AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Empty
MessageSujet: Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]   Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Icon_minitime19.02.10 16:54

Gabrielle de Vendôme
______ft. (Misha Barton)


► Âge : 20 ans
► Titre(s) (ou profession) : Duchesse de Vendôme
► Origines : De nationalité Française mais possède également des origines Italiennes de part sa mère Laure Mancini
► Situation Maritale : Célibataire


« Il était une fois ... »

Qu'est ce que la vie ? Est ce une suite d'évènement dont l'ordre et l'issue ne dépendent pas de nous bien que les conséquences elles, nous affectent directement ? Est ce un livre dont les pages se tourneront inexorablement sans que l'on ne puisse jamais rien y faire ? Sans que nos choix, nos décisions ou simplement l'amour que l'on porte, que l'on donne n'affecte la vitesse de lecture de cet ouvrage ? Certaines personnes voient la vie ainsi, une suite d'évènement prévus, écrit à l'avance dont les conséquences n'incombent à personne. Est ce pour eux une façon de se décharger ? De déculpabiliser face à leur impuissance ? Peut être mais j'ai tout de même beaucoup de mal à voir la vie ainsi. Je pense au contraire que notre existence dépend de nos choix, de notre volonté. Et c'est ainsi que la belle Gabrielle la voit également...

Ma vie pour la tienne...

La vie avait sourit aux parents de la jeune femme et leur avait réservée l'un des plus beaux cadeaux. Leur deux familles étant voisines, Laure et Louis se connaissaient depuis le berceau et les couches culottes. Leurs corps avaient grandit ensemble et leur coeur s'étaient forgés à l'unissons... Du partage intégral qui régnait entre ces deux là était nés un amour dont personne n'avait connaissance et que rien ne pourrait affecter ils en étaient certains. Laure était une belle jeune femme de 14 ans lorsque sa mère, Geronima Mazzarini, lui annonça son mariage prochain avec un jeune homme de qualité. La réaction de la jeune Laure fut digne de son rang, elle accepta cette union sans rechigner, de toute façon elle n'avait pas le choix. Comme on peut l'imaginer la première réaction de la jeune fille fût de courir rejoindre son amour, son véritable amour pour lui conter tout cela. C'est ainsi qu'elle apprit que Louis aussi allait se marier sous peu, leurs deux mariages étant prévus pour l'année suivante. Jusqu'au dernier moment les deux jeunes gens ne surent rien de leur futur conjoint, ce n'est que le jour même de leur mariage qu'ils se rendirent compte qu'on allait les unir l'un à l'autre. Le mariage fût d'autant plus beau que les mariés s'aimaient. La vie leur avait fait un cadeau, ils en étaient conscient. A cette époque là peu de mariages étaient célébrés au nom de l'amour véritable. Malgrès cela, Laure eu beaucoup de mal à tomber enceinte. Il fallut trois ans au couple pour enfin atteindre son but, trois ans durant lesquelles Laure traversa des déserts de doute, d'angoisses et de culpabilité. Son amour pour Louis était intacte mais leur couple survivrai t-il à sa stérilité ? Louis l'aimerait-il encore s'il advenait qu'elle ne pourrait jamais lui donner d'héritier mâle ? Tous ces doutes s'évanouirent lorsque leur premier enfant naquit en 1654, un petit garçon au doux nom de Louis Joseph de Vendôme. L'accouchement fut un moment long et douloureux pour la jeune femme, un évènement dont elle mit longtemps à se remettre totalement malgrès la joie qui était en elle d'avoir enfin pu mettre un enfant au monde. Un bonheur n'arrivant jamais seul, la jeune femme appris peut de temps après qu'elle allait de nouveau donner la vie. Laure savait d'avance que cette grossesse ne serait pas plus simple que la précédente, mais qu'importe elle allait de nouveau pouvoir se donner entière à quelqu'un. Une fois de plus elle avait la possibilité d'offrir à l'amour de sa vie une partie d'elle, quelque chose qui lui resterait si jamais elle ne survivait pas à cette seconde naissance. Peut être n'aurait-elle pas du mais cette pensée n'avait de cesse de traverser l'esprit de la jeune femme. Quelle chose à la foi triste et tellement poétique de mourir en donnant la vie... Effectivement l'accouchement fut dure, bien plus dure que ce qu'elle avait imaginé, les douleures l'envahirent et ne la quittèrent plus pendant plus d'un an.
Condamnée à rester alitée, la jeune femme passa l'année à coudre, broder et lire. Elle parfis son éducation en s'imprégnant encore un peu plus de la culture de son pays d'origine, l'Italie, pays qu'elle aimait mais qu'elle n'avait jamais pu visiter. Bien des fois les médecins prédirent le pire au sujet de la jeune femme, tous la voyait morte dans les mois suivants et pourtant, pourtant Laure tint bon pour ses fils, son mari mais aussi pour le troisième enfant qu'elle désirait avoir. Peut être était ce du suicide mais elle voulait absolument avoir un dernier enfant, avoir une petite fille était la seule chose qui manquait à sa vie. Elle voulait une fille aux cheveux blond comme les blés, à la peau claire et laiteuse, elle voulait mettre au monde une petite princesse... Son souhait fut exhaussé en 1656 lorsqu'elle appris qu'elle était une fois de plus enceinte. Laure savait qu'elle ne survivrait pas à ce troisième accouchement mais cela lui était égal, la vie de cet enfant était bien plus importante que la sienne. Contre toute attente, les 9 mois de cette grossesses furent les plus faciles et les plus agréables de tous. C'était une fille elle en était persuadée ! Cet enfant lui avait redonné la santé, maintenant libre de ses mouvements Laure s'adonnait à ce qu'elle aimait faire. Ainsi la jeune femme passait des heures à marcher pieds nus dans les champs de blés, effleurant de sa mains les épis, s'allongeant, regardant le ciel et se laissant son imagination s'envoler vers des contrés lointaines.... A imaginer ce que pouvait être la vie à cour Italienne, à donner vie à tout ce luxe qu'elle savait existant. Plus que n'importe qui, elle aimait cette enfant qu'elle portait. Le moment tant redouté arriva vite mais elle n'avait pas peur, l'idée de mourir pour cette petite fille lui était devenue familière, presque habituelle. Contrairement aux deux premiers, cet accouchement ne fut pas douloureux pour la jeune femme, tout ce passa très vite.

- C'est une fille Madame !

Elle en était persuadée et pourtant Laure ne put retenir ses larmes lorsque l'on posa Gabrielle sur sa poitrine, qu'elle vit sa peau blanche et le fin duvet blond qui recouvrait sa tête. Louis vint très vite rejoindre sa femme, prévenue par la nourrice du saignement abondant ne voulant pas s'arrêter et qui allait sans nul doute causer la perte de l'heureuse maman. D'un pas lent et mesuré il avança jusqu'à sa femme, s'agenouilla à côté d'elle, elle était resplendissante, en larme mais resplendissante. Jamais elle n'avait été aussi belle, rien ne laissait à penser qu'elle allait perdre la vie. Doucement sa main se porta sur son visage, en caressant les traits comme pour les graver à jamais dans sa mémoire. Des larmes perlaient au coin de ses yeux lorsque Laure leva les yeux vers lui, elle posa sa main sur sa joue, y déposa un baiser et, après avoir reposé sa tête sur l'oreiller, murmura à sa fille

- Ma vie pour la tienne...

Avant de s'éteindre à jamais...

Ta différence ma fille ...

Louis mit beaucoup de temps à retrouver pied suite à la mort de sa bien aimée. Une partie de lui c'était envolée avec elle, il n'était et ne serait à jamais plus qu'à moitié lui même, qu'à moitié vivant. Jours après jour il n'avait de cesse de se demander pourquoi, pourquoi lui ? Qu'avait-il pu bien faire pour qu'on lui enlève ainsi sa douce ? Petit à petit il commença à tenir à sa fille responsable, sans elle, sans sa venue au monde rien de tout cela ne serait arrivé ! Elle ne serait pas là mais Laure si... Il se jura de ne jamais aimer cette enfant, de ne jamais la prendre dans ses bras ou de la couvrir de baisers. Elle serait seule par sa faute comme lui l'était par la sienne ! Heureusement pour la toute jeune Gabrielle, ces " bonnes " résolutions ne firent pas le poids face à sa bouille d'ange. Plus la jeune demoiselle grandissait plus elle prenait les traits de sa mère. Tout en elle respirait Laure, tout jusqu'à l'odeur de sa peau... Le jeune père ne résista donc pas bien longtemps. Il se rendit compte que personne n'était responsable de la mort de sa femme qui avait désiré cette enfant plus que sa propre vie. Comment pourrait-il donc la détester alors qu'il avait en face de lui son amour en miniature. C'est ainsi que, sans oublier ses deux premiers enfants, Gabrielle devint le centre de sa vie. A présent il ne vivrait, ne mangerait et ne dormirait que pour elle. Il se promit de lui offrir tout ce qu'elle était en droit d'avoir pour réussir dans la vie, de l'instruction, du savoir vivre, de l'esprit, de la discution mais aussi de la douceur, de la grâce, du raffinement, de la bonté, de la générosité et de l'altruisme. Il en ferait une petite princesse parce que c'est ce qu'elle méritait.
C'est donc dans un cadre emplit d'amour que grandit la jeune fille. Le père et la fille ne se séparaient que très rarement, ensemble ils passaient des heures allongés dans les champs de blés à regarder le ciel et à chercher des formes familières parmi les nuages, ils galopaient jusqu'à l'épuisement juste pour le plaisir de sentir le vent leur fouetter le visage. Les rares que Gabrielle ne passait pas avec son père elle aimait les passer enfermé dans chambre ou bien les pieds dans l'eau de l'étang non loin de chez elle. Ce n'est que dans ces moments là que la jeune fille se sentait différente. Elle ne savait pourquoi mais elle se sentait étrangement proche de ce Roi qui la fascinait, c'est comme si un lien invisible avait été tissé entre eux, un lien dont personne ne connaitrait l'existence et dont ils serait les seuls à sentir la force. Vous l'avez donc compris, Gabrielle était fascinée par le Roi, son château, sa vie, sa cours enfin bref parce tout ce qui avait un rapport plus ou moins direct avec la monarchie actuellement en place. Son rêve était d'ailleurs d'aller vivre à Versailles, de s'installer parmi les courtisanes du Roi, de porter de belles robes et de beaux bijoux qui mettraient en valeur sa peau laiteuse et ses cheveux couleur des blés. Quelques années plus tard le père de la jeune fille prit la décision de rejoindre l'église, laissant ainsi ses enfants aux bon soins de leur tante Marie - Anne Mancini, qui n'était pas plus âgée qu'elle. Bien qu'elle ne comprit pas le choix de son père, Gabrielle l'accepta de bon coeur, " Il veut sans doute se rapprocher de maman !, pensé t-elle. Peut importe le lieux où il se trouvait du moment qu'elle pouvait toujours venir lui parler et le prendre dans ses bras. Malheureusement pour la jeune femme, quelques semaines après son rapprochement avec l'église Louis devint mourant. Le pauvre homme lutta durant des jours, la douleur était insoutenable mais pas autant que celle qu'il éprouvait à l'idée de laisser sa fille seule face au monde dont elle ignorait encore tout. Sentant la mort venir, il prit la main de Gabrielle qui était resté à son chevet depuis le début de sa maladie, lui intima de pencher son oreille vers lui et, dans un dernier souffle lui murmura

- Ta différence ma fille, ce sont des yeux... Vous n'êtes que deux dans le royaume à posséder une telle couleur. Toi et sa Majesté...

Avant de s'éteindre...

Voyage à destination d'un rêve

Ces aveux furent une sorte de déclencheur dans la vie notre héroïne, une fois leur père mort, ses deux frères commencèrent à reprocher la complicité exclusive qu'il existait en la jeune femme et son géniteur et laissèrent encore plus seule qu'elle n'était. Voyant la situation évoluer de manière négative et connaissant la passion de sa nièce, Marie - Anne écrivit au cousin de Gabrielle. Ce dernier vivait à Versailles depuis quelques années et répondait au doux prénom de Philippe de Lorraine. Les deux jeunes partageaient une complicité à tout épreuves et Marie - Anne savait que son neveux, ne supporterait pas le comportement de ses cousins. Tout se déroula comme elle l'avait pensée, outré par les manières de ses cousins, Philippe décida de réaliser le rêve de Gabrielle et donc de la prendre avec lui lors de son retour à Versailles. C'était décidé, il allait introduire sa cousine à la cours de Versailles et lui faire faire ses premiers pas dans le monde. Elle serait parfaite il en était certain ! La jeune femme vivait un rêve éveillé, elle touchait son désir le plus chère du bout des doigts et pourtant elle n'en avait pas totalement conscience. Pour elle tout cela allait s'effacer quand elle ouvrirait les yeux pour se réveiller blottie dans les couvertures du lit que sa tante avait désigné comme étant le sien lors de son arrivé chez elle. Heureusement rien n'allé s'évaporer, ce qu'elle vivait été vrai... Durant le voyage elle n'eut de cesse de poser des questions auxquelles son cousin répondit avec le sourire en rigolant parfois se son ignorance. Il lui offrit des robes, des bijoux, lui paya les plus beaux coiffeurs pour mettre en valeur ses yeux et faire sa ressortir sa peau laiteuse.
Les débuts de la jeune femme à la cours furent plus facile qu'elle ne l'aurait pensé. Gabrielle avait lu tellement de chose sur cet univers qu'elle avait l'impression d'avoir vécue ainsi pendant des années, tout ce qui se trouvait autour d'elle lui paraissait familier et revêtait exactement la forme et la couleur qu'elle avait imaginé. Malgré sa timidité, la joie de vivre de Gabrielle lui permit très vite de se faire de nouveaux amis. C'est ainsi qu'elle fit la connaissance de Flore de Bar. Gabrielle est épaulée et écoutée et elle se sent bien. En contrepartie, l'autre trouve une oreille attentive et de bon conseil pour son couple. Confidentes à la vie à la mort, elles gardent mutuellement leurs secrets. Elle porte une grand admiration à Flore. Elle fit également la connaissance de Vera de Scanie et elles se sont tout de suite entendu. Toutes les deux ont cette même joie de vivre, bien qu'elles le montrent différement. Gabrielle s'amuse de l'extrême spontanéité de son amie. Je crois que la rencontra la plus marquante pour la jeune femme restera celle où elle fit la connaissance de Marc de Beauharnais. Cet homme, pour lequel elle eu un coup de coeur immédiat venait de perdre sa femme. Cette perte évoqua lui évoqua les récits de son propre père. C'est donc tout naturellement qu'elle l'accueillit l'espace d'une nuit lors d'une de ses missions. Elle l'écouta, entendit ses pleurs et le pris dans les bras pour le réconforter. La jeune femme savait que c'était pas un geste à avoir dans le lieu où elle se trouvait et encore moins au regard du statut marital du jeune homme. Mais peut lui importait, la douleur de cet homme était bien trop grande et trop familière pour qu'elle reste assise sur son lit les bras croisés. Les heures passèrent et Marc s'endormit profondément sur son épaule, doucement elle quitta la pièce en ne laissant rien derrière elle. Le coup de coeur qu'elle avait eu pour lui ne se devait pas d'être, elle n'oublierais jamais rien de lui, mais lui l'effacerait de son esprit sous peu alors à quoi bon se faire du mal pour rien... Elle avait l'esprit trop occupé par la peur que la certitude de la présence de Johann d'Islande au château faisait naitre en elle pour souffrir un peu plus volontairement ! Cet homme qui l'avait courtisé d'une manière assez franche lui faisait un peu peur, elle ne savait comment réagir face à lui....



« Que diable, vous êtes à Versailles ! »

Un paradis ou un enfer versaillais ?

" Parfois on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi, parfois on les regarde telle qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas... " et parfois il est des choses que l'on porte en nous sans vraiment savoir pourquoi mais que l'on ne voudrait changer pour rien au monde. L'amour et la passion incontestable que Gabrielle porte à ce pays, à ce château, à ce Roi, à cet univers qu'elle ne fréquente pas encore mais qu'elle pourtant connait aussi bien que la plus ancienne des courtisanes, est la chose la plus précieuse dans sa vie. Vous dire qu'elle n'est pas effrayé à l'idée de faire enfin partie de la plus grande Cour d'Europe serait mentir, mais n'a t-on pas peur lorsque l'on touche son rêve du doigt ? Lorsqu'on le saisit à pleine main ? Un enfant rencontrant son idole n'aurait-il pas le coeur battant à cent à l'heure ? Un malade apprenant que la maladie le menant à sa perte était en voie de rémission n'aurait-il pas peur qu'en reprenant sa vie normalement la maladie ne revienne et l'emporte plus vite que prévue ? Alors oui Gabrielle avait peur, mais elle ne faisait pas demi tour pour autant ! Si le destin la voulait dans ce château alors elle y serait.
Vous aurez sans nul doute eu vent de l'étrange ressemblance entre notre jeune femme et sa majesté Louis XIV, Roi de France et de Navarre. Quelle chose étrange en effet de constater que cette demoiselle possède la même paire d'yeux que notre Roi.... Oh bien sur les gènes ont du jouer en sa faveur, mais encore faudrait-il qu'elle soit au courant de sa parenté avec le Roi pour au moins comprendre cette chose étrange. Cela fait longtemps que la petite Gabrielle sent bien qu'elle n'est pas comme les autres petites filles, que quelque chose de plus fort que la simple admiration la relie au Roi. Elle du malheureusement attendre la mort de son père pour avoir un élément de la vérité... C'est en effet à ce moment que ce dernier lui avoua ce qu'il lui caché depuis toujours, pour la protéger sans doute ! Une chose en amenant une autre, la découverte de cet élément ne fit que renforcer son désir de rencontrer Louis en tête à tête. Comment cela allait-il se produire elle n'en savait rien, mais elle était persuadé que Dieu l'aiderai dans sa quête.

Vérité ou fantasme du complot ?

Pourquoi faut-il toujours que tout soit blanc ou noir ? La vie n'est elle pas grise parfois ? Aussi naïve et en adoration devant le Roi et son château soit-elle, Suzanne se doutait très bien que certaines personnes ne devait pas aimer Louis, pour la simple et bonne raison que l'on ne peut être aimé de tout le monde. Alors même si elle pensait que ces personnes étaient minoritaires, elle se doutait bien que justement cette minorité pouvait les pousser à organiser des complots contre sa majesté. Il n'empêche qu'elle n'arrivait pas à comprendre pourquoi les gens étaient si durs avec lui ! Etre Roi, surtout quand on le choisit pas, quand on ne demande rien à personne, n'est pas quelque chose de facile à assumer. Etre une simple Duchesse est déjà quelque chose de compliqué alors être Roi doit être une perpétuelle prise de tête surtout quand on pense que la vie et l'économie de tout un pays repose sur nos épaules, aussi large ou frêles soient-elles.


Plutôt colombe ou vipère ?

Certaines personnes vous diront que l'Homme est foncièrement mauvais, que la seule et unique chose dont il est capable c'est de diffuser le mal autour de lui, de blesser les gens qu'il aime ou bien même ceux qu'il ne connait absolument pas. A croire qu'à l'inverse de Dieu, ces gens là on une auréole diffusant le malheur autour d'eux. D'autres encore vous diront que, si tous les hommes ne sont pas mauvais, l'habit ne fait pas pour autant le moine et qu'il faut donc se méfier de tout et de tous en permanence. Qu'un Homme bien habillé n'est pas pour autant un Homme franc et hônnette ! La seule question que je me pose au vue de ces différentes manières de réagir est la suivante " comment font ces gens pour avancer dans la vie en ayant confiance en personne ? Restent-ils chez eux par peur d'être dupé à chaque coins de rue ? "
Personnellement, je pense que la méchanceté n'est pas comme le gène du cancer que chacun porte mais que chacun ne dévellope pas. Non, bien au contraire ! L'Homme naît fragile et innocent comme n'importe quel animal. Ses agissemens ultérieurs ne dépendront que de lui et de son éducation et plus important encore, il portera ses " crimes " au visage comme une bouteille de vin porte son étiquette. Cela se vera et ne passera inaperçue aux yeux de personnes. C'est ainsi que je peux vous affirmer que s'il devait y avoir un choix à faire, entre colombe ou vipère, concernant Gabrielle, le premier mot qui me viendrait à la bouche ne serait certainement pas le plus négatif des deux...

« Plus bas la révérence, plus bas. »

► Prénom/pseudo : Cyrielle / Keancy
► Âge : 21 ans tout juste
► Présence sur le forum : Quasi quotidienne après le boulot
► Code du règlement : Code bon by Lisa
► Suggestion : J'en ais pas pour le moment mais si ca vient je vous le ferai savoir promis Wink
Revenir en haut Aller en bas


Amy of Leeds

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Mère enfin apaisée et femme comblée mais pour combien de temps encore ?
Côté Lit: Le Soleil s'y couche à ses côtés.
Discours royal:



♠ ADMIRÉE ADMIN ♠
Here comes the Royal Mistress

Âge : A l'aube de sa vingt septième année
Titre : Favorite royale, comtesse of Leeds et duchesse de Guyenne
Missives : 7252
Date d'inscription : 10/09/2006


Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Empty
MessageSujet: Re: Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]   Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Icon_minitime20.02.10 11:51

Bonjour !

Je n'ai rien à redire sur ta fiche !

Tu es donc validée !

Bienvenue à la cour et bon jeu parmi nous ! Smile

______________________

La duchesse de Fer
" Je vois en toi quelque chose qui offense le vulgaire. L'envie et la calomnie te poursuivront. Alors dans ce désert égoïste qu'est la vie, ne pense plus qu'à toi. "

Le rouge et le noir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Philippe d'Orléans

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, piétiné et maintenant celui qui était à mes côtés est devenu mon ennemi. Quelle cruelle destinée !
Côté Lit: Le lit de mon palais est si confortable et accueillant !
Discours royal:



ADMIN TRAVESTIE
Monsieur fait très Madame

Âge : 27 ans
Titre : Prince de France, Monsieur le frère du Roi, Duc d'Orléans, de Chartres, d'Anjou, seigneur de Montargis
Missives : 10014
Date d'inscription : 03/01/2007


Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Empty
MessageSujet: Re: Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]   Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Icon_minitime20.02.10 12:56

Re-bienvenue !
Ta fiche est très bien Very Happy

______________________

Joyeux Anniversaire mon Prince <3


OH YEAH:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


avatar



Invité


Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Empty
MessageSujet: Re: Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]   Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Icon_minitime21.02.10 13:19

Merci beaucoup c'est gentil Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Empty
MessageSujet: Re: Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]   Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabrielle de Vendôme [ Terminé !!! ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annales - Registre des maires de Vendôme
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Gabrielle Delacourt
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENNES FICHES
-
Sauter vers: