AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Mystères et révélations [Sébastien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


Sophie Atlan

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 24 ans
Titre : Au service d'Amy Of Leeds
Missives : 182
Date d'inscription : 17/02/2008


Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime01.02.11 14:23

Un timide soleil encore hivernal venait de pointer le bout de son nez à l'horizon, éclairant le majestueux château de Versailles qui brillait alors de milles feux !

Comme s'est beau ! ne pu s'empêcher de s'exclamer Sophie au pied de l'escalier de marbre menant aux portes d'entrée du palais.

En quatre ans, la jeune femme n'avait pu oublier la beauté des lieux. Les immenses jardins fleuris même au cœur de la saison froide, les fontaines sculptées qui semblaient si vivantes, les toits d'ardoise reflétant la lumière du jour... Tout autour d'elle dans ce cadre enchanteresque reflétaient l'élégance et l'harmonie.

* C'est seulement en affamant le peuple que l'on parvient à bâtir de telles merveilles ! *

Son estomac se retourna à cette pensée. Pas une seconde, la jeune femme ne perdait de vue ces idéaux. Cela faisait d'elle une demoiselle à l'esprit critique sur-developpé par rapport aux autres suivantes de la cours... et également une demoiselle à la langue bien trop pendue, il faut le reconnaître !

A peine arrivée aux portes d'entrée du château que le vieux dilemme qui l'essayait auparavant la rattrapa à la vitesse d'un destrier au galop. La jeune femme ne supportait pas cet étalage de richesse, pas plus que cette arrogance qui suintait des pierres ! Elle avait presque honte d'être revenue ici...C'était comme si elle trahissait ses opinions ! Comment pouvait-on critiquer ouvertement la noblesse et le gouvernement alors que c'est eux-mêmes qui vous nourrissent et vous font vivre ? La crédibilité de la jeune femme en prenait un sacré coup !

* Pourquoi ai-je accepté l'offre de la comtesse de Leeds moi déjà ? *

Immobile face aux immenses portes closes sa valise à la main, Sophie inspira un grand coup pour s'éclaircir les idées.
Hier encore, elle n'était rien de plus que l'assistante d'une petite bourgeoise méchante et imbue de sa personne dans un village de campagne. Puis une dame de la cour, et pas n'importe laquelle la favorite du roi en personne, s'était pointée à la boutique de coiffure et lui avait annoncé qu'un homme la protégeait depuis des années. Elle n'avait pas vraiment eu le choix finalement... Si elle voulait des réponses elle devait la suivre !
Et voilà qu'aujourd'hui notre charmante demoiselle était devenue la suivante d'Amy of Leeds, obtenant par la même occasion le gite et le couvert dans le plus beau château d'Europe.

Mais dans le fond, il y avait une autre affaire restée non classée qui rappelait également Sophie au château... Malgré toute sa volonté, Sophie n'était pas parvenue à élucidée le mystère qui la hantait depuis des années. Son père est mort renversé par le carrosse d'une marquise et l'adolescente revancharde qu'elle était devenue suite à cet événement tragique avait juré de retrouver la responsable de l'accident et de la faire payer. Son seul indice était le blason peint sur la portière du véhicule qui était gravé dans sa mémoire. Sophie était plus que déterminée à trouver l'identité de cette inconnue !

Cela faisait deux bonnes raisons de passer quelques temps à la cours non ? Il y en avait une dernière qui ne pesait pas tant que ça dans al décision de Sophie mais qui n'était pas non plus négligeable. C'est à la cours que se trouvent les meilleurs amis de la demoiselle ainsi que l'homme dont elle était éprise. Il ne faut pas oublier également ses ennemis mais cela était loin d'être un aspect négatif, ça promettait de saupoudrer la vie au château d'un peu d'action, de rebondissements et de beaucoup de piquant !

* Bon, je vais pas restée éternellement ici! Quand faut y aller, faut y aller ! *

Avec une nouvelle détermination Sophie empoigna sa valise et poussa les portes avec conviction. Elle se sentait de nouveau chez elle !

Après avoir apparenter les escalier, couloirs et corridors, la jeune femme arriva enfin aux appartements de la comtesse et rencontra une servante qui lui indiqua la petite chambre qui lui était été attribuée provisoirement. Elle appris qu'Amy lui avait accordé sa journée pour prendre ses repères et s'installer. C'était une délicate attention de sa part et Sophie ne se le fit pas dire deux fois. Elle savait déjà exactement ce qu'elle allait faire !

Courant presque dans les couloirs et bousculant quelques domestiques par mégardes, Sophie se rendit à la bibliothèque du château où elle retrouvait souvent auparavant avec son ami Sébastien de Monfort. Peut-être serait-il là ou milieu des miliers d'ouvrages de qualité ...

______________________

Mystères et révélations [Sébastien] Alhybk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


avatar



Invité


Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Re: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime09.03.11 23:15

Dans la bibliothèque du Château, un silence religieux régnait. Baignée par la lumière éclatante du soleil se levant à peine, la pièce n'en était que plus somptueuse. Parmi les nombreux rayonnages, Sébastien était plongé dans ses recherches. Voilà des mois qu'il cherchait le mystérieux auteur de la missive qu'il avait trouvé un an auparavant. Cette personne ne pouvait être qu'à la cour, le jeune Comte en était convaincu ! Et pourtant...rien. Pas la moindre piste, le plus infime des indices à part ces quelques mots : "...tuer le Roi...".
C'était l'unique raison de sa venue à Versailles. Par cette découverte, il avait ouvert les portes d'un espoir : celui de son père, d'un avenir plus radieux pour sa noble et très ancienne famille. Son fidèle ami d'enfance, le mousquetaire Jérôme de Coigny, lui avait conseillé d'abandonné et pourtant Sébastien n'en démordait point. Sa conscience exigeait une réponse !
Il était d'une curiosité maladive, rongeant ses jours et ses nuits, ses questionnements ne s'apaisaient jamais. Le peu d'alliés qu'il trouvait à la cour ne l'avançait pas plus.

Peut être devrait-il rentrer à Montfort voir son père qui était souffrant ? Le vieil homme ne le souhaitait pas comme il le lui avait fait entendre dans de nombreuses lettres dernièrement. Que faire ? C'est alors que l'envie d'abandonner apparaissait à son esprit. Il était beaucoup trop seul et se sentait terriblement faible, voilà la vérité. Il détestait cela ! Même ses amants d'un soir n'y pouvaient rien. Sa famille était trop éloignée et il avait besoin qu'on l'écoute. Pas comme un courtisan parlant de choses et d'autres sans importances, c'était d'un véritable ami dont il avait besoin. Quelqu'un à qui il puisse se confier sans faux semblant, sans politiquement correct, qui ne le ménagerait pas... Il n'y a que son amie Sophie qui lui vint à l'esprit. Voilà longtemps qu'il ne l'avait point vue. Il prit soudain conscience qu'il ne lui avait jamais écrit. Quelle sottise de ma part, se dit-il. Trop préoccupé par ses affaires, il n'avait pas même pensé à son amie. Il imaginait déjà Sophie assise près de lui, lui riant au nez, le taquinant sans prendre de gants sur son titre "si important de Comte de Quelque Chose". Il ria à cette pensée avant de se rappeler qu'il n'était peut être pas seul en ces lieux et il se contenu en jetant un regard circulaire autour de lui. Dieu merci : Il était seul.

Contemplant toutes ses notes, ses recherches, la lettre tachée de sang, les ratures, les schémas sur les nombreux parchemins éparpillés sur la table de travail, il trouva sa situation absurde. Peut être se donnait-il tant de mal pour rien ? Il prit sa tête entre ses deux mains, il en avait un mal de crâne terrible. Son esprit passait son temps à jongler avec un nombre incalculable d'idées, de possibilités, de probabilités et autres explications plausibles toutes plus tordues les unes que les autres ! Était-il donc fou ? Aussi loin qu'il s'en souvienne, il avait toujours été ainsi. S'arrêtant sur une multitude de détails et toujours trouver une explication. Il était devenu très fort aux jeux d'esprits et autres devinettes. Les indices lui parlaient toujours et pourtant ces quelques mots sur le parchemin ensanglanté restaient muets. Peut-être que Jérôme avait raison ? Était-t-il trop téméraire ? C'est sur cette pensée qu'il s'arrêta. Déçut mais décidé, il se leva, réunit toutes ses recherches et s'approcha de la cheminée à quelques mètres de lui. Il contempla le paquet de notes entres ses bras, hésitant une dernière fois. Alors qu'il allait jeter le tout au feu, une main se posa alors sur son bras, l'arrêtant dans son élan. Lorsqu'il posa ses yeux sur la personne en question, un grand sourire et des yeux pétillants éclairèrent sa vision.

-Sophie ! S'exclama le jeune homme, réjoui. Quelle surprise ! Je..Depuis quand ?...Ça fait tellement longtemps et je ne vous ai même pas écrit ! Pardonnez-moi ! Quel bon vent vous amène donc à Versailles ? Excusez ma bien mauvaise mine, cela fait des semaines que je ne dors pas !

Les paroles de Sébastien étaient d'un enthousiasme qu'il n'avait pas connut depuis un bout de temps. Revoir son amie ne pouvait que le rendre plus heureux.
Revenir en haut Aller en bas


Sophie Atlan

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 24 ans
Titre : Au service d'Amy Of Leeds
Missives : 182
Date d'inscription : 17/02/2008


Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Re: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime08.04.11 11:36

Sans un bruit, Sophie ouvrit la porte de la bibliothèque qui grinça légèrement. Ce lieu lui avait bien manqué pendant ces quatre années ! Une des passions de la jeune fille était de dévorer livre sur livre pendant des heures, sans jamais être rassasiée. Les mots avaient une beauté qui leur était propre. Savoir les manier était un art qu'elle appréciait au plus haut point. Au milieu des étagères surchargées d'œuvres inestimables, Sophie avait enfin le sentiment de se retrouver à sa place.

La jeune femme attrapa un ouvrage au hasard et commença à le feuilleter. Il s'agissait du Discours de la servitude volontaire d'Etienne de La Boétie. Bien qu'elle l'ai déjà lu une bonne dizaine de fois, Sophie le garda à la main, cela lui ferait une lecture fort agréable pour les soirées à venir. Puis la demoiselle se mit à faire le tour de la pièce à la recherche de son ami Sébastien.

C'est face à la cheminée avec toute une pile de documents qu'il semblait s'apprêter à bruler qu'elle le trouva. Sophie s'approcha d'un pas vif vers Sébastien, un sourire joyeux aux lèvres. La distance n'avait pas émoussé l'affection qu'elle lui portait. Le comte de Montfort était en quelque sorte pour elle le grand frère qu'elle n'avait pas eu la chance d'avoir. Il l'amusait, l'écoutait et la conseillait lorsqu'elle en avait besoin, en particulier lorsqu'il était question d'histoires de cœur où à la jeune femme était toujours à des kilomètres de la réalité. Entre eux, il n'y avait pas de sujets tabou et il était plaisant de pouvoir parler de tout e n'importe quoi avec quelqu'un.

* C'est fou à quel point cela peut vous manquer d'avoir un ami avec qui papoter ! *

Sophie réalisa combien elle s'était sentie seule pendant tout ce temps qu'elle avait passé loin de Versailles. L'amitié était un bien précieux que l'on se devait de préserver. Il vous apporte tant et vous coute si peu ! Elle se rendit compte alors qu'elle aurait du garder contact avec le jeune homme. Sophie n'avait pas osé lui écrire, pensant qu'il serait bien trop occupé par sa place à la cours et ses responsabilités pour porter intérêt à ce qu'elle pouvait bien lui raconter. Cela était une erreur de sa part.

Elle s'approcha de Sébastien, mais celui si ne sembla pas la remarquer tant il paraissait préoccupé, les yeux perdus vers les flemmes de la cheminée. Sophie posa alors sa main sur son bras pour lui signaler sa présence. Ce geste lui était venu le plus naturellement du monde bien qu'il était à des années lumières de respecter le code de l'étiquette qui semblait avoir valeur de loi ici à Versailles. Un noble et une domestique n'avaient en aucun cas à se montrer aussi intimes dans un lieu public ! Si quelqu'un les avaient vus, cela aurait fait scandale et aurait probablement était la source de ragots donc tous étaient si friands.

-Sophie ! Quelle surprise ! Je..Depuis quand ?...Ça fait tellement longtemps et je ne vous ai même pas écrit ! Pardonnez-moi ! Quel bon vent vous amène donc à Versailles ? Excusez ma bien mauvaise mine, cela fait des semaines que je ne dors pas !

Un éclat de rire chaleureux répondit à un tel accueil. La joie de Sophie de retrouver son ami était partagée, ce qui fit énormément plaisir à la jeune femme. Pendant qu'elle était loin de Versailles, le comte aurait pu oublier cette fille de cuisine avec qui il discutait à l'occasion, il devait rencontrer tellement de monde qu'il ne pouvait se souvenir de tous. Et l'esprit à toujours tendance à gommer les souvenirs des personnes qui sont loin.

Calmez-vous mon ami, je ne sais à quelle question vous répondre tant vous en énoncez ! ne pu s'empêcher de le taquiner Sophie. Moi aussi je suis ravie de vous revoir ! J'ai l'impression que cela fait une éternité que nous ne nous sommes pas vus ! Je viens tout juste d'arriver au château, je suis au service de Madame la comtesse de Leeds.

Ne pouvant manquer l'air sérieux que Sébastien avait pris lorsqu'il parla de son manque de sommeil, Sophie compris que quelque chose d'important se produisait. La curiosité était un trait de caractère non négligeable de la jeune femme, mais elle savait bien la contrôler. Ce n'est pas pour cela qu'elle repris la parole mais plutôt parce qu'elle avait le sentiment que Sébastien avait besoin de parler.

Mais racontez moi donc, quelle est donc l'intrigue qui vous préoccupe au point de vous faire perdre de sommeil ? Est ce que cela à un rapport avec tous ces papiers que vous étiez sur le point de bruler ?

______________________

Mystères et révélations [Sébastien] Alhybk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


avatar



Invité


Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Re: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime12.07.11 23:49

    Devant le sourire de son amie, les sommeils manqués étaient comme de lointains souvenirs ! Retrouvant l'enthousiasme typique de son tempérament d'optimiste, le Comte posa prestement sa paperasse sur une console avant d'inviter Sophie a s'asseoir sur un ottoman bleu, dos à une grande fenêtre donnant sur le parc encore calme et désert de tout courtisans ou jardiniers. Sébastien faisait parti de ce que l'on pouvait appeler les faux-calmes. Posé en apparence, lorsqu'on le connaissait d'avantage, on savait qu'il était un nerveux dont l'esprit ne dormait jamais ! Tapotant nerveusement ses doigts sur sa cuisse comme une marche militaire, le jeune Seigneur de Lesparre cherchait ses mots, la pensée de nouveau en ébullition, repassant au cribles toutes les pistes quitte à se perdre en chemin. C'est un regard appuyé de Sophie, à la fois amusée et intriguée de ce qu'allait lui conter son ami, qui ramena Sébastien a leur conversation. D'un rire embarrassé, les yeux écarquillés, il se décida enfin à parler :

    "Ma petite Sophie ! Tant de choses...Tant de choses à vous raconter ! S'exclama-t-il. Comme vous avez pu le constater par ma paperasse...j'ai repris les recherches qui m'avaient amené en ces lieux, il y a de cela quelques temps. La vie de cour m'avait quelque peu fait oublier mon but, avoua le Comte. Mais, je me m'y suis enfin replongé ! J'ai fouillé, remué en tout sens et pourtant, vous allez rire mon amie,..RIEN !"

    Se trouvant bien imbécile de révéler la récompense de tant de recherches vaines, il eut un rire nerveux, se moquant de lui-même. Qu'il était idiot ! Que croyait-il en voulant faire ces recherches ? Sauver son Roi ? Il était si peu de choses ! Devant la dégringolade de son enthousiasme il soupira de lassitude.

    "Pardonnez ma terrible humeur, dit Sébastien à la jeune femme. Versailles me fait tourner en bourrique, sourit-il en se triturant nerveusement ses mains blanches. Vous pouvez rire, mon amie : le petit Comte qui ne se fait pas à la vie versaillaise, quel comble !

    Il y avait tant de choses à part se fichu complot dans l'esprit du Comte de Montfort ! Les hauts et les bas incessants de sa relation avec son amant Lully, le père qui l'admirait tant avec un pied dans la tombe...Sébastien avait bien du mal à s'y retrouver ! Racontant tout cela à son amie de toujours depuis son arrivée, plus le temps s'écoulait et plus le Comte se sentait léger, rassuré et en paix. Alors qu'il terminait ses confidences, vide et pourtant tellement apaisé, il parvint véritablement à ressentir l'air remplir ses poumons. En se remémorant ces derniers jours, tout avait été si sombre et triste !..

    Alors que tout défilait dans son esprit comme on feuillète rapidement les pages d'un livre déjà lu, un passage attira son attention...Un soir où la Duchesse de Longueville avait entamée une conversation fort amicale avec lui...Comme cela devint étrange pour Sébastien. Depuis quand une femme telle que la Duchesse portait attention à lui ? Bien sûr il était un protégé de Monsieur mais ce détail ne pouvait suffire, il restait encore la ruine de sa famille. Une femme d'un rang comme celui de Gabrielle de Longueville ne penchait certainement pas son doux minois sur un être aussi "misérable" que le Comte de Montfort ! Son esprit mélancolique l'avait sournoisement masqué à son sens inné du détail ! Il est vrai que l'écriture sur la lettre avait la douceur et l'élégance de la féminité...Une piste ! Les orages de l'esprit du jeune homme étaient bels et biens passés, constata celui-ci...Voilà qui était mieux ! Plus souriant et calme, reprenant les apparences de sa bonne éducation d'aristocrate, l'enquêteur versaillais posa un regard pétillant sur sa révolutionnaire d'amie.

    "Et vous, ma chère Sophie ? Après ce monologue fort égocentrique et terriblement misérabiliste : racontez-moi donc ! Qu'ai-je manqué tout ce temps ? Qu'avez-vous fais ? Où êtes vous allé ? Je veux tout savoir !
    S'exclama le jeune homme avec une mine toujours plus réjouie par ses retrouvailles inattendues et cette piste sur les traces de Gabrielle de Longueville...

    De nouveau pleins de joie, il se leva en sautillant comme un enfant dans le rayonnage devant les yeux un peu stupéfaits de son amie. Il devenait plus excentrique qu'à son arrivée depuis son domaine de Bretagne...Le fait de côtoyer Monsieur devait y être pour quelque chose...assurément.
Revenir en haut Aller en bas


Sophie Atlan

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur:
Côté Lit:
Discours royal:



Tout pour la Galerie

Âge : 24 ans
Titre : Au service d'Amy Of Leeds
Missives : 182
Date d'inscription : 17/02/2008


Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Re: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime18.07.11 12:52

Sophie écouta d'une oreille attentive son ami lui confier ses préoccupations du moment. Cela lui fit chaud au cœur de constater que malgré le temps, leur amitié n'avait pas changée d'un iota. Il semblait avoir toujours la même confiance en elle et elle se fiait entièrement à lui. Avec les manières si incompréhensibles et inconstantes des nobles de Versailles, Sophie s'était attendue à tout. Il aurait pu l'ignorer totalement que cela ne l'aurait pas tant surprise que ça... mais en revanche elle aurait été profondément déçue, chacun y voyant son propre intérêt avant tout. Se retrouver face à une domestique qui se permettait autant de familiarités que Sophie pouvait apporter bien des ennuis. Les rumeurs courraient bien vite … et leurs conséquences n'étaient que bien rarement de bonne augure.

Devant la mine déconfite du comte lorsqu'il évoquait ses recherches infructueuses, Sophie ne vit absolument pas de quoi rire. Bien au contraire !
Elle connaissait ce sentiment d'impuissance et de frustration que font naitre des efforts vains. Dans un premier temps, on refuse l'échec : « je ne veux pas croire que la piste est stérile »... ensuite la colère vous gagne : « cela n'est pas juste que mes recherches n'avancent pas »… puis suit le désespoir : « de toute façons je n'aurais jamais de réponses, peut être ferais-je mieux de renoncer ? » ... et la peur arrive : « je vais vivre dans le regret de ne pas savoir pour le restant de mes jours » … accompagnée de la culpabilité : « c'est de ma faute si je n'arrive pas à trouver de réponses »... enfin l'on parvient à l'acceptation et alors, on est prêt pour tout recommencer, tout mettre à plat et faire place nette pour avancer par la suite.

Sophie connaissait parfaitement chacune de toutes ces étapes pour les avoir vécues l'une après l'autre. Avant de partir de Versailles, elle avait commencé une petite enquête. Lorsqu'elle était encore une enfant, son père a été renversé sous ses yeux par le carrosse d'une noble de la cours. Le blason de cette famille était a jamais gravé dans sa mémoire... Un jour, elle trouverait la responsable de ce tragique accident et lui ferait payer toutes ses années de malheur qu'elle avait du vivre ! Mais il n'était évidement pas le bon moment pour évoquer tous ces vieux souvenir. Pour l'instant, ce qu'elle devait faire, c'était remonter le moral de son ami. Et pour cela Sophie était plutôt douée. Toujours à voir le positif, rien n'entamait jamais sa bonne humeur.

C'est une bonne chose que d'avoir reprises ces recherches Sébastien. Cependant, j'imagine qu'il va falloir vous armer de patience pour trouver des réponses. Les réponses finiront par venir d'elles-mêmes, il fait juste espérer que cela ne soit pas trop tard. Si vous avez besoin d'aide, sachez que je me ferais un plaisir de me joindre à vos mystères mon ami.

Depuis le temps où Sophie avait fréquenté les murs de Versailles, elle avait eu le temps d'apprendre que pour ne pas avoir de problèmes, le mieux était de ne pas mettre son nez dans les affaires de la noblesse. Tous à s'envier les uns les autres pour une charge, à se disputer pour un titre, à se quereller pour un héritage... l'attention, le pouvoir, l'argent… tout ce qui n'était que des broutilles à ses yeux. Mais le soucis, c'est que Sophie était incorrigible... et que bien souvent, elle méprisait ce que lui dictait avec justesse sa raison pour agir selon son cœur.

La proposition qu'elle venait de faire au comte de Montfort était d'une honnêteté sans la moindre parcelle d'ombre. Pas une once de curiosité ou d'indiscrétion ne l'habitait. En soit, elle se fichait totalement de ce que pouvait bien contenir les papiers juste devant elle. Elle voulait simplement rendre service à son ami pour qui des réponses semblaient nécessaires. Cela la toucher de constater que Sébastien ne se portait pas pour le mieux à cause des intrigues du château. Si elle pouvait être du moindre secours pour lui, elle n'hésiterait pas une seconde. N'est ce pas à cela que l'on reconnait une belle amitié ?

A sa grande surprise, Sébastien s'excusa de sa mauvaise humeur et de ses tracas. Qu'y avait-il a pardonner ? Sophie savait bien que la thymie était bien difficile à régulée et ne dépendait malheureusement pas de la raison. Les joies et les peines ne faisaient que se succéder à une vitesse hallucinante dans la vie. Comment ne pas perdre pieds par moment ? Son ami était un être humain, avec malheureusement des faiblesses mais aussi des forces. C'est pour cela qu'elle lui faisait pleinement confiance pour remonter la pente qu'il avait suivie. Puis Sophie devait bien le reconnaître, il n'était pas le seul à ne pas se faire à la vie à Versailles !

Mais il n'y a rien à pardonner mon cher comte ! répondit Sophie, son habituel petit sourire moqueur aux lèvres. Je n'ai pas la moindre envie de rire de vous mon ami pour la bonne raison que je suis dans une situation identique. Tant de luxe... Tant de faste... alors que Paris meurt de faim ! La vie à Versailles sera toujours un supplice pour moi, elle est au strict opposé de tous mes principes.

Sophie ne comprendrait jamais comment des hommes et des femmes acceptaient de mener une vie avec tant de privilèges … seulement grâce au hasard ! La naissance n'est rien d'autre à ses yeux qu'une grande loterie. Si vous étiez chanceux, peut être auriez-vous une famille aisée ou noble, autrement vous vous retrouverait l'enfant d'une mandante ou d'une putain des quartiers malfamés. Pourquoi était-elle la fille d'une ouvrière quelconque et non d'une duchesse ? Certains affirment que Dieu à ses raisons pour que ces choses se fasses ainsi... Cependant Sophie avait bien vite perdu le peu de foi qu'elle avait dans l'enfance. Voir tous ces nobles profiter de cette vie d'aisance et d'oisiveté la mettait hors d'elle lorsqu'elle repensait à la dure vie ses amis d'enfances menaient aujourd'hui.

D'ailleurs, la jeune femme elle même se sentait privilégiée par le statut de lectrice que lui avait offert la comtesse de Leeds. Elle s'en voulait d'avoir eu la faiblesse d'accepter … la vérité l'avait appâtée, mais à quel prix ? Elle avait le sentiment tenace de trahir les valeurs si chères à son cœur que son père lui avait enseignées. Par moment cela lui déchirait l'âme au point qu'elle se retrouvait à deux doigts de prendre ses valises qu'elle n'avait pas même encore pris le temps de défaire et de repartir de là d'où elle venait.

Alors qu'elle était en train de se perdre dans ses pensées, Sébastien reprit la parole :
"Et vous, ma chère Sophie ? Après ce monologue fort égocentrique et terriblement misérabiliste : racontez-moi donc ! Qu'ai-je manqué tout ce temps ? Qu'avez-vous fais ? Où êtes vous allée ? Je veux tout savoir !"

Oh, ce qu'elle avait fait pendant les quatre dernières années… elle pouvait le lui résumer en bien peu de mots ! Sa vie à Melun n'était été que monotonie d'un terne sans nom. Comme elle aurait préférer retourner à Paris auprès de ses amis, de ses gens dont elle se sentait proche ! Mais le travail se faisait rare là bas malheureusement … Un sourire lasse étira les lèvres de Sophie puis elle commença son court récit.

J'avais trouvé un emploi de femme de ménage chez une commerçante à Melun ... Une sale bourgeoise avare au possible et fort désagréable, vous ne pouvez imaginer ! Je passais mes journées à passer le balais, laver des vitres et faire de la vaisselles … Autant vous dire que cela était d'un ennuis terrible ! Je suis restée là-bas pendant tout ce temps à me morfondre. Puis un beau jour, la comtesse de Leeds est arrivée à la boutique …

Sophie hésita un instant d'en dire plus. Les oreilles indiscrètes étaient partout au château. Elle ne voulait pas que ce qu'elle allait raconter à son ami ne soit ébruité tant qu'elle n'en avait pas appris davantage. Mieux valait savoir où on mettait les pieds avant d'avancer tête baisée. Elle jeta rapidement un regard à droite et à gauche afin de constater que personne n'était entré dans la pièce. Non, ils étaient bien seuls. La demoiselle s'autorisa donc à conter la suite de ses péripéties.

Elle m'a dis qu'un homme à Versailles était chargé de me protéger ! Moi, une simple domestique ! chuchota la jeune femme . Avez-vous eu vent d'une telle histoire ? Je ne sais que croire ici ! Cette fable semble si grossière mais la comtesse parait y croire...

Le désarroi de Sophie était palpable à travers dans son discours. A peine arrivée au château qu'elle se retrouvait entourée de mystères dont elle ne comprenait pas même l'origine. De plus le peu de réponses qui lui parvenaient ne faisaient autre que de nourrir de nouvelles interrogations.
Devait-elle croire cette femme qu'elle connaissait à peine ? Dotée de la capacité de prendre un certain recule même au cœur des évènements les plus troublants, Sophie était consciente qu'elle ne pouvait se permettre de tout miser sur ce que daignait bien lui lancer comme informations la comtesse. Cela serait d'une absurdité sans précédent.
Mais pourquoi son « protecteur » se cachait-il de la sorte ? Sophie n'était qu'une simple servante ! Personne ne faisait attention à elle à la cours. Elle était partie depuis quatre années et elle était certaine qu'aucun noble n'avait remarqué son départ... pas plus que son retour d'ailleurs. Le fait qu'un homme la protège passerait complétement inaperçu ici. Au pire, quelques langues pendues pourrait aller jusqu'à dire que la petite brunette lui plaisait bien mais cela n'irait pas plus loin.
Alors pourquoi la laisse-t-il ainsi dans l'ignorance ?
Tant de questions qui ne faisaient que se succéder dans l'esprit de Sophie...
Elle avait grandement besoin d'aide ! … et de quelqu'un à qui parler de tout ça. Heureusement que son ami était prêt à l'écouter.

______________________

Mystères et révélations [Sébastien] Alhybk
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








Mystères et révélations [Sébastien] Empty
MessageSujet: Re: Mystères et révélations [Sébastien]   Mystères et révélations [Sébastien] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Mystères et révélations [Sébastien]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues
» SANBLE KELLY BASTIEN MOURI
» Bastien de Louhans
» Bastien de Limoux - Fleuret et mousquet
» Enfer et révélations {Tenzouzouille}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: