AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité





Invité


MessageSujet: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   02.04.09 16:45

Clorinda - DI TOSCANA
_______ ft. Angelina Jolie



    ► Âge : 29 ans
    ► Titre(s) (ou profession) : Duchesse de Toscane
    ► Origines : Italienne
    ► Situation Maritale : A abandonné son mari.


    « Il était une fois ... »

    Si vous croisez la belle Clorinda, elle ne vous laissera certainement pas indifférent... Une silhouette longiligne et fine, une démarche élégante, tout dans son attitude révèle son appartenance à la noblesse... Son port de tête altier et sa moue la rende presque hautaine et froide mais ce n'est qu'une façade... Elle mesure 1m79 et pèse 52 kilos. Je vous l'avais dit qu'elle était pas bien grosse, la demoiselle ! Son visage fin et délicat la rend sensuelle mais gare à celui qui s'approche de trop près ! Elle a de grands yeux bleus ciel, couleur d'ailleurs peu commune, lui donnant un regard de feu. Le désir s'y lit souvent mais également la colère. Tout passe dans son regard. Ses longs cheveux noirs tombent dans son dos et elle aime les garder lâchés en permanence ou relevé en chignon sur la tête. Ses lèvres charnues et pulpeuses en ont fait craquer plus d'un ! ^^ Son sourire est un hymne à la joie. Pulpeuse et délicate, comme un fruit bien mûr, on pourrait croire qu'un sculpteur a taillé dans le marbre son corps aux courbes parfaites. Nul fleur n'est à la fois aussi fragile et belle, et aussi dure et froide. Un pétale de rose en diamant. Voila comment on peut percevoir Clorinda. La miss reste un tantinet vieux jeu dans ses goûts vestimentaires. Elle affectionne particulièrement les robes de princesse. Que voulez-vous, on ne se refait pas ! Mais, pour se faire remarquer, elle arbore des vêtements d'homme. Sa couleur préférée reste le noir.

    Une fois les yeux rassasiés, l'interlocuteur curieux de cette jeune femme, rencontrera une lady, cultivée et polie. Calme et réservée, on peut dire qu'elle a la tête froide, même en pleine action. Elle est réfléchie et ne prend jamais une décision à la légère. C'est une femme de caractère cependant, décidée et dynamique lorsqu'elle a prit une décision. Rien ni personne ne la fera changer d'avis si elle a décidé quelque chose. Et si vous êtes sur son chemin, je ne donne pas cher de votre peau. La jeune femme joue beaucoup de son charme, elle incarnerait presque la débauche et le vice ! Et gare aux messieurs qui tenteraient de remédier à cela.... Lorsqu'on a percé ce vernis, Clorinda est une femme enjouée et agréable à vivre, pleine de courage et de compassion. Elle possède un sens aïgu du devoir et de la fidélité, en amitié. Elle ne trahira jamais ses proches, même si cela doit lui coûter la vie qu'elle ne possède plus... Malgré le fait qu'elle est réfléchie, il lui arrive souvent de s'emporter, de prendre des décisions hâtives et de s'en mordre les doigts après. Elle est impulsive par moments et est capable de souffler le chaud et le froid.
    Une femme pleine de contradiction ! Douce, puis sèche et cinglante. Sa détermination peut se transformer en un petit côté têtu. Elle reste une jeune femme au caractère fort, bien trempé, ce qui a l'air d'impressionner ces messieurs. Désirable, elle ne manque jamais l'occasion d'ajouter un homme à son tableau de chasse. L'amour ? Elle ignore ce que c'est. Alors pourquoi changer ? Symbole de la mante religieuse ?

    Une enfance heureuse...

    Italie, 1637, Toscane
    En l'an de grâce 1637, dans le manoir de la famille Di Toscana, par une nuit noire, naquit Clorinda Andrea Di Toscana, unique héritière de sa famille... Un petit bébé vagissant, ignorant tout du destin auquel elle était promise... Son père, un courtisan très influent à la Cour, accueillit avec une certaine déception cet enfant, qu'il aurait préféré mâle. Ce fut certainement cette déception et le refus de s'y plier qui conduisit Monseigneur son père à élever sa fille comme un homme. La mère de la petite tenta bien de lui inculquer quelques rudiments de couture, de tapisserie et de broderie mais la petite préférait partir en chevauchée avec son père plutôt que de rester cloitrée chez elle, comme la bienséance l'ordonnait. Sa mère, élevée dans la pure tradition, reprochait souvent à son époux d'agir contre la morale chrétienne et le menaçait des pires châtiments par le Créateur. Mais, comme aucune foudre ne s'abattait sur la tête de Monseigneur Di Toscana, ce dernier estimait qu'il avait la bénédiction de Dieu et qu'il faisait ce qui était juste.
    Elle fut véritablement choyée par son père. A la Cour d'Italie, on blâmait quelque peu l'indulgence qui permettait à cette jeune fille de n'en faire qu'à sa tête. Mais, on excusait bien volontiers l'erreur du père en voyant la beauté de la fille. Son caractère amusait leur fantaisie. Elle avait de l'esprit et pouvait tenir une conversation avec des hommes sans se démonter une seconde. Elle fut promise très jeune à un dignitaire très proche de la Couronne. Malgré son éducation, elle restait une fille et ses parents décidèrent pour elle, le meilleur mariage. Qui n'aurait jamais lieu...

    Une adolescente amoureuse...

    An de grâce 1655, Toscane

    La belle Clorinda grandit. Sa beauté également. Elle était à présent une femme épanouie, au caractère bien trempé. Elle fréquentait régulièrement la Cour mais ne pouvait supporter longtemps cette atmosphère, aussi revenait-elle régulièrement dans la propriété de ses parents. Beaucoup de jeunes hommes venaient régulièrement faire leur cour auprès d'elle, lui promettant monts et merveilles et à ses parents, des titres et des fortunes. Mais aucun parti ne satisfaisait Clorinda. Pour elle, le mariage sans amour était synonyme de chaînes, de fer. Fini la liberté ! Mais, pour le moment, elle évitait tout simplement d'y penser. Elle arpentait sa propriété, apprenant à gérer un domaine, à faire fructifier les récoltes et à surveiller les paysans pour que ces derniers travaillent... Ce fut en faisant un tour habituel dans la campagne à cheval qu'elle tomba sur un jeune aristocrate, un fils de noble, très influent à la cour. La jeune femme passa sans le voir. Ce dernier, les yeux brillants, suivit des yeux la jeune fille à cheval. Et tous les jours, il la suivit... Elle le croisait souvent à présent et finit par le remarquer. Ses traits fins et délicats, son sourire charmeur, et la puberté naissante expliquèrent facilement le reste... Ce que la jeune femme ne savait pas, c'était que ce jeune homme était le duc de Kent. Ils se fréquentèrent durant un long moment. Le mariage de la jeune femme était sans cesse reporter, par les divers tours que la jeune femme inventait et par l'indulgence légèrement coupable de son père. Aussi, le temps s'écoula et, à 20 ans, la jeune femme n'était toujours pas mariée.

    Une jeune femme brisée

    An de grâce 1657

    Clorinda ne put tenir plus longtemps. Elle dut céder face aux pressions familiales et accepter, bon gré, mal gré, ce mariage arrangé. Le soir même eut lieu un bal somptueux qui rassemblait tous les aristocrates parisiens, pour les fiançailles. Clorinda était resplendissante dans une robe couleur pervenche qui la mettait en valeur. Mais son regard s'était terni. Elle avait l'impression d'avoir renié sa nature et d'être entrée, bien docile, dans la cage qu'on lui avait confectionné. Soudain, elle retrouva le jeune aristocrate, Brandon of Kent, parmi l'assemblée. Il vint naturellement vers elle, sourire aux lèvres. Et elle lui accorda la première danse. Une valse commença. Durant cette danse, le jeune homme rapprocha lentement ses lèvres du cou de Clorinda. La jeune femme ressentit une vive douleur, une décharge électrique foudroyante et vacilla. Brandon fit signe à l'assemblée que tout allait bien, un simple malaise et soutint la jeune femme, sortant de la salle de bal. C'est là que tout bascula dans la vie de Clorinda. Le duc lui proposa de partir avec lui, en France, à la Cour du Roi Soleil, en tant qu'espionne. Son esprit vif et sa beauté pourrait être d'une grande utilité au Roi. Clorinda promit d'y réfléchir.
    Son mariage avait eu lieu mais elle y était totalement indifférente, étrangère. Depuis deux ans, évitait soigneusement le jeune aristocrate. Mais, depuis ce choc émotionnel, elle se sentait... bizarre. Le jeune aristocrate cherchait à la voir mais bien évidement, il était impensable qu'une jeune fille de bonne famille mariée reçevât dans sa chambre un homme autre que son époux..

    Une nuit, bien après son mariage, Clorinda fit des cauchemars atroces... Elle voyait du sang, partout. Des morts autour d'elle. Lorsqu'elle ouvrit les yeux, elle était décidée. Elle prépara quelques bagages et partit pour la France...

    Une femme au service de Sa Majesté.

    De nos jours... 1666

    Clorinda a atteint la France et, grâce à son ami, le duc du Kent, s'est faite engager par le Roi en tant qu'espionne. Elle reste très indépendante et si un ordre ne lui convient pas, elle ne se sentira pas obligé d'y obéir. De manière générale, elle n'est pas très douée avec la hiérarchie et l'autorité. Elle a beaucoup de mal à les supporter. Elle est très habile et n'hésite pas à user de ses charmes pour obtenir des renseignements.

    Liens :

    ALESSANDRO DI MILANO est un cousin éloigné. Ils sont réputés pour être les meilleurs organisateur de fêtes privées de la Cour. Et comme tout bon italien, ils ne font jamais une célébration sans faste ! Ils prennent beaucoup de plaisir à se retrouver, surtout depuis qu'elle est espionne, elle a besoin de beaucoup de contacts.
    BRANDON OF KENT est sûrement son plus vieil ami. Un jour qu'il était de passage par son duché, ils ont adoré converser ensemble sur la vie et le monde. Ils ont continué de correspondre pendant des années. C'est lui qui l'a introduit parmi les espions car il lui trouve bon nombre de qualités.
    FRANCESCO DI VENEZIA est un ami. C'est grâce à lui qu'elle l'a rejoint à la Cour. Ni l'un ni l'autre ne sait qu'ils sont ennemis. Leurs rapports sont quand même plus qu'amicaux, ils se cherchent, car Francesco ne rêve que de la mettre dans son lit. Et pour cela il fait preuve d'imagination débordante sans qu'elle ne cède.
    SOFIA DI PARMA et elle, s'admirent mutuellement. Elle aura eu le mérite de laisser tomber mari et enfant tandis que Sofia a tout simplement usé de ses charmes pour devenir encore plus riche. Les deux femmes se retrouver dans leurs appartements et discuter de tout et de rien. Les rumeurs circulent vite entre elles et se propagent ensuite à vitesse grand V.
    ERIC CLIT lui donne certaines informations. De part son statut de comédien, il a à faire avec de nombreuses personnes et observe beaucoup. En échange, elle lui donne de l'argent généreusement car il se montre déterminé et volontaire dans sa mission.
    JÓHANN D'ISLANDE a été un de ses amants. Leur nuit a été torride et terriblement surprenante. Attirée par son charme naturel, elle n'a pas su dire non. Et elle s'est faite piéger. Au lendemain de leur plaisir charnel, il est parti sans demander on reste. Désabusée, l'italienne ne l'entend pas de cette oreille et elle fait jouer ses relations pour se venger.


    « Que diable, vous êtes à Versailles ! »

    Un paradis ou un enfer versaillais ?

    Clorinda avait toujours imaginé Versailles comme une pure merveille. Lorsqu'elle put enfin accéder à ce monde très fermé, elle n'en crut pas ses yeux et ne fut guère déçue. Le cadre, que dire du cadre, du château, sans paraître d'une banalité affligeante ? La magnificience des lieux lui inspirèrent un profond respect pour celui qui avait aménagé ce paradis. Ou du moins décidé de son aménagement. Elle remarqua très vite que des codes très stricts régentait la vie sociale. Les sourires étaient de rigueurs mais, dans le dos les poignards s'accumulaient. Cela lui plut et elle se rendit tout de suite compte que celui ou celle qui connaissait tous les liens unissant ces personnages avait les clefs du pouvoir. C'est ce que le Roi souhaitait, d'ailleurs. Elle se plongea avec délice dans cet océan de requins, pour déméler le vrai du faux... Elle a tendance à mépriser les courtisans qui renient leur fierté pour se plier et faire milles courbettes devant le Roi, qu'ils détestent par derrière ou envient. Elle a du mal à s'accomoder avec les femmes, sans doute la rivalité. Avec les hommes par contre, il n'y aucun problèmes, bien au contraire...

    Vérité ou fantasme du complot ?

    Clorinda, de part son rôle d'espionne croît de façon générale à la théorie du complot. Après, tout dépend de la rumeur. Certaines lui paraissent tellement irréalistes, qu'elle a du mal à les croire. Mais d'autres, plus inquiétantes, retiennent son attention. Elle prend son rôle d'espionne très à coeur et tente de son mieux de protéger son Roi d'attaques et de complots divers. Elle n'hésite pas à donner de sa personne pour mieux remplir son rôle. Sa mission consiste à extorquer des informations, à réunir des preuves des différents complots qui se trament dans les bas-fonds de Versailles. Et ce n'est guère chose facile...

    Plutôt colombe ou vipère ?

    Le rôle de Clorinda est justement d'entendre les rumeurs qui circulent et de les rapporter fidèlement, assorties éventuellement du nom de ceux qui s'amusent à les propager. Elle peut aussi, sur ordre du Roi, propager des ragots et rumeurs avantageant Sa Majesté ou discréditant ses ennemis. Les rumeurs de complot contre le Roi l'inquiète tout particulièrement et elle espère en apprendre davantage à l'aide de ses relations.


    « Plus bas la révérence, plus bas. »

    ► Prénom/pseudo : Judith
    ► Âge : 21 ans
    ► Présence sur le forum : Régulière, dépendante des cours.
    ► Code du règlement : Longue vie au Roi !
    ► Suggestion : Aucune
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Il a été brisé, piétiné et maintenant celui qui était à mes côtés est devenu mon ennemi. Quelle cruelle destinée !
Côté Lit: Le lit de mon palais est si confortable et accueillant !
Discours royal:



ADMIN TRAVESTIE
Monsieur fait très Madame

Âge : 27 ans
Titre : Prince de France, Monsieur le frère du Roi, Duc d'Orléans, de Chartres, d'Anjou, seigneur de Montargis
Missives : 10014
Date d'inscription : 03/01/2007


MessageSujet: Re: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   02.04.09 18:40

Bonjour et bienvenue !

L'histoire est pas mal mais je la trouve bâclée parce que tu ne nous racontes pas ton rôle d'espinone ni l'époque de ton mariage alors que dans le prédefs on parle de grands évènements et tout !
De plus, et c'est marqué dans l'histoire, on insère les liens dans l'histoire!! Eric Clit est parmi nous tu peux aller un peu te renseigner sur sa fiche mais le reste tu peux les mettre comme tu veux, je t'en prie, ne les jette pas en 3 mots à la fin de ton histoire XD

On veut des bonnes fiches, encore plus pour les espions car ils sont très importants !

______________________

Joyeux Anniversaire mon Prince <3


OH YEAH:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité





Invité


MessageSujet: Re: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   03.04.09 11:35

Lol

Bon, je corrigerais mais là, ça me démoralise un peu, vu le temps que j'ai passé pour faire cette fiche ! ^^

Donc, je modifierais ça, quand le moral sera de retour...
Revenir en haut Aller en bas


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Joséphine La Grange
Côté Lit: Ca va merci... et vous, confortable ?
Discours royal:



ADMIN SEXY
and he knows it !

Âge : 29 ans
Titre : Ancien Mousquetaire - En recherche d'emploi !
Missives : 1761
Date d'inscription : 24/09/2006


MessageSujet: Re: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   13.04.09 17:16

Où en est le moral ? Smile

______________________






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

« s i . v e r s a i l l e s »
Côté Coeur: Belle et douce Amy, l'unique. Peu importe mon alliance ...
Côté Lit: Avec ma femme au nom du devoir conjugal, avec la Reine de mon coeur au nom d de l'amour
Discours royal:



ADMIN ROYAL
L'Etat, c'est Moi

Âge : 28 ans
Titre : Roi de France
Missives : 1184
Date d'inscription : 26/08/2006


MessageSujet: Re: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   25.04.09 13:47

Délai dépassé.

______________________



« C'est toujours l'impatience de gagner
qui fait perdre. »
Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]   

Revenir en haut Aller en bas
 
J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» J'ose tout ce qui sied à un homme, qui n'ose pas n'en est pas un. [Fiche Clorinda Di Toscana]
» « Mets-toi tout nu, si t'es un homme... » (17.06.11 à 14h37)
» J’ose tout ce qui sied à un Homme ; qui n’ose point n’en est plus un
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AU TEMPS DE VERSAILLES :: 
DE L'AUTRE CÔTE DU MIROIR
 :: Archives ::  HRP
-
Sauter vers: