AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime07.04.12 18:32

L’hiver approchait à grands-pas, la neige commençait à abattre son manteau blanc et glacial sur la capitale française et ses environs. Les fumées des chaumières épaississaient le brouillard déjà bien pesant sur Paris, la buée franchissait la barrière des lèvres des passants qui s’empressaient de rejoindre un endroit chaud.
A Versailles, certains courageux osaient mettre le bout du nez dehors mais la grande majorité avait opté pour des après-midi détente au coin du feu dans les salons ou les boudoirs.
La rumeur d’une guerre ronflait doucement dans les couloirs du château royal et, déjà, certains clans se formaient.
Comme à son habitude, Jean-Baptiste évitait soigneusement de se mêler à tout ce remue-ménage qui s’emparait de la Cour à chaque fois qu’un événement marquait le château ou s’apprêtait à le faire.

Aujourd’hui, il avait reçu un billet de l’épouse de son ami Simon de Brabant qui souhaitait le rencontrer. Si nous pouvions appeler cet homme un ami. L’italien avait une légère affection pour lui mais son instinct lui soufflait de se méfier et certains propos du noble semblait ne pas être si innocents qu’ils le semblaient.
Installé dans un de ses salons, une tasse de thé dans les mains et perdu dans ses pensées, Lully mit quelques secondes à se rendre compte qu'André était à côté de lui pour lui annoncer que son invitée était arrivée.
Il se leva, posa sa tasse et alla à sa rencontre pour l'accueillir. Comme à son habitude, d’abord l’étiquette et ensuite le mode grognon.

« -Je vous salue Madame de Brabant, c’est une joie de vous revoir. », souffla-t-il, un sourire forcé sur les lèvres, en s’emparant en douceur de la main de Bianca pour lui faire le baisemain de rigueur.

Si le ton du billet était plutôt suspect et mystérieux, assez pour piquer la curiosité du musicien, il ne fallait pas se jeter dans la gueule du loup comme un agneau. Tout ce qui émanait de la maison des Brabant poussait le florentin à la plus grande prudence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime16.04.12 19:50

Toute recroquevillée dans son carrosse, Bianca attendait avec impatiente l'arrivée à sa destination. Elle était frigorifiée et son épaisse cape n'y changeait rien. Une danoise n'a jamais froid vous dites-vous : faux ! L'hiver n'avait pas encore débuté que déjà elle regrettait de ne pas être née marmotte pour pouvoir hiberner toute la saison durant. Pourquoi n'avait-elle pas attendu jusqu'au printemps, confortablement assise au coin du feu, pour sortir de chez elle... Mais la vile comploteuse qui vivait en elle l'avait obligé à mettre le nez dehors... Quelle enquiquineuse celle-là ! Enfin, elle avait au moins la chance de ne pas avoir à faire le trajet à pied avec ce vent glacial et cinglant qui lui aurait brûlé les pommettes.
La voiture avançait à vive allure et le son des sabots de chevaux qui galopaient rythmait ce court trajet. Bianca leva les yeux vers la vitre et aperçu à quelques centaines de mètres la bâtisse vers laquelle elle se rendait. Elle avait prévenu la veille le compositeur de la cour qu'elle souhaitait s'entretenir ailleurs que sous les regards indiscrets des courtisans avides de nouvelles rumeurs. Quoiqu'ils avaient en ce moment beaucoup à faire avec ces bruits laissant entendre qu'une guerre pourrait bien se préparer. Elle même était quelque peu inquiète à ce sujet, ne sachant pas, en cas de déclaration, quelle pourrait être le parti prit de son pays natal. Et s'il advenait que l'avis danois diverge de celui de son mari, comment pourrait-elle, ou plutôt devrait-elle réagir. Mais laissons là ce sujet de côté pour nous concentrer sur le moment présent. A quoi bon spéculer.
Le carrosse s'arrêta enfin. La porte s'ouvrit et la main d'un serviteur se tendit pour aider la duchesse à descendre, ce qui n'était pas toujours chose aisée lorsque l'on était vêtue d'une robe si inconfortable.
Le souffle froid du vent lui glaçait le visage et lui fit presser le pas pour se rendre à l'intérieur.Elle fut là accueilli par un serviteur à qui elle signifia, après avoir décliné son identité, qu'elle était attendue par le maître des lieux. Elle patienta quelques instants avant qu'on la laisse entrer dans le salon dans lequel Jean-Baptiste Lully l’accueilli , sourire aux lèvres.

-Je vous salue Madame de Brabant, c’est une joie de vous revoir, lui dit-il en prenant sa main comme la convenance le voulait.

- Tout le plaisir est pour moi monsieur, répondit-elle après une furtive révérence, j'espère que ma venue ici n'est pas dérangeante.

Quoique maintenant qu'elle était là, le compositeur devrait faire avec. Et puis le billet qu'elle lui avait fait parvenir avait on dirait retenu un minimum son attention, bien qu'elle soit restée très vague dans ses propos. Bianca s'était contenté de parler d'une affaire duquel il lui faudrait s'entretenir avec lui, rien de bien urgent en soi mais de quoi titiller sa curiosité.
Elle n'avait jusque-là jamais eu l'occasion de partager une vraie conversation avec Lully, se contentant quand elle le voyait d'échanger quelques banalités. Ils se connaissaient vaguement par l'intermédiaire de Simon, sans plus. Mais aujourd'hui, un sujet les concernant plus ou moins directement tous les deux pourrait bien leur donner matière à discuter.

- Vous avez une charmante demeure, ajouta-t-elle après avoir observé la pièce dans laquelle elle se trouvait. Enfin, je ne vais pas m'étendre sur la beauté des lieux. Vous devez sûrement vous demander les raisons de ma venue ici.

Il ne servait en effet à rien de feindre une simple visite de courtoisie alors qu'elle avait fait le déplacement non sans raison. Et si la chose n'était pas une question vitale, elle pouvait se montrer quelque peu divertissante. Du moins du point de vue de Bianca qui ne ratait pas une occasion d’égayer un peu son quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime20.04.12 19:38

- Tout le plaisir est pour moi monsieur, j'espère que ma venue ici n'est pas dérangeante.
- Bien sûr que non, je suis toujours ravi d’accueillir l’épouse d’un de mes amis.

Lully lui adressa son sourire de courtisan : en coin et presque sincère. Il avait toujours le contenu du billet à l’esprit et malheureusement, sa curiosité avait été piquée au vif.
Le compositeur l’invita à le suivre dans le salon dans laquelle le service à thé reposait déjà sur la table basse qui se trouvait entre deux fauteuils dans lesquels les deux compères s’installèrent.
Il était vrai qu’ils n’avaient jamais réellement prit le temps d’avoir une conversation plus profonde que les habituelles banalités.

- Vous avez une charmante demeure. Enfin, je ne vais pas m'étendre sur la beauté des lieux. Vous devez sûrement vous demander les raisons de ma venue ici.
-Je vous remercie, venant d’une dame, les compliments au sujet de la décoration font toujours plaisir à un homme, répondit Lully en servant une tasse à son invitée. Je dois avouer que vous me surprenez à braver les mises en garde qu’on a du vous faire. Je reçois très peu, je ne suis pas friand de toutes ses mondanités… Dites-moi tout, je vous en prie.

Pourquoi tourner autour du pot quand on savait pertinemment que le véritable objet de la venue de Bianca était tout autre que l’envie de commenter son goût en matière d’intérieur.
Avec les bruits qu’une guerre se préparait, le complot visant le trône, l’enlèvement de la favorite… Versailles était moins sûr qu’habituellement malgré les nombreux empoisonnements qui le parcourait.
Tout en l'écoutant, le florentin fixa son regard bleu perçant sur elle, portant la tasse fumante à ses lèvres.


Dernière édition par Jean Baptiste Lully le 18.06.12 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime14.05.12 18:36

Après les salutations d'usage, ils allèrent tous deux s'installer dans un charmant salon où une tasse de thé chaud attendait Bianca. Une fois assise dans un des larges fauteuils, elle ne tarda pas à porter la boisson chaude à ses lèvres. Frigorifiée qu'elle était, il lui semblait avaler un breuvage divin.

- Je dois avouer que vous me surprenez à braver les mises en garde qu’on a du vous faire. Je reçois très peu, je ne suis pas friand de toutes ses mondanités… Dites-moi tout, je vous en prie.

Elle avait en effet entendu dire que le compositeur n'était pas un adepte de tout ce qui touchait aux habitudes de la cour et qu'il n'était pas contre l'agréable tranquillité de son manoir, bien au contraire. En même temps, à être un des artisans principaux de toutes les fêtes les plus réussites de Versailles ne devait pas être de tout repos. Ainsi, pouvoir profiter de la sérénité de sa demeure devait être pour lui un luxe dont il fallait profiter. Et puis Bianca ne connaissait rien à la composition, mais un environnement sain et éloigné de tous bruits, surtout ceux de la cour devait être plus propice à la création artistique. Mais tout de même, un peu de visite et particulièrement celle de la pétillante Bianca ne pouvait pas lui faire de mal. Et puis quand comme lui, une affaire nous concernait relativement directement, il était bon d'être tenu au courant. Soit, en temps normal, elle se moquait bien d'aider ceux qui l'entouraient et était même plutôt du genre à apprécier regarder les gens de qui elle n'était pas proche se débattre dans leurs soucis. Mais il lui arrivait parfois de se sentir l'âme altruiste. Enfin, en quelque sorte.

- Eh bien, je sais que vous vous entendez assez bien avec mon époux et c'est à son sujet que je suis venue vous avertir.
Elle marqua une rapide pose pour avaler une autre gorgée de thé. Puis elle reprit là où elle s'était arrêtée en regardant droit dans les yeux Lully avec un air aussi sérieux qu'elle le pouvait même si elle savait que le sourire lui allait mieux.
- Sans vouloir dicter votre conduite, loin de moi cette idée, je vous conseillerais cependant de garder quelques peu vos distances. Dernièrement je l'ai entendu converser à votre propos avec des mots... assez peu amicaux disons, ajouta-t-elle avec une légère grimace.

Comment le savait-elle ? Et bien mine de rien Simon n'était pas très discret lorsqu'il parlait à ses « amis », ou devait penser que sa femme avait autre chose à faire que de venir l'écouter en cachette. Mais c'était un passe-temps que Bianca appréciait particulièrement. Même si souvent elle ne comprenait pas bien le sens de ses paroles assez mystérieuses, il lui arrivait de repérer quelques passages intéressants dans ses conversations qui étaient susceptibles d'être réutilisés par la suite. Ses motivations dans tout cela... Elle n'en avait pas vraiment si ce n'était embêter un peu plus Simon en lui mettant, par tous les moyens qui lui passaient par la tête, des bâtons dans les roues. Soit dit en passant, elle ne connaissait pas ses projets et s'en moquait assez puisque le principal était que quels qu'ils soient, ils s'en trouvent un tant soit peu compliqués par son intervention. Et puis deuxième argument et pas des moindres : comploter était follement amusant.
Bianca reposa la tasse et regarda le musicien avec un sourire qui quoique léger était sincère.

- Les plus mauvais sont souvent ceux dont les apparences paraissent les meilleurs.

L'art du mensonge et du déguisement, deux domaines de prédilection des courtisans mais dont certains excellait particulièrement. Savoir prendre des airs mielleux pour mieux poignarder dans le dos, c'était là se trouver bourreau et faire preuve de mesquinerie, mais mieux valait prendre les devants avant de devenir la victime. Mais au gré du temps qui passe et des rencontres, il n'est pas dit que les rôles ne puissent s'échanger. Donc autant rester sur ses gardes car à Versailles, on ne savait jamais vraiment à qui on avait à faire et quelles étaient les intentions cachées de chacun. Pourtant, cette dernière chose qui consistait à ne jamais prendre pour acquis nos relations et les rapports de domination que l'on pensait avoir tissé, était bien souvent omise par bon nombre de prétentieux. A se croire supérieur, on en finissait souvent par oublier que tous ceux qu'on avait pu se mettre dos pourraient avoir la bonne idée de se liguer contre nous. Ainsi, les potentiels renversements de situation devenaient d'autant plus amusants et palpitants puisqu'ils s'effectuaient dans l'ombre au moment où ceux qui en feraient peut-être les frais se croyaient protégés.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime18.06.12 16:25

« Eh bien, je sais que vous vous entendez assez bien avec mon époux et c'est à son sujet que je suis venue vous avertir. »
S’entendre bien avec Simon de Brabant était une notion assez vague. C’est pourquoi Lully attendit patiemment que l’épouse de son ami se réchauffe quelque peu avec le thé qui leur avait été servi en avalant un tiers de sa propre tasse. Rester au coin du feu avec ce breuvage était l’un des plaisirs simples dont raffolait l’italien pendant les rigoureux hivers français.

Bianca darda ses yeux sur son hôte qui tourna la tête vers elle, se sentant tout à coup observé, et l’affronta du regard le temps d’un instant. « Sans vouloir dicter votre conduite, loin de moi cette idée, je vous conseillerais cependant de garder quelques peu vos distances. Dernièrement je l'ai entendu converser à votre propos avec des mots... assez peu amicaux disons », l’expression de son visage qui accompagna ses dernières paroles fit tiquer le compositeur qui porta une nouvelle fois sa tasse à ses lèvres pour s’accorder une fraction de seconde de réflexion.
« Et ce sont ses propos qui vous ont poussé à braver le froid pour venir dans la tanière du vieil ours mal léché que je suis. Dites-moi, Madame, pourquoi un tel élan de prévenance à mon égard ? Votre réputation à Versailles ne correspond pas à ce trait de votre personnalité, si je peux me permettre. »
L’épouse Brabant reposa sa tasse avant de regarder le florentin avec un léger sourire aux lèvres. Lully n’avait jamais aimé les sourires. Ils étaient bien trop souvent faux et restaient difficiles à cerner.
« - Les plus mauvais sont souvent ceux dont les apparences paraissent les meilleures. – Cela ne m’explique pas vos motivations Madame.», rétorqua le musicien d’un ton poli mais sans sourire.

Avec le temps, Lully avait appris à se méfier de tout et n’importe quoi pour préserver sa tranquillité. Personne n’osait s’aventurer aux abords de son manoir, sans lui en demander l’autorisation préalable et à grand renfort de refus, plus aucune âme qui vive ne venait en fouler le sol, mis à part quelques privilégiés.
Lorsqu’il avait reçu le billet de Bianca, il avait longuement hésité à accéder à sa demande. Le problème avec elle, c’est qu’elle est l’épouse d’un homme que tout le monde, et lui aussi, voit comme l’un des rares amis du florentin. Il aurait donc été déplacé de refuser qu’elle lui rende visite.
Et puis, bien souvent son instinct lui avait soufflé de prendre garde à Simon. Sous ses airs avenants et amicaux, rien ne disait que se cachait les pires desseins. Si ce que disait Bianca venait à confirmer les doutes qu’il avait au sujet de son mari, plus rien n’empêcherait Jean-Baptiste de totalement devenir asocial.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime16.08.12 14:22

Ses motivations… Il était effectivement dur à croire, lorsqu’on ne les connaissait que publiquement que Simon et Bianca puisse se détester. Cultivant une apparence des plus convenables, arborait une attitude presque irréprochable lorsqu’il y avait foule pour mieux se déchirer en privé. Cette union n’avait au final arrangé aucun des deux partis qui regrettaient chaque jour un peu plus d’avoir sacrifié leur liberté pour quelqu’un qui semblait ne pas le mériter. Mais plutôt que de s’en morfondre à longueur de journées, Bianca avait trouvé un moyen qu’on pourrait considérer d’amusant de passer le temps tout en faisant payer au quotidien la mauvaise idée qu’avait eu son époux en lui passant la bague au doigt. Chercher quelques idées pour lui être désagréable et lui mettre des bâtons dans les roues rythmait ses journées. En somme, quand elle ne dépensait pas son argent, elle cherchait à lui être au combien désagréable sans en avoir l’air. Etre la pire des enquiquineuses en feignant d’être un ange : dur labeur que celui-ci ! Mais il était tellement satisfaisant de voir enrager son mari alors que cette jolie tête blonde jurait de n’y être pour rien. Loin d’elle la volonté d’être une épouse dévouée et soucieuse du bonheur de son mari, Bianca, têtue comme elle était, se complaisait à lui rendre la vie un peu plus pénible. Et quoiqu’il se rendait bien compte qu’elle n’était que rarement innocente, la jeune femme ne relâchait pas ses efforts pour lui faire amèrement regretter son choix d’épouse.
Au final, elle ne savait pas exactement quel était l’intérêt de Simon à prétendre une amitié avec le musicien et à vrai dire cela n’avait pas été nécessaire pour qu’elle file chez le virtuose pour l’informer de la duperie dont il était la cible. Car le plus important serait tout de même l’impact négatif qu’aurait la révélation à Lully sur les petites affaires secrètes de Brabant.
Elle s’arrêta de remuer son thé et leva les yeux vers le florentin à qui elle adressa un léger sourire accompagné d’un haussement d’épaules.

- Disons que mon intérêt est loin d’être là où celui de mon mari se trouve, lui dit-elle d’un air naturel. Croyez-le ou non, savoir que je lui cause du souci est pour moi une motivation nécessaire.

Une fois qu’elle eut dit ces mots, elle avala une nouvelle gorgée du breuvage chaud avant de poser la tasse à moitié vide sur la table qui se trouvait près d’elle. Elle qui était persuadée que les apparences cachaient bien des choses –ceci dis, qui aurait prétendu le contraire à Versailles ?- ne faisait pas exception à la règle.

- Mais si je sais que Simon ne vous porte pas réellement dans son cœur, je dois avouer ignorer la raison qui le pousse à feindre les meilleurs sentiments à votre égard, ajouta-t-elle en posant un index sur son menton et en levant les yeux au ciel de façon pensive. Puis elle lui lança un grand sourire tout évocateur de sa curiosité à ce sujet. Soit, le musicien semblait jusqu’alors faire preuve d’une certaine distance, pour ne pas dire méfiance vis-à-vis de la jeune femme… En réalité, même s’il se montrait poli et prouvait qu’il pouvait être un hôte tout à fait convenable, Bianca ne se sentait que peu à l’aise face à ce compositeur qui semblait plus heureux de converser avec ses partitions qu’avec elle. Enfin, peut-être se trompait-elle. Et quand bien même elle aurait raison de penser que sa visite ne le réjouissait que trop peu, elle n’allait pas battre en retraite pour si peu. Maintenant qu’elle était là et s’était présentée non comme une ennemie mais plutôt contre une alliée contre ce vil chacal qu’était duc, Lully n’allait tout de même pas la renvoyer. Alors autant profiter de ces quelques minutes autour d’une boisson chaude pour se mêler un peu de ce qui finalement la regardait plus ou moins. Car tout de même, leurs intérêts n’étaient peut-être pas si éloignés de ce qu’il pourrait paraître. Bien que la danoise n’était qu’à moitié sûre de la confiance que lui accordait Lully –pour ne pas dire qu’elle se doutait qu’il conserve à l’heure actuelle quelques soupçons à son égard- elle ne se gênait pas pour lui montrer toute l’attention qu’elle portait quant à l’étrange relation qui le liait à Brabant.
Elle regardait à présent son interlocuteur avec des yeux pétillants de malice qui trahissaient son goût pour le complotage et son irrésistible envie de savoir ce que cachait cette bien étrange amitié.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime07.09.12 15:51

- Disons que mon intérêt est loin d’être là où celui de mon mari se trouve. Croyez-le ou non, savoir que je lui cause du souci est pour moi une motivation nécessaire.

Apprendre de façon détournée que l’épouse de Simon ne faisait que seulement feindre son soutien à son mari fit tiquer l’italien. Bien souvent les apparences à Versailles n’étaient que trompeuses et bon nombre de mariages n’étaient qu’arrangés. Pourtant, certains essayait de rendre leur union confortable au possible, de montrer à la Cour que ça allait tant bien que mal mais apparemment le couple Brabant poussait le vice jusqu’à jouer parfaitement la comédie.
Seulement il en faudrait plus à Lully pour accorder sa confiance à Bianca. Plus que quelques mots et quelques phrases censées le caresser dans le sens du poil et l'amadouer.

- Mais si je sais que Simon ne vous porte pas réellement dans son cœur, je dois avouer ignorer la raison qui le pousse à feindre les meilleurs sentiments à votre égard.

- Si c’est le cas, quelque chose me dit que vous vous ferez un plaisir de le découvrir…, répondit Jean-Baptiste aussi méfiant qu’une mauvaise herbe incurable. Votre mari et moi n’avons rien en commun, c’est un fait. Mais vous devez lui accorder une utilité fort pratique : sa position et un goût certain pour la musique.

Le compositeur s’enfonça un peu plus dans son fauteuil, s’octroyant quelques instants de réflexion avant de poser sa tasse et de se lever pour se mettre face au feu grondant dans la cheminée, silencieux et plongé dans ses pensées. L’italien finit par se retourner vers son invitée et la regarda longuement, essayant de deviner ses véritables intentions. Lui demander de lui apporter des preuves de ce qu’elle avançait pouvait être à double-tranchant : soit il s’agissait d’un coup monté, soit elle était réellement honnête et prête à tout pour causer le plus d’ennui possible à son époux.

- Admettons que je crois en vos paroles et en votre désir d’agacer votre mari… Comment être sûr de ce que vous avancez ? S’il espère pouvoir me soutirer des informations au sujet de Sa Majesté, sachez que le Roi ne me dit rien au sujet de ses plans de guerre, je ne suis que le Surintendant de la Musique. Ma présence au conseil n’est qu’exceptionnelle et aléatoire.

Avant de mettre Bianca dans la confidence au sujet de ses propres intentions envers Simon de Brabant, le compositeur devait s’assurer sa loyauté et son honnêteté. Personne ne devait savoir qu’il avait mené son enquête sur ce curieux personnage et qu’il jouait le jeu dans lequel le hollandais s’était lancé.

- La moindre liaison peut s'avérer dangereuse. Qu'importe les paroles, les écrits sont toujours plus coriaces et accusateurs Mme de Brabant.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime03.11.12 13:22

Si tous les florentins étaient aussi froids que lui, elle se trouvait bien heureuse de ne jamais avoir mis les pieds dans la botte italienne. Inspirait-elle la méfiance à ce point ? Sans doute pas. Ce devait être simplement le musicien qui avait un caractère pire que celui d'une vieille douairière et qui voyait le mal partout. Soit, elle exagérait un tantinet, mais ce n'était pas si éloigné de la réalité. Certes, peut-être valait-il mieux se montrer un peu sur ces gardes plutôt que d'accorder sa confiance au premier venu, pourvu qu'il ait l'air sympathique, comme la jeune femme l'avait quelques fois fait par la passé... Mais si elle convenait aisément qu'à Versailles, la prudence devait être de mise au vue de cette capacité impressionnante qu'avaient les courtisans à se faire passer pour ce qu'il n'était pas, elle était un quelque peu vexée d'être mise dans le même panier que toutes ces autres qui peuplaient la cour. Elle était aujourd'hui totalement dénuée de mauvaises intentions, quoi qu'il y ait dans sa venue ici une pointe de recherche d'intérêt personnel, et sa bonne foi n'était pas appréciée à sa juste valeur.

- Admettons que je crois en vos paroles et en votre désir d’agacer votre mari… Comment être sûr de ce que vous avancez ? S’il espère pouvoir me soutirer des informations au sujet de Sa Majesté, sachez que le Roi ne me dit rien au sujet de ses plans de guerre, je ne suis que le Surintendant de la Musique. Ma présence au conseil n’est qu’exceptionnelle et aléatoire.

Elle leva les yeux de sa tasse de thé qu'elle fixait depuis quelques secondes avec une attention toute particulière pour poser son regard azur sur le compositeur.

- On dit l'esprit des femmes compliqué mais celui des hommes ne me semble pas beaucoup plus facile à comprendre. Je viens là vous énoncer des faits qui, quelle que soit l'idée qui les motive, sont irréfutables. Mais malgré ma certitude, je ne peux pas vous forcer à me croire...

Après tout, elle ne pouvait connaître le pourquoi du comment de ce qui poussait l'imbécile qui lui servait de mari à agir de la sorte. Au vu de la tournure que prenait la discussion, elle même ne pouvait que difficilement expliquer par quelle idée saugrenue elle avait fini par venir rendre visite à Lully. Elle aurait au moins appris une chose à son sujet : son talent d'acteur n'avait d'égal que son don pour la musique. En effet, le masque d'amabilité et de belles paroles dont il se paraît quand on le croisait en société était moulé à merveille et lui permettait de cacher ce que Bianca commençait à croire être du mépris pour le genre humain.

- La moindre liaison peut s'avérer dangereuse. Qu'importe les paroles, les écrits sont toujours plus coriaces et accusateurs Mme de Brabant.

- Si vous considérez comme étant une preuve de voir votre nom, couplé à celui d'un oiseau, apparaître dans une des correspondances du duc, il serait dans mes cordes de vous la donner, répondit-elle d'une voix quelque peu sèche.
Elle posa sa tasse à présent vide sur la table qui se trouvait devant elle et lança au compositeur un léger sourire accompagnant sa voix était redevenue douce et posée.
- Mais vous devez savoir tout aussi bien que moi que les écrits peuvent être tout aussi trompeurs et hypocrites que les belles paroles. Et je n'ai guère envie de me déplacer jusqu'à vous si c'est pour que demain, vous me soupçonniez d'avoir falsifié la lettre que je vous tendrai. Car après tout, je ne vais pas perdre mon temps à faire des allers-retours inutiles pour une affaire qui ne m'apporte rien sinon de la satisfaction personnelle. Alors s'il vaut mieux que je reste tranquillement chez moi, dites-le moi maintenant, monsieur.

Si comploter était une activité plus que divertissante, manger des gâteaux au coin du feu en parlant des dernières tendances pouvait être un bon moyen de passer le temps. Bianca avait certes un goût très prononcé pour le premier loisir, mais si celui-ci venait à se montrer plus ennuyant et pesant qu'autre chose, elle pourrait sans problème se rabattre sur le deuxième. C'est pourquoi elle préférait demander directement à l'italien s'il valait la peine qu'elle prenne de son précieux temps pour s'attarder dans ce manoir perdu au milieu de nulle part. Au fond, elle espérait sans doute qu'il lui réponde que son aide serait la bienvenue, mais quand bien même il tiendrait un discours différent, elle s'en remettrait bien qu'elle se sentirait assurément vexée.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Empty
MessageSujet: Re: "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|   "Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant| Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
"Complotera bien qui complotera le dernier!" |feat. Bianca de Brabant|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Entre sorcières, on se supporte bien" Heaven C. Weather feat Selena C. Megara
» ADIEU DE PAUL GERALDY
» Un jeu très bien =D
» Une musique que j'aime bien....
» Un ventre bien garni!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: