AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime03.01.10 15:44

Jour du départ

Anna était aux anges, elle prit un petit déjeuner copieux au coin du feu. Une fois cela fait une femme de chambre l’aida à se vêtir de plusieurs jupons et bustier doublé de fourrure pour le dernier lui évitant ainsi de prendre froid. Elle se fit coiffer mais refusa tout maquillage, elle allait voyager non pas se rendre à un bal.
Ensuite elle alla faire ses adieux à ses royaux parents ainsi qu’à ses frères et sœurs.
Toutes ces obligations faites, elle prit la direction du carrosse qui l’attendait devant le portail mais au moment de sortir elle se stoppa net. Devant elle le carrosse bien sur mais aussi 10 soldats à cheval. Elle se tourna vers le garde qui l’accompagnait dans ses moindres déplacements dans le palais et fronça les sourcils puis articula fortement pour être sur qu’on la comprenne :


Qu’est ce que cela signifie ?? Etiez vous au courant ?

Elle n’attendit aucune réponse, tourna les talons et relevant la tête fièrement fila dans le bureau de son père où il travaillait déjà. Malgré les protestations veinent des gardes à l’entrée elle fit voler la porte à double battant et toisa froidement son père réitérant sa demande :

Que signifie cette garde armée ? Je souhaitais voyager léger et sans attirer l’attention, un carrosse sans armoiries ni soldat aurait suffit !

Déclara-t-elle respirant profondément le tout faisant soulever son impériale poitrine au rythme de sa respiration intense et difficile. Son père observa sa fille, au moment où les portes avaient claqué, il ne s’était même pas levé. Il n’avait pas à le faire et puis il se doutait parfaitement qui pouvait entrer ainsi. Il sentait bien que sa fille était énervée mais il ne céderait pas à son caprice, il avait déjà accepté qu’elle aille à Versailles alors il était or de question de persévéré à accepter les moindres exigences de cette dernière. Il lui sourit froidement et la toisant à son tour rétorqua sans détour ni manière :

- Ils sont la pour votre sécurité. Si vous n’en voulez pas et bien vous ne partez pas, c’est aussi simple que cela. Maintenant à vous de décider, je ne vous oblige à rien sauf à emmener la garde si vous allez sur Versailles.

Une fois cela fait, il fit un signe de la main expédiant au dehors sa fille et la laissant planter devant la porte. Anna serra les poings et tenta de ne pas montrer sa colère. Il voulait tester à quel point elle souhaitait venir à Versailles et bien qu’il teste. Elle n’était pas décidé à reculer, elle irait qu’il le souhaite ou non.
Elle reprit son calme et son visage serein et froid. Une fois la paix revenue en elle, elle retourna au carrosse et monta sans un mot ni un regard. Le marche pied fut relevé et le carrosse se mit en branle entouré des 10 soldats impériaux, 4 devants, 4 derrières et un de chaque côté. Elle sourit plus par courtoisie qu’autre chose à sa femme de chambre, Fanny. Cette dernière la connaissait depuis longtemps et devait se douter de la colère qui habitait la princesse. Quant à Anna, elle jeta un dernier regard au palais impérial qu’elle ne reverrait pas avant un bon moment.

Le voyage se déroula sans encombre. Ils voyageaient sans faire trop de halte prenant à peine le temps de faire deux repas par jour et de se laver. Anna souhaitait être au plus vite en France. Pour dormir ce n’était pas des plus confortable mais tant pis à la guerre comme à la guerre. Chaque jour c’était une nouvelle ville, une nouvelle campagne ou un nouveau royaume. Anna observait tout cela avec de grands yeux, n’ayant jamais été plus loin que l’Autriche et encore une seule et unique fois.
En attendant son père avait expédié une missive en France pour prévenir de l’arrivé de sa fille. Ainsi un éclaireur était partit avant.


Un bon mois plus tard.

La femme de chambre réveilla la jeune princesse. Ils étaient sur la ville de Versailles, bientôt le palais royal fut en vue. Anna ouvra de grands yeux émerveillés. Jamais elle n’avait vu pareil palais, il ne ressemblait nullement à celui de Saint Pétersbourg. Elle fit faire une halte au cocher lui permettant de se laver et de revêtir une robe propre. Fanny la coiffa et la maquilla légèrement question de ne pas avoir une trop mauvaise tête en arrivant mais que cela est l’air naturel après un tel voyage.
Elles remontèrent ensuite dans le carrosse qui fila dans la foule jusqu’au palais. Il passa les grilles, les gardes les laissant passer une fois que le cocher eut dit qui il transportait. Ensuite ce dernier s’arrêta dans la cour pavée et un page vint descendre le marche pied, ouvrit la porte et tendit sa main pour aider la princesse à descendre.
Anna releva la cape sur sa tête, sourit à sa femme de chambre, respira et reprit son visage froid et austère. Elle posa sa main sur celui du page premier morceau d’elle-même qui transparaissait. Elle tendit ensuite délicatement son pied droit sur la première marche, puis le gauche alla sur la seconde. Une fois entièrement sortit du carrosse elle releva la tête et resta quelques secondes ébahis devant le spectacle qui s’offrait à elle. Elle finit ensuite de descendre les marches et resta la ne sachant quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime03.01.10 19:19

    Juliette Charlotte était dans le petit Trianon depuis quelques jours seulement mais elle s’y sentait parfaitement à l’aise. Elle ne cessait de regarder le palais dans lequel elle logée certes il était minuscule comparé à Versailles mais Juliette Charlotte le trouvait magnifique, combien de fois elle se disait qu’elle avait eu raison de manipuler quelques personnes et d’avoir fait valoir ses droits. Mais avait elle réellement manipulé les gens ? Non on va plutôt dire qu’elle avait forcer son père à dire la vérité c’est-à-dire qu’elle était effectivement bien sa fille.
    La belle marquise ne regrettait en aucun cas son ancien statut, être une paysanne était bien compliquée mais elle n’oubliait pas ce qu’elle était : elle ne l’oublierait jamais. Ainsi elle avait déjà était voir près du palais des paysans pour leur donner quelques sous mais avait bien pris soin d’être vu par personne bien que cela ne pouvait la faire aimer que davantage du peuple certaines princesse risquait de ne pas du tout aimait la chose.


    La jeune marquise passait le plus claire de son temps à chanter, elle commençait aussi à apprendre le clavecin à l’aide d’une jeune dame qui résidait également à Trianon. Elle lisait beaucoup de livres également pour se cultiver d’avantage : elle savait que la culture et les bonnes manières étaient le plus important ici et ce n’est pas ce qui lui manquait. Elle avait était tellement au château de Bourgogne qu’elle connaissait tout les usages des nobles même si elle était du peuple étant plus jeune. Le destin et la volonté de cette jeune femme l’avait poussée à devenir marquise et désormais elle était à Versailles, en bas de l’échelle mais quand même à Versailles.

    Juliette Charlotte passait son temps à apprendre des choses de la cour ainsi ses dames d’honneurs lui servait plus à parler qu’a la laver, la maquiller et la coiffer. Pourtant la beauté de Trianon ne fut bientôt plus suffisante, elle n’avait encore jamais vu ni le roi, ni la reine, ni certains nobles qui résidaient à Versailles et elle décida que ce serait en ce jour qu’elle irait. Elle c’était levée si tôt alors que Trianon et la cour n’était pas encore debout, le jour était à peine levé. Ses dames d’honneurs étaient endormis dans leur chambre respective lorsqu’elle alla doucement les réveiller et leur demanda :

    « Mesdames allons dépêchez-vous, vous avez oublié qu’aujourd’hui je vais au château, j’ai besoin d’aide pour nouer mon corset »

    Les deux jeunes filles portèrent leurs mains aux visages comme si elles avaient fait une grande erreur, mais la marquise leur fit un petit sourire pour les rassurer. Juliette Charlotte se mit dans son bon bain chaud, dès sa sortie ses deux dames d’honneurs la serrèrent dans un linge chaud. L’une d’elle la maquilla et la parfuma l’autre la coiffa puis toutes deux ensembles enfilèrent la magnifique robe que Juliette Charlotte avait prévue pour la cour, il faut dire qu’une princesse de sang arriver bientôt d’après les dires de certaines. Juliette portait donc une robe rose bonbon garnie de nombreuses broderies ayant un petit éventail et une petite ombrelle assortit. La jeune marquise se trouva très belle même avec sa perruque qu’elle n’avait jamais portée mais qui lui allait très bien et qui était d’une blondeur extrême, la dame d’honneur de la jeune femme lui dit même :

    « Il parait que le roi préfère les dames aux cheveux bruns »

    Juliette Charlotte ne répondit rien mais elle eu envie de dire qu’elle ne séduirait pas le roi, elle voulait simplement faire bonne impression à la cour, on disait déjà d’elle que c’était une fille « de rien » elle voulait prouver aux nobles qu’elle était aussi riche qu’eux. Heureusement que son père lui avait donner un peu d’argent et qu’elle était heureuse au jeux. Alors qu’on sonna la fin de la messe au château, Juliette arriva dans la cour intérieur, on ne lui avait pas menti, le château était magnifique un carrosse magnifiquement ornée arriva, elle devina que c’était celui de la fameuse princesse de sang. Alors que tout le monde se figea pour accueillir la princesse la jeune Juliette s’approcha, peut être que cette princesse se rappellerait de la personne qui l’avait accueillit et que la marquise pourrait en tirer quelques avantages mais même sans cela sa gentillesse naturelle la poussait à aller vers elle.
    Un garde ouvrit donc la porte du carrosse et Juliette au premier rang fit une profonde révérence, elle ne regrettait pas de s’être si bien habillée en ce jour, parler à une princesse était un si grand honneur, enfin pour l’instant elle sourit simplement son rang ne lui permettait pas de commencer la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime09.01.10 19:05

Anna observait la splendide architecture du monument, que dis-je du palais. Elle n’avait jamais rien vu de pareil et il faut bien avouer que le Roi avait fort bon goût. Elle était tellement absorbée par sa contemplation qu’elle n’avait pas remarqué l’attroupement qui s’était formé à son arrivé. Elle finit par entendre Fanny se racler la gorge et tenter un timidement :

- Votre Altesse.

Anna tourna la tête dans la direction de sa femme de chambre étonnée qu’elle la détourne de ses pensées et la regarda froidement avant de suivre des yeux l’endroit qu’elle lui indiquait par un mouvement du menton. Elle se tourna ensuite complètement vers le dite endroit et regarda les personnes attroupées la. Il y avait la surtout des nobles qui séjournaient à la cour de France, elle vit notamment une jeune fille coiffée d’une perruque blonde, il n’y avait pas de telle chose en Russie et Dieu merci. Elle s’attarda un peu trop d’ailleurs su cette enfant, elle ne semblait pas aussi à l’aise que les autres nobles ici peut-être était-elle arrivée récemment ou bien faisait-elle partit de ses enfants bâtards qui veulent être reconnu et gagne donc richesse et titre ? Elle ne trouvait pas, par contre, la perruque des plus belles mais peut-être était-ce la mode en France. Elle avait alors pas mal de chose à apprendre ici, il lui faudrait en plus trouver quelqu’un pour lui apprendre le protocole de cette cour que l’on disait si stricte comparé aux autres. Elle leur sourit d’un sourire qui se voulait courtois mais froid comme l’impression qu’elle donnait toujours. Elle retint de justesse un soupir, elle qui voulait passer inaperçu comme toujours même lorsqu’elle se trouve dans le palais Impérial. Elle se retourna vers le mousquetaire Marc De Beauharnais qui avait si aimablement rejoint sa garde personnelle à la frontière permettant au cocher et à la petite troupe de ne point se perdre sur les routes françaises. Elle s’attendait à une réaction de sa part mais elle ne venait pas alors prenant l’initiative de se retourner vers l’assemblée amassée là et d’un court hochement de tête elle salua l’assemblée et faisant signe aux pages qui étaient arrivée de prendre ses lourdes malles, elle fendit la foule la tête haute, le port altier pour rappeler à tous ceux qui elle était et ce qui coulait dans ses veines. Elle adressa au passage des hochements de tête en guise de salue par-ci par-là de manière brève et courtoise. Elle réfléchissait en même temps à qui elle pourrait demander une telle chose. La reine serait peut-être mieux mais un peu présomptueux et elle n’avait sûrement pas que cela à faire, la favorite du Roi ? Sûrement pas ! La femme de Monsieur, oui c’était peut-être le meilleur choix à l’évidence, une anglaise à ce que l’on disait de plus beaucoup dise qu’elle et son époux font la mode à Versailles se serait donc le meilleur choix, une princesse française en plus rien de mieux selon elle. Continuant ses pensées Anna suivait les pages jusqu’à ses appartements. Elle tacherait de rencontrer des gens de cette cour quand elle en aurait le temps, elle repensait aussi aux paroles de son Père : « Essaye de savoir ce qui se trame » il était adorable mais comment faire ? Beaucoup de monde l’évitait de part son attitude hautaine et cela en général lui convenait mais ici il faudrait se fondre dans la masse… Elle se dit qu’il serait bien dure de faire une chose pareil sans rompre ses habitudes et ça il n’en était pas question. Heureusement en allant à ses appartements elle entendit des chuchotements sur son passage et ayant attrapé des brides de conversation au passage elle comprit qu’il y allait avoir un bal costumé se serait une formidable occasion d’approcher des gens de la cour versaillaise mais alors il lui fallait encore plus vite rencontrer Madame.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime10.01.10 22:09

    Juliette Charlotte fut surprise du tant de froideur qui habitait la princesse de Russie, si elle se serait conduite de la même manière elle aurait certainement était banni de la cour. La princesse de Russie n’avait pas l’habitude de la cour certainement mais elle devra s’habituer a sourire car une telle froideur pourrait lui donner une très mauvaise réputation à Versailles.
    Juliette Charlotte sembla attirer l’intention de la jeune femme car elle la fixa un instant, Juliette Charlotte n’était pas une enfant, elle était une noble, d’accord elle avait était légitimée mais elle avait la place qu’elle méritait. Tout le monde se demandait ce qu’elle faisait là et pourtant c’était clair pour elle, quand elle disait qu’elle était la fille du Duc de Bourgogne et que c’était une jeune marquise les gens cessaient de lui poser des questions : dire souvent quelques titres entrainer les gens à se taire.
    Juliette Charlotte passa une main dans ses cheveux, elle était vraiment très à la mode française, très belle, ses habits étaient très luxueux ce qui était normale puisqu’elle allait officiellement être présenté au roi ainsi qu’a la cour dans le palais de Versailles.
    La marquise vit ensuite le mousquetaire qui lui avait sauvé la vie dans le jardin du château de Trianon, elle lui adressa un sourire courtois puis lui demanda gentiment :


    « Bonjour Monsieur de Beauharnais, comment allez vous en cette belle journée ? »

    Le mousquetaire qui ne semblait pas très bavard ne lui adressa que quelques mots mais la jeune fille en fut satisfaite. Elle se demandait d’où il venait car à part le fait qu’il soit mousquetaire elle ne savait rien de lui pourtant il lui avait sauvé la vie. Juliette Charlotte regarda la cour scruté la personne qui arrivait se disant bientôt que ces regards seraient bientôt posé sur elle une fois qu’elle arriverait devant tout le monde. Devait elle être présentée le même jour qu’une princesse de sang ? Il semblait que le mauvais sort s’acharnait sur elle. On disait que la princesse de Russie avait choisit Madame pour parfaire son éducation, Juliette elle n’avait pas encore de modèles officielle mais elle voulait avoir pour amie et conseillère Marie Thérèse la reine elle-même. Juliette Charlotte avait toujours eu une fascination pour la reine même si celle-ci était très haute placée elle savait qu’elles pouvaient très bien s’entendre car Juliette était une gentille femme qui avait bien souvent la possibilité de s’entendre avec qui voulait. Juliette Charlotte ramassa quelques fleures dans les jardins tandis que la princesse de Russie montait doucement près du palais. Elle voulait lui offrir, sachant que les compliments d’une princesse de sang serait très agréable à entendre. Juliette Charlotte avait ramassé un bouquet champêtre lorsque la princesse de Russie saluait tout les nobles de Versailles. Juliette Charlotte fit de nouveau une grande révérence lorsque la jeune femme voulut rentrer dans le palais, elle lui donna le bouquet en disant :

    « Bienvenue à la cour très chère princesse de Russie, je suis Juliette Charlotte de Bourgogne, marquise de Bourges et Baronne d’Avalon. Un membre de la famille royale ou de la haute richesse vous recevra après sa promenade aux jardins mais je peux vous faire visiter vos appartements si vous le désirez …Je suis tout à votre service.»

    Elle souriait en faisant cette proposition en fait elle se demandait ce qu’elle allait faire si elle lui répondait oui car elle n’avait pas souvent visiter Versailles mais elle était assez intelligente pour trouver une ruse et savoir où se trouver les appartements de la princesse de Russie. A vrai dire ce serait le seule appartement de libre et il devait y avoir dans la chambre de cette princesse l’un des portait qu’elle reconnaitrais. Au détour d’un couloir elle croisa Monsieur le Frère du roi, elle ne l’avait jamais vu mais il était très ressemblant au portait que sa dame de compagnie lui avait fait. Elle s’abima dans une profonde révérence mais Monsieur était déjà partit, elle ne l’avait croisée que dans un couloir pourtant cette vision de la famille royale lui provoqua un large sourire. Elle chuchota à la princesse de Russie plus par courtoisie que pour autre chose :

    « Monsieur le frère du roi vient de passer devant nous. Tout ce que m'avait dit ma dame de compagnie fut donc vrai. Cette dame est une femme forte fidèle et elle a de nombreuses qualités »

    Juliette Charlotte attendit la réponse de la jeune femme en face d'elle, elle espérais tout de même qu'elle accepterait, devenir ami ou même connaissance d'une princesse de sang pourait lui donner des avantages comme elle l'avait fait dans le passé, c'était grâce à la princesse de Corse qu'elle était en partie là aujourd'hui.


Dernière édition par Juliette C. de Bourgogne le 10.01.10 22:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime10.01.10 22:40

La princesse se stoppa net en voyant la jeune femme à la perruque lui faire une révérence plutôt bien maîtriser quand on sait d’où elle vient.

- Bienvenue à la cour très chère princesse de Russie, je suis Juliette Charlotte de Bourgogne, marquise de Bourges et Baronne d’Avalon. Madame vous recevra après sa promenade aux jardins mais je peux vous faire visiter vos appartements si vous le désirez …Je suis tout à votre service.

Elle eut un sourire assez étrange, il pourrait passer pour narquois, moqueur ou au contraire courtois peut-être même gentil en fait cela dépend de chacun. Elle lui répondit en un faible hochement de tête comme le veut tout protocole qui dit qu’une personne de rang inférieure ne doit pas avoir de profonde révérence et en l’occurrence la jeune fille ne devait pas être duchesse ainsi cela suffisait. Elle prit délicatement le bouquet fort coloré et en remerciant la créatrice. Elle huma le doux parfum des fleurs en fermants ses délicates paupières à la peau parfaitement lisse et blanche. Cela l’a ramena quelques années en arrière lors de son unique voyage hors de Russie qui l’avait mené en Autriche. Elsa du Luxembourg et elle-même avait échappé à la vigilance de leur chaperon respectif et étaient sortit en dehors du palais courant à travers champs et se roulant dans l’herbe garnis de fleurs hautes. Elle ne put retenir un sourire qui cette fois ci était sincèrement amicale.

- Enchantée Madame la Marquise de Bourge. Je suis Anna Alexeïevna Romanov mais apparemment vous savez déjà tout de moi.

Elle retient un soupir autant que possible, être reconnu était agréable mais pas toujours.
Elle acquiesça d’un faiblement hochement de tête.
Les pages qui portent mes malles semblent savoir où se trouve mes appartements mais si vous souhaitez vous joindre au convois bien sur vous pouvez.
Anna reprit la marche car déjà les pages étaient partit loin. Elle se retourna inquiète de se perdre dans ses dédales et peut-être eut-elle envie de vérifier la présence du chevalier servent qui l’avait accompagné jusque là. Tout en suivant les pages Anna écoutait ce que la jeune femme lui disait.


- Monsieur le frère du roi vient de passer devant nous. Tout ce que m'avait dit ma dame de compagnie fut donc vrai. Cette dame est une femme forte fidèle et elle a de nombreuses qualités

Elle ne se prit la peine de faire une révérence ceci aurait tournée au ridicule puisque Monsieur était déjà partit, ainsi donc le fils du Roi ressemblait à cela, elle repensait aux rumeurs qui courait, sois disant il était celui qui faisait la mode à Versailles et il y aurait initier son épouse avec qui maintenant la guerre était ouverte. D’ailleurs il serait plutôt amoureux des hommes selon certains, Anna se dit qu’elle aurait bien le temps de vérifier cela…
Une fois devant la porte de ses appartements, Anna se tourna vers la jeune femme.


- Merci pour cette compagnie qui me fut fort agréable, je suis désolée j’espère que vous ne le prendrez pas mal mais j’ai besoin de me ressourcer un peu seul dans mes appartements ainsi que d’enlever toutes cette poussière. Le voyage dura près de deux mois et j’aimerais me retrouver seule un peu mais si vous voulez nous pourrons nous revoir.

Anna tacha de lui sourire de son mieux mais c’était bien dure, un véritable supplice la porte de ses appartements lui ouvrait grand les bras et elle ne voulait pas paraître trop discourtoise. Bien évidemment c’est à ce moment la que son cerveau voulut lui rappeler des paroles de son père : « Tu es Princesse ma fille tu ne dois jamais t’excuser et toujours imposer. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime11.01.10 21:27

    C’était surement cela qui était très trompeur, elle était une simple paysanne mais elle avait toujours adorée la vie à la cour de France. Elle passait tellement de temps au château de Bourgogne quand elle était jeune, en ignorant qu’elle était en fait tout à fait à sa place qu’elle avait toute les manières de la plus noble des personnes. Anna elle semblait plutôt réticente à courber l’échine peut être parce qu’elle était une princesse de sang mais la pauvre Anna apprendrait bien assez tout qu’ici le titre ne fait pas tout et qu’un sourire ainsi qu’un air gracieux peut offrir autant d’avantage surtout auprès de sa majesté. Juliette Charlotte en effet était au courant de nombreuses choses mais ce n’était que des bruits de couloirs qu’elle entendait par ci et par la, elle ne pouvait jamais être sur des choses qu’on lui disait.
    La jeune marquise vit que le bouquet semblait plaire à la jeune femme et elle en fut forte heureuse, elle se disait qu’une amie comme celle-ci ne lui ferait pas de mal et puis elle avait déjà un point commun : cela faisait peu de temps qu’elles étaient arrivées à Versailles. Juliette fit également un sourire après celui de la jeune Princesse, elle espérait elle aussi devenir princesse mais cela était fort peu probable à moins qu’elle n’envoute d’une folle passion un jeune prince célibataire. Quand elle se présenta Juliette Charlotte fut rassurée de voir qu’elle ne c’était pas trompée, la jeune femme était bien celle qu’elle pensait et heureusement car vous n’imaginez même pas les moqueries que cela pourrait provoquer à Versailles. Juliette Charlotte ria légèrement lorsque la princesse se présenta en déduisant qu’elle connaissait tout d’elle malheureusement c’était la coutume à la cour de France. La marquise répondit donc avec humour :


    « Madame il me semble que tout ce sait à Versailles »

    La princesse ne se sentit pas touchée par l’arrivé de Monsieur le frère du roi pourtant Juliette Charlotte ne remarqua que lui de sa matinée, elle voulait tout à fait lui ressembler. C’était lui qui faisait la mode à Versailles et porter des habits identiques au sien devait donner des avantages énormes. Elle aurait tellement voulu l’approcher, bien qu’on le disait homosexuelle la jeune marquise avait toujours eu une admiration envers Philipe D’Orléans comme envers son frère le roi Louis XIV. Elle détestait ainsi la France, aimant la monarchie, le château et la vie à la cour plus que tout bien qu’elle n’en ai pas percé tout les secrets. La jeune marquise continuait de sourire doucement, elle aimait bien la compagnie de la jeune princesse qui lui rappelait par son titre et la blondeur de ses cheveux sa meilleure amie la jolie princesse de Corse. La princesse lui informa qu’elle ne pouvait rester en sa compagnie car elle voulait voir ses appartements et commencer à apprivoiser la cour. La marquise lui répondit en souriant :

    « Vous serez toujours la bienvenue au château de Trianon, dites seulement mon nom et vous serez invité dans mes appartements à boire un chocolat chaud et quelques friandises. J’espère que vous vous sentirez bien ici. »

    Elle prit un air résolue, elle devait désormais partir puisqu’elle avait était congédiée de l’appartement de Madame la Princesse. Elle sourit puis passa une main dans ses cheveux ou plutôt dans sa perruque puis fit une longue révérence avant de disparaitre dans le château de Versailles. Là quelques femmes et hommes firent à leur tour une révérence à la belle marquise de Bourges. Elle n’était pas très noble mais elle se rendait compte en voyant ses gestes qu’il y avait bien moins noble qu’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime11.01.10 21:45

Anna avait tout du long du chemin observé cette jeune femme qui avait du monter les pires pièges pour parvenir à être noble. Elle sourit en pensant à ce à quoi certains seraient prêts à faire juste pour un titre. Il est vrai que cela se voyait qu’elle était une légitimé mais elle avait aussi d’élégante manière. Anna ne baissa pas la garde pour autant et resta hautaine avec elle. Pourtant elle la trouvait des plus charmantes mais ici on était en privé. Peut-être irait-elle faire un tour au Trianon lui rendre visite mais pas aujourd’hui ses pieds la faisait souffrir le martyr et elle voulait au plus vite ôter ses chaussures à l’exemple de la poussière qui recouvrait sa peau et ses habits. En attendant cette jeune fille lui rappelait combien sa position peut-être enviée. Si seulement elle pouvait savoir à quel point on se sent seul lorsque l’on est la haut. Et malgré cette solitude il ne faut surtout rien montrer et rester ferme, droit et austère sinon n’importe qui tente de vous soudoyer, de vous faire son ami pour mieux faire tomber ceux qui vous sont proche. Elle était Princesse et par elle pouvait tomber la Russie ou presque, elle ne pouvait donc pas choisir ses amis à la légère comme cette jeune femme qui avait tout à gagné. D’ailleurs son attitude l’intriguait, elle qui a tout fait pour monter si haut serait-elle encore envieuse au point de vouloir monter jusqu’à dominer une nation ? Anna doutait qu’elle en soit capable, elle doutait de ses propres capacités alors celle d’une enfant élevé dans la boue… Il est vrai que beaucoup de Généraux sont issus de petites familles mais de entre diriger une armée et diriger un pays il y a une montagne. Elle se dit qu’il suffirait de flatter quelque peu son ego pour qu’elle se laisse endormir par les charmes de n’importe qui et qu’aussitôt elle tombe sous leur joug. Elle semblait bien trop immature et juvénile pour se rendre compte que tout le monde ne vous veut pas du bien. Ou alors le sait-elle et c’est elle qui se joue de la Princesse voulant endormir sa méfiance et en tiré quelques avantages. En tout cas Anna irait bien la visiter mais de l’à lui ouvrir son cœur et son amitié il lui faudrait du temps comme toujours de toute façon. Une fois devant la porte elle lui fit savoir que cela s’arrêtait ici et elle écouta ce qu’elle avait à dire :

- Vous serez toujours la bienvenue au château de Trianon, dites seulement mon nom et vous serez invité dans mes appartements à boire un chocolat chaud et quelques friandises. J’espère que vous vous sentirez bien ici.

Après avoir entendu son invitation, Anna répondit d’un hochement de tête courtois affichant un sourire de convenance :

- Je vous remercie de votre invitation et vous promet de l’honorer dès que j’en aurais l’occasion. Je vous remercie de votre gentillesse et espère vous revoir bientôt.


Anna ouvrit la porte et en entrant salua la jeune fille de la main puis pénétra complètement dans ses appartements.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Empty
MessageSujet: Re: Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]   Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrivée annoncée et peu discrète.[ouvert]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Demande de partenariat (ouvert aux invités)
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]
» Zorro est arrivée... sans se presser.
» Arrivée de Touya (ouvert à tous)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: