AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena} Empty
MessageSujet: Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena}   Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena} Icon_minitime01.04.11 18:16

Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena} Clara10 Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena} Milena28
« L'habit ne fait pas le moine !
Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! »



« N'oublie jamais que la femme est le plus diabolique instrument de torture jamais inventé ...
Elle peut nous mettre au désespoir, elle peut nous détruire ...
La vengeance reste son art le plus poussé
Pour un couteau reçu dans le dos, elle t'en plantera dix dans le coeur !
Pire que cela n'existe pas, si ce n'est bien sûr l'alliance de deux femmes ! »


Certes l’endroit n’était pas indiqué pour évoquer quelques plans diaboliques que la belle espagnole ruminait depuis des mois, mais en revanche il restait parfait pour le rendez vous qu’elle avait donné à Clara de Andalucia. Sur le chemin de la chapelle, Milena se laissa envahir par ses souvenirs, lointains souvenirs puisqu’ils remontaient à plus de douze ans. La nouvelle duchesse d’Andalousie venait alors de faire son entrée à la cour d’Espagne. Elle comptait dix sept printemps, était aussi fraîche qu’un bouton de rose au milieu de ces duègnes vêtues de noir jusqu’au col. Si tous ne pouvaient que louer la beauté de la jeune fille, ils l’enviaient surtout et certaines langues de vipères n’attendaient qu’un faux pas de celle qu’ils appelaient : la portugaise, afin de la ridiculiser. Les tensions ancestrales entre les deux royaumes voisins, n’aidaient en aucun cas à son intégration. Mademoiselle de Cortès, de deux années plus jeune mais née dans le cocon bien particulier de ce monde doré, avait entrepris de lui enseigner le protocole si lourd que Charles Quint avait mis en place …

- A la cour, recevoir des fleurs peut être considéré comme une grave faute, une dame ne doit accepter aucun bouquet, pas même de son époux.

Milena concevait depuis toujours l’absurdité de ce genre de règles bien trop archaïques, mais comment lutter pour en adopter d’autres ? Elle n’était qu’une femme et par conséquent n’avait que des devoirs, le seul droit qu’on lui laissait était celui de se taire et de se plier à ce que les hommes avaient décidé. Certes, elle avait également celui d’hériter de la fortune de son père à sa mort, mais parce qu’aucun héritier mâle n’était né pour la lui enlever et une fois mariée, toute sa richesse serait entre les mains de son époux. Malgré la révolte qui parfois lui faisait bouillir le sang, la belle espagnole ne devait pas insuffler à sa protégée des idées révolutionnaires, mais lui inculquer ces codes aussi vieux soient-ils.

La langue espagnole aussi était un enseignement obligatoire, bien sûr la demoiselle avait eu un précepteur pour lui apprendre quelques bases, mais son niveau était encore faible à son arrivée. Milena polyglotte avait remédié à ça par des leçons quotidiennes. Lorsque la princesse n’était pas auprès de Maria Teresa, elle se trouvait donc en compagnie de Clara, sa nouvelle amie et à présent qu’elle repensait à nouveau à la traîtrise de la reine, sans doute sa seule vraie amie.

Aurait-elle le courage de lui mentir à elle aussi ? Qu’avait pensé son élève lorsque son faux décès avait été annoncé par le Roi, son parrain à la cour entière ? Sans doute, en avait-elle été peinée puisqu’une relation forte s’était tissée entre elles. Trois ans de rapprochement et d’apprentissage, de fous rires parfois et de consolation, lorsque Clara craquait face au poids du protocole. Cela n’avait pas dû la laisser de glace … Il était fort rare que la princesse de Cortès regrette le geste d’avoir dissimulé sa survie, ce fut le cas lorsqu’elle pénétra dans l’immensité de la chapelle royale. Néanmoins, elle chassa très vite ce remords … Elle n’avait pas eu le choix à ce moment là, elle n’avait pensé qu’à se protéger légitimement. Mais aujourd’hui que faire ? Lui avouer la vérité ? La lui cacher comme à tant d’autres ? Elle soupira et s’agenouilla sur un des prie – Dieu, cherchant une réponse en fixant le Jésus crucifié face à elle. Comment trouverait-elle la force de mentir à une amie de longue date, tandis qu’elle se trouvait dans une église et donc un lieu sacré ? Comment interpréter encore cette Eugenia de Cortès inventée de toute pièce, alors que l'un des dix commandements était : Tu ne mentiras point ! Sa résolution fut prise, elle lui dirait tout !

Cette décision tombait à pic, puisque la lourde porte s’ouvrit à cet instant précis faisant place à une trentenaire brune de toute beauté, malgré les ans Milena reconnut instantanément son amie. Elle sourit tandis que Clara s'avançait lentement vers elle. Lorsqu’elle parvint à sa hauteur, la princesse se redressa pour lui faire dignement face.

- Je vous remercie, madame la Duchesse d’avoir bien voulu accepter ce rendez-vous, malgré vos occupations quotidiennes. Si vous le permettez, allons nous asseoir sur l’un de ses sièges des tribunes latérales, nous y serons plus à l’aise pour parler.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Les deux jeunes femmes contournèrent l’allée principale et cherchèrent des places à l’abri des visiteurs et croyants potentiels. Personne ne devait entendre ce qu’elles avaient à se dire. Une fois assise, Milena fixa intensément son interlocutrice sachant qu’elle devait tout lui dire sans plus attendre, mais comment ? Un rire bref tant cette situation la gênait résonna dans l’église. Clara la dévisageait complètement incrédule. Elle devait parler avant que cette dernière ne s’enfuie après l’avoir traitée de démente.

- Auriez vous oublié ma chère Clara que l’on ne se présente guère dans un lieu saint, les bras dévêtus ? Où est donc votre mantille ? J’entends d’ici les croque morts de l’Alhambra pousser des hauts cris en vous voyant ainsi !

Elle n’avait pas réfléchi, sa réplique était sortie sans le moindre contrôle. Milena faisait référence à une de leurs leçons qui avait donné lieu à quelques fous rires. Ce jour là, une duègne que toutes les deux appelaient croque morts par rapport à leurs habits noirs, s’était mise à pousser des cris hystériques en apercevant une Clara sans gants. Il s’agissait d’un épisode qu’elles n’étaient que deux à connaître et qu’elles évoquaient assez souvent jusqu’à ce que le drame ait lieu. La princesse espérait que cela ferait mouche tout en appréhendant la réaction de son amie …
Revenir en haut Aller en bas
 
Le lieu ne fait pas les bonnes intentions ! {Clara & Milena}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azazel, l'enfer est pavé de bonnes intentions
» Swan, "l'enfer est pavé de bonnes intentions"
» L'Enfer est pavé de bonnes intentions // Tom
» Le roi a fait battre tambour
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: