AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Paris de Longueville, frère bien-aimé... Ou presque ~ PRIS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité





Invité


MessageSujet: Paris de Longueville, frère bien-aimé... Ou presque ~ PRIS   22.07.09 22:52

Paris de Longueville



Spoiler:
 



    Nom et Prénom : Paris de Longueville.
    Nom complet : Charles-Paris d’Orléans-Longueville.
    Âge : 18 ans.
    Rang : Haute noblesse française.
    Titre : Prince de Neuchâtel (souverain régnant). Héritier du titre de duc d’Orléans-Longueville (qu’il ne pourra obtenir qu’après l’entrée dans les ordres de son frère aîné et qu’après le mariage de sa sœur Gabrielle).

    Liens :
    Gabrielle de Longueville – Sœur aînée, entre haine et amour # Il est difficile de définir la relation qui unit Paris à Gabrielle. Ils sont certes frère et sœur, ont vécu la même enfance à travers la Fronde et les châteaux de Normandie mais ils se détestent. Ils se détestent peut-être autant qu’ils s’adorent. Paris exècre cette grande sœur si orgueilleuse qui blesse sa propre fierté, voudrait la voir détruite et à terre, ne ressent que joie à l’idée de la faire souffrir. Il ne cesse de se moquer d’elle en public et en privé, de lui jouer des mauvais tours que la jeune femme contrecarre tout le temps par ailleurs. C’est sûrement pour cela qu’il l’aime autant. Elle est la seule qui soit capable de lui résister, elle est la seule femme qu’il connaisse qui soit à sa hauteur, la seule dont l’intelligence, les traits d’esprit, le machiavélisme soient égaux aux siens. Il l’adore plus que tout, ne supporterait pas qu’une autre personne que lui-même lui fasse du mal. Elle fait partie de sa vie, est son repère à travers les tempêtes de l’existence. Il sait qu’elle sera toujours là, droite et altière, prête à l’abattre au moindre signe de faiblesse. Mais par moment, les deux jeunes gens baissent les armes et se laissent aller à leur affection en redevenant des amis inséparables soit par lassitude ou alors afin de faire front à un ennemi commun. Gabrielle le cajole, le dorlote comme un enfant tandis qu’il lui offre des cadeaux somptueux et ne se prive pas de sa compagnie. Mais les hostilités reprennent rapidement avec encore plus de férocité qu’auparavant. Amis, ennemis, confidents, alliés, complices, adversaires, ils ont tout tenté. Ils ne peuvent se passer l’un de l’autre tant leur relation est devenue une obsession pour eux. Chaque jour est une nouvelle interrogation à la grande joie des courtisans : comment vont-ils se comporter l’un envers l’autre aujourd’hui ? Vont-ils s’ignorer, s’embrasser, se sourire ou encore se cracher des obscénités ? Oui, ils ont tout tenté. Ou presque. Même si les rumeurs le prétendent, comme c’était le cas pour leur mère et leur oncle, ils n’ont jamais passé de nuit dans le même lit. Et même si une tension existe entre eux, même si Paris le désire parfois, même si Gabrielle le désire parfois.
    Perrine Harcourt – Amie d’enfance # Perrine est sans doute l’une des seules personnes pour laquelle il ressent une sincère affection. Ils ont grandi ensemble avec Gabrielle dans leur château normand et ont accumulé bêtises sur bêtises. Pour Paris, Perrine est celle qui a partagé ces moments d’insouciance de jeunesse. Mais Paris fait mine de ressentir une royale indifférence envers la jeune fille qu’il voit toujours accrochée à sa sœur. Elle est sa créature et bien qu’il ait plusieurs fois tenté de l’approcher afin de la retourner contre Gabrielle, il n’a jamais été triomphant
    Louis XIV – Roi # Louis est la seule personne au monde que Paris respecte infiniment. Il l’estime en tant qu’homme et en tant que roi car il le trouve profondément intelligent et habile. Il ne cesse de le répéter : Louis XIV est un grand roi, l’un des plus importants que le royaume de France ait jamais connu car il a réellement le sens de la grandeur de la France. De plus les deux hommes, malgré leur différence d’âge, sont devenus amis, non pas intimes, mais assez pour s’accorder une confiance réciproque. Paris est apprécié par le souverain pour son caractère joyeux, son amour des fêtes et des femmes. Le jeune homme a en tout cas promis de protéger son roi jusqu’à son dernier souffle. (Voir les détails avec Louis XIV directement).

    Caractère :
    Paris est l’enfant chéri de la cour de Versailles et des salons parisiens qu’il fréquente assidûment. Encore jeune, il montre une précocité extrême dans les domaines de la politique et de l’amour. En effet, il est intelligent et vif. Il se montre joyeux compagnon et se laisse parfois étourdir par les fêtes, l’alcool et les filles. Mais il a le sens des mesures et jamais il ne pourra sacrifier son honneur, son nom et son administration ducale aux futilités. Parfois son jeune âge le rattrape, souvent lorsqu’il est en compagnie de sa sœur : il est alors malicieux, astucieux et audacieux. Ambitieux, il est machiavélique et manipulateur. C’est la raison pour laquelle il règne sans partage à Neuchâtel, une région indépendante de la Suisse, et depuis la mort de son père adoptif sur les biens immenses des Longueville au détriment de ses demi-frère et sœur. Gabrielle a tout de même une grande influence dans les affaires. On le dit ami du roi : il est un sujet loyal de Sa Majesté et l’a plusieurs fois approché. On raconte qu’il serait le premier à partir en campagne militaire au cas où la guerre reprenait. Il n’est pas au courant des activités de sa sœur au sein du complot contre Louis XIV et se montre même prêt à lutter contre ces intrigants. Assoiffé de pouvoir, il a hâte de devenir duc en titre et de prendre officiellement possession des domaines familiaux.
    Comme sa mère, la duchesse Anne-Geneviève de Longueville, Paris possède une aura particulière qui le rend irrésistible. Mystérieux, souvent cachottier, il ne laisse voir ses sentiments à personne mais est tout de même adoré de tous. Paris a suivi un destin très droit, sans surprises. D’enfant gâté, surprotégé par sa mère et capricieux, il est devenu un jeune homme qui n’a qu’à adresser un sourire aux demoiselles pour les attirer dans ses filets. Il est d’ailleurs un véritable libertin qui accumule les conquêtes sans lendemain, comme s’il s’agissait de batailles à gagner. Orgueilleux, hautain, il a bel et bien hérité du don de sa mère. Toujours être aimé, adoré malgré son caractère inconstant, ses méchancetés et ses moqueries. Toujours le préféré face à sa sœur Gabrielle dont on admire et vante l’esprit et la beauté mais que l’on préfère côtoyer de loin tant elle semblait glaciale.
    En effet, Paris de Longueville est détestable tant son machiavélisme, son arrogance et ses intrigues pour lesquelles il ne manque jamais de lancer des ragots et des traits d’esprit le rendent proprement insupportable. Il est cependant aimé par tous même s’il a peu de véritables amis. Il a un jugement sûr et ne laisse jamais de seconde chance. Il semble impossible de le contrarier et tout le monde se sent obligé de lui rendre service et de se plier à ses moindres caprices.

    Histoire :
    Paris est né au début de la Fronde des Princes d’une relation adultérine de sa mère, la duchesse Anne-Geneviève de Longueville. Celle-ci vivait alors séparée de son époux le duc Henri II en compagnie de son amant François de Marcillac, duc de La Rochefoucauld dans l’Hôtel de Ville de Paris. Elle était folle amoureuse de ce dernier et c’est la raison pour laquelle elle prénomma son fils « Paris », en souvenir des jours heureux passés dans la ville. François de Marcillac lui brisa le cœur en la quittant pour rejoindre le lit de sa grande ennemie, la duchesse de Chevreuse. Bien qu’il ne fût pas dupe de la paternité de l’enfant, le duc le reconnut comme son fils à la fois par amour envers son épouse à qui personne ne pouvait rien refuser et à la fois par intérêt puisque son unique fils Jean-Louis avait des troubles mentaux.
    Le petit Paris fut, dès sa naissance, l’objet d’une attention constante et d’une obsession quelque peu malsaine de la part de sa mère qui revoyait en lui le fantôme de ses amours disparues. Elle le couva, le surprotégea et le gâta excessivement. Il était l’adoré, le préféré et sut très vite en profiter en faisant caprices et mauvaises plaisanteries à ses précepteurs et à sa sœur qui le jalousait terriblement. Il n’était jamais puni. Il montra une intelligence précoce grâce à l’observation des intrigues d’Anne-Geneviève et est devenu très doué pour monter des stratagèmes afin de parvenir à ses fins. Avec une arrogance insupportable, il a plusieurs fois remis des conseillers à leurs places. C’est lui qui prenait les décisions, les seules personnes à qui il obéissait étaient ses parents. Avant sa mort, le duc Henri qui l’aimait profondément comme s’il était son enfant, lui apprit ce qu’il lui fallait savoir pour gérer les domaines et les titres de la famille. Il lui a fait promettre de veiller sur sa sœur Gabrielle. Même si le jeune homme est quelqu’un de machiavélique, il savait déjà que l’on pouvait compter sur lui pour prendre soin de l’héritage. Avec le décès d’Henri, Paris perdit celui qui était vraiment un père et un mentor.
    Lorsqu’il arriva à Paris puis à Versailles afin de vivre la vie de courtisan que lui imposait son rang, il entendit souvent dire qu’il était le portrait de son père naturel, de telle sorte que personne n’était dupe de sa véritable filiation. Mais il refusa toujours de se retrouver face à François de La Rochefoucauld dont il a toutefois lu les Maximes avec avidité. Cet homme n’est rien pour lui.
    Outre les intérêts des Longueville, Paris n’a aujourd’hui pour seul objectif dans la vie que de s’amuser à faire enrager Gabrielle, que de faire des fêtes enivrées en compagnie de jolies demoiselles peu farouches et que de servir son roi qu’il vénère. Cassant et sec avec tout le monde, il a peu d’amis fidèles. Son seul réel plaisir est de retrouver des cartes militaires et d’entendre les histoires de batailles célèbres. Il rêve en effet en secret de montrer son talent pour la stratégie sur le terrain en faisant manœuvrer des troupes et en se battant à leurs côtés. Peut-être pour se donner un but dans la vie.
    (Il est indispensable de lire le début de ma fiche où il est largement fait mention de Paris).

    Autres : Attention, Charles-Paris de Longueville est un personnage historique. Ne partez donc pas dans des élucubrations invraisemblables. Bon Rpgiste demandé.
    Avatar : Tom Sturridge, James McAvoy voire même William Moseley... Je suis ouverte à toute proposition car Paris est sensé ressembler à son père naturel. Il n’est donc pas nécessaire qu’il y ait ressemblance avec Ashley Greene. Néanmoins, je me réserve un droit de veto.
Revenir en haut Aller en bas
 
Paris de Longueville, frère bien-aimé... Ou presque ~ PRIS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hommage à ma Fripouille bien aimée
» Charles-Paris de Longueville {Entre amour et haine}
» Les résultats du ministre Gabriel Bien -Aimé, qu'en pense Rico ?
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Paris de Longueville ~ Dédales de visages

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
MONTRER PATTE BLANCHE A L'ENTRÉE
 :: Cour Vacante :: Cour scénarisée :: Cour déjà introduite
-
Sauter vers: