AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Courriers anonymes et nouvelles provinciales

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Amy of Leeds

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Mère enfin apaisée et femme comblée mais pour combien de temps encore ?
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7252
Date d'inscription : 10/09/2006


Courriers anonymes et nouvelles provinciales  Empty
MessageSujet: Courriers anonymes et nouvelles provinciales    Courriers anonymes et nouvelles provinciales  Icon_minitime08.02.11 12:54

La personne qu’on venait de lui annoncer et qui patientait dans son boudoir, était justement celle avec qui elle désirait s’entretenir depuis des mois. Quelle chance que la jeune femme se présente, à l’avant-veille de son départ pour la Guyenne.

- Mais faites entrer !

Amy légèrement affalée sur un fauteuil, la main sur son ventre et en proie à quelques migraines matinales, se redressa promptement pour faire bon accueil à son invitée. Elle arma son éventail et afficha un sourire des plus jouissifs. Il faut bien dire ce qui est, celle qui lui arrivait, restait à la province, ce que Monsieur était à Versailles, autrement dit son alter ego en termes de ragôts et de secrets de Polichinelle. Versailles est certes le centre de la France, mais parfois ce qui se passe en coulisses, dans la France même, peut avoir son intérêt. Amy jouait très souvent ses mises là-dessus. La favorite avait su se faire une précieuse alliée en la personne de cette courtisane, toute gagnée à sa cause. Sans doute sa position auprès du Roi, en était-elle la raison première … Mais qu’importe ! Une alliée tenue par les faveurs est aussi fiable qu’une amie de coeur, tant que l’on ne chute pas, et pour l’heure sa disgrâce n’était pas au programme. Louis l’aimait davantage chaque jour.

Soudain, son valet bousculé fit place à une véritable tornade. La visiteuse lança au malheureux domestique, manteau de fourrure et gants, qui s’en alla piteusement sans avoir pu introduire la dame.

-Ma chère Duchesse, quelle joie de vous revoir ! Toujours aussi belle et radieuse !

- Mais c’est un plaisir réciproque marquise de Sombreuil, je vous en prie, prenez place !

L’invitée ne se le fit pas proposer deux fois et rapprocha simultanément un siège. Les conciliabules pouvaient officiellement commencer. Ce fut la favorite qui n’y tenant plus, lui posa une question essentielle.

- Avez-vous pu remettre à Monsieur de Montespan la lettre que je vous avais confiée ?

- Bien entendu, ma chère. Si vous aviez pu voir son courroux en apprenant les infidélités de sa femme ! Je suis certaine que ses gens en tremblent encore, ainsi que les murs de son château !

- Vraiment ? Cela s’est passé mieux que je ne l’espérais, cet homme est donc profondément jaloux de sa chère et tendre épouse. Voilà une carte maîtresse dans mon jeu.

- En effet Duchesse, quel atout formidable ! Je pense à présent qu’il va la surveiller étroitement ! Il compte également plus que jamais sur votre anonyme et dévouée main pour lui apporter quelques nouvelles à ce sujet, si vous saviez comme il vous bénit … Malheureuse Athénaïs, ayant deux enfants de son époux elle ne pourra jamais obtenir l’annulation de son mariage. Elle est liée à lui à jamais et apparemment le mari ne voit pas d’un très bon œil ses frasques. Deviendrait-elle la maîtresse d’un Condé qu’il créerait un scandale sans précédent, soyez en sûre. Il n’est pas homme à s’arrêter aux rangs et aux titres de ceux qui le cocufient.

- Pauvre Condé ! Je pense sincèrement qu’il est mieux loti avec ses œillets qu’il ne le sera jamais avec cette vipère ! Laissons le à ses fleurs !

Les deux complices éclatèrent d’un rire moqueur, et la visiteuse regarda autour d’elle pour s’assurer qu’un domestique ne se trouvait pas dans la pièce, occupé à quelques besognes. Rassurée, elle se pencha sur l’oreille d’Amy.

- Je reviens de Canilhac où je suis depuis fort longtemps une amie du baron, j’y ai appris certaines nouvelles très intéressantes qui pourraient vous être fort utiles ...

La marquise de Sombreuil désira mettre une note de suspense dans son discours, en gardant quelques secondes le silence.

- Ne me faites point languir ma chère. Vous voyez bien que je me meurs de curiosité.

Satisfaite de son petit effet et de l’attention de la comtesse of Leeds, celle-ci mit fin à sa torture morale.

- On prépare des noces au château, des noces grandioses. Je n’ai pas pu sonder le baron le premier soir, mais grâce à mon habileté j’ai pu découvrir l’identité du fiancé de sa fille.

- Qui est-ce ? Je vous en prie, dites le moi !

- Le chevalier de Lorraine.

Amy ne put résister à l’envie de pouffer à nouveau de rire. Elle imaginait la réaction de Monsieur, l’amant de Philippe de Lorraine.

- Pauvre Monsieur ! Lui qui n’a plus eu l’occasion d’entrer dans le lit de son chevalier depuis quatre ans, voilà qu’il va être supplanté dans ses draps, par une femme. C’est une perspective à lui arrêter le cœur. Louis a dû commander à la manufacture de nouveaux vases, lorsque son frère a dû connaître ce projet de mariage.

- Mais justement, il n’en sait absolument rien. Tout l'intérêt est là. Vous pensez bien que l’affaire est tenue secrète par les deux pères et les deux fiancés. Le duc d'Orléans s’intéresse tant aux rumeurs de Versailles, qu’il oublie ce qui se passe derrière ses grilles.

L’œil de la favorite s’illumina tout à coup ! Voilà une occasion en or pour parvenir à ses fins avec Monsieur. Un sourire sadique et un tantinet diabolique s’afficha sur ses lèvres. Elle devait loger précisément à Orléans, lors de son périple. La halte s’annonçait déjà haute en couleurs ! Elle aurait voulu déjà y être !

- Je vous remercie de ces excellentes nouvelles, ma chère Adélaïde ! Vous n’imaginez pas à quel point, elles vont égayer ma journée. Surtout ne dites cela à nul autre que moi ! J'ai quelques ... projets en vue. D'ailleurs tout cela m'ouvre l'appétit, une tasse de chocolat chaud avec quelques biscuits vous conviennent-ils ?

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Courriers anonymes et nouvelles provinciales
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Des nouvelles de Fuveau !
» Les nouvelles armes légendaires...
» Des nouvelles d'Aristide
» Nouvelles intrigues [PV Natalee]
» Prends des nouvelles de sa maman ( Luna )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS TOPICS
-
Sauter vers: