AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Correspondances de Marie-Anne Mancini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Vous, mes tendres agneaux
Côté Lit: Les nombreux billets que vous m'adressez!
Discours royal:



VIPERE de Versailles

Âge : J'ai l'âge de toutes les passions et de toutes les rumeurs.
Titre : Duchesse aux yeux et aux oreilles baladeuses
Missives : 702
Date d'inscription : 04/09/2009


MessageSujet: [Correspondances de Marie-Anne Mancini]   08.09.09 23:15

Marie-Anne à Hortense Mancini, duchesse de Mazarin et de la Mailleraye

Duché de Bouillon, est du royaume, juin 1665

Ma chère Hortense,

Ô combien votre lettre m'a-t-elle apporté en joie et en informations. Je me languis de vous en ce territoire si éloigné. A l'est du royaume, tout ce qui peut être maussade est présent. De la population dont le langage est si différent que je me vois dans l'obligation de joindre à mes acquis cette langue barbare, jusqu'à cette atmosphère dont les nuages-même ne peuvent égayer mon humeur.
Seule la présence de la marquise de Forcalquier et de sa nièce, mademoiselle de la Marrière rompent le silence du château. Celui-ci n'est point lugubre, mais le tour en est grand, comme je vous l'ai écris dans ma précédente missive, mais la fatigue me prends, et je me vois dans l'impossibilité de mener loin les visites des terres avoisinantes.

Monsieur le Duc n'est point revenu de Flandres; je sais que ces prochains jours seront synonymes d'attente depuis son dernier écrit. Ce nouveau conflit contre l'Angleterre devrait, je l'espère, ne pas s'éterniser. Le Danemark, selon le Duc, est également aux côtés des Provinces Unies. Je souhaite que l'est connaisse un calme relatif. Les séquelles de la Guerre de Trente ans sont ici encore palpables. Il n'est pas toujours bon d'être étranger dans une terres si proches des frontières.
Ainsi, je n'eusse cru devoir l'avouer un jour, mais son absence est ici, à Bouillon, un grand vide. S'il possède moins de traits d'esprits que vous, il est néanmoins fort plaisant, et sa compagnie est des plus agréable. Son humeur, à son départ, était excellente. L'annonce de la restriction de mes libertés - je continue à appeler ainsi ce que vous nommer trop joliment "grossesse" - a eu sur le Duc un effet admirable.


Mais vous, chère Hortense, décrivez-moi la Cour! Est-elle tout aussi agitée que le jour où je l'ai quitté? Monsieur de Colbert fait-il autant de merveilles que l'eu souhaité le Roi?
Comment se porte donc sa Majesté la Reine? Vous l'avez dit souffrante dans votre dernière lettre. Je prie pour son prompt rétablissement.

Parlez-moi donc des suites de cette intrigue dont vous m'avez peu parlé dernièrement. Ainsi, une autre branche, prétendument royale, émet son désir d'accéder au trône de France? Allons! Vous n'y songez point, Hortense! Ou est-ce votre fâcheux mari qui vous perturbe ainsi?
Il leur faudrait supprimer chaque prétendant au trône de France. Monsieur, ainsi que les jeunes enfants, les princes de sang et autres descendants de lignées royales! Cela est inconcevable!

Mais en dehors de toutes ces considérations, Hortense, alertez-moi des informations des plus importantes. En de tels temps, les amitiés sont à faire ou défaire. Nous ne pouvons nous tromper dans nos choix. Faut-il donc se méfier de quiconque? Chaque mot, phrase ou nom employé serait donc décrypté par d'éminents savants, dans le but de décoder quelques mystères?!

Dites-m'en plus, chère Hortense! Parfois, la fatigue m'oblige à rester de longues heures reposée, et je n'ai d'autres lectures que ces livres, parcourus de nombreuses fois.

Votre écriture égayera mes journées.

Parlez-moi également d'Olympe, et de Marie. Philippe m'a fait récemment parvenir un courrier de Rome, où le temps est plaisant.
Louis-Joseph et Philippe sont actuellement chez Mr de Rohan-Chabot. Ils y font des merveilles. Notre malheureuse Laure-Victoire aurait été tant fière d'eux. Les astres se montrent clément quant à leur sort. Je m'en réjouis.

J'attends avec grande impatience de vos nouvelles, ma chère Hortense. Et vous voir dans ce château si vide serait une joie indescriptible. Venez contre le gré de ce cher duc de Mazarin. Un tel homme ne peut honorer un tel nom s'il ne vous accorde pas cet instant de liberté.


Très affectueusement,

Votre Marie-Anne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Correspondances de Marie-Anne Mancini]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Anne, duchesse de Bouillon (terminée)
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Amitié de la délicieuse duchesse de Bouillon
» Souvenirs de classe à Brasparts
» Lucilla R. Matthews {F} ft. Anne-Marie Van Dijk

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
PRENEZ VOS PLUMES, IL Y A TANT À RACONTER
 :: Correspondances
-
Sauter vers: