AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


avatar



Invité


Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Empty
MessageSujet: Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]   Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Icon_minitime20.12.09 19:52

Le soleil se levait et ses rayons éclairaient le palais de Versailles. Victoire de Noailles admirait le réveil de l’astre par la fenêtre de sa chambre. Encore en robe de nuit, elle était accoudée au rebord de la fenêtre, perdue dans ses pensées. Elle aimait se lever à l’aube pour voir les premières lueurs du jour. Et cela lui permettait de prendre son temps, avant de retrouver la reine dans sa chambre. La jeune fille pensait au déroulement de la journée à venir. Elle devrait d’abord rejoindre Marie-Thérèse dans sa chambre et participer à son lever, puis rester quelques temps avec elle. La reine ayant une multitude de personnes à son service, Victoire avait parfois du temps à elle, où elle variait les divertissements. Bien qu’elle appréciât la reine, Victoire appréciait ces moments de solitude. Parfois, elle en profitait pour voir son époux, si lui-même était disponible. La jeune femme aimait particulièrement ces moments en compagnie de son cher et tendre époux. Elle l’avait aimé d’un amour sincère dès l’instant où elle l’avait vu, alors même qu’elle ne savait pas qu’elle lui était promise. Le matin, alors qu’elle était accoudée à sa fenêtre, elle passait du temps à penser à lui. Parfois, lors de la journée, elle voyait ses rares amis. Rares, car elle était à Versailles depuis peu, et les vrais amis sont rares à la cour du Roi Soleil.

A son arrivée, Victoire avait d’abord été la dame de compagnie d’Anne d’Autriche. Elle appréciait beaucoup la mère de Louis XIV, qui l’avait introduite dans son entourage. Anne d’Autriche demandait souvent à la jeune femme de chanter et de jouer de la harpe, car elle appréciait le talent qu’avait Victoire. C’était ainsi que Victoire s’était illustrée au sein de la cour. La jeune femme avait été touchée par la mort d’Anne d’Autriche, elle en avait été particulièrement chagrinée. Mais elle avait été mise ensuite au service de la reine, Marie-Thérèse. La duchesse de Norfolk n’en avait pas été très enchantée. Sachant que la reine n’était pas très bien vue parmi les nobles de la cour, elle était effrayée à l’idée de devoir en subir les railleries. Mais sa peur s’était peu à peu dissipée, et à présent, elle n’allait plus la voir en trainant des pieds. Il faut dire que la reine était assez discrète et très peu colérique, en tout cas, lorsque Victoire était avec elle. Elle n’était pas non plus trop exigeante, comme aurait pu l’être une reine de France. Peu à peu, Victoire en était venue à ressentir, non pas de la pitié, mais de la compassion pour la reine. En tant que dame de compagnie, elle l’avait découverte triste et désenchantée. Elle appréciait maintenant les moments passés en compagnie de l’épouse de Louis XIV.

Victoire détourna son regard de la fenêtre et se dirigea vers son armoire, pour choisir la robe qu’elle porterait aujourd’hui. Elle se prépara, prenant son temps pour ne pas être trop en avance. Puis elle sortit de sa chambre, et se dirigea vers celle de la reine. Elle croisa quelques personnes dans les couloirs, mais personne qu’elle ne connaissait vraiment. Elle se fit introduire dans la chambre de la reine, qui se réveillait. La jeune fille s’inclina, attendant un signe de reconnaissance venant de la reine
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Empty
MessageSujet: Re: Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]   Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Icon_minitime09.01.10 17:53

Marie-Thérèse ouvrit un œil, puis deux. Elle savait que bientôt ses dames de compagnie et une partie de la Cour viendraient assister à son lever. C'était un phénomène qu'elle avait totalement ingéré et accepté désormais. Pour lui faciliter la tâche, il fallait avouer que rien ne lui avait été épargné. Même l'accouchement était une chose publique et Marie-Thérèse n'était plus surprise de faire ses besoin en présence de ses intimes. Rien de choquant à l'époque et même si parfois, sa pudeur de jeune fille en avait été ébranlée, maintenant, c'était une habitude ancrée.
Victoire de Noailles fit son entrée. La jeune fille avait été auparavant la dame de compagnie de Anne d'Autriche. Désormais, c'était au service de Marie-Thérèse qu'elle était. La jeune reine ne pouvait dire qu'elle appréciait la jeune femme plus que la moyenne. Elle manquait encore d'éléments précis et vérifiés pour se faire une idée. Cela viendrait rapidement.
Alors que la jeune femme pénétrait dans la chambre de la Reine, Marie-Thérèse était maintenant totalement réveillée. Elle appréciait la discrétion et les attentions de Victoire et Marie-Thérèse en était consciente, rares étaient les jeunes femmes de cette qualité.
Ces derniers temps, la Reine avait eu l'occasion de comprendre mieux sa principale rivale, Amy of Leeds. Une vraie rencontre, pleine de fraîcheur qui ne manquait pas d'étonner Marie-Thérèse. Si la colère, la peur avait été les principaux ingrédients de cet entretien, il en était ressorti que Amy était bien plus humaine que Marie-Thérèse aurait pu le craindre. Elle restait la favorite du roi, mais sous un nouveau jour. Marie-Thérèse, elle-même infidèle, ne pouvait en vouloir à Amy. Elle s'y refusait même totalement, maintenant qu'elles avaient mis en place un système qui comblait leurs vœux actuels. Ce n'était pas suffisant, encore, mais c'était déjà bien plus satisfaisant comme vie.
Il était encore tôt si on considérait l'heure tardive à laquelle les courtisans s'étaient couchés la veille. La jeune femme fit signe à Victoire et à ses autres suivantes de s'approcher. Elles avaient toutes un rôle défini par avance et c'était bien plus simple. Suivant les rituels, ainsi qu'il se devait, Marie-Thérèse s'habilla. Le temps était encore bien frais. Il y a peu, elle avait dû abréger une conversation avec Evangeline, la marraine de Amy à la Cour, car le froid se faisait trop mordant dans les jardins glacés.
Lorsque la Reine eut terminé ses préparatifs de réveil, elle prit, à son habitude, une tasse de chocolat chaud. Cette boisson chaude était un vrai péché mignon pour la Reine qui y prenait un vif plaisir. La plupart des courtisans se retirèrent. Bientôt, Marie-Thérèse fit sortir tout le monde à la restriction d'Inès et Victoire. Elle proposa à ses demoiselles de compagnie une place près d'elle. Victoire était relativement jeune, elle n'avait que 16 ans. Marie-Thérèse était soucieuse de sa bonne humeur et de son bon moral et elle s'enquit, d'un ton léger:

-Comment vous portez-vous Victoire ? Et messire votre époux ? L'avez-vous vu récemment ?
Il n'était pas rare que bien qu'habitant le même château, époux et épouse ne se voit que très rarement, si ce n'est pour accomplir le devoir conjugal et encore, cela n'était nullement une obligation? Cependant, une union réussie était le plus beau des cadeaux et Marie-Thérèse le souhaitait à Victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Empty
MessageSujet: Re: Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]   Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Icon_minitime23.01.10 16:50

Les dames aux rangs les plus élevés avaient l’immense honneur d’habiller la Reine. Victoire observait, essayant de se mettre à la place de Marie-Thérèse. L’étiquette stipulait que le couple royal devait toujours être habillé et servi par des personnes de la Cour. Ce devait être gênant de se retrouver nue devant tout le monde, disposée au regard de chacun. Pourtant cela était normal, et personne n’en était étonné. Chacun était à sa place, et faisait ce qu’il avait à faire. Une fois habillée, Marie-Thérèse prit une tasse de chocolat chaud. C’était elle qui avait apporté d’Espagne cette douceur qu’on ne prenait pas encore en France. Puis les courtisans se retirèrent, et la reine fit signe à Victoire et Inès, une autre dame de compagnie, de s’approcher. Marie-Thérèse avait l’air de plutôt bonne humeur, et un sourire éclairait son joli visage. Victoire et Inès rejoignirent la reine. Elles attendaient toutes deux que la reine prononçât le premier mot. La reine demanda alors à Victoire comment elle se portait, et si elle avait vu son époux récemment. La jeune fille fut touchée de se sentir ainsi intéressante aux yeux de la reine, même si elle se disait que cela n’était que pure politesse. Néanmoins, Marie-Thérèse n’avait point un caractère méchant, et Victoire aimait parfois se confier à elle.
A vrai dire, en ce moment Victoire ne voyait pas beaucoup son époux. Il était assez accaparé par ses affaires de politiques, et la jeune fille se retrouvait souvent seule. Cela lui déplaisait, évidemment, mais elle ne voulait pas s’en plaindre, se doutant que son mari tenait un rôle important à la cour. Il serait inopportun de lui en faire des remontrances. Et puis, le couple royal ne se voyait pas plus, d’autant plus que le roi avait une maîtresse officielle, Amy of Leeds. Victoire ne pouvait se plaindre de ce côté, elle ne pensait pas que son mari eu une maîtresse. Ce devait être horrible d’être humiliée à ce point. Victoire trouvait en effet que la fidélité au sein d’un couple était l’une des choses les plus importantes, et elle ne s’en remettrait jamais si un jour son mari lui était infidèle. Victoire se mit à penser à Amy of Leeds, la favorite, avec qui elle avait une demi-sœur commune…Jamais elle n’aurait douté de la révélation qu’allait lui faire son père à son entrée à Versailles…Reprenant ses esprits, Victoire se rendit compte que la reine attendait une réponse :

« Toutes mes excuses, madame, j’étais plongée dans mes pensées. Votre attention me touche, et je puis vous dire que je me porte très bien. Il n’en est pas de même pour mon tendre époux… »

En effet, Victoire avait appris que Thomas of Norfolk avait eu une crise à l’extérieur du palais. Elle en aurait été complètement paniquée s’il ne l’avait pas rassurée, lui disant qu’une jeune femme avait eu l’extrême amabilité de le guérir. Depuis, Victoire n’était jamais vraiment tranquille, se demandant toujours si son époux se portait bien, ou s’il ne faisait pas une crise.
Voyant l’étonnement de la reine, et d’Inès par la même occasion, Victoire reprit :

« Oh je vous rassure, il se porte bien maintenant. Une jeune femme de la cour l’a aidé, grâce à Dieu. Je ne la connaissais pas du tout, mais je puis dire que je lui en suis extrêmement reconnaissante. Elle a sauvé la vie de mon mari ! Je ne sais d’où lui viennent ces dons pour la médecine, mais grâce à eux mon époux est encore sur Terre. »

Victoire avait eu alors l’occasion de rencontrer cette mystérieuse femme, sur laquelle Thomas ne tarissait pas d’éloges. Elle l’avait trouvée très belle, ravissante même. La jeune fille l’avait mille fois remerciée, ne sachant que faire pour lui montrer sa reconnaissance. Eugenia de Cortes, c’était son nom, lui avait suggéré, en guise de remerciement, de la recommander auprès de la reine…

« Par ailleurs, madame, cette femme m’a avoué avoir un très grand intérêt pour la médecine, ce qui n’est pas vraiment étonnant. Elle souhaite aider les autres le plus possible. »

Victoire n’osait pas recommander cette femme auprès de la reine. Elle savait que la reine avait déjà des médecins qui disaient prendre soin de sa santé. Mais elle savait qu’ils étaient inefficaces, car sa santé ne s’améliorait pas beaucoup.

« Si je puis me permettre, je vous recommande cette femme, pour votre santé. Elle s’appelle Eugenia de Cortes. Elle est vraiment très agréable, et je pense qu’elle pourrait vraiment vous aider. Evidemment, je ne vous force pas, je ne l’oserai d’ailleurs guère. Mais je suis soucieuse de votre santé, et si cette femme pouvait vous aider, alors je serai vraiment fière de vous la conseiller. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité


avatar



Invité


Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Empty
MessageSujet: Re: Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]   Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Icon_minitime21.02.10 14:41

Marie-Thérèse hocha la tête lorsque la jeune femme s'excusa auprès d'elle. Soit, elle n'en voudrait pas à la jeune Victoire d'avoir les pensées à autre chose. Heureusement mariée, Victoire de Noailles avait un charme et une douceur qui plaisait à la Reine. Lui souriant gentiment, Marie-Thérèse pencha la tête sur le côté afin d'entendre ce que disait sa suivante.

Elle n'aurait jamais pensé qu'on puisse la plaindre. Certes, il était difficile d'avoir un époux qui passait son temps à vous cocufier, mais depuis que la jeune femme avait découvert dans les bras d'Hector l'amour vrai -ou du moins, une sorte d'amour qui lui convenait- elle ne pensait pas devoir être prise en pitié. Elle avait honte de ses actes. Elle savait qu'elle était impie, que le Roi, si il découvrait cela, l'enverrait des années durant au Couvent et peut-être même, ferait casser leurs épousailles.

La jeune femme allait donc bien. La jeune Reine s'en félicita et eut un sourire léger, empreint de nostalgie. Mais ceci ne fut que de courte durée. La jeune Victoire lui parla de son époux. Le soin et le sens qu'elle mettait à prononcer ses mots émurent Marie-Thérèse qui s'imagina un instant connaître ce bonheur de dire « mon époux » avec des étoiles dans les yeux. Mais en vérité, elle ne connaissait pas suffisamment la vie de Victoire pour en juger. Peut-être son époux était-il de mauvaise compagnie en privé!

Inès tiqua, tout comme la Reine. Ainsi donc, Thomas of Norfolk n'allait pas bien ? Etonnée, la Reine regarda Victoire, l'enjoignant à expliquer ses propos rapidement. C'était suffisamment inquiétant. Un vrai feuilleton télévisée d'eau de rose avant l'heure. Oui, dans quelques siècles, ce genre de scène remastérisées pourraient avoir une place dans les Feux de l'Amour. Imaginez donc:

« -Non, Brenda, votre époux … Souffrant ? (ton désespérée de la belle-mère)
-Oh, tout va mieux, mais il eut cru mourir ».
Musique dramatique, silence affligé, drame familial …

Mais revenons à l'époque qui nous intéresse. Victoire rassura donc la Reine. Son époux se portait désormais à merveille. Elle évoqua aux oreilles de Marie-Thérèse une jeune courtisane qui l'avait sauvé. Elle reprit les éloges de la jeune femme et étonnament, Marie-Thérèse écouta avidemment. Souvent, elle n'écoutait que d'une oreille les bavardages des suivantes, mais là, il en allait autrement.

Et la sentence tomba. Eugenia de Cortes. A ce nom, Marie-Thérèse se glaça. Elle avait rencontré la jeune femme. Elle savait qu'il était mauvais pour sa santé qu'elle la revit. Mais le confier à Victoire serait bien trop dangereux. Elle sourit donc. Jouant assez bien la comédie, une chose qu'elle avait appris depuis qu'elle trompait son époux, elle répondit:

-Voilà qui me semble fort intéressant … Dès lors où je me sentirais mal, je ferais appel à elle …

Elle sourit gentiment à Victoire qui pensait bien faire puis dit:

-En voilà assez, ma chère … Je vais très bien et n'ait pas besoin de médecine pour le moment.

Elle adoucit sa réponse d'un autre sourire, mais ses yeux montraient bien qu'elle refusait qu'on parle plus en avant de ce sujet. Elle tâcha de reprendre un ton plus aimable pour reprendre:

-Ceci dit, j'aurais plutôt besoin que vous fassiez venir la couturière dont nous avions parlé la dernière fois … Je souhaiterais commander quelques robes.

Un plaisir qu'elle ne s'autorisait plus dernièrement, considérant ne pas mériter cet honneur. Mais il fallait que personne ne doute de l'élégance de la Reine. Elle essayait de se plier à la mode, comme le devait une Reine de France, mais elle n'avait pas le goût assez développé. Il lui était difficile d'accorder les couleurs et les coupes. Elle espérait que la jolie comtesse l'aiderait dans cette recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé








Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Empty
MessageSujet: Re: Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]   Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée qui commence tôt [Marie-Thérèse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Une journée en Afrique
» Bienvenue à Marie-Cé
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» 2.08 - Une Longue Journée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives :: ANCIENS RP
-
Sauter vers: