est mise à chercher le petit garçon et le trouvant enfin, lui prend la main.

- Tu n'as rien?! Où est Francesco, n'était il pas censé t'accompagner?

Le petit garçon, changeant d'humeur comme le temps change, se contente de lever ses grands yeux vers sa soeur et lui lance un grand sourire tout en secouant vigoureusement sa petite tête. Il ne répond rien à sa seconde question.

-Madre di dio.Il me rendra folle cet incapable. Parfois je me demande ce que j'ai pu faire au ciel pour avoir un frère pareil.

lance la jeune fille rousse, des éclairs dans les yeux. Les deux jeunes gens rejoignent ensuite le cortège du carnaval, et le garçonnet oublie bien vite toutes ses frayeurs, les couleurs chatoyantes des costumes dansant pour l'heure dans ses yeux d'enfant facilement émerveillé.

Les lois du sang et de l'amour

A 8 ans, Alvise Contarini est un enfant timide mais charmant qui avec sa petite bouille réussit à arracher un sourire niais à toutes les matrones qui le croisent.Mais contairement à ce qu'on attendrait d'un enfant timide, il ne se cache pas dans les jupes de sa mère quand il se trouve en face d'étrangers mais dans celle de sa soeur. Un réflexe étrange qui a fait lever plus d'un sourcil interrogateur mais bien vite mis sur le compte d'un caprice d'enfant.
Ce jour là il court après une balle dans tous les recoins du palais avec cette énergie enfantine qui épuise plus d'un adulte. Lorsqu'il tombe sur le gravier de la cour intérieure et s'écorche, Paolina Contarini, pourtant non loin de là ne se précipite pas comme toute mère poule le ferait pour soigner l'enfant. Cet enfant après tout on le lui a imposé, on l'a purement et simplement forcée à accepter ce garçon né d'une liaison adultérine de son mari, ultime humiliation pour elle, issue d'une grande famille de la ville, femme fière entre toute.

Domenico n'avait même pas pris le temps de lui parler de cet orphelin, de la consulter sur la question. Il lui avait retiré tout droit de veto à elle, pourtant maitresse du foyer domestique, mère de ses enfants légitimes, sa femme depuis plus de 20 ans. Elle ne lui accorderait certainement pas, après tout ça, la satisfaction de traiter ce bâtard comme l'égal de la chair de sa chair. Oh elle ne détestait pas ce petit garçon, son sourire était contagieux et elle retrouvait en lui un peu de son Francesco lorsqu'il avait le même âge, mais elle n'éprouvait pas une once d'instinct maternel à son égard, c'était aussi simple que cela. Elle se trouvait déjà bien assez gentille de ne pas lui chercher noises car elle connaissait nombre de bâtards maltraités par leur belle mère. Oui, pensait elle en son for intérieur, Alvise avait de la chance qu'elle soit une bonne chrétienne et qu'elle aime assez son mari et ses enfants pour ne pas faire de vagues à son sujet.

Une fois de plus c'était la grande soeur, pourtant réputée pour être de mauvais caractère qui vint au secours de son petit frère et l'amena à l'intérieur pour trouver de quoi soigner cette vilaine écorchure, tout en lançant un regard lourd de reproches à sa mère. L'énergique rouquine savait en réalité ce qui poussait sa mère à agir ainsi. Elle était curieuse elle avait entendu ce qui s'était dit entre sa mère et son père, surpris le secret mais cela ne changeait rien à ses yeux, il restait son petit frère, un peu trop naïf et rêveur, les liens du sang étaient plus fort que tout. Alvise lui, était encore bien innocent mais il avait tout de même très tôt compris qu'il ne servait à rien de chercher du réconfort auprès de Paolina. Il avait bien vite perçu que l'attitude de celle ci était bien plus maternelle à l'égard de ses aînés, mais il ne s'était jamais douté de rien. Non. Après tout peut être sa "mère" était elle tout simplement fatiguée peut être n'avait elle pas le temps de s'occuper de lui. Peut être avait il fait quelque chose de mal car il la voyait parfois lui lancer un regard étrangement absent mais chargé de reproches. En tout cas pour lui, la belle et froide Paolina était sa mère, le monde était aussi simple que ça. Il était juste le vilain petit canard .


Une naïveté à toute épreuve





-Signor Contarini, revenez de ce pas ici, votre leçon de grammaire latine n'est pas terminée!

Ces paroles n'eurent que peu d'effet sur leur destinataire qui n'interrompit pas sa course folle, bousculant au passage les serviteurs qui se hâtaient dans tout le palais .

- Elle pourra sûrement patienter un peu d'ici mon retour.La grammaire est éternelle, le bal lui est éphémère!

Répondit le jeune garçon de 12 ans, un sourire malicieux aux lèvres. Son précepteur pouvait bien lui accorder un peu de répit. Il avait après tout fort bien avancé dans ses leçons si il fallait s'en fier aux éloges dont le couvraient le triste Giuseppe et puis entre une leçon de grammaire latine et le spectacle de l'arrivée des invités au bal, le choix était vite fait.
Le précepteur observa sans un mot de plus son petit prodige d'élève s'éloigner, se contentant de soupirer. Le jeune Contarini était le plus prometteur des deux garçons. Il avait eu le détestable honneur de devoir inculquer son savoir à Francesco Contarini et la tâche avait été loin d'être aussi aisée qu'avec Alvise, pour un peu il l'aurait fait tourner chèvre. Le benjamin de la famille était au contraire une perle, jamais un mot plus haut que l'autre, éveillé comme peu de garçons de son âge et talentueux dans de nombreux domaines, aussi bien artistiques que purement intellectuels. L'élève modèle à ceci près qu' il lui arrivait fréquemment de s'échapper au milieu d'une leçon dès qu'un évènement se préparait au palais. Ce garçon était trop curieux pour son propre bien, mais il était brillant et sur ce constat Giuseppe décida de passer l'éponge sur l'escapade d'Alvise. L'adolescent avait décidément l'art et la manière de mettre tout le monde dans sa poche

Alvise lui était déjà arrivé au niveau de la loggia centrale et de là haut il observa les arrivants. Au milieu du froufrou des robes, une femme en particulier attira son regard. Elle ne lui était pas inconnue.. il l'avait croisé à plusieurs reprises quelques années auparavant, de passage à Venise, toujours collé aux basques de son frère, mais elle ne lui avait jamais accordé beaucoup d'attention .Brune, les yeux foncés, elle ne différait pas de la plupart des Italiennes à première vue, mais c'était elle qui était aux bras de son frère, plus beau que jamais et pour cette seule raison, il avait décidé de la scruter dans les moindres détails. Après tout si Cesco lui accordait une certaine attention, c'était bien qu'elle devait être digne d'intérêt, c'était donc elle sûrement la fiancée de son frère, la jeune femme qui arrivait à faire consensus et à s'attirer les faveurs à la fois de Raphaëlla et de Cesco.

Pour cette seule raison Alvise la trouva formidable, car si il y avait bien une chose d'impossible, c'était de réussir à accorder ses deux ainés sur quelque chose et la personne qui réussissait l'impossible ne pouvait qu' être une sorte d'héroïne!Plus d'une fois il avait cru devenir sourd en entendant les hurlements de rage de sa soeur et les rires tonitruants de son frère. Ces deux là devenaient fous dès qu'ils se retrouvaient face à face sans la présence d'autrui. Enfin.. lui il ne comptait pas, ses ainés se fichaient bien de savoir qu'il était dans les parages et assistait à leur scènes assassines, à leurs yeux il était encore un gamin inoffensif et rêveur. D'ailleurs sa soeur l'appelait encore "il mio putto" comme si il avait encore 5 ans.

Tout ça pour dire que cette Sofia di Parma éveillait sa curiosité au plus haut point. A bien la regarder, il remarqua enfin, de son poste d'observation,ses lèvres rouge carmin et la façon dont ses yeux brillaient en proie à l'émotion sans doute. Elle rayonnait visiblement de bonheur et lorsque, l'apercevant dans son perchoir, elle le surprit, lui ce petit espion, elle lui adressa un sourire qui acheva de conquérir ce petit bout d'homme.

Quelle ne fut pas sa surprise quand il aperçut par hasard quelques heures plus tard la princesse s'enfuir en larmes. Il se demanda un instant pourquoi toutes les femmes qui croisaient le chemin de son frère finissaient un jour ou l'autre par pleurer ou partir sans prévenir. Sans doute étaient elles toutes folles?!Il y avait eu Clara di Genova, Maria di Padova.. et.. il en avait perdu le compte. Bien sûr il n'était même pas censé avoir eu vent des petites aventures de son frère, mais être petit avait un avantage.. partout où l'on va, nul ne vous prête attention. Et il avait vu plusieurs fois son frère dépasser les limites de la simple courtoisie avec des demoiselles sous ses yeux innocents mais elles en semblaient toutes plutôt ravies.... Son frère l'avait même repéré une fois et lui avait adressé un étrange regard en lui disant

- Nul besoin de jouer les voyeurs aussi jeune!Toi aussi mon petit Alvise un jour, tu connaitras les plaisirs de la chair. Crois moi, une fois qu'on y goûte, on ne peut plus s'en passer

Alvise avait rougi sur le coup, la bouche ouverte bêtement et n'avait pas totalement saisi le propos de son frère. Francesco, lui s'était contenté de rire .Le petit Contarini n'avait pas su à l'époque quoi penser de tout cela car son éducation n'avait pas encore été très poussée pour ce qui était des choses les plus plus pratiques de la vie, aujourd'hui il en était de même, il restait la tête dans les étoiles, un peu ailleurs, et dans sa naïveté il pensa que son frère n'avait rien à voir avec l'état émotionnel de la princesse et sa fuite. Sans doute avait elle appris une triste nouvelle. A cette pensée, le jeune Alvise se promit de penser à elle dans sa prière du soir. En attendant, lui s'ennuyait ferme alors que tous les adultes dansaient en bas. La vie était bien injuste, il avait hâte d'avoir le même âge que Cesco pour pouvoir lui aussi se pavaner dans de beaux atours et fréquenter des Sofia Di Parma.

L'envol du benjamin "tu seras soldat, mon fils"





[i]Ça y est ! Il est enfin en âge de comprendre les paroles de son frère. Déniaisé par une fille de cuisine à l’âge de 15 ans, sans se douter que quelques décennies plus tôt, sa propre mère fut à la place de celle avec qui il a connu les premiers instants de sa vie d’homme. Il est à présent le seul mâle Contarini avec son père encore à Venise, Francesco ayant été exilé et Raphaëlla mariée. Il n’a plus revu son estimé frère depuis ce fameux bal, là où tout a dégénéré. Le palais est bien morne sans les gloussements de la cohorte d’admiratrice de Francesco, la journée bien monotone sans les batailles féroces de ses deux aînés et il se demande encore ce qui a bien pu pousser son frère à rompre ses fiançailles d’une aussi vile manière.

Oh il a bien compris que son frère n’était pas un modèle de sainteté mais il ne peut s’empêcher de vénérer le sol foulé par ses pieds. Quand on a admiré quelqu’un pendant toute son enfance, il est dur de se convaincre de l’effrayante et dure réalité des choses, alors on préfère se voiler la face, et c’est ce que fait Alvise, il conserve précieusement dans sa mémoire les moindres, et rares, moments passés en la compagnie du premier né du Doge.

Le garçon naïf a bien changé depuis ces années. Il est à présent robuste et bien moins réservé qu’auparavant. L’absence de son frère l’a bien aidé en cela, il n’a plus à grandir à l’ombre de cet ainé dont le nom est maintenant teinté d’un parfum de scandale bien qu’encore murmuré avec nostalgie par les jeunes filles en fleur qui ne retrouve pas en Alvise, le mythe du Contarini au charme ravageur et à la libido surdéveloppé.

Car Alvise est bien différent, on le voit bien sûr souvent en compagnie de demoiselles de son âge, car après tout c’est un garçon et il a ses besoins mais il reste souvent très correct, trop peut être, et ne joue pas de ses atouts physiques. Il ne remarque pas la plupart du temps parfois les œillades séductrices qui lui sont adressées, il vit dans une bulle un peu à part, tête pensante de la fratrie Contarini, jeune mais déjà très conscient des responsabilités qui lui incombent en raison de son nom.
Le doge lui fait donc une totale confiance, il sait son dernier né bien moins scandaleux que son ainé et s’en réjouit à juste titre, se félicitant intérieurement d’avoir fait élevé comme un enfant légitime cet enfant de servante, bien moins égocentrique que le beau Francesco. Remarquant de loin l’admiration sans borne qu’Alvise tel un petit chien portait à son frère, il avait eu un moment un peu peur qu’il suive le chemin tortueux pris par l’ambassadeur de Venise, mais le faux pas de Francesco était tombé à point nommé, celui-ci écarté du palais, le jeune garçon avait poursuivi son éducation loin de cette influence, jugée néfaste par son entourage !

Le temps était à présent venu le temps de se séparer de son benjamin, qu’il prenne son envol loin du nid familial et embrasse le destin qui est le sien. Domenico Contarini avait longtemps réfléchi à cela. Trois voies s’offraient à Alvise, le clergé, la politique, la carrière militaire. C’est pour cette dernière qu’il avait opté en son âme et conscience. En vérité la personnalité de son plus jeune fils n’avait pas facilité la tâche. Ce garçon aurait même pu être artiste, mais ce n'était pas là une carrière que Domenico jugeait "utile" et il l'avait de ce fait écarté d'office.

Alvise avait la réserve, la dignité et l’intellect d’un parfait et saint homme d’église, encore que la plupart des membres du clergé soient dépravés, l’esprit de stratège et une aisance de parole propre à lui donner une certaine stature politique et un talent naturel pour les armes qui faisait de lui un parfait candidat aux postes militaires. Le doge avait donc procédé par élimination : Il n’était guère prêt à sacrifier un de ses enfants mâles à la robe pourpre de cardinal, le monde de l’église étant un vrai nid de vipères et de gens obséquieux au plus haut point, restait la politique ou la carrière de soldat. Francesco était déjà ambassadeur, ne restait donc plus pour son benjamin le choix d’une carrière militaire. Il avait tout prévu et les différents maitres d'arme de son fils avait appuyé sans faire de difficulté la candidature du jeune Alvise à un poste plutôt prestigieux pour un si jeune garçon, du moins aussi prestigieux que possible pour un fils de Doge qui n'avait donc aucun sang princier et n'hériterait pas de la charge de son père. Il restait à en informer son fils, mais connaissant son benjamin, celui ci accepterait sans rechigner le poste qu'on lui offrait sur un plateau d'argent


Pendant ce temps, non loin de là:

Le métal s'entrechoque sans répit, et lorsque l'on croit le vacarme fini,il recommence de plus belle.
Le plus vieux des deux, la râpière en main allongea son bras vers l'autre, mais manqua de peu sa cible, son adversaire s'étant dégagé avec l'adresse d'un félin . Il retenta une botte gagnante en s'avançant d'un pas mais de nouveau le plus jeune para avec une contra cavatione avant, cette fois de contrattaquer avec une rapidité désarmante (dans les deux sens du terme)Les deux combattants abaissèrent alors l'épée et s'inclinèrent tout deux l'un envers l'autre


-Bravo, magnifico. Vous avez presque surpassé le maitre, mais si je puis me permettre encore un conseil..

Il n'eut pas l'occasion de finir sa phrase car un serviteur s'approcha d'Alvise et lui glissa quelques mots dans l'oreille, une fois le conciliabule fini, ce dernier congédia de la façon la plus aimable qui soit son adversaire.

- Maitre, je suis attendu pour mon père, vous m'en voyez désolé. Mais, nous nous verrons demain de toute façon et vous pourrez alors me prodiguer votre précieux conseil.

Le maitre d'escrime lança un sourire bienveillant à son élève avant de le saluer et se retira.

Quelques minutes plus tard, rhabillé convenablement, frais et pimpant le fils bâtard du Doge, se présenta devant ce dernier qui l'invita à s'asseoir, ce que son fils fit instantanément. Il savait que quand le Doge, son père, invitait quelqu'un à faire quelque chose, cela tenait bien plus de l'ordre que de la simple option offerte, et en bon fils discipliné, il s'exécutait toujours aussi vite que possible.


- Il est temps pour vous de faire vos preuves hors de Venise, comme votre frère dût le faire à votre âge.... en d'autres circonstances il est vrai! Votre éducation me semble être arrivée à son terme et vous avez donné satisfaction à la plupart de vos professeurs, et même davantage, ce me semble! Je tiens donc à vous féliciter, et j'espère que vous serez heureux d'apprendre que j'ai obtenu pour vous un poste de Capitaine dans la garde pontificale, c'est un honneur pour notre famille toute entière et j'espère que vous saurez vous en montrer digne !


Si il y avait bien une chose dont manquait cruellement ce fils modèle, c'était bien l'ambition. Si ses frères et soeurs étaient prêts à tout pour parvenir à leurs fins, Alvise, lui était bien trop loyal et fidèle, et surtout bien trop satisfait de son propre sort pour en demander davantage. C'était une force tranquille, d'un optimisme rare et d'un caractère toujours égal . Il n'avait jamais rêvé d'une carrière en particulier, et être poète lui aurait autant plu qu'être capitaine d'un navire marchand naviguant vers l'Orient comme tant de vaisseaux partant de la Sérénissime, alors pourquoi ne pas devenir capitaine de la garde pontificale?! Une charge qui était d'ailleurs bien plus en accord avec son statut social qu'une simple carrière de marchand qui elle, aurait déshonoré les Contarini, chose bien ironique quand on pense qu'un de leurs ancêtres Ambrogio Contarini était marchand, et renommée pour le récit de son voyage en Perse, récit qui avait fait rêvé Alvise dans son enfance.

Il se demandait d'ailleurs comment son père avait bien pu s'y prendre, sans nulle doute avait il fait jouer ses relations car la garde pontificale avait toujours été exclusivement composé de ressortissants suisses. Il préféra ne pas poser de question à ce sujet au Doge. Sans doute devait il se montrer reconnaissant envers son père de lui avoir trouvé une telle place, mais il n'était pas encore sûr d'apprécier devoir être capitaine de gardes qui lui seraient très certainement hostiles en raison de son origine. Au moins, il parlait allemand.... cela faciliterait sans doute son intégration et puis, l'uniforme cramoisi serait sans doute du plus bel effet!Cependant la garde pontificale n'était guère active sur le terrain à moins d'invasion dans la ville pontificale... Il mio Dio, cela allait être d'un ennuyeux!Mais ce n'était pas comme si il avait le choix, Francesco lui avait reçu le droit de voyager et d'aller à la rencontre des us et coutumes étrangères quand lui devrait se contenter de rester à ne rien faire au Vatican. A croire qu'on ne gagnait pas tout au mérite!


- Quand devrais je me rendre à Rome pour prêter serment?

demanda Alvise, s'efforçant de cacher son manque d'enthousiasme par un sourire coincé et échouant lamentablement

- Tu as deux jours pour te préparer puis il te faudra prendre la route.

La sentence était définitive et il ne servirait à rien de faire appel. Alvise hocha donc la tête et, docile, remercia son père. Et dire qu'il allait maintenant falloir sélectionner les ouvrages de sa bibliothèque à emporter, et laisser les autres derrière lui, quelle tristesse!

Une nouvelle affectation





Alvise se rappelait fort bien du jour où on lui avait annoncé qu’il était à présent requis pour escorter Michele Barberini, neveu d’un des cardinaux les plus en vus du moment, jusqu’à la cour du roi de France. Il avait été fou de joie et s’était retenu de danser et de chanter- il n’aurait pas fallu que ses subalternes pensent qu’il avait la danse de Saint Gui et qu’il était soudain devenu bon pour l’hospice- mais quel soulagement cela avait été ! Il ne se passait strictement rien à la cour papale – hormis les projets d’assassinats du pape mais ça, ça n’était pas son problème, il était là pour assurer la sûreté de Sa Sainteté et du Vatican tout entier, mais il ne pouvait pas être partout à la fois et il laissait la charge au goûteur du pape de s’assurer que sa gloutonnerie ne lui soit pas fatale- et il avait rêvé de nombreuses nuits de sortir de ce trou à rat .

Barberini était la providence même, le messie, il l’avait sauvé de la folie à laquelle il aurait très certainement succombé en restant ici, et il serait allé jusqu’à baiser les pieds de l’ambassadeur si il n’avait pas été un Contarini.
Ravi de leur premier contact, Il avait vite déchanté quand il avait découvert la vraie nature du personnage, mais il était déjà trop tard, il avait accepté sa mission, et ils avaient alors quitté Rome. Barberini était un homme foncièrement dérangé et certains jours Alvise en faisait les frais.
Dès la première semaine de voyage,il avait été obligé de le récupérer ivre-mort dans une taverne, et non content de cela, l’ambassadeur ayant l’alcool mauvais, il avait fallu un autre soir le séparer d’une brute qu’il avait provoqué.. résultat c’était Alvise qui était ce soir là devenu le réceptacle des coups de pieds et de poings de Barberini qui n’avait pas pu assouvir autant qu’il l’aurait voulu sa rage sur son adversaire et qui entendait bien se défouler malgré cela. Le jeune garde du corps avait contenu à grand peine son protégé et en était ressorti avec quelques contusions et un œil au beurre noir.
Plus récemment il s’était pris plusieurs volumes de la Sainte Bible en pleine face pour être entré au mauvais moment dans la pièceoù Barberini se trouvait- après une conversation houleuse manifestement avec une jeune servante de taverne qui s’était refusée à lui assez énergiquement, si il en croyait ce qu’il avait entendu à travers la porte-.
Alors bien sûr il n’est pas étonnant que le paisible et gentil Alvise ait eu pour la première fois de sa vie des envies de meurtre, gentil mais pas trop ! Il ne se laisserait tout de même pas traiter comme le dernier des chiens de compagnie.
Avec le temps il s’est pourtant habitué à cet état des choses et a pris le parti d’en rire( à couvert), il ne se fâche plus quand il le traite de fils de catin,d’hermaphrodite, de sombre crétin, de sinistre abruti ou de singe savant. Il a bien compris qu’il lui fallait ici jouer le rôle d’une nourrice ou d’un garde fou plus que d’un garde du corps et il s’en est accommodé. Peut être le canoniserait on un jour pour cela ! Et puis au fond, Barberini n’est pas si mauvais, c’est un homme à double tranchant, légèrement bipolaire sur les bords certes, qui peut se révéler excellent interlocuteur et un des seuls avec qui Alvise réussit à avoir des discussions sur Bocace ou encore sur les vertus de la musique de Monteverdi, et rien que pour cela, le jeune Contarini regretterait de voir disparaitre cet insupportable et machiavélique homme. Oui il est parfois étrange de voir comme on s’attache aux êtres les plus incompréhensibles !

De toute façon, le singe savant a réussi à dompter le maitre, sans que celui-ci le sache, un peu de poudre dans le verre de vin qu’il se doit d’apporter chaque nuit au suspicieux tyran, et hop, celui-ci reste doux comme un agneau pendant quelques temps.
Tiens en parlant de l’agneau, le voici qui arrive.. oh il montre les dents et ses yeux ont cette lueur un peu folle , c’est mauvais signe, c’est en fait le loup qui arrive :


« Messer Contarini, j’exige que vous liquidiez sur le champ la petite idiote dégénérée qui m’a fait ça, elle est folle à lier et a essayé d’attenter à ma vie, regardez comme je saigne, je vais perdre tout mon sang ! »

Le drame. Alvise inspecta de plus près la main de son supérieur.. il n’y avait là que des traces de dents, une morsure jusqu’au sang de laquelle se déversait un peu de liquide vital. Il avait une petite idée de ce qui s’était passé !
« Il me semble Votre Excellence, que vous réagissez de manière un peu outrancière. Vous avez essayé de molester la jeune fille. Vous ne pouvez punir une innocente pour avoir refusé de jouer la victime. Ce ne serait pas charitable de la tuer pour cela, si quelqu’un vous agressait, je devrais le punir pour vous, je devrais vous défendre, mais vous n’avez pas l’air de comprendre que les personnes que vous agressez réagissent de la même manière que vous…Et puis regardez votre blessure, certes votre belle main a été abimée par cette sauvage mais elle retrouvera très bientôt sa peau de pêche, sans cicatrice aucune. Je vous le dis, vous nous enterrerez tous ! »

Barberini se calma et d’un ton pincé répondit à cela :

« Il est vrai. Mais la loi du talion dit Œil pour œil, dent pour dent, j'aime à respecter les saintes écritures,j’exige donc que vous alliez mordre cette jeune fille sur l’instant ! Allons, qu’attendez vous ?! Ne faites donc pas votre tête de chien battu»

Madre di Dio, cet homme était fou, vraiment fou, que ne fallait il pas faire pour satisfaire un patron violent et paranoiaque…A noter: demain doubler la dose.

France .Défaut capital d'un soldat: ne pas savoir tenir l'alcool==> les premiers (et mémorables) pas d'Alvise dans la vie nocturne d'un homme d'arme.





-Et pour le Vénitien, une autre chopine, une!!!!!

Une semaine après son arrivée à Versailles il avait été trainé par quelques hommes de l'escorte de Barberini dans une taverne au fin fond de la ville. Trainé n'était cependant pas le mot car Alvise s'était laissé faire de bonne grâce, tout heureux de se voir en compagnie d'aussi joyeux et sympathiques compagnons.

Et joyeux ils l'étaient de plus en plus! Au fur et à mesure des heures qui avaient passé, leurs joues avaient pris une teinte rosée qui n'était pas due à la seule châleur et ils criaient plus qu'ils ne parlaient. Enfin ça personne ne s'en rendait compte, puisque tout le monde était plus ou moins dans un état second. Le fils du Doge n'était pas le dernier d'ailleurs. Il riait grassement comme un nigaud aux moindres plaisanteries bas de la ceinture de ses compagnons et avalaient chopine après chopine, trouvant malpoli de refuser l'alcool qu'on lui offrait de si bon coeur et trouvant bien agréable la douce sensation de torpeur qui l'envahissait. Le plus dur était pour lui de réussir à retenir les paroles des chansons paillardes qu'il lui fallait chanter en après chaque chopine. Sa mémoire, heureusement, n'avait pas trop souffert et il chanta parfaitement, mais d'une voix assez dissonnante et avec un rythme plutôt bancal qui aurait fait se boucher les oreilles à toutes personnes aux oreilles en état de marche, le dernier couplet d'une chanson française:


Le duc de Chevreuse ayant déclaré
Que tous les cocus devraient être noyés,
Madam' de Chevreuse lui a demandé
S'il était certain de savoir bien nager


S'ensuivirent nombre de frappes amicales dans le dos de l'officier, encore trop imbibé pour rappeler à l'ordre et au respect les simples hommes d'arme.
La nuit n'était pas finie et les jeux d'argent prirent la place des chansons paillardes, Contarini ne se fit pas prier pour jouer, il adorait littéralement ce genre d'amusements, c'était là l'un de ses vices cachés. Il n'avait malheureusement pas emporté beaucoup d'argent avec lui et la mise grimpa rapidement au fur et à mesure que le jeu avançait. L'alcool le grisant et gonflant sa confiance, Alvise fanfaronna, sûr de remporter le jeu:


- Plumés qu' vous allez être, j' vous le dis ,moi, bande de pouilleux! Un Contarini tout ce qu'il entreprend réussit!

- Fier comme un paon le petit Gondolier, hein! Prêt à parier sur ta victoire avec cette personne?

- Vous êtes très drôles. Je lui parie Torcello, Valle dei Sette Morti, et Cason Figheri réunis!

- De quoi tu parles?

- Mais de Venise, quoi d'autre! Des terres environnantes! Je lui parie le paradis comme seul peut le faire le fils de Domenico Contarini!

Il perdit la partie,mais loin de l'affoler, cela ne fit que redoubler ses crises de fous rires. Le lendemain, il se réveilla avec l'impression d'avoir un tambour dans sa tête et se souvint avec difficulté des évènements de la veille. C'est seulement après trois bonnes heures de décuvage intensif qu'il se rendit compte qu'il avait parié et perdu des terres qui n'appartenaient même pas à sa famille en propre.. et pis!.. qu'il ne voyait absolument pas qui avait pu les remporter.Depuis il est sur ses gardes et redoute l'instant où l'inconnu viendra lui réclamer son dû. Il ne lui reste plus qu'à prier la madone que l'heureux vainqueur ait été aussi saoul que lui et ne se souvienne pas du pari.

La vision de la beauté en chair et en os fait perdre toute volonté propre à l'homme et réduit à sa merci l'artiste.





-Alvise Contarini, cessez de me regarder ainsi, n’oubliez pas que je vous ai connu bambino alors que vous vous amusiez à découper des vers de terre ! Et de grâce, dépêchez vous d’en finir avec votre stupide esquisse. Je vais attraper une pneumonie à poser ainsi pour vous, vous me devrez une faveur !

Dès qu’il se trouvait avec Sofia Di Parma, Alvise était émasculé. Il ne ripostait quasiment jamais et acceptait les réprimandes sans mot dire. Il faut dire qu’il avait fini par comprendre ce que son frère avait fait subir à Sofia, et il ne pouvait pas se résoudre à être un tantinet méchant avec elle, ce qui excluait pour lui la possibilité d’élever la voix. Et puis Sofia était bellissima, si il avait été Botticelli, elle lui aurait servi de modèle pour sa Vénus mais il n’était qu’un obscur artiste amateur, et il se contentait de faire poser Sofia pour des tableaux allant du portrait d’une musicienne, à une allégorie de la vertu jusqu’à des Marie Madeleine.. il adorait peindre les traits fins et racés de l’Italienne, à peine plus âgé que lui, dédaignant contrairement à Gentileschi les femmes bien enrobés au profit des plus minces.
Elle était son modèle de prédilection mais elle était aussi la plus caractérielle de toutes. Les autres étaient flattées de poser pour lui, mais pas elle, et parfois, il la soupçonnait de se venger de son frère sur lui.

Mais il passait l'éponge sur ce fait. La vérité était qu'il était en totale admiration devant cette briseuse de coeur. Il n'était pas amoureux, non,mais il ne pouvait s'empêcher de la contempler, elle était hypnotique, elle était parfaite. Il n'irait jamais lui avouer mais lorsqu'il faisait des rêves un peu osés, c'était elle qui prenait les traits de la déesse de l'amour. Elle l'avait déjà impressionné lorsqu'il n'avait que 12 ans, mais le charme opérait toujours. Elle était pour ce Vénitien facilement ému un fantasme vivant.


- Je fais aussi vite que possible, Principessa, mais me hâter m'empêcherait de rendre justice à votre corps de déesse. Vous ne voudriez pas laisser les gens vous voir avec la tête de la baronne de Vieilleville, n'est ce pas?!

Elle laissa échapper un rire cristallin à cette remarque. Il est vrai que ressembler à la baronne dont le visage était grêlé par la petite vérole ne ferait pas beau voir, elle était donc sensible à cet argument de choc comme l'avait prévu Alvise qui connaissait la part vaniteuse de Sofia.

-Vous avez raison comme toujours. Mais que je ne vous reprenne pas à me fixer ainsi. C'est indécent et je suis certaine que votre mémoire vous permetrait aisément de limiter les coups d'oeil que vous me jetez impunément!

Elle pouvait bien le laisser lorgner un peu, après tout il était si docile qu'il méritait bien ce cadeau. En attendant elle savait qu'elle pouvait le mener par le bout du nez... et lui ne se doutait pour l'instant de rien. Quel dommage pour le pauvre Alvise : petit génie de la famille certes, mais celui qui a hérité d'assez de naïveté pour deux personnes.. sans doute compensait il pour l'absence totale de celle ci chez son frère ainé!












Dernière édition par Alvise Di Venezia le 22.04.12 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   21.04.12 21:55

Rédaction de fiche terminée! Banane
J'espère que ça satisfera le frérot What a Face

______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, piétiné et maintenant celui qui était à mes côtés est devenu mon ennemi. Quelle cruelle destinée !
Côté Lit: Le lit de mon palais est si confortable et accueillant !
Discours royal:



ADMIN TRAVESTIE
Monsieur fait très Madame

Âge : 27 ans
Titre : Prince de France, Monsieur le frère du Roi, Duc d'Orléans, de Chartres, d'Anjou, seigneur de Montargis
Missives : 9954
Date d'inscription : 03/01/2007


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 12:21

TU ES VALIDÉ !
BIENVENUE A VERSAILLES

Et un autre Contarini, un ! Razz

Avec Jumeau, on avait dévoré le début de ta fiche, on attendait à chaque fois un nouvel épisode. Et puis quand j'ai vu que tu avais fini, j'ai tout lu d'un trait ** Décidément, j'aime beaucoup Alvise. Et Sofia l'aime encore plus, vu comment il la porte aux nues Razz En lisant, j'ai eu des idées un poil tordues, Sofia est une bitch ! PTDR Quant à Barberini, il est vraiment ignoble ce type, pauvre Alvise viens voir Sofia qui va te consoler !

Heureusement que quand on s'est vu, tu nous as dit "je vais y réfléchir" ... vachement intense la réflexion hein PTDR En tout cas j'aime beaucoup ta fiche, je trouve que tu as très bien respecté le personnage et puis tu y as placé tous tes liens !

Donc je te valide sans problème, si Franc' trouve quelque chose à redire, tu modifieras, il n'y a pas de soucis Clin d'Oeil

Et sinon, ça va pas être trop dur de haïr Francesco d'un côté et de l'admirer de l'autre ? Razz Pas peur de virer schizo ? PTDR Enfin tu l'es déjà, tu es des nooooootres, tu as pris un DC comme les autres Alcool (ah non pas d'alcool à Alvise, il serait capable de vendre la villa Contarini de Padoue PTDR )
PENSE PAS BÊTE ; Qui est qui ? Petit topo des personnages sur le forum.Fiches de liensFiche de rpsDemandes de rangs et de logementsProposer un scénario.


______________________

Joyeux Anniversaire mon Prince <3


OH YEAH:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 13:11

* court dans les bras de Sofia pour recevoir des caresses comme un bon toutou PTDR *

Oui oui, j'avoue j'ai aimé faire croire que je ne prendrais pas Alvise.... mais quand on me propose, je ne sais pas dire non Cinglé
Dévoré? Voilà qui me fait plaisir Razz Razz. Mais non voyons ça fait être très simple, comme j'ai dit à Romain, je vais faire en sorte que Derek se défoule sur Francesco un max, et ensuite je repasserais en mode lassie chien fidèle avec Alvise What a Face , et puis Alvise va commencer à voir que son frère est un vaurien de la pire espèce, faites moi confiance sur ce point *bala*

Mon pauvre petit Alvise, je sens qu'il va être maltraité par tous les shizos d'ATV, après tout, c'est une cible de choix PTDR

Oui, hein, faut pas pousser Vivise à la bibine.. sinon le pauvre garçon va vendre père et mère Coup de batte

______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il baigne dans la colère et la frustration maternelle mais puisqu'il ne s'est pas laissé abattre, il continue de battre.
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7231
Date d'inscription : 10/09/2006


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 13:12

Rebienvenuuuuuuuuu parmi nouuuuuuuuuuus !!! cheers

C'est bien d'avoir cédé à la tentation du DC ! What a Face

J'ai aussi dévoré ta fiche, mais j'ai préféré hier soir laisser Mister / Sofia te valider, car c'est un peu son scénar avec Jumeau. Smile

Allez Contarini (nous sommes envahis PTDR ) bon jeu parmi nous ! cheers

A très vite What a Face

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 13:17

Merciiiiii! Oui enfin un DC, je me suis laissée convaincre!!!!!!!!!!!!!!!! affraid affraid

Oui hein.. les 7 3 plaies d'Egypte débarquent parmi vous

______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Je l'ai fermé par sa faute. Seul lui pourrait le rouvrir un jour ...
Côté Lit: Je ne suis pas de celles qui se couchent pour un sourire. A peine pour un diamant, mais souvent pour la passion.
Discours royal:



♈ LA BELLA FARNESE ♈
Più bella cosa non c'è

Âge : 24 ans
Titre : Princesse Farnèse, Princesse Chimay par mariage
Missives : 1401
Date d'inscription : 03/09/2011


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 13:36

Alvise Di Venezia a écrit:
* court dans les bras de Sofia pour recevoir des caresses comme un bon toutou PTDR *

Brave bête Caliin

Ne t'en fais pas, Sofia te montrera à quel point Francesco est démoniaque ... mais elle le dira tout en douceur Razz

Avec tes deux comptes, tu as Franc' et Sofia, pas les mêmes liens mais ça frôle la schizophrénie moi je dis Razz

______________________

PRINCESSE VENALE ✽
“Dans les contes pour enfants, les princesses donnent des baisers aux crapaud. Dans la vie réelle, les princesses embrassent les princes et ceux-ci se transforment en crapauds.”


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Je m'aime tellement ! Quoique, il est possible que je l'aime elle aussi...
Côté Lit: C'est open bar ! Entrée gratuite pour les libertins
Discours royal:



• DON JUAN •
Revenu des Enfers


Âge : 27 ans
Titre : Nobilis Homo vénitien, Ambassadeur déchu, Banquier de la Main de l'Ombre & bras droit de Victor d'Amboise
Missives : 709
Date d'inscription : 16/01/2011


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 14:18

 

ALVISE, TU ES VALIDÉ !
Roi BIENVENUE DANS LE CLAN CONTARINI Roi

Et de deux Contarini dans la place !!! Twisted Evil ça c'est la classe !

Manque plus que la rousse incendiaire de la famille et nous serons au grand complet !!! feux enfer Comme le dit Jumelle, on avait dévoré le début de ta fiche sans compter le nombre de fois où j'ai actualisé la page quand je te voyais connecté ! Razz Impatient ? Moi ? PTDR Moi même j'ai tout lu d'un trait ! J'adore Alvise et je suis super content de voir un autre point de vue sur les Contarini Very Happy ça change du regard très pervers arrêté de Francesco !!! Alors comme ça on matte mon ex-fiancé ? Evil or Very Mad Pré pubère va ! Francesco est fier de toi ! Cool Enfin évite de la ramener trop souvent au manoir XD (car oui nous vivons sous le même toit mon frère adoré !!!) Quand on peint quelqu'un d'autre que lui, Francesco fait des crises d'angoisse PTDR Barberini est trop flippant, j'adore XD Les Contarini ont l'art de s'entourer de personnes bizarres et/ou flippantes ^^ Enfin bref tout ça pour dire que tu redoubles d'ingéniosité question schizophrénie comme on n'arrête pas de te le dire XD ça va être drôle Twisted Evil Enfin j'espère simplement que Alvise ne va pas manifester de pulsions meurtrières envers 'Cesco (oui faut aussi souligner que j'adore le surnom que tu lui as trouvé ^^ *gratouille Alvise sous le menton* gouzi gouzi gouzi gouziiiii *ZBAF !*) Pas comme Cédric, Sofia, Paris, Raphaëlla, Derek, ... PTDR Bon sinon évite les invitations que certains pourraient te proposer à la taverne ! T'as suffisamment joué au agent immobilier vénitien bourré XD Bon pour conclure : trop heureux que tu es pu céder aussi facilement ** (aucune volonté la gamine pfff y'a plus de jeunesse XD) et je compte sur toi pour perpétuer le prestige (honte ?) de notre famille Roi

Chères adminettes ne m'en voulez pas s'il vous plait ! Embarassed Je suis tellement enthousiaste ! C'est...C'était pour rigoler, vous voyez ?... Je...Je recommencerai pas Bachelor ...Oh ! Non Amy ! affraid La pelle n'est pas nécessaire ! Non ! Non ! Non ! NOOON !!!! PELLE
PTDR


PENSE PAS BÊTE ; ♣ la Famiglia ! On n'oublie pas ses racines ! Non mais !Qui est qui ? Petit topo des personnages sur le forum.Fiches d'ennemis de liensCarnets de ComplotsDemandes de rangs prestigieux et de logements hors de prixProposer un cinglé scénario.Traducteur localBuona bacio a Venezia



______________________


La modestie des orgueilleux est odieuse, insupportable.


Je suis Kuzco:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 14:30

Arf mon côté Derek est entré dans une fureur incontrôlable en voyant qu'il allait devoir cohabiter avec Alvise, il casse tous les meubles autour de lui et s'ennivre (mais pas de problème, lui au moins il tient l'alcool.. PTDR )
Il faut croire qu'entre moi et Cesco et Sofia, c'est une histoire intense XDD Je me fais peur! Mais non je peux même pas être reine des schizo, c'est pas moi qui ait 5 comptes Razz

Vivise fait un peu flipper, il aime bien les restes que lui laisse son frère Rolling Eyes et pour les pulsions meurtrières, je pense qu'un gouzi gouzi gouza suffira à le ramener dans le monde des gentils garçons. Il sera tellement content d'échanger une parole avec son frérot qu' il se sentira en extase PTDR PTDR

Alvise Contarini, agent immobilier d'exception: pour des affaires improbables et à votre avantage, n'hésitez pas à venir apporter des pots de vin à notre cher ami Alcool drunken drunken .

J'aime les liens utiles présentés à la façon Francesco XD Traducteur local et demande de complots, pas mal du tout PTDR

______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il baigne dans la colère et la frustration maternelle mais puisqu'il ne s'est pas laissé abattre, il continue de battre.
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7231
Date d'inscription : 10/09/2006


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 15:06

PTDR PTDR PTDR

Comment t'as peur de moi Franc', c'est dingue le nombre de personnes qui tremblent devant moi ! Dois je m'en sentir flattée ou pas ? Je sais pas Razz

Comment tu viens de piquer notre formulaire de validation toi ! ZE FICHE DEMONIAQUE n'est que pour les adminettes ! Fouet

ça mérite une bonne fessée ... Mais de la part d'une super belle gosse comme moi, je suis sûre que tu vas adorer Franc', avoue ! Razz

Nan mais c'est tellement bon ta validation, que je te pardonne ! Razz

* arrête de flooder sur une fiche de présentation, quoique je suis une déesse je fais ce que je veux * What a Face

Razz

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 16:25

Haan, j'aime ta présentation et ce personnage, il est trop chou (et il est à croquer sur cette signature ^^) ** . Pauvre de lui, une famille comme ça quand même, c'est partir avec pas beaucoup de chance dans la vie (et Barberini, Madre di Dio, il est géant PTDR ).

Bref, re-bienvenue parmi nous, c'est bien d'avoir cédé à la schizophrénie Twisted Evil. Hâte de voir ce que va nous donner Alvise à Versailles Razz

Et Francesco, merci du fou rire PTDR
Revenir en haut Aller en bas



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 16:30

Merci c'est gentil Heuuu I love you
Oui Vivise c'est un mignon petit saint Bernard What a Face et je confirme, il part avec un handicap dans la vie le pauvre choupinou, mais bon on ne choisit pas sa famille PTDR

*devient gâteuse avec ce personnage*


______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Je m'aime tellement ! Quoique, il est possible que je l'aime elle aussi...
Côté Lit: C'est open bar ! Entrée gratuite pour les libertins
Discours royal:



• DON JUAN •
Revenu des Enfers


Âge : 27 ans
Titre : Nobilis Homo vénitien, Ambassadeur déchu, Banquier de la Main de l'Ombre & bras droit de Victor d'Amboise
Missives : 709
Date d'inscription : 16/01/2011


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 17:11

Hey !!! Si t'es pas content de ta famille on va dire toute la vérité sur ta naissance et tu pourras aller bosser aux cuisines du Palais des Doges ! Grr

Non mais oh !!! PTDR

______________________


La modestie des orgueilleux est odieuse, insupportable.


Je suis Kuzco:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: pas encore de problèmes cardiaques, merci de vous en préoccuper
Côté Lit: Surprise, ça bouge!
Discours royal:



En toute modestie
deutsche Qualität

Âge : 26 ans
Titre : Prince-héritier de Saxe, Duc de Saxe-Weissenfels
Missives : 882
Date d'inscription : 07/02/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   22.04.12 22:39

Il faut avouer que le pauvre gars va être le réceptacle de la haine qu'éprouve les gens pour le prince des eaux croupies qu'est Francesco PTDR

En envoyant Alvise travailler dans les cuisines, Francesco perdra son plus fervent admirateur... le dirigeant officiel de son fan club, ce serait dommage quand même What a Face

______________________

Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers  Pervers



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Tant qu'il bat encore, il battra fort pour son italien, le seul.
Côté Lit: Un certain florentin le partage la plupart du temps. D'autres aussi, moins souvent ...
Discours royal:



    CASSE-COU
    1000 vies,
    un corps


Âge : 27 ans
Titre : Prince di Paliano (de la Palissade), membre de la famille Colonna
Missives : 602
Date d'inscription : 18/09/2011


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   23.04.12 13:51

Francesco avec un fan club, on aura tout vu Rolling Eyes

En tout cas, rebienvenue cheers
Quel changement, passer du diable à un chérubin, la famille Contarini est surprenante Razz Et je suis fan du passage avec Barberini, ce con doit vraiment venir sur ATV PTDR

Sinon superbe fiche et tu me verras bientôt dans ta fiche de liens, je réfléchis intensivement Razz

______________________






« Vivre, c'est survivre. »


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Après mon pays et un souverain, vient le visage d'un français un peu trop maniaque.
Côté Lit: Après le passage d'un souverain, je suis devenue bien difficile. N'espérez rien de ce côté!
Discours royal:



    Caledonia you're calling me
    And now I'm going home


Âge : 25 ans
Titre : Baronne de Campbelltown et espionne très personnelle de Charles II
Missives : 334
Date d'inscription : 26/02/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   24.04.12 21:43

Han mais ce petit Alvisounet me plaît What a Face R'bienvenue!!!

J'adore cette fiche courte, chouette, géniale et ce perso si attachant ^^

Manue pourrait te contacter sous peu, we keep in touch Razz

______________________


«


scottish girl:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: J'aime l'idée même de la beauté. Une vraie personne? Euhh.. non. Pas encore.Ah si... j'aime bien les filles fréquentées par mon frère, c'est normal ça?!
Côté Lit: rêves érotiques avec un idéal féminin mais ça reste très abstrait(forcément)
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 20
Titre : Fils du doge de Venise, Capitaine au sein de la Garde Suisse Pontificale et garde du corps de l'Ambassadeur de Rome Michele Barberini
Missives : 257
Date d'inscription : 18/04/2012


MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   24.04.12 22:12

Vivise arrive pour racheter toutes les vilenies faites par 'Cesco Héros (Ferdigi)

Hannn il est tout intimidé Heuuu à l'idée que la grande Emmanuelle de Vaunoy puisse s'intéresser à lui... et il a un peu peur aussi PTDR

______________________




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)   Aujourd'hui à 20:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alvise di Venezia, contarini oui, mais un contarini sain d'esprit sans le grain de folie(terminée)
» Mais oui, on dirait bien un gros minet, non ? [Livre 1 - Terminé]
» Que fais tu dans mon rêve ? [PV Solembum][FINI]
» Je suis heureux quand il pleut [Terminé]
» mais qu'importe ; la route, c'est la vie ~ Jamie Moriarty [terminée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
LA REVERENCE, C'EST LA MOINDRE DES CHOSES
 :: Introductions royales :: Introductions approuvées
-
Sauter vers: