AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les rêveries d'un gueux solitaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité





Invité


MessageSujet: Les rêveries d'un gueux solitaire   29.02.12 12:04

En quelques jours, cet écrit acerbe avait fait le tour du tout Paris. Par l'intermédiaire de leurs serviteurs, les nobles parvinrent à le lire.

Citation :
J’ai appris que la favorite du roi avait été enlevée. Vous devez sûrement le savoir aussi. On ne parle que de cela à la Cour. La pauvre, sa nouvelle vie doit être misérable. Au mieux, elle est retenue prisonnière dans un château luxueux. Au pire, elle vit maintenant avec des bandits de grands chemins. Vraiment, quelle tristesse ! L’on ne verra plus ses robes magnifiques trainer sur le sol et ramasser la poussière. Heureusement, les prétendantes au titre de favorite royale essaient de donner le sourire au roi. On perd une favorite et on en gagne…Pendant ce temps, qui se soucie de vous, du peuple ? Personne. La vie de la maîtresse est bien sûr beaucoup plus importante. Que les mères de famille volent du pain pour nourrir leurs enfants : on n’y pense même pas. A la potence, les gueux ! A la galère, les voleurs ! Vous, misérables insectes, peste de la noblesse, laissez les nobles vivre sur leur nuage doré ! Si vous étiez véritablement pieux, vous vous tueriez pour rendre l’air plus respirable ! Laissez ces donneurs de leçons trahir leurs préceptes religieux, et mourrez de faim, c’est votre devoir !

Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Les rêveries d'un gueux solitaire   16.06.12 22:20

    Peu de temps après l'anniversaire du roi, c'est Jean Racine qui fit les frais de la plume acerbe d'un Grégoire plus ironique que jamais. Ces phrases rappelleront-elles à l'auteur d'Andromaque d'où il vient ?

    Citation :
    Jean Racine, poète parmi les poètes, dramaturge parmi les dramaturges ! Homme du peuple parmi…les nobles ! Mais oui, Jean Racine serait un…vaurien ! Oh ne vous méprenez pas : il faut reconnaitre que l’homme en question a du talent. Mais il met ce talent au service d’une cour versatile. Racine veut faire pleurer les pauvres courtisanes en manque d’affection. Mais son talent va-t-il être longtemps apprécié du roi ? J’ai entendu dire que lors de l’anniversaire de notre cher roi bien-aimé, une comédienne avait eu une parole malheureuse. Une réplique malheureuse, pour être précis. Jean Racine aurait, ni plus ni moins, accusé la reine d’adultère ! Oh bien sûr, sa tragédie mettait en scène des héros mythologiques, mais avouez qu’il en a du culot, le dramaturge ! Espérons qu’il ne soit pas trop sévèrement puni, il lui serait difficile de revenir parmi les siens…Trop content de fréquenter des ducs et des comtes, il ne pourrait plus se mélanger à votre puanteur, mes amis ! Prions donc pour ce cher Jean. Prions pour qu’il ne connaisse pas de nouveau la misère. J’espère de tout cœur qu’il saura se faire pardonner du roi et qu’il pourra encore s’amuser avec ses nouveaux amis de la noblesse. Souhaitons bonheur et gloire à notre ami ! Et retournons à notre misère…
    Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Les rêveries d'un gueux solitaire   22.07.12 18:47

    Citation :
    Il parait que les pieds du roi ont mauvais goût. C’est Jean Racine qui me l’a dit. Il fallait bien qu’il trouve un moyen de garder la faveur de notre bon Louis ! La solution ? Lécher les pieds royaux. Avouez que l’idée n’est pas mauvaise. Après une journée de dur labeur, le roi peut être sûr de trouver son chien favori. Ce chien léchera ses pieds et ira chercher le bâton lancé par son maître, remuant la queue et la langue pendante. Louis sera distrait par ce chien qui lui fait oublier ses problèmes. Puis, revenant à la réalité et devant accomplir ses devoirs, il renverra le chien d’un coup de pied au derrière. « Laisse-moi maintenant, tu m’as assez distrait pour la journée ». Quelle dure vie ont les chiens ! Quelle dure vie a le dramaturge ! Obligé d’user de sa plume comme le chien avec le bâton. Jean Racine doit sans cesse ramener son art à son maître. Il doit lui rendre des comptes et ne jamais le décevoir. Et au moindre faux pas, s’il ne rapporte pas le bâton comme il le doit, la disgrâce lui tombe dessus. Il faudrait mieux pour Jean que Louis ne le fasse pas déguerpir en lui donnant un coup de pied au cul. Mais tant que Jean Racine prendra soin des pieds royaux, ses fesses ne craindront rien. Quel homme intelligent, ce Jean !
    Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Invité





Invité


MessageSujet: Re: Les rêveries d'un gueux solitaire   06.07.15 17:35

De nouveaux chants circulaient dans Paris et s'attaquaient au déplacement de la Cour à Chambord. Il est habituel que la Cour se déplace dans d'autres châteaux, mais il est aussi habituel que le peuple se moque des nobles. On raconte que Grégoire Malaure aurait écrit les paroles avant de les chanter dans des tavernes.

Citation :

C'est à Chambord qu'on perd, qu'on perd,
C'est à Chambord, qu'on perd le plus d'or.

C'est à Chambord qu'on trinque, qu'on trinque,
C'est à Chambord, qu'on trinque le plus fort.

C'est à Chambord, qu'on oublie, qu'on oublie,
C'est à Chambord, qu'on oublie tous ses torts.

Le roi a décidé la guerre. Il a gagné. Le peuple a faim. Le peuple a crié. Le roi part à Chambord. Où il oublie tous ses torts. Et ses morts.

Quand la Cour n'est pas là, nous autres pouilleux dansons. Alors dansez les amis ! La fête à Paris commence !

C'est pas à Chambord qu'on chante le plus fort !

Anonyme
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: Les rêveries d'un gueux solitaire   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rêveries d'un gueux solitaire
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rêveries diurnes
» Pensée solitaire sur le toit... [Libre]
» Rêverie solitaire
» On ne change pas un loup solitaire...[Lorelai & Linfa]
» Givre Absolu [Solitaire]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
PRENEZ VOS PLUMES, IL Y A TANT À RACONTER
 :: Bruits de couloirs
-
Sauter vers: