AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Étienne de Montebourg | Un évêque amoureux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Étienne de Montebourg | Un évêque amoureux Empty
MessageSujet: Étienne de Montebourg | Un évêque amoureux   Étienne de Montebourg | Un évêque amoureux Icon_minitime07.03.10 3:52

Nom et Prénom: Étienne (Léandre-Anatole) de Montebourg

Âgé : 20 ans, né le 22 juillet 1646.

Hiérarchie Sociale : Noble et homme d'Église.

Titre : Était comte de Montivilliers, mais a abandonné son titre à son frère pour entrer en religion, il est donc évêque de Clermont.

Lien : Angélique-Rose d'Amboise (lien décrit ci-dessous)
Milena de Cortès, qui intercède auprès de Rome pour le faire venir à Versailles.

Caractère : Personnalité romantique avant l'heure, Étienne est quelqu'un d'assez sombre, mais avec ses heures de pâleur. Souvent dans un état près de la dépression, il rit quelques fois, avec ironie et sarcasme. Intelligent, cultivé, vif d'esprit, il est un homme tout à fait digne d'être un évêque, avec son autorité et sa bonté. Sérieux, il passe de longues heures à rédiger un traité de théologie en latin. Inspiré des Saintes Écritures, il est profondément croyant, tout en étant pratiquement obsédé par les démons et les autres personnages de l'enfer. S'il est ainsi, c'est que la vie l'a durement éprouvé malgré son jeune âge. Étienne est un romanesque. S'il était né cent ans plus tard, il aurait été un Saint-Just, s'il était né 1 680 ans plus tôt, il aurait été Brutus. Ayant un penchant facile vers le laudanum, Étienne aurait eu la classe et le chic d'un dandy. Il en a aussi l'arrogance et la hauteur. Légèrement capricieux, sachant exactement ce qu'il désire, il a une conversation directe, mais avec grâce. Tout en étant une forte tête, il est tout de même obéissant. Par contre, ce qui le torture est la perte de sa chère Angélique-Rose. Ambitieux, il veut toutefois la reprendre et fuir l'emprise démentielle qu'a l'Église sur eux deux, malgré la gêne constante qu'il a à son égard.

Histoire : Deuxième fils d'une fratrie de trois, Étienne naît dans la famille de Montebourg, de la Haute-Normandie. Par contre, sa famille n'est point riche et ne bénéficie que de très peu d'avantages sociaux. Entre son frère aîné Bernard, hautain futur châtelain, et son cadet, Mathieu, Étienne hérite de la place d'un deuxième né. Son père, Henri de Montebourg, réussit à lui obtenir une bourse pour entrer à l'École militaire de Paris. C'est à cet endroit qu'il fait la connaissance de Charles-Jules d'Amboise, qui devient vite son meilleur ami. Il devient bientôt impossible de séparer les deux garçons, raison pour laquelle les Montebourg envoient leur fils passer chaque été à Clos-Lucé. Avec son meilleur ami et le cousin de ce dernier, le jeune Limeray, ils font les quatre cents coups, prenant plaisir à torturer les sœurs de ses amis. Par contre, si Étienne riait bien lorsqu'il poussait Louise de Limeray dans la boue, il ne s'en prenait jamais à la sœur de Charles-Jules, Angélique-Rose. Il était toujours timide devant la fillette. Les années passèrent... Il tomba de plus en plus irrévocablement amoureux d'Angélique-Rose. Il passait l'été à ses côtés, la laissant lui faire la morale, lui lire les Saintes-Écritures. Car, là, était le problème, la jeune femme dont son cœur s'était épris se destinait aux ordres, vouant une foi sans borne à Dieu. Elle ne lui avait jamais témoigné la moindre attention, si ce n'est pour le sermonner avec un doux sourire. À dix-huit, Étienne sentit que son amour était vain, que jamais il ne pourrait en guérir, comme il ne pourrait jamais en jouir. Un jour l'idée de mourir lui passa par la tête. Ce ne devait pas être si pénible après tout. Il devait mettre ce plan en exécution avant qu'il ne la revoie, sinon il perdrait toute sa volonté. Prenant son cheval, il s'enfonça dans les bois. Fiévreux, ayant perdu toute rationalité, il se lança de l'animal, se blessant sévèrement à la jambe et resta dans la neige de décembre pendant près de douze heures avant que son grand frère ne le retrouve. Les médecins lui firent des saignées, recommandèrent divers remèdes et des promenades. Mais rien n'y faisait. Étienne, suite à son suicide manqué, décida de se laisser mourir, de ne rien manger, de ne pas se réchauffer. Il voulait quitter la vie par toutes les façons possibles. Même les cris de Charles-Jules n'y faisaient rien. Pourtant, sa mère eut l'idée malheureuse de faire venir Angélique-Rose à son chevet. Avec tendresse, elle réussit à lui donner quelque envie de retrouver la vie. Après tout, il était certain qu'il n'y avait pas d'ange aussi beau qu'elle au paradis. Mais avec sa jambe, il lui était dorénavant impossible de servir dans l'armée. La place revint donc à son frère Mathieu, alors que son père lui dénicha une prestigieuse place en tant qu'évêque. Soit glorieuse tâche, mais loin de ce qu'un jeune homme de 20 ans désire...

«Mon cher Étienne,
voilà maintenant quatre mois que vous êtes enfermé dans ce palais épiscopal. Voilà également quatre mois que je n'ai plus aucune nouvelle de vous. Est-ce que vous me détestez? Je ne cesse de me reprocher ma conduite lors de notre dernière rencontre, mais je ne peux la regretter. C'est probablement ce qui me permet de vivre, car sans avoir touché vos lèvres, je me serais desséchée. Je sais que pareils mots vous étonnent de moi, mais je ne peux me résoudre à oublier ce moment. Vous savez les sentiments que je vous portais et que je vous porte toujours. Pourtant, vous vous obstinez au silence le plus profond alors que je suis dépendante de vos écrits. C'est pourquoi j'ai décidé de prendre les devants, au nom de ce qui nous unit. Je ne peux permettre qu'on nous sépare sans rien tenter. Raison pour laquelle j'ai demandé de l'aide d'une précieuse amie, la princesse Milena de Cortès. Elle est intervenue auprès du cardinal Borromeo afin de vous faire venir à Versailles le plus rapidement possible. Vous savez bien que l'attente de ces jours qui me rapprocheront de vous m'est pénible, mais si cette souffrance me permet enfin de vous revoir, qu'elle soit!

Je sais pertinemment ce que vous pensez. Je sais que vous ne me reconnaissez pas derrière cette amante en mal de son galant, mais sachez que si Versailles change les gens, l'attente et la souffrance également. Je vous en prie, obéissez au cardinal et venez vers moi. Le devoir d'un homme d'Église est de soulager la peine des pauvres gens. Étienne, venez soulager mon âme. Je vous en supplie, si toutefois vous m'aimez toujours.
Votre Rose»

Autres : Il lui reste de son suicide manqué une santé fragile, une toux permanente, une facilité à la tuberculose et une jambe boitant légèrement, lui donnant une démarche excentrique. Je reste à votre disposition pour de plus amples renseignements. ^^
Avatar : Le choix est plutôt large Smile Voici quelques idées:
Spoiler:
 
Vous pouvez en proposer si vous en connaissez qui peuvent être dans le même style que ceux-là, mais je me réserve un droit de veto Smile
Revenir en haut Aller en bas
 
Étienne de Montebourg | Un évêque amoureux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La faune haïtienne compte-t-elle des singes? You bet...
» A quand l'arrestation de Lucifer en personne?
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» Victoire Repugnante de la classe politique traditionnelle
» Haïti: Vers la démystification de l'antioccidentalisme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS TOPICS
-
Sauter vers: